Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 994 fois
  • 69 J'aime
  • 1 Commentaire

Au secours.

Chapitre 1

Erotique

Chapitre unique.

.

A 50 ans, j’ai encore la prétention de plaire, malheureusement, je suis confinée à la maison, car la situation enviable de mon mari me le permet... et quand je sors pour faire les boutiques, les regards des hommes sont agréables et flatteurs !


Les tâches ménagères les plus importantes sont réalisées par une matrone afin qu’Henri ne soit pas tenté par une femme plus jeune ou un fruit vert.

Mais je suis tranquille... de ce côté-là, sa libido est plutôt en berne et c’est moi qui suis frustrée...

J’ai toujours aimé baiser depuis qu’un copain de lycée m’a dépucelée au cours du voyage de fin d’année alors que nous étions en classe de Terminale.

A la Fac, je ne comptais plus les amants du week-end... il y avait du changement régulier et au bout de la troisième année, je passais pour une fameuse baiseuse, acceptant des fellations à gorge profonde, des sodomies soft, des parties à trois avec des couples et plus parfois...


Quand j’ai rencontré Henri, je sortais d’une relation avec une femme de mon âge... Nous nous étions rencontrées lors d’une soirée à trois avec son copain du moment que peu à peu nous avions évincé. Il était temps que je me range...


J’ai fait une mission d’intérim dans l’entreprise que mon mari dirige désormais après avoir gravi un certain nombre d’échelons... passant d’un poste de chef de service à celui de P. D. G.

Comme c’est assez souvent le cas avec les stagiaires ou les intérimaires, Henri a naturellement exercé son droit de cuissage puis il m’a proposé le mariage à la fin de la mission...

Quelque temps après, nous nous sommes installés dans une maison moderne avec tout le confort voulu et une piscine extérieure couverte par un auvent, ce qui fait que nous pouvons aussi en profiter à la mauvaise saison.


Nos deux enfants sont indépendants et ont quitté le nid il y a quelques années...


A 50 ans, je n’ai plus la prétention d’être jeune et fraîche...

Je mesure un mètre soixante-cinq et j’ai des formes plutôt menues avec une poitrine bien ferme qui, l’été, est souvent libre sous mes vêtements. Mes cheveux mi-longs sont décolorés, mais les racines restent naturellement blondes. J’ai les yeux marron et de légères pattes-d’oie... et une bouche aux lèvres fines...

Que dire d’autre ? J’ai la possibilité de bronzer en intégrale au bord de la piscine et je ne m’en prive pas... Autre détail sur mon anatomie... la toison de mon pubis est disciplinée en triangle, mais ma blondeur naturelle ne fait pas ressortir cette petite touffe de poils...


Comme vous l’avez compris, j’aime le sexe et comme au fil des années, mon mari ne me baisait plus assez à mon goût, j’ai repris mes habitudes masturbatoires de jeune fille, ajoutant quelques godes achetés dans un magasin de la ville voisine...

Mais cela ne me suffit plus !!!

Plutôt que de chercher des aventures sans lendemain, je me suis inscrite sur un site de rencontres bien connu en expliquant ce que je recherchais... des hommes pour me baiser...


Peu de temps après, je recevais un coup de fil d’un homme qui m’avait envoyé quelques photos : Un homme séduisant au demeurant, grand, très viril avec une carrure imposante, le crâne totalement rasé et sensiblement de mon âge...

Nous avons convenu de nous rencontrer à la maison le lundi suivant... Pas de mari ni de femme de ménage pour nous déranger... Nous devions d’abord faire connaissance et plus si affinités comme on a coutume de dire. Il voulait aussi tester mes aptitudes au sexe avec différents partenaires...

Si j’avais bien compris son propos, il allait me baiser... et je n’étais pas contre...


Ce fameux lundi, je portais une robe bain-de-soleil à larges bretelles, mais assez largement décolletée, dont la jupe arrivait aux genoux... et des bas résille (j’avais pensé que cela faisait très coquin).

Lorsque je lui ai ouvert la porte de la véranda pour le faire entrer, j’ai immédiatement pensé que cet homme me plaisait beaucoup. Il correspondait en tous points à la description et aux photos...

Nous nous sommes installés sur un divan et nous avons commencé à bavarder comme deux vieux amis qui se retrouvent...

Il m’a interrogé sur ma sexualité et je ne lui ai rien caché de mes aventures de jeunesse ni de ma sexualité de femme frustrée depuis quelques années.

En moins d’une demi-heure, il savait tout de mes goûts et de mes pratiques, y compris des pénétrations anales dont mon mari se contentait une fois tous les quinze jours... C’était la seule solution pour qu’il arrive à jouir... après que je l’ai sucé longuement...



Après ces propos, il a ajouté :


— Et si tu me faisais une démonstration ?

— Pourquoi pas !


Je me suis rapprochée et après avoir palpé son entrejambe, j’ai ouvert son pantalon que j’ai fait descendre avec le slip jusqu’au milieu de ses cuisses, découvrant un membre déjà à moitié bandé !

Rien d’extraordinaire... Juste un beau sexe circoncis sur des couilles imberbes (rasées ?) et une toison brune et relativement clairsemée...

Après avoir palpé brièvement ce sexe, je me suis penchée et j’ai commencé à jouer du bout de la langue sur le gland et le frein pour achever de le faire dresser... Puis, je l’ai embouché, allant et venant pour l’enduire de salive...

Hum... il sentait bon !

Quand il a bien été bandé, je me suis levée pour me déshabiller. J’ôtais d’abord mon haut en faisant glisser les bretelles de la robe avant de la laisser descendre le long de mes hanches jusqu’au sol.

Je portais un petit ensemble de lingerie ordinaire, seule la culotte était ornée de dentelle.


— C’est beau tout ça ! Tu me fais bander encore plus !

— Mais c’est bien ce que je cherche... je pense qu’on ne va pas en rester là !



J’ai achevé de le mettre nu, ne lui laissant que sa chemise ouverte sur un torse puissant ! J’ai écarté ma culotte pour dégager ma chatte qui bavait d’envie depuis quelque temps déjà et, en tournant le dos à mon partenaire, j’ai enfoncé son bâton de chair dans mon sexe...

Oh... que c’était bon... ça n’avait rien à voir avec le sexe à moitié mou de mon homme !

Il a pris mes fesses dans ses mains et j’ai commencé à monter et descendre sur cette bite qui me fouillait au plus profond... Je retrouvais même mes habitudes de masser l’extrémité avec mes muscles intimes !


— T’es une sacrée baiseuse ! C’est bon de te pendre ainsi... Il ne faut visiblement pas t’en promettre !

— Il ya si longtemps qu’un homme ne m’a pas faire reluire de cette manière !


Et là, il m’a fait basculer sur le côté pour me prendre par-derrière, allant et venant dans ma chatte tout en palpant mes petits seins dans ses mains puissantes au travers de mon soutien-gorge...

Waouh... J’appréciais et je ne manquais pas d’exprimer tout haut le plaisir qui montait en moi... J’encourageais mon partenaire à me prendre plus fort, plus profond, à me baiser comme une chienne en chaleur...

J’avais sorti un sein du bonnet et je triturais le téton qui bandait... Humm... que c’était bon... et quel amant ! Il m’a envoyée en l’air une première fois sans prendre son plaisir...



Dès que j’ai eu un peu récupéré de mon premier orgasme, il m’a fait mettre en levrette sur le divan.

J’imaginais déjà dans ma tête ce qui allait se passer quand il a introduit à nouveau son sexe dans le mien... Sans savoir ce qui allait se dérouler, je m’étais préparée à une éventuelle sodomie... mon sphincter était nettoyé et enduit de baume parfumé !

Il a pris ma taille dans ses mains et il a commencé à me besogner de plus en plus vite, de plus en plus profond, parfois, je sentais son gland heurter le fond de ma chatte.

Je ne savais plus où j’en étais... Je savourais cette baise... et lui disais combien sa bite était bonne.


— Tu vas encore mieux la sentir... Je vois que ton sphincter palpite et s’ouvre... Ton cul est prêt à m’accueillir !

— OUI... Prends-moi le cul ! Je suis prête !


Quand il s’est introduit d’une seule poussée lente, mon partenaire m’a dit :


— Alors... salope... c’est ça que tu voulais...

— ... .... ... ....

— Il est bon ton cul !

— Oh oui... je sens bien ta grosse bite... Oh... tu m’encules bien...

— Tu l’aimes ma bite ?

— Oh oui... je sens que je vais jouir une autre fois... Va plus vite !

— NON... Je me mets sur le dos et tu vas me chevaucher... comme cela, tu prendras ton plaisir quand tu voudras...



Il a pris la position et je me suis empalée sur sa bite qui est entrée au plus profond de mes entrailles...

Il ne m’a pas fallu attendre longtemps pour qu’une jouissance démentielle me déchire, des frissons de plaisir remontant de mes reins vers le haut de mon dos...

Que c’était bon de jouir ainsi !

Mais lui, il n’avait pas encore joui !

Je me suis retirée et m’agenouillant devant lui, j’ai repris sa bite en main pour le faire jouir... La bouche ouverte, j’ai accueilli son foutre qui a tapissé ma langue et mes seins... alors que mon amant poussait un grand cri de délivrance !



Lorsque mon partenaire a pris congé quelque temps plus tard, il m’a félicitée pour mes aptitudes et m’a dit que la fois suivante, il reviendrait accompagné d’un jeune performer dont je lui dirais des nouvelles !



J’ai hâte d’être à la prochaine fois... J’ai trouvé ce que je cherchais... Des mâles prêts à me satisfaire en toute discrétion !

J’avais même une adresse où je pouvais me rendre et où, m’avait dit mon partenaire du jour, je trouverai toujours un ou deux mâles prêts à me satisfaire !

Diffuse en direct !
Regarder son live