Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 22 397 fois
  • 8 J'aime
  • 2 Commentaires

La secrétaire

Chapitre 1

Hétéro

J?ai toujours été une jeune femme fort tranquille. J?allais au trvail vêtue de ces stricts tailleurs courts qui mettent la silouette en valeur et aguiche les hommes, mais mon atitude si reservée les décourageait. Personne n?osait le regarder dans les yeux lorsqu?en lui adressait la parole. C?était le plus intimidant des homens du bureau d?un fameux avocat, qui est mon amant et mon maître. Je travaille avec un jeune assistent qui s?appelle Miguel.


Miguel est un jeune de l8ans, brun tenebreux assez charmant et d?après ses regards assez draguer. Je suis dans le bureau, nous avons plusieurs petites questions professionnelles à régler et tout cela se passe comme d’habitude très bien. Il n?y avait plus de personne. C?était plutôt silencieux. Mais malgré cette rareté et les approches de certains hommes je n’ai jamais trompé mon amante. Pour satisfaire mes envies, il m’arrive de me caresser quand je suis seule. L’amour, faire l’amour me manque.


Alors je trouve une lettre sur ma table, qu?il lessera l?. Mais il est l? devant elle assis sur le fauteuil. Quelqu?un me tend une lettre. Je perds alors complètement le contrôle de la situation; jamais auparavant je aurais imaginé pouvoir m?abaisser ainsi afin de satisfaire les instints plus primitifs de la nature humaine. Je lui souris avant de commencer à lire vert étrange récit.Il a ébauché un sourire hésitante, un peu emprunté, aussitôt son visage s?est illuminé.............Avec l?idée que moi allait ouvrir ta lettre qui est sur mes mains. Aucun doute! Il essayait bien de faire passer un message...........En fait, je ne suis pas trôp sûre de moi. Mais........


Bonjour ma chère Joana


Cela fait longtemps que je l’ai remarqué sa beauté, mais vous-êtes toujours restée inaccessible, entourée d’une foule d’admirateurs bien plus brillants que moi. Tu es vraiment superbe, sexy, toujours habillée très provocante, laissant derrière elle un parfum troublant.


Mon Dieu, que les balancements des délicieuses lourdeurs de ma charmant femelle étaient asynchrones, quand vous se mouvait autour de moi en faisant son ménage Je sais depuis quelque temps attiré pour vous, qui est très belle, et n?eus l?autre forme de révéler l?amour. Je veux toi! seullement ça! Ce que vous propose c?est de découvrir le plaisir, l?amour et je dis bien le plaisir. C?est une occasion unique de ma vie. Je vous proposé d?être son élève. C`est une occasion unique que je vous propose là. Vous n`aurez certainement jamais l`occasion de vous l`entendre proposé une seconde fois. Je vous propose d`être son élève. Je vous apprendrais à vous servir de votre corps pour me donner du plaisir mais surtout, pour que vous-même découvriez ce que c`est. Si vous acceptez ma proposition, je me servirais de votre bouche, de votre sexe et de votre cul sans que je jamais vous refusiez. Je dois lui avouer de ne pas avoir été à succomber à ses charmes, à sa très grande beauté, à son humour, à son intelligence et bien sûr à sa pointe d?accent africain absolument irresistible. Le premièrs mois de notre relations m?ont totalement comblés et ce sur tous les plans. Force était d?admettre que j?était bel et bien tombé amoureux de cette gentille secretaire.


Je vous ferais sortir sans culotte, vous serez amenée à faire l`amour à d`autres hommes devant moi à des femmes aussi peut-être. Je ne vous cache rien, vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas ou vous mettiez les pieds. En contre partie vous pouvez sortir avec qui vous voulez, je ne suis pas jaloux du tout. Mieux encore, je vous aiderais à vous trouver un petit ami. Ce n`est pas pour autant que nous devrons cesser de nous voir. Lorsqu?une envie sexuelle vous prendra durant les journées de travail, vous pourrez exiger de moi de m?offrir à vous à tout moment en utilisant un code convenu à l?avance entre vous et moi.Si vos fantasies sexuelles ne vont pas à l?encontre de mes principe, je me ferais un plaisir de les réaliser. Mais n?ayez crainte, je suis ouverte sur la question.


L`apprentissage des choses de l`amour que je vous inculquerai, vous permettra de vous l`attacher complètement, vous le rendrez fou de vous. Comme vous pouvez le constater, je joue franc jeu avec vous. Bisous Miguel


Puis de lire la missive Je recule prestement, souris, sans rien dire, mais visiblement très très amusée par l?état d?excitation incroyable dans lequel elle me mettait. Je ressentis une déchage électrique tellement. Ce que je veux, c?est vivre une aventure avec un jeune homme obéissant que ne me dira jamais non quoi que je puisse lui demander. Si cela cous tente cet jeune et j?en serais vraiment ravi. Je ne savait pas se qui se passe en moi, voici maintenant, j?ai de plus en plus envie de faire l?amour, je n?aurait jamais cru pouvoir faire quelque chose avec mon assistent Miguel.


Je lui montre la missive et:


— Qu?en pense vous?

— Je veux toi! Seulement ça

— Je suis amant du Dr. Armand Xavier notre patron. Vous le savez?

— Oui, je le savais. Dit-il d?une voix altérée

— En plus j?aime la vie qui a avec lui, et je n?ai aucunement l?intention de le quité.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Pour ma part je suis très sensible à votre charme et maintenant, por ne rien vous cacher. Vous me plairez beaucoup.


— Mon Dieu, que c’est compliqué un homme ! Je comprends très bien le but généreux de cette discussion, mais tu t’inquiètes vainement, mon Chéri. Pour moi, les choses sont beaucoup plus simples que tu le penses : - j’ai plaisir à te faire plaisir, quel que soit le cheminement qu’il faudra suivre pour parvenir à ce but. - Je vis, dans ses yeux immenses, qu’elle faisait un effort désespéré pour comprendre le sens de ma phrase.


Je déboutonnai un peu plus ma chemise, J?écartai les jambes et je glissai dans un soupir. ?videntement qu?il veut voir plus un peu. J?hochai la tête, souris, et ouvrit ma chemise totalement, découvrant un soutien-gorge bien remplie et une peu bronzée. Avec un regard langoureux, je retirai ma chemise d?jà ouverte et me déhanchai et retirant mes chaussures et mes bas de nylon. Mon futur amant qui semblait apprecier au plus haut point.


L?érection qu?il avait de plus en plus de mal à dissimuler me le confirmait. Je retire ma jupe et me retrouvai en sous-vêtement dervant de lui. Avec un air taquin, je saisis la main de Miguel et lui fis saisir un de mes seins, je continuai à me déchancher, en effleurant puis en frottant carrément mon corps, presque entièrement dénudé sur le sien encore vêtu.


Je continuai mon petit manège, en dégrafant mon soutien-gorge. J?amenai mon futur amant à s?asseoir sur fauteuil et enjambai se genoux afin de bien caresser son visage de mes seins.


— Vous les aimez, Dites?


Je sentis ses mains caresser mes hanches et sa bouche embrasser ma poitrine. L?excitation commencait à me gagner de forme irresistible. Je terminai mon striptease improvisé en retirant langoureusement mon slip noir, que je laissai retomber sur les genoux de l?assistent qui avait glissé une main de son pantalon et s?activait sans ménagement, doucement, il glissa ses doigts sur ma peau. de mon cou à mes cuisses, s?attardant sur mes seins. Je gémis, il écarta le plus possible mes jambes et posa une main sur mon p?bis. Il laissa ses doigts à m?inspecter. Je gémis plus fort appréhendant le plaisir. Il sauta alors brusquement sur mes seins qu?il se mit à sucer et mordiller, le plaisir et l?excitation que ce geste me causa me surprit tout d?abord. Il me demanda de détacher son pantalon et de libérer son sexe qui manquait d?espace, ceque je fis avec empressement, lorsque je sentis les doigts de Miguel qui mangeait ma poitrine si golûment qui pénetraient dans mon intimité.


Je ne pus réprimer un autre gémissement très fort. Il cessa de bouger. Il écarta mes jambes, Miguel posait sa main directement sur mes lèvres intimes pour tirer ma peau afin de passer la langue, mais déjà sa langue pénétrait entre les lèvres de ma chatte et sa bouche aspirait mon sexe délicieusement, et à un moment son pouce a touché mon clitoris et j’ai failli jouir poussant un soupir de plaisir. Aveglé por son désir et mit à sucer, me mordiler, me lécher sauvagement, si bien qu?il pu bientôt boire les résultats de mon excitation. Sentant que j?allais perdre le contrôle tellement le plaisir était intense, je saisis sa tête à deux mains et la maintenant fermement entre mes jambes.


— Allez.sors ta langue et joue avec mon clitoris tu veux bien?


Il fit un ’oui’ de la tête et il commenca a jouer avec mon clitoris. Il le fesait bien...J’en ai encore jouis très rapidement


— Oh Miguel, continues, n’arrêtes pas, ai-je crié alors que je sentais que j’allais jouir.


Ses doigts me ramonaient de plus en plus vite et tout à coup, j’ai explosé, inondant la bouche de mon amant de mon jus d’amour dont il s’est régalé.


Il s’est alors relevée pour s’allonger sur moi et sa bouche a trouvé la mienne. J’ai senti sa langue forcer mes lèvres et je lui ai rendu son baiser avec passion.


Ce geste n?eut pour conséquences que de doubler son agressivité passionalle et il se releva, me saisit à la taille. Et appuyai mes fesses sur le bord du bureau, debout à cotê Miguel qui avait tourné vers moi, et me regard, attentif. M?assied sur le bord du bureau et glissai mon pied à l?interier de sa cuisse, en le regardant dans ses grands yeux. Je continue............Je veux.............Il me regard comme une folle, ou comme charmante distraction à cette journée morne. J?enchaînai néanmoins.


Il m’a soufflé à l’oreille:


— J’ai une envie folle de te baiser, belle-maman. Et toi, t’en as envie de ma queue dans ton ventre ? J’ai évité de répondre mais il est revenu à la charge:


— Je sais que tu en as envie, ta chatte est béante et trempée, allez réponds, tu la veux ma queue dans ton ventre ? Il avait parlé plus fort et j’avais peur que quelqu’un ai entendu, alors pour le calmer, j’ai bredouillé un ’oui j’en ai envie’.


— Eh bien tu va l’avoir Faisant fit de me protestation et un regard ahuria de lui, il me laissa tomber lourdement sur le bureau de travail au centre de la pièce et, m?écrasant le dos contre les meubles, il saisit mes pieds, et les remonta sur ses épaules. Absourdie, je le regardais faire, sans me débattre. Je me sentais de plus en plus excitée, ebaubie, et fut charmée de me rendre compte que Miguel avait décidé de me baiser sur le bureau, lorsqu?il m?enfonça profondément son sexe en moi.


Je le sens se distendre au passage de cet engin si gros. À mon grand étonnement, mon sexe s’habitue et je sens même le plaisir monter en moi. Lorsque mes gémissements se transforment en râles puis en cris, Il a alors accéléré le rythme, me pilonnant comme un forcené. Je sentais ses couilles qui venaient battre contre mes fesses et tout à coup, il a explosé en criant, déchargeant sa semence dans mon ventre et déclenchant mon orgasme. Il pose sa grosse main en travers de ma bouche pour étouffer le bruit. Je jouis longtemps avant qu’il ne prenne son plaisir.Je ne peux retenir un cri, il me remplit complètement et commence ses va et vient. Je me sens partir , sa queue est bien plus grosse que celle de Armand mon amant.


Je me redressai sur les bras et il se mit à me ramoner. Mes genoux n?étaient pas loin de ma figure et il se plaisait à me mordre les cuisses entre deux coups de rins. S?il avait commencé de façon violente, maintenant il était beaucoup plus doux. Il tirait de moi des soupirs de contentements divins.


Lorsque le plaisir extrême me gagna, je laissais ma tête recomber vers l?arrière em mon regard plongea dans celui de Miguel, souriente et visiblement excité de notre baise diferent. Nous jouissons en même temps, d?une façon aussi violente qu?inoubliable. Je glissai sensuellement ma langue sur ses lèvres, puis j?eus un orgasme divin. Miguel soudainement remis de ses émotions, prenait semblait-il consience de ce qu?il venait de faire. C’est à ce moment qu’en sursaut il se réveilla.

— Mais que . Oooohh ! Non


— Tu n’aimes pas ?


— Oh si ! C’est bon ! Oh que c’est bon, mon Dieu que c’est bon ! ânonnait-il constamment. Je le sens s’électriser, il se retire et crache son sperme sur mes fesses dans un râle grave. Mes jambes tremblent, tout mon corps trembleje suis affalée sur la table une jambe maintenue par lui.Se reboutonna prestement e quitta le lieu à grandes enjambées.

Diffuse en direct !
Regarder son live