Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 814 fois
  • 38 J'aime
  • 0 Commentaire

secrets

Chapitre 1

Divers

Je suis ce que l’on appelle communément une fille/mère, j’ai à ce jour 21 ans et ma petite LOU a fêté ses 5ans il y a un mois.

Nous vivons toute les deux chez ma mère qui a toujours été présente pour nous deux, cela lui en a coûter une séparation, un déménagement et nombres de railleries.

Pour ma part fini l’insouciance de ma jeunesse, je ne pus continuer mes études dans les premières années de Lou. Ce n’est qu’à ses 3ans et son entrée à la maternelle, que je reprenais le chemin de l’école. J’entamais une formation d’esthéticienne donc tous les matins je laissais Lou à ma mère pour prendre le train et me rendre à cette formation, j’y rencontrais des filles de mon age mais dans lesquelles je ne me reconnaissais pas, évidement je taisais ma maternité.

Elle passait le plus clair de leur temps à parler de garçons, et moi les amoureux je n’en avais connue qu’un depuis le père de Lou et il s’était enfui lorsqu’il avait découvert que Lou n’était pas ma sœur. Si bien que je passais tout mon temps avec ma mère qui n’a que 20 ans de plus que moi et ses amis et il aurait été de très mauvais goût aux yeux de ma mère que je succombes aux avances que n’ont pas manqué de me faire certains d’entre eux.

Toutefois je sentais qu’il était temps que je franchisse un cap que je m’émancipe, que je devienne indépendante même si je savais que ma mère aurait un peu de mal à le vivre.

Cette formation était une première étape mais bien trop longue à mon goût, il me fallait trouver un moyen d’aller de l’avant.

Le soir sur le chemin du retour et à proximité de la gare je passais dans une rue ou il y avait pas mal de sex-shops espacer les uns des autres par des sandwicheries, des portes ouvertes sur la rue avec de longues lanières opaque pour que l’on ne puisse voir à l’intérieur et en vitrine des dessous sexy et des promotions « poppers, dvd a prix discount ».

Un jour sur l’un une annonce, « cherche jeune femme majeur pour danse, forte rémunération » tous les jours je la voyais.

Je ne sais pas pourquoi ce jours là j’ai oser franchir le rideau opaque. Ma première surprise et elle fut plutôt agréable ce fut de me retrouver nez à nez non pas avec un homme mais avec une femme qui devait avoir l’age de ma mère.

— bonjour je peux vous aider ?

— heuuuu

— dites moi ce que vous cherchez ?

— je viens pour l’annonce

— ha ok, bon le patron n’est pas là mais j’ai son numéro je vais l’appeler.

Elle passa un coup de téléphone qui dura une dizaine de minutes et pendant lequel elle n’arrêtait pas de me questionner.

— tu as quel age ?

— 19

— « elle a 19ans, elle est blonde elle doit faire 1m65, plutôt fine oui »

— ton tour de poitrine ?

— 85b

— « 85b, elle est vraiment très jolie »

— tu es bi ?

— quoi ?

— si tu aimes les femmes ?

— non non

— « non pas bi, bon d’accord à ce soir »

Et elle raccrocha.

— Bon il ne peut pas venir mais il m’a demandé de t’expliquer.

Nadia me fit passer derrière son petit comptoir et commença à m’expliquer, les cabines et les shows qu elles faisaient. Il en existait de 4 sortes, le strip dit « classique », le show « hot », le show « lesbien » et le lap-dance. Les trois premiers se passaient dans une pièce ou la danseuse ne pouvait voir les personnes qui se situaient dans les cabines, qu’en au Lap-dance s’était dans un petit salon à l’étage et uniquement lorsque le patron était là pour la sécurité des filles.

Nadia m’expliqua que cela faisait 1ans qu’elle travaillait ici et que cela lui arrondissait bien ses fins de mois, je lui expliquais un peu ma situation.

Elle aussi avait eu un enfant très jeune et avait du fuir l’Algérie à cause de sa famille.

Je la quittais précipitent car l’heure tournait et j’allais rater mon train.

    - passe me voir demain

    - ok

Je pensais à tous cela dans le train. Le soir je trouvais une excuse bidon à ma mère pour expliquer mon retard, et j’en profitais même pour lui demander si vendredi soir elle pourrait s’occuper de Lou parce que une amie de la formation fêtait son anniversaire.

Ma mère accepta de suite, ravie que je sorte enfin seule.


Jeudi

J’attends un peu que tous le monde se dispersent à la sortie des cours, pour prendre seule la direction de la gare. Lorsque je rentres dans le sex-shop, je suis surprise Nadia n’est pas derrière la caisse, c’est un homme d’une quarantaine d’année.

— pardon Mr, Nadia n’est pas là ?

— Si elle est en haut elle se prépare pour son show, c’est toi qui es passé hier pour l’annonce ?

— Oui

— Je suis Serge le patron, Nadia t’a expliqué ?

— Oui

— Et tu serais libre quand pour commencer ?

— Ben je ne sais pas trop…

— Ici c’est comme tu veux.

Et là Serge attrape un lutin et en tournant les pages je découvres une dizaine de fille toutes seins nues et en string avec des annotations en marge sur les show possibles et les jours et horaires de présence.

— C’est toi qui choisie, il suffit que l’on se mette d’accord et si tu ne peux pas que tu appelles ok ?

— Oui

— Monsieur !!!

Serge fait un signe à un homme qui se trouvait au rayon DVD

-cabine 1

— suis moi tu va voir Nadia, il n’y a rien de mieux que de voir pour te faire une idée, tu ferme la porte derrière toi.

Là je rentre dans une petite pièce sombre ou trône un fauteuil de canapé d’un autre age, il y a un rouleau de sopalin sur une petite table et une poubelle, cela ne fait aucun doute de leurs utilisations. Devant les yeux une grande vitre, au travers de laquelle j’aperçois une autre pièce à l’ambiance rouge, il y a une barre de danseuse, des miroirs sur le fond et devant un grand matelas.

La lumière s’allume,la musique commence et là je découvre Nadia dans un maillot de bain aux couleur du drapeau brésilien des plus mini, elle s’enroule autour de la barre, se cambrant, se contorsionnant, prenant des poses à la fois sexy et érotiques, lançant des baisers virtuel, c’est très troublant j’ai parfois l’impression qu’elle me regarde droit dans les yeux, notamment lorsqu’elle libère sa poitrine généreuse face à moi, mais quelques instants après elle offre sa croupe en spectacle la tête au niveau des chevilles.

Le spectacle de Nadia continue, elle perds vite le bas et j’assiste dans ma petite cabine bien caler au fond de mon fauteuil au show de Nadia, elle se caresse, se branle le clitoris, se doigte avec un, deux, trois doigts, écarte les lèvres de son sexe pour une exhibe pleine d’impudeur.

Je ne peux m’empêcher de glisser une main sous mon tee-shirt et d’effleurer mes tétons qui sont extrêmement dur et sensible, si je n’avais pas été en jeans je me serrais caresser.

Je vois Nadia se contorsionner sous ses caresses et son corps se tendre quelques secondes avant que la lumière s’éteigne faisant disparaître Nadia.

Il me faut quelques instants avant d’oser sortir, que je mets à profit pour réfléchir. Serais je capable de me donner ainsi en spectacle ?

— Alors qu’es ce que tu en penses ? Tu as aimé ? Tu as envie d’essayer ?

— Oui

— Monte Nadia est en haut

— Bonjour Nadia

— Hé alors tu es revenue, je vais avoir de la concurrence avec toi.

— Je ne sais pas encore

— Tu as vu ce n’est pas compliqué et la 30e dans la poche.

— La tu as fait le « hot » ?

— C’est un habitué, il avait payé pour un streap « classic » mais j’ai un peu débordé.

— Ha c’est lui qui t’a demandé ?

— Non c’est toi qui m’as excité.

— MOI

— Oui je savais que tu étais en cabine et toi aussi je t’ai exciter je t’ai vu.

Je restais sans voix.

— allez viens on va faire la photo, si tu veux danser il te faut sur le book.

En moins d’une demi heure, je me retrouvais dans le lutin du sex-shop avec la mention nouvelle, « classic » et « lap dance ».

Serge me donna un DVD avec des danseuses et missionna Nadia pour qu’elle me chaperonne pour ma première soirée.

Le vendredi soir je rejoignais Nadia à 17h, lorsque nous sommes monté au dessus du magasin il y avait 3 filles qui attendaient. Je fus dévisagé de la tête aux pieds.

J’apprendrais plus tard à m’en méfier, aux moins de deux d’entre elles, mais c’est une autre histoire.

Nous sommes rester là jusqu’au petit matin, j’ai fait 5 show « classic » qui se sont bien passés et une « lap dance « qui elle ne fut pas très réussi. J’ai éprouvé beaucoup de mal par le fait de me retrouver face à face avec un homme. Serge ne m’en a pas tenu rigueur.

A 5 heures du matin, Serge baissa le rideau il monta faire le point avec nous, nous n’étions plus que trois Nadia, Fatou une sénégalaise et moi, les deux autres étaient parti vers 1h du matin. Il nous donna à chacune une enveloppe.

Il fit le bilan aussi des demandes, comme d’habitude s’étaient le « hot » et le « lesbien » qui étaient le plus demandé, à bon entendeur.

Il commanda un taxi à Nadia pour la ramener chez elle, Fatou et Moi sommes resté dormir sur place car nous avions un train à prendre.

Je rentrais en fin de matinée chez ma mère et profitais pleinement de ma petite Lou, que je gâtais avec l’argent gagner.



A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live