Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 581 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Le P***, self-service

Chapitre 4

Voyeur / Exhibition

Lucia avait une queue dans chaque main pendant qu’elle disait ça. Les deux mecs avaient l’air super durs, leurs regards étaient un peu voilés, celui de Lucia brillait comme une torche folle.

De voir ça ça m’excitait grave, mais j’ai eu envie de garder les mains loin de ma chatte pendant un instant ...

Je les ai posées sur mes cuisses, je me suis concentrée sur ce que je voyais et sur mes sensations, j’ai pensé très fort à l’odeur et au goût de ces deux queues tendues et je sentais mon coeur battre dans mes petites lèvres gonflées de désir et dans mon clitoris durci tandis que mes yeux restaient fixés sur le spectacle de ces deux mecs sexy et bien foutus à genoux sur mon lit, le dos légèrement fléchi, les reins cambrés et leurs épaules bien dessinées dans la lumière de la bougie. Lucia se déhanchait imperceptiblement entre eux, les paumes refermées sur ses trésors ...

Je me suis approchée d’eux, et j’ai embrassé Lucia, posant mes mains sur les siennes puis trouvant rapidement mes marques sur mes nouveaux domaines ... J’ai pris leurs deux paires de couilles dans mes mains, les caressant doucement pendant que Lucia les branlait au même rythme, et bientôt leurs bouches couraient indifféremment sur nos deux cous.


’Mais d’abord on va s’amuser un peu entre nous...’ a dit Lucia


Après une minute de ce régime, à caresser les pulpeuses lèvres de Lucia de ma langue lascive, je n’ai pas pu me retenir et je me suis penchée sur le côté pour sucer mon préféré, celui qui m’avait si bien léchée ...

Je me suis mise à sucer et à laper son gland à petits coups de langues puis je l’ai englouti en entier, l’enserrant entre ma langue et mes joues et jouant de mes lèvres avec son prépuce, que je tirais et repoussais tout en titillant son frein ainsi tendu du bout dardé de ma langue.


J’ai vite assoupli mon mouvement, je ne voulais plus l’agacer mais lui ménager dans ma bouche le nid le plus chaud et le plus accueillant qui se puisse concevoir, il gémissait de plaisir en pétrissant mes épaules puis ses mains sont descendues jusqu’à mes fesses qu’il a écartées.


J’ai senti une langue vive caresser tout l’intérieur de ma vulve avant de s’arrêter sur mon clito, puis des lèvres le pincer et le tirer légèrement, j’ai cambré les reins, électrisée, deux mains d’homme m’ont attrapée par la taille tandis que Lucia faisait courir les siennes sur mes cuisses et enfonçait sa langue dans ma chatte trempée.

Elle a bientôt recommencé à me lécher le clito en enfonçant deux doigts dans ma chatte trempée qui palpitait de désir, et chaude comme la braise j’ai ouvert les mâchoires pour prendre tout ce que je pouvais de la queue de mon jeune homme dans ma bouche.

Comblée par tant de bienfaits je mouillais comme une folle et j’ai tendu une main vers mon sexe ou mes doigts ont rencontré ceux de Lucia. J’ai glissé un doigt avec les siens dans mon vagin puis je me caressée, le coeur frappé de plaisir à chaque fois que mes lèvres et mon nez venaient toucher le bas-ventre et le scrotum de mon agréable comparse.


Le deuxième homme n’est pas resté inactif, j’ai senti un de ses doigts me caresser la chatte et revenir fort mouillée me masser lentement l’anus. Tant de délicatesse m’a chavirée, j’ai mouillé de plus belle et j’ai cambré un peu plus le dos sous la pression du plaisir ressenti, tandis que Lucia et sa langue magique me menait au paradis.

Elle a trouvé un mouvement tripant et lent qui m’a faite ralentir d’autant le rythme de la fellation que je faisais à mon jeune homme, je me suis mise à faire aller et venir mes lèvres paresseusement le long de sa bite ; lorsque j’atteignais le frein il gémissait de façon adorable et remuait les hanches, et lorsque j’arrivais presque à la base il gémissait d’une façon plus adorable encore en étant agité d’un soubresaut nerveux qui projetait sa queue plus loin dans ma gorge.


Serrant les lèvres je le laissais ensuite lentement aller, puis je l’enfonçais à nouveau dans ma bouche, jouissant à chaque seconde de la sensation de glissement de sa peau contre ma langue et de la douceur incroyable de son gland sur mes lèvres.

Lucia me doigtait plus profond à présent, et l’autre mec m’a lentement enfoncé un doigt dans le cul. Il a fait un aller-retour en enfonçant une phalange, puis deux, puis trois, il a ajouté un deuxième doigt et je me suis détendue, abandonnée au plaisir d’être maintenant investie par chaque orifice disponible... Lucia me massait les endroits les plus magiques, et j’ai senti l’orgasme monter. Je l’ai senti pendant très longtemps, et je me suis dit qu’avec un peu de chance il allait être vraiment mortel.;>


Je jouissais d’avoir la bouche remplie par une belle queue droite et dure, et douce, et bonne à sucer, je jouissais d’avoir la chatte et le cul pénétrés par des doigts décidés et je jouissais d’avoir une langue experte qui me léchait le clitoris ; peut-être qu’en ce moment précis dans une autre dimension j’aurais pu souhaiter autre chose, comme par exemple me faire baiser par une belle queue dure, ou enculer par une autre belle queue dure ou la même, successivement, ou les deux en même temps, mais là, telle que j’étais, avec deux doigts dans la chatte, deux doigts dans le cul et une queue dans la bouche, j’étais super bien et j’allais avoir un orgasme du tonnerre ...


Je l’ai senti commencer alors que j’avais le gland presque dans la gorge. C’était super bon. Des élans de plaisir ont traversé mon bas ventre et sont remontés le long de mon ventre et de mon dos jusqu’à ma gorge, pendant que d’autres vagues partaient du centre et irradiaient les extrémités. Je sentais mon ventre se contracter par saccades, c’était vraiment un super trip, j’avais l’impression que ça n’allait jamais finir et j’avais bien envie de crier mais j’avais la bouche totalement pleine alors finalement je n’ai pas fait trop de bruit.

J’avais l’impression que je ruisselais de mouille et ça ne devait pas être très loin de la vérité ...A la fin je me suis raidie, et j’ai tendu la main vers mon entrecuisse pour inviter mes charmants tortionnaires à libérer les lieux.

Lucia a sorti de mon ventre des doigts luisants de mouille et me les a enfoncés dans la bouche, non sans en avoir au préalable enlevé la queue que je suçais .

La lumière dans ses yeux était toujours là, plus ardente que jamais.

Elle s’est laissée aller contre le mur et a écarté les cuisses, ses lèvres épilées révélaient sa vulve toute brillante et trempée, elle a commencé à se caresser, du bout des doigts d’abord, puis en enfonçant loin l’index et le majeur, qu’elle faisait aller et venir sans hâte dans sa fente.

Les rôles se sont ainsi distribués : le jeune homme que je suçais s’est faufilé vers elle et elle s’est levée sur ses genoux, il s’est glissé sous elle, a posé ses mains sur les hanches de Lucia et a commencé à la lécher.

Elle a renversé la tête en arrière. J’ai vu les muscles de ses jambes se contracter tandis qu’elle luttait pour garder son équilibre tout en s’abandonnant, ce qui n’était pas en soi chose facile, je me suis approchée et j’ai penché la tête pour voir: la langue du jeune homme courait sur les muqueuses roses de Lucia et elle haletait de plaisir.


Elle n’oubliait pour autant pas la consigne qu’elle avait fixée à nos deux jeunes hommes, et lançait au type qui ne la suçait pas des regards du genre ’allez, mais allez! je veux te voir en action!’

Eux non plus du reste, et le mec qui quelques minutes avant me doigtait bandait vraiment comme un taureau. Il s’est approché la queue tendue de son pote, qui avait l’air de s’éclater grave à bouffer la chatte de Lucia, et il a commencé à le caresser du bout de son gland, comme s’il tenait un lance-flamme.

L’autre a remué les hanches et il bandait toujours assez dur, la queue encore toute humide de ma salive, ça m’a donné carrément envie de recommencer à le sucer, surtout maintenant que je n’avais plus rien qui me déconcentre personnellement!

J’ai léché un peu ses couilles avant de prendre sa bite dans ma bouche, les parcourant du bout de la langue d’abord puis les gobant l’une après l’autre car elles étaient un peu grosses pour rentrer toutes les deux en même temps, j’ai lutté quelques temps et il avait l’air de kiffer, et puis j’ai repris sa queue dans ma bouche et j’ai recommencé à le sucer de tout son long.


J’ai vu le gland de l’autre type disparaitre dans l’anus du premier. Il a forcé un peu, et centimètre par centimètre il s’est enfoncé à moitié, avant d’entamer un lent mouvement de va-et-vient lancinant... Je sentais sous ma langue les réaction de l’autre, il bandait plus fort et était vraiment superdur, à un point tel que je me suis dit qu’il allait jouir dans ma bouche à longues giclées avant même que l’autre ait eu fini de s’enfoncer. Tout en suçant sa queue de toute mon âme, j’observais la progression de la queue de l’autre en lui, c’était étrange et fascinant de voir ça de si près, un peu comme être invitée à la cérémonie d’un club dont on ne fait pas partie.

Il y allait doucement et lentement, sans forcer, c’était assez loin des trips que j’imaginais entre deux mecs, pas du tout violent ni rien, et j’aurais bien eu envie d’être à sa place.

Il s’est enfoncé jusqu’à la garde puis il s’est presque entièrement retiré avant de plonger à nouveau dans l’anus de l’autre; moi je suçais au même rythme ou presque : à chaque fois qu’il plongeait sa queue dans l’autre mec moi j’enfonçais entre mes lèvres et jusqu’au fond de ma gorge le sexe au bord de l’explosion du deuxième jeune homme.

Je sentais que j’étais super mouillée à nouveau et j’aurais presque été prête pour un autre round, mais en même temps je fatiguais un peu et je sentais que je n’étais pas la seule: Mes deux amis semblaient l’un comme l’autre au bord de la jouissance, l’un dans ma bouche et l’autre à quelques centimètres de mon visage.

Je me suis excitée un brin sur ma cadence, serrant plus fort les lèvres et jouant de la langue comme si j’en avais eu trois dans la bouche, j’enserrais en même temps la base de son sexe dans une main et de l’autre je caressais ses couilles qui commençaient à se contracter légèrement.

Soudain son enculeur s’est retiré et à commencé à éjaculer sur une cuisses et une aine de mon jeune homme, qui au contact du sperme chaud a commencé à jouir dans ma bouche, libérant de longs jets de foutre contre mon palais.


Je leur ai laissé un peu de temps pour souffler, et puis je leur ai proposé un thé.

Quelques minutes plus tard nous étions installés tranquillement à le siroter, et je me disais que ça avait été une expérience passionnante, mais que quand même, je préférais les hommes qui préféraient les filles!:)

’enfin quand même’, a dit plus tard Lucia, quand on a été seules, ’t’as eu de la chance, ils étaient vraiment bi!’

’ouais, c’est vrai ...enfin j’aurais eu du mal à ramener deux gays dans mon lit quand même!:)’

On a bien rigolé, et puis on a fini par se coucher pour dormir vaguement 3 heures.

Diffuse en direct !
Regarder son live