Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 113 fois
  • 66 J'aime
  • 0 Commentaire

Le séminaire de Mélissa

Chapitre 1

Divers

Bonjour je m’appelle Mélissa et je vais vous raconter une petite partie de ma vie, ce qui me permettra peut-être de me soulager d’un poids, et de retrouver un équilibre dans ma vie...


Comptable dans une grande boîte de supermarché, nous avons eu il y a quelques années de cela un séminaire pour le haut personnel de la boîte. Âgée de 25 ans à l’époque, il était courant au bureau que je me fasses mater dans les couloirs, et même que les hommes qui m’entouraient alors me fassent des compliments sur mon physique (57kg pour 1m78, des fesses rebondies juste ce qu’il faut et un petit bustier 80A, rien que je trouve vraiment extraordinaire). Ce que je crois surtout, c’est que ce sont mes goûts vestimentaires strictes mais féminin qui faisait fantasmer la gente masculine au boulot.


Nous voilà parti avec quelques collègues du bureau pour ce séminaire d’une semaine, dans les forêts du Jura. Une ancienne étable, très bien entretenue, où l’on pouvait encore retrouver quelques chevaux, mais plus dans la même optique que par le passé. J’avais fait une petite recherche sur le site avant d’y aller, et j’avais découvert que les anciens propriétaires avaient sorti plusieurs champions équestres. L’étable avait été délaissées par les enfants, et reprise par un couple de jeunes nouveaux riches qui avaient investit dans l’hôtellerie de luxe, et avaient bien réussis!


Nous fûmes extrêmement bien reçu dès notre arrivées. Les dirigeants de ma boîte avaient louer tout le complexe pour la semaine et nous avaient offert le gîte et le couvert tout au long de la semaine. Nous avions tous droit à une chambre individuelle, pas besoin de faire chambre commune entre femmes, ou entre hommes c’est selon.


Le réceptionniste nous appela les garçons de chambre pour nous diriger vers nos chambres. Tout cela était fait dans les règles de l’art, avec les politesses et les manières d’usages. Du moins au début!


En me laissant m’installer le jeune homme sortit de la pièce en refermant les portes derrière lui, et je cru apercevoir en me retournant,son regard s’attarder sur mes fesses. Bien qu’il fut agréable jeune homme, j’avais laissé derrière moi mon petit ami qui me suffisait amplement!


Le même soir, lorsque je rejoignis ma chambre, je repensais au regard du jeune homme, et je me disais que ce devait très certainement être mon imagination qui me jouait des tours! Je téléphonais à mon homme vers dix heure du soir, pour lui donner de mes nouvelles et prendre les siennes. La discussion vira doucement sur des penchant de plus en plus sensuel d’abord, avant de parler carrément de sexe et de fantasmes téléphonique.

Au plus la discussion avançait, au plus ma main libre me caressait, je la retenais de moins en moins. Lorsque j’en fis part à Stéphane, celui-ci ne se doutait pas ce qui allait advenir de moi en me demandant de décrire le trajet de ma main baladeuse, et de me laisser aller à mes plus folles envies. Ce que je fis évidement!

Je me caressais les seins pour commencer, puis je descendais lentement pour caresser les tissus de mon entre-jambe. Je continuais en me déshabillant complètement et à me caresser de plus en plus ardemment jusqu’à me faire jouir après m’avoir caresser les lèvres, le clitoris, et m’être pénétré la vulve de mes doigts que j’imaginais être ceux de mon amour. J’en criais presque sans retenue de plaisir ce qui n’était pas pour déplaire à ma moitié si loin de moi, et que j’aurais préféré au plus profond de mon être!


C’est toute chose que je finis par lui dire à demain. Que je prendrais du temps pour lui tous les jours aux soirs avant de revenir faire l’amour auprès de lui, comme des fous, dès mon retour de ce séminaire qui me paraissait déjà tellement long loin de lui!


Je m’endormis encore toute moite de sueur, les lèvres encore toutes chaudes et pleines de cyprine.


La journée suivante, nous dûmes nous retrouver tous ensemble dans le local de réunion, et travailler sans arrêt jusqu’en fin d’après-midi. Nous avions reçu le reste de la journée de libre pour nous délasser et nous prélasser avant la journée suivante qui serait tout aussi remplie!

Je ne me fis pas prier pour retourner dans ma chambre, je comptais bien me rafraichir un peu avant de profiter du merveilleux soleil au jardin.


En rentrant dans ma chambre je fus surprise de voir une petite tablette à roulette généralement utilisée pour les petits déjeuner au lit, où était déposé une cloche en argent sur laquelle était mise une petite lettre. Qui pouvait bien m’avoir envoyer un tel cadeau? Stéphane? Ça lui ressemblait assez comme petite surprise.


Je pris la lettre, et souleva le couvercle d’argent avant même de lire le petit mot. De nature gourmande, je voulais savoir directement ce que j’allais pouvoir déguster.


Quel fut ma surprise lorsque je vis un cd, sur lequel était marqué: "COPIE"

J’insérais le cd directement dans mon PC pour connaître la nature de l’objet. Lorsque je me vis occupée à me masturber, à me doigter, à me lécher les tétons, à me pénétrer la vulve et y insérer jusqu’à trois doigts, je ne compris pas. Ou plutôt si je comprenais... mais je voulais en avoir le cœur net! J’ouvris la lettre d’un coup net, et parcouru le papier.


"Si vous ne voulez pas vous voir vous masturber demain sur l’écran géant de la grande salle au petit déjeuner, rendez-vous à 20h15, dans le petit cagibi téléphonique à côté de la réception en tailleur gris, bas noir, sans soutient et sans culotte ni string"


J’étais piégée, entre un salop, et mon honneur!!!

Diffuse en direct !
Regarder son live