Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Fantasme
  • Lue 9 879 fois
  • 110 J'aime
  • 0 Commentaire

Le service après vente

Chapitre 1

Hétéro

Léon s’occupe du service après vente de son entreprise, spécialisée en installation de salle se bains. Ce métis de quarante ans, se déplace aujourd’hui chez Mr. Contat, dont les travaux ont été effectués il y a quinze jours. Quelques bricoles, rien de bien méchant. On est en plein mois de juillet. Il est vêtu d’un short, et d’une chemise à manches courtes. Il est quatorze heures quand il sonne à l’interphone de la villa. C’est Jérôme, âgé de huit ans, qui répond.

-Oui, dit-il, c’est qui?

-C’est le dépanneur pour la salle de bains, répond Léon.

-Ah, une minute. Maman, il y a le Monsieur pour la douche.

Valérie, jolie brune de vingt neuf ans, mère de Jérôme, est allongée au bord de la piscine, vêtue d’un maillot deux pièces. Elle passe une serviette autour de la taille, et va ouvrir.

-Vous avez fait vite, dit-elle, mon mari a appelé ce matin. Entrez, je vais vous montrer. C’est le robinet du lavabo a revisser sur la vasque.

Elle le guide à la salle de bains. Il sort pince, tournevis, lampe torche, et s’allonge sous le meuble du lavabo. Valérie remarque la bosse dans le short, et ne peut s’empêcher de sourire. Mais un sourire vicieux, en se passant la langue sur les lèvres.

-Je vais mettre une tenue plus décente, dit-elle. Vous m’appelez si vous avez besoin.

-D’accord, dit-il, merci Madame.

Elle regagne sa chambre toute proche. A peine a-t-elle ôté le bas de son maillot, que l’ouvrier l’appelle. C’est donc en serviette, sans rien dessous, qu’elle retourne à la salle de bains.

-Oui, dit-elle, je peux vous aider?

-Vous pouvez tenir le robinet pour pas qu’il tourne.

-Bien sur, pas de problème.

Elle s’avance en écartant les jambes, pour éviter celles de Léon. D’en bas, la vue est imprenable. Il soulève la serviette à l’aide de la lampe torche, et l’allume. Valérie ne sent rend pas compte. Il aperçoit la fente légèrement ouverte, avec, tout en haut, le clitoris qui sommeille dans son berceau.

-Aie, fait-il, çà risque d’être plus long que prévu.

-C’est pas grave, répond-elle, j’ai tout mon temps.

En se déplaçant, Léon butte contre les pieds de Valérie.

-Excusez moi Madame, dit-il.

-C’est rien, faite, vous voulez que je m’écarte un peu plus, demande-t-elle.

Elle n’attend pas la réponse. Elle fait glisser ses pieds sur le carrelage pour s’ouvrir d’avantage. Avec minutie, Léon dirige le tournevis entre les cuisses de Valérie, jusqu’à ce que celui-ci soit en contact avec sa chatte. Surprise par la froideur de l’acier, elle ne réagit pas immédiatement.

"Hey, c’est quoi cette agréable fraicheur que je ressent sur ma fente", se dit-elle.

Le tournevis continue sa vicieuse inspection. Il joue avec le bouton, essayant de le décalotté. A entendre les râles de Valérie, on comprend qu’il y parvient.

-Mais, qu’est-ce-que vous faites, arrêtez çà je vous prie.

-Pourquoi, Madame, c’est pas bon, vous aimez pas. Une si belle petite chatte qui demande qu’à se faire donner.

-Si, justement, c’est bon, mais c’est pas bien. Si mon mari apprend çà.

-Et qui va le lui dire, reprend Léon, certainement pas moi.

La chatte de Valérie est bientôt prête. Les lèvres sont toute humides. Léon retire le tournevis, çà se confirme. Il est plein de mouille. Il sort de dessous le meuble, et l’attire à lui. Valérie fait mine de le repousser, mais plus par principe, que par refus. la serviette tombe au sol. Léon fait glisser ses doigts sur le sexe de Valérie. Elle n’est pas farouche. Elle écarte même ses jambes pour faciliter l’accès à son intimité. Léon n’en revient pas. il trouve qu’elle se donne un peu facilement. Valérie s’attaque au short de Léon, qui finit à ses pieds, faisant apparaitre un membre assez imposant. Leur corps glissent sur le papis de bains.

-Mon dieu qu’elle est belle, dit-elle. Je peux jouer avec?

— Bien sur, petite Madame, vous ne gênez pas.

Valérie saisit les couilles, et l’énorme bite entre ses mains. Elle tire sur le prépuce pour dégager le gland, et le prend du bout des lèvres. lui, fait rouler le clitoris entre ses doigts.

-Mais elle se régale la dame, sa petite chatte est toute mouillée, sourit Léon. Allez viens, trésor, on va calmer tout çà. Tu veux que je te le mette, hein?

-Putain oui, s’il vous plait, il me tarde de la prendre.

Léon s’allonge sur le dos. Il saisit Valérie par les hanches, et la force à s’empaler sur sa queue en totale érection, en le faisant mettre à genoux. le cri ne laisse aucun doute, elle n’a jamais pris une queue de ce calibre. Elle se cambre en arrière, faisant jaillir ses seins au bout tendus, et prend appuie avec ses mains sur le sol. Elle est entièrement offerte.

-Ha.oui..Quelle grosse queue,soupire-t-elle, çà me change de mon mari. Allez y, je vous offre ma chatte, niquez moi. ha..oui..oui, je joui. Pourquoi dieu vous a donné de tels attributs, et pas a nos hommes, hein? Pourquoi?

-C’est pour pouvoir régaler les blanches, répond Léon. Han, moi aussi je viens, Madame, tenez, prenez çà, c’est bon, Hein? Vous allez me sucer après, d’accord?

-Mon dieu, quelle réserve, gémit Valérie. Vous vous videz autant que çà chaque fois. Ben dis dont. mais bien sur que je vais vous taillez une pipe.

Pendant une heure, Léon va prendre Valérie dans toute les positions, pendant une heure, il va lui remplir tout les orifices de sa semence, pendant une heure, il va la faire hurler de plaisir. Des cernes se forment sous ses yeux. Elle est épuisée, tandis que Léon, n’a pas l’air plus affecté que çà.

-Quel amant vous êtes, combien de coups de queues vous m’avez mis. Quatre, cinq, je sais plus. Ce que je sais, c’est que je n’ai jamais joui comme çà.

-Si il y a d’autres réparations, je peux revenir, Madame. Si vous avez envie de vous faire niquer par une grosse bite.

-Il y en aura, j’y tiens, répond Valérie. Sur. Mais c’est moi qui vous contacterais. On peut se tutoyer maintenant.

-Comme tu veux, répond-il.

Valérie lui donne un baiser fougueux. Léon finit la réparation, et prend congé.


Le mari de Valérie arrive vers dix huit heures. Il trouve son fils Jérôme dans le salon.

-Alors mon fils, tu as passé un bon après midi. Et maman, elle est ou?

-Elle prend sa douche, répond Jérôme. Je sais pas ce qui a eu, un Monsieur est venu pour réparer la salle de bains. Maman lui a donné un coup de main. Pendant une heure, elle s’est pas arrêté de crier.

Le visage de l’époux se crispe.

-La salope, elle a donné un coup de main, mais elle du aussi prendre des coups de queues pour hurler comme çà.

Diffuse en direct !
Regarder son live