Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 21 817 fois
  • 45 J'aime
  • 0 Commentaire

Shopping avec ma soeur

Chapitre 1

Hétéro
45
5

Ma soeur venait de fêter ces 18 ans, elle était très belle, environs 1m 65, de longues jambes fines, des petites fesses rebondie et une poitrine déjà bien généreuse pour son jeune âge, du reste elle faisait quelque émule parmi ces copains d?écoles. Moi , j?avais 22 ans et je mesurais environs 1m 75, brun, les yeux verts, je faisais craquer la plupart des filles et ma soeur

me vouait une admiration sans borne. Je dois dire que j?étais aussi très fière d?elle. Elle n?avait jamais connue d?homme, je veux dire qu?elle n?avait pas encore couché. Bien un ou deux petit copain, mais rien d?extraordinaire jusque là.

  Un jour que nous faisons les magasins ensemble, nous sommes passé devant un grand magasin de lingerie, en vitrine, s?affichait plusieurs tenues, slips et autres soutiens gorges, du plus sage au plus osé. Nous continuâmes à marcher lorsque ma soeur revint sur ces pas? Qu?est ce que tu en pense me demanda t?elle, tu trouve joli ? Oui, c?est assez beau répondis-je, mais ça dépend sur qui, disons que ça ne va pas sur tout le monde.

Tu crois que ça m?irait ? Et bien mise à part que tu es un peu jeune, je pense que tu possèdes un physique sur lequel ça doit bien ressortir. M?entraînant par le bras, elle me fit rentrer à l?intérieur du magasin. À l?intérieur étaient disposé plusieurs présentoirs, un peu gêné, je déambulais à travers les rangées, pendant que ma soeur, elle tout à fait à l?aise, commençait à prendre entre ces mains plusieurs culottes, bas et même des porte-jarretelles.

    Elle fini par revenir près de moi, chargé d?une montagne de dessous. Je veux les essayé me dit-elle ! Tu es bien sûr, vraiment je ne te vois pas la dedans, écoute, je vais passer un ensemble et tu jugeras après ! Ok, au bout de 10 min, j?entendis sa voie, tu peux m?aider, s?il te plait, j?ai un peu de peine à refermer ce body, je rentre donc dans sa cabine, spacieuse d?ailleurs, et là, je n?en crois pas mes yeux, ma soeur devant moi avait enfilé une paire de bas couleur chair, un body qui faisait office de porte-jarretelles et quel body, en microfibre transparent, de fine dentelles cachait les tétons ainsi que son sexe et c?est là que je devais intervenir, en effet, ce que j?ignorais, c?est que son body, se fermait à l?entrejambe à l?aide de petite pression.

  Tu es sûr que tu ne peux pas le faire toutes seul m?assurais-je, non, j?ai

essayé et c?est trop dur pour moi. Ok, je vais aussi essayer. Elle était debout et c?est fébrilement que j?approchais mes mains de son entrejambe, accroupi par terre, je pouvais voir les poils de son sexe, cette vision, malgré moi, me provoqua une forte érection, afin de me mettre plus à l?aise (mon pantalon me faisait mal) je prétextait qu?il était trop difficile dans cette position. Asseye toi plutôt, ça sera plus facile, elle posa donc ces fesses sur le rebord de la chaise disposé à l?intérieure de la cabine, mais elle gardait ces jambes serrées, cette fois-ci ce fût elle qui était mal à l?aise?. Si tu n?écarte pas un peu plus tes jambes, je ne vais jamais y arriver, lui dis-je, la vison d?avant m?ayant fortement excité et malgré le fait que c?était ma jeune soeur, je ne pouvais m?empêcher de vouloir en voir un peu plus.

  Elle écarta donc un peu plus ces jambes, me dévoilant alors sa pilosité bien fournie d?adolescente, de mes mains, je commençais à boutonner son body, j?effleurais plus que je ne le devais sa toison et elle le remarqua, mais ne dit rien, je la regardais et lui dit le plus innocemment possible, écoute, je n?y arrive non plus pas comme ça, écarte un peu plus, elle posa carrément sa jambe sur la chaise, là j?avais une vue totale sur son sexe. Je glissais mon majeur sous son body et à l?aide mon pouce refermait le bouton pression, mon doigt, directement en contact avec son sexe me fit comme un électrochoc, c?était doux et chaux à la fois, elle senti mon trouble et par pur provocation sans doute, elle avança subrepticement son bassin, accentuant ainsi le toucher de mon majeur sur son sexe.

  Tout en continuant à reboutonner son body, j?exerçais de petit mouvement avec mon doigt. Le dernier bouton fermé, je retirais à grand regret mon doigt, ressortant de la cabine pour la laisser terminer son essayage, je portais le doigt vers mes narines. Il était mouillé, et sentait bon ce mélange d?odeur si particulier de l?intimité féminine.

  Troublé, je décidais de ne pas revenir sur ces faits et d?oublier cette petite aventure. C?était sans compter sur ma soeur?.

    Ma soeur, sans que je le sache, était retourné au magasin et avait effectué quelques achats, je le découvris en faite tout par hasard. Une semaine, alors que nous étions seul tout les deux à la maison (mes parents voyageant beaucoup), ma soeur, vêtue d?une jupe à volant relativement courte vint s?asseoir en face de moi dans la salon. J?ai toujours eu une manie, je ne m?asseyais jamais sur le canapé, je préférais de loin la moquette, adossé au dit canapé. Elle avait pris un livre avec elle et se mit immédiatement à lire, moi de mon côté, je regardais attentivement le poste de télé.

  A un moment, je détournais la tête en direction de ma soeur, voulant lui demander quelque choses, mais je fût arrêter dams mon élan par ce que j?avais sous les yeux, en effet la petite robe de ma jeune soeur était remontée le long de sa cuisse, dévoilant à ma grande surprise, des bas retenu par un porte-jarretelles blanc, de là ou je me tenait, je pouvais aussi voir sa petite culotte, blanche et entièrement transparente. Je mâtais ainsi sous la robe de ma soeur et cela dura bien une bonne demi heure.

  Je ne sais si c?était vrai ou si elle simulait, mais reste qu?elle se plaignit d?une douleur aux niveaux des cuisses, petit frère, tu ne voudrais pas me masser un peu, je suis sûr que ça me soulagera, elle le faisait exprès, car si je la massais je découvrirais aussi par la même occasion ces dessous plus que coquin surtout pour une fille de son âge. Je me levais donc et alla chercher dans la salle de bain, le pot de vaseline, recommandé pour cet usage. Soulève un peu ta jupe, je ne veux pas en mettre partout, elle se souleva, retroussa sa jupe, exhibant ainsi ces dessous affriolant, mon sexe fièrement dressé, tendait mon caleçon, ça ne pouvait que se voir, et elle dû le remarquer.

    Pourquoi as-tu mis ces bas et ce porte-jarretelles lui demandais-je?. C?était juste pour essayé me répondit-elle, je vois et sans autres, je commençais à la masser, en faite il n?y avait pas une grande surface à masser, juste la peu de peau nue entre le haut de ces bas et sa petite culotte qui ne cachait rien de sa féminité, cela va durer un moment lui dis-je, tu n?as qu?a lire pendant ce temp. Elle reprit son livre et s?y plongea. Elle semblait apprécier les mouvements circulaires que j?effectuais et tout en ce faisant je remontais toujours un peu plus vers sa culotte, jusqu’à toucher régulièrement son entrejambe.

Et ! Fais gaffe à mon slip me dis t?elle, il est tout neuf, je ne veux pas que tu le salisse, t?as qu?a l?enlever, de toute façon pour ce qu?il cache, ne pas en porter reviendrais aux même ! C?est vrai et de toute façon tu m?as

déjà vue nue et même de près (elle faisait allusions à l?épisode du magasin de lingerie), joignant le geste à la parole et fis glisser sa petite culotte (la cochonne l?avait mis par-dessus ce qui ne fis qu?accroître mes soupçon sur sa pseudo douleur), elle se rassit tout en écartant bien ces jambes, je me remis à l?ouvrage, cette fois ci plus aucune barrière ne séparait mes doigts de son sexe, mon massage de plus en plus précis était à la limite de son sexe, je jouais négligemment avec les grandes lèvres de son sexe légèrement entrouvert, plus de doute possible, elle voulait que je la masturbe, je dirigeais donc mon pouce à l?entrée de son vagin, il était trempé, et fis une légère pression dessus, elle baissa son livre. Mais fais-tu, je suis ta soeur, tu ne dois pas faire ça ! Tu veux plaisanter j?espère, tu t?amène devant moi vêtu comme ça, tu me demande de te masser les cuisses et après avoir enlever ta culotte tu exhibe ton sexe largement ouvert et en plus tu mouille ! C?est pas vrai, tu te trompe me dit-elle, comment ça, attend, je vais te le prouver, mon pouce étant toujours à l?entrée de son sexe, je n?eu cas le pousser un peu plus, maintenant il était entièrement dedans. Retire ton doigt tout de suite ! Je le retirais et le lui montrait, il luisait de ses jus, alors tu vois que tu es excitée, au moins autant que moi ! C?est vrai, fini t?elle par admettre mais je ne veux pas aller plus loin, je voulais juste savoir quel effet je pouvais faire sur un homme.

  Et bien tu vois dans quel état tu m?as mis à présent, en ce faisant, je baissai mon caleçon, sortant mon sexe, elle ouvrit sa bouche pour me dire quelque chose mais tout ce qu?elle trouva se fus mon gland, je lui prit la nuque et elle n?eu d?autre alternative que de gober mon sexe. Comme c?était bon, ma soeur en train de me sucer ou du moins d?essayer.

  Je ressortis mon membre de sa bouche pour l?embrasser fougueusement, d?abord, timide, elle s?abandonna à mon baisé, je la fis mettre à quatre pattes, jambes bien écartées.

  Mais que vas-tu faire me demanda t-elle d?une voie tremblante, sans rien lui dire, j?approchais mon visage de son entrejambe, ruisselant de toute son excitation, je dardais à présent, ce fourreau du plaisir, insistant bien sur et autour de son clitoris, chaque passage de ma langue sur son sexe détrempé, lui faisait tendre son cul tout la faisant gémir, retirant ma langue, je me remis debout, je guidais mon sexe vers le siens, elle était brûlante, je m?enfonçais jusqu’à la garde, puis commençais à la limer, elle en même temps, se masturbait le clitoris, elle aimai ça et même plus?

  Au bout d?un moment, elle me regarda et me dis : encule moi, je te veux par derrière, sans hésiter, je me retirais de son vagin et vint appuyer sur son petit anneau, il céda sous la pression, je faisais rentrer mon sexe au plus profond, des larmes de douleur ruisselait sur ces joues, mais bien vite effacer par de nouveau cris de plaisir, déchaîner, elle ondulait du bassin, voulant s?enfoncer à chaque coup, toujours plus loin?.. Je me vidais en elle, nos gémissements à l?unisson se rejoignirent en un fantastique orgasme.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder