Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 739 fois
  • 25 J'aime
  • 1 Commentaire

sodomies et fellations en club libertin

Chapitre 1

Travesti / Trans

Ce vendredi 20 septembre se tenait la « Tranny Night » mensuelle au club libertin X-Freedom.

Je me rends assez régulièrement dans ce club depuis quelques mois et j’en ressors souvent avec un sentiment de trop peu.

Malgré le thème de la soirée, les couples sont présents en bon nombre et parfois la présence de femmes refroidit les ardeurs de la gent masculine à notre égard.


Mon amie Mona et moi sommes arrivées quasi à l’ouverture du club.

Nous n’étions pas les premières, quelques hommes étaient déjà présents.

Ma première impression fut déjà positive lorsque je croisai un homme d’origine africaine qui me sourit et me caressa en arrivant à ma hauteur.


Très vite, je décidai d’explorer les alcôves.

Plusieurs hommes avaient eu la même idée, ils déambulaient pour voir si certains coquins jouaient déjà mais en ce début de soirée, c’était encore calme.

Ne perdant jamais une occasion d’inciter le peuple à la débauche et la luxure, je répondis à un homme qui faisait remarquer le peu d’activité que si ça ne tenait qu’à moi, les jeux commenceraient de suite. Il sourit mais s’éloigna. Par contre un jeune homme restait assis juste là, sur un matelas, me regardant tout en se caressant l’entre-jambes.

« Ca va toi ? Tu m’as l’air d’être bien occupé… Je peux m’asseoir à tes côtés ? »

« Oui, bien sûr ! »


Au fil de la discussion, j’appris qu’il était Français, qu’il venait régulièrement jusqu’en Belgique pour "s’amuser" et qu’il était un friand consommateur de T-girls !! Il semblait bien que j’étais tombée sur la bonne personne pour débuter ma soirée. Et de fait, après quelques minutes passées les lèvres autour de son gland, je lui proposais d’enfiler une capote, ce qu’il accepta sans hésitation.

Les hostilités débutèrent en levrette mais nous avons très vite changé de position pour rendre la pénétration plus profonde. Je me retrouvais donc sur le dos, les jambes relevées alors que mon partenaire s’appuyait sur moi, s’enfonçant profondément dans mon intimité. Nous avons encore changé de position plusieurs fois jusqu’à ce qu’il décide de s’interrompre pour conserver encore quelques forces pour la suite.

De retour dans la partie dance-floor, j’ai rencontré plusieurs personnes que j’avais déjà croisé lors de mes visites précédentes, notamment un couple d’habitués très sympathique et un homme qui m’avait fait visiter le club lors de ma toute première visite il y a de ça plus d’un an.


Depuis notre arrivée, Mona et moi avions constaté qu’un homme ne cessait de nous coller aux baskets. Agé, uniquement vêtu d’un vieux slip et de pantoufles (!!!), le pauvre homme n’avait vraiment rien pour plaire. De plus, le fait qu’il tente régulièrement de s’incruster alors que nous n’en avions pas envie finissait par devenir vraiment lassant. Mais autant moi que Mona éprouvions réellement de la pitié pour cet homme qui se faisait repousser de toutes parts.

Pour l’heure, cependant, j’avais d’autres chats à fouetter. Un homme me fit comprendre qu’il avait envie de faire plus ample connaissance et c’est avec plaisir que je répondis positivement à ses avances. Sa queue n’était pas longue mais assez épaisse. J’ai d’abord tenté de m’empaler sur lui alors qu’il était allongé sur le dos mais son ventre rebondi empêchait un contact rapproché. Je lui proposai alors de me prendre en levrette et là, tout fut beaucoup plus facile. Cependant, je ne m’explique toujours pas comment, malgré la longueur réduite de son sexe, j’ai quand même pris un pied majestueux car je le sentais bien présent en moi. Peut-être était-ce simplement dû à l’épaisseur… L’homme jouit en moi et m’avoua que c’était sa première fois avec une T-girl. J’adore servir d’initiatrice, surtout lorsque ça se passe bien, et je le félicitai vivement !

Plus tard dans la soirée, 2 hommes se vidèrent encore dans ma bouche. L’un d’entre eux m’avait annoncé qu’il viendrait mais ce soir-là, il a préféré garder l’anonymat. C’est seulement quelques heures plus tard qu’il m’envoya un message pour témoigner de sa présence en énonçant une phrase que je lui avais adressée après qu’il eut joui au fond de ma gorge.


« Papy Pantoufles » ne perdait pas espoir et continuait quant à lui de me coller aux fesses. A un moment donné, alors que je flirtais avec un gars, le vieil homme s’accroupit et commença à me sucer. Je dois avouer qu’il faisait ça assez bien.

Plus tard, je me retrouvais à nouveau dans une alcôve avec mon amant à queue courte mais épaisse. Alors qu’il me prenait une fois de plus en levrette, Papy Pantoufles se glissa sous mon buste et me suça à nouveau. Sa caresse buccale amplifia le plaisir que j’éprouvais à me faire pénétrer tant et si bien que j’ai failli jouir à ce moment-là. Mais ce fut mon enculeur qui jouit le premier et le jeu s’interrompit.

Je me retrouvais seule avec l’homme que j’avais tenté d’éviter toute la soirée. Alors que j’étais sur le point de prendre congé, il m’implora de rester et de le sucer un peu.

Son sexe était minuscule, pas plus grand que mon pouce, et moins dur. Je l’ai sucé en me donnant à fond, comme je le fais à chaque fois, et après quelques secondes seulement, le jus a jaillit. L’homme m’avouera ensuite que c’était la première pipe qu’on lui faisait depuis 10 ans ! Et bien je suis ravie d’avoir pu remettre le compteur à zéro !

J’ai profité de ce moment de confidence pour lui expliquer que son attitude générale était contre-productive et qu’il devait éviter de tenter d’imposer sa présence. J’espère qu’il en tiendra compte à l’avenir, dans son propre intérêt.


J’ai terminé la soirée en pompant le jus de mon premier amant, le jeune homme Français, que j’espère recroiser bientôt.

Cette soirée au X-Freedom fut très agréable pour moi, et assurément la meilleure passée dans ce club depuis bien longtemps.

Diffuse en direct !
Regarder son live