Le site de l'histoire érotique

Ma soeur

Chapitre 1

Inceste

Cette histoire a débuté alors que j’avais 16 ans et ma soeur 13 ans. A cette époque, nous partions tous les été en voyage avec nos parents et comme bon nombre d’enfants qui partent avec leurs parents nous dormions souvent dans une chambre annexe à la leur. Je dois dire que j’étais très curieux et même relativement obsédé par les formes que prenait ma jeune soeur et elle ne s’en offusquait point.


Un soir, alors qu’elle c’était endormie avant moi, je tirais un peu le drap afin de voir ses longues jambes bien fines et sa toute petite culotte en satin transparente qui laissait deviner une déjà très belle toison (et oui, en plus elle avait déjà un très bon goût pour la lingerie fine), mon coeur battait la chamade et la paume de ma main devenait de plus en plus moite et tremblante, j’étais excité et en même tant honteux de désirer ainsi ma jeune soeur. Je tentais malgré tout de risquer un petit doigt pour caresser cette surface si douce et chaude tout en veillant de ne pas réveiller ma soeur, au contact de ce tissus soyeux, j?eus une très violente érection et remarquant qu’elle ne se réveillait toujours pas, je m?enhardis et risquais de soulever un peu plus le tissus de sa culotte afin de toucher cette toison noire et douce. Après ce voyage, je me promis d’aller plus loin et surtout de voir...


Rentré à la maison, je multipliais les occasions de dormir avec ma soeur, voulant même qu’on repeigne les murs de ma chambre pour partager le même lit qu’elle, et à force, mes parents cédèrent et prirent la décision de repeindre ma chambre, vous n’imaginer pas la joie et l’excitation que c’était pour moi!


C’est ainsi que je me suis retrouvé à dormir tous les soirs pendant une semaine avec ma soeur et une fois, pendant qu’on faisait les fous dans sa chambre, j’ai réussi à la coincer de telle façon que ces seins me faisait face, d’une main je lui tenais les poignets et de l’autre, tout en plaisantant, je la glissais sous sa robe de chambre, elle protestât et me dit de l’enlever, mais je lui ai répondu que je n’en ferais rien parce que j’était le vainqueur de notre petite joute et que je pouvais faire ce dont je voulais de l’ennemi (tout en rigolant bien fort), ceci dit, elle se débattu moins et même se laissa faire.....


Autant vous dire que j’ai attendu l’heure de se coucher avec impatience et sitôt la lumière éteinte, je posais ma main sûr son petit ventre mais elle ne protestât pas comme à l’habitude, me disant qu’elle me voulait me jouer un tour, je montais ma main é la hauteur de ces seins et m?arrêtais, voyant qu’elle ne bougeait toujours pas et sachant aussi qu’elle ne dormait pas encore, je ne savais que faire, fallait-il que je continue au risque qu’elle le dise à mes parents où allait-elle être complice de mes vices... Je décidait de continuer et de balader mes mains sur ces seins déjà bien volumineux pour son âge (75b) j’effleurais ces tétons à présent dressé et dur et me demandais jusqu’où elle était prête à aller. Je descendit donc ma main au niveau de l’élastique de sa culotte et fît glisser un doigt dessous, j’attendais un petit moment et puisqu’elle ne bougeait pas, je glissais ma main tout entière sous sa culotte, quelle chaleur et quelle douceur, je touchais enfin ce sexe. Je jetais furtivement un regard en direction de son visage et l’observais pour voir si elle ne réagissait toujours pas, après m’être assuré que ces yeux étaient toujours clos, je tâtonnais un peu ce nouveau territoire et essayais d?entrouvrir ces lèvres, sans succès, alors afin de facilité ma tâche je lui ai descendu sa petite culotte tout en faisant attention à ne pas la réveiller (quoique elle ne devait sûrement pas dormir mais faisait semblant) enfin, je faisais tout pour ne pas la brusquer, elle était quasiment nue, sa chemise de nuit était entièrement remontée à présent, je regardais ces sublime jambes et remontait en observant chaque recoin de ce corps qui m’était offert. Je lui écartais doucement ces jambes (quasiment à 90?) et me positionnait entre, à présent son vagin n’était plus qu’à 15cm de mon visage, c’est d’une main tremblante que je me mis à la toucher et à lui enfoncer un doigt à l’intérieure de son intimidée et à ma grande surprise ma soeur mouillait à fond et c’est un sexe trempé que je découvris, encore plus excité par cette découverte je me risquais à la lécher du bout de ma langue, c’est à ce moment que je perçu comme un petit soupir et vis que son souffle se faisait plus rapide, elle feignait vraiment de dormir, car son bassin ondulait d’avant en arrière comme une invitation. Je pense que cette nuit là, je l’ai amené à l’orgasme, à entendre ces gémissements étouffés et ces petits soubresauts. Mais je ne voulais pas encore la pénétrer malgré l’envie qui me tenaillait, réservant cela à un autre jour relativement hypothétique d?ailleurs.


Le lendemain, je lui demandais si elle avait bien dormi et elle me répondit qu’elle c’était surtout bien endormie, je compris alors qu’elle avait apprécié ces jeux. Je devais normalement dormir chez un copain la nuit suivante mais ma soeur me dit de ne pas y aller, qu’on pourrait rester les deux à la maison et regarder la télé très tard puisque mes parents devaient aussi s’absenter, le regard lubrique qu’elle me lança à ce moment me fire changer mes plans sans hésitation.


Le soir venu, nous nous posâmes devant la télé, ma soeur, sur le grand canapé et moi en face, pendant que nous regardions un film, je jetais de temps à autre un oeil en direction de ma soeur, elle portait une nuisette en satin blanc que lui avait donné ma mère et elle était positionnée de telle façon que sa nuisette remontait haut sur ces hanches, d’autant plus que lorsqu’elle bougeait, je pouvais voir sa petite culotte blanche très transparente, elle remarqua mes regards insistant, je ne pouvais vraiment pas m?empêcher de regarder la dessous, il y eu évidemment une coupure de pub et elle en profita pour aller en toilette et quand elle revint et se coucha, jambes légèrement repliées, ce qui faisait que je pouvais voir entièrement sous sa nuisette et à ma grande surprise, sa petite culotte avait disparue laissant apparaître son sexe, elle l’avait fait exprès, juste pour m?exciter encore plus, par défis. Au bout de moment, elle me dit qu’elle avait un peu froid et que je pourrais la prendre dans mes bras afin de la réchauffer, je m’installais donc derrière elle, en essayent de dissimuler tant bien que mal mon érection qui déformait mon caleçon et la serrait contre moi. Elle baillait et me dit qu’elle s’endormirait bien dans cette position, sur quoi je lui rétorquais qu’elle faisait comme elle avait envie, ça ne fit pas 10 min que ces yeux se fermaient.


Ces jambes étaient toujours écartées et sa nuisette était encore plus remonté, cachant à peine son sexe, je la relevais un peu plus et contemplais à nouveau ce si joli trésor, je glissais alors une main, puis deux entre ces jambes et commençais à la masturber, doucement puis plus vite, elle mouillait encore plus que la dernière fois et elle avait elle-même écarté plus ces jambes, je changeais de position et me mis devant elle, ne tenant plus, je baissais mon caleçon et approchais mon membre de son sexe, avec mon gland, je titillais son clitoris gonflé par l’excitation et la pénétrais doucement, elle gémit lentement et respirait fort, je la pénétrait jusqu’à la garde puis me mis à la ramoner plus rapidement, je devinais à travers ces yeux mis clos, tout le plaisir qu’elle prenait, elle avait du mal à cacher le faite qu’elle était réveiller, j?eus un immense orgasme et elle aussi. Je me retirais, puis la réajustais, pour enfin lui dire qu’il fallait qu’elle se réveille et qu’elle dormirait mieux dans son lit, elle s?étira de tout son long, me demanda si la fin du film était bien et me souhaita une bonne nuit

Diffuse en direct !
Regarder son live