Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 914 fois
  • 16 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma soeur -d

Chapitre 1

Divers

La tentation était forte. Ma soeur et moi habitons la même grande ville et il nous arrive de souvent de nous rencontrer pour des occasions diverses. Je m’appelle Henri, j’ai 32 ans, ma soeur s’appelle Nadège et a 45ans, avec 2 enfants. Il y a quelques mois nous sommes allés dans la forêt voisine comme souvent le faisions, et nous avons été surpris par un orage violent qui nous a obligés à nous abriter dans un grand chalet inhabité qui sert aux personnes, qui sont comme nous surpris par les intempéries. Comme nous étions trempés, j’ai allumé un feu dans la cheminée, et je me suis débarrassé de mes vêtements trempés, sauf mon caleçon, et Nadège est montée dans la salle de bain qui est à l’étage, mais vu la froidure qui y régnait elle est vite redescendue, et avait enlevé toute la partie haute de ses vêtements, aussi elle vint près de moi face au feu qui crépitait, avec une serviette et essayait de se sécher et de surtout de se réchauffer !! Je regardais le feu sans prêter attention à ce que faisait ma soeur, et soudain elle a du se pencher pour basculer ses cheveux trempes vers l’avant et ainsi dégager sa nuque pour la sécher, et là j’ai vu ses seins magnifiques, fermes et nus dont les pointes étaient dressées par le froid de la pluie et de la pièce ! Je ne l’avais jamais vue auparavant que comme ma soeur, et j’avais toujours admiré sa beauté et son corps sculptural, mais là elle m’apparaissait maintenant comme une femme désirable avec des formes qui me plaisaient bien !! Je sentis naître une érection formidable, que cachais difficilement mon caleçon, je la regardais se frotter les seins et le dos avec énergie, pour se réchauffer, et dans ce mouvement, ses seins bougeaient agréablement tout près de moi qui était assis. Je réalisais que je désirais ma soeur !!! Soudain je lui proposai en me levant de l’aider à se sécher, elle ne refusa pas et me demanda de lui frotter le dos jusqu’au reins, ce que je fis, mais étant plus grand qu’elle en étant derrière elle, par-dessus ses épaules je plongeais mon regard sur ses seins qui me fascinaient tant !!! Elle se rapprocha du feu de la cheminée, et mit une jambe sur un tabouret, pour que la chaleur lui sèche aussi les cuisses sous sa jupe courte. Je continuais à la sécher mais cette fois mes mains avec la serviette avaient glissé vers l’avant, vers ses flancs et ensuite vers ses seins que je caressais à travers la serviette. Elle me demanda : ’ Qu’est ce qu’il t’arrive ? ’ Je ne répondis pas et je frottais maintenant avec l’autre bout de la serviette doucement, la cuisse qui était levée, je ramenais doucement la jupe vers son ventre qui semblait irradier doucement. Ensuite je laissais tomber la serviette et je caressais sa peau si douce et encore un peu fraîche, elle me dit soudain en ressentant ma main sur sa peau : ’Que fais-tu, n’oublie pas que je suis ta soeur ! ’ L’atmosphère s’était soudain chargée d’érotisme, j’étais derrière elle pour la sécher, et maintenant j’étais collé à son dos et ma main rampait sur sa cuisse découverte vers sa culotte ! Elle me rappela nos relations fraternelles mais le ton semblait différent. J’atteignis son sexe que je frottais doucement sur le tissu, elle sursauta mais me laissa faire, elle continuait à me dire que j’étais sa soeur, et ajouta d’une voix plaintive : ’ Ne fais pas çà, il ne faut pas ’ Je ne l’entendais plus, ma main droite était sur son sexe et caressait son clitoris qui commençait de se dresser, et de la main gauche je caressais ses seins qui se dressaient maintenant. Je me pressais contre elle et elle devait sentir mon érection contre ses fesses !! Durant tout le temps que je lui massais la vulve et qui mouillait ma main !, elle continua de me répéter sa litanie, mais le ton devenait de plus en plus faible et saccadé et presque implorant de ne pas continuer, Je l’embrassais tendrement dans le cou, derrière les oreilles, et pendant ce temps je me régalai de masser ses seins magnifiques dont j’appréciais la fermeté, le volume, et dont je faisais rouler les tétons en les étirant doucement. Soudain je sentis sa main qui passait dans son dos et se glissait dans mon caleçon qui était déformé par mon érection, et elle baissa maladroitement mon caleçon commença de me caresser doucement le sexe, en coulissant et en descendant elle caressait mes testicules qui allaient éclater sous la tension érotique ! Je n’en pouvais plus de caresser la peau de ses seins si douce et si chaude de son ventre !,et d’enfoncer deux ou trois doigts dans sa moule trempée. Elle laissa aller sa tête en arrière sur mon épaule, dans un dernier gémissement en m’appelant par mon prénom, elle me dit ’ arrêtes !! ’, mais cette fois le ton démentait complètement ses paroles. Je passai devant elle, et me mettant à genoux en la regardant dans les yeux, je commençais à écarter sa culotte et je léchais sa fente qui mouillait, en cherchant son clito qui se dressait. Elle mit, en gémissant, ses mains sur ma tête, et la plaqua contre son ventre en fusion qui dégageait une chaude odeur de femme, je profitais de sa position debout pour frotter mon visage contre ses cuisses si douces et maintenant très chaudes, j’en profitais aussi pour caresser ses fesses et ses hanches rondes. Elle recula et s’assit, en souriant, sur le vieux canapé face au feu qui nous réchauffait, j’enlevais cette jupe et cette culotte qui me gênait pour pouvoir la lécher complètement, elle m’aida fébrilement elle mis ses jambes sur mes épaules dans mon dos, et je repris ma position agenouillé entre ses cuisses. Je me mis à sucer son clitoris tout dressé, et je humais sa brune fourrure pubienne, et m’efforçait de glisser ma langue le plus profond possible dans son vagin qui dégoulinait sur mon visage, et en remontant mes mains j’avais saisi ses seins qui avaient grossi et étaient devenus très durs et dont je continuais de triturer les pointes dressées. Et pendant ce temps elle gémissait en prononçant des choses incohérentes où elle continuait de parler de ’soeur’, ’pas bien’, ’faut pas’, bref elle se donnait des excuses pour accepter ma langue sur sa vulve qui ruisselait sur ma langue !! Je buvais, léchais, lapais, fourrageais avec ma langue l’intérieur de cette vulve en fusion pendant un temps que je ne mesurais pas, mais en resserrant ma tête avec ses cuisses je sentis qu’elle venait de jouir longuement. Ensuite je me relevais entre ses cuisses qu’elle avait écarté et après avoir enlevé difficilement mon caleçon, j’avançais ma verge vers son puits en fusion. Nadège, en me regardant dans les yeux, avec un air malicieux qui lui allait si bien, m’attrapa par les hanches pour me guider en elle, je m’enfonçais doucement dans son vagin bouillonnant avec un plaisir inoubliable, elle posa ses pieds sur mes épaules, et poussa un long cri de contentement qui se confondit avec le mien !!! Je me rendis compte pendant quelques secondes que je faisais l’amour à ma soeur !! Et que tous les deux nous y prenions un plaisir partagé évident. Pour être sûr qu’elle voulait vraiment que nous allions plus loin dans cette folie sexuelle entre frère et s?ur, je me retirais complètement de son vagin, et elle poussa un cri de déception !!, alors là je compris qu’un ciel de plaisir s’ouvrait pour nous !!, et je renfonçais mon sexe le plus profondément possible dans son ventre en fusion, l’impression était extraordinaire de sentir ma queue serrée doucement et si chaudement par ce vagin si accueillant que je venais de lécher !!! Je me penchais et j’embrassais très longuement et très tendrement sa bouche en feu dont la langue s’enroulait autour de la mienne, elle me serrait dans ses bras. Ensuite, je m’efforçais tout en restant en elle le plus profondément possible d’embrasser, de prendre dans ma bouche les pointes turgescentes de ses seins. Puis je commençais en la saisissant par ses hanches rondes des va et vient puissants et voluptueux dans son ventre, entre ses cuisses relevées si chaudes, si douces, elle regardait en gémissant très fort son plaisir, ce que je lui mettais dans le ventre !!, et ensemble nous prenions un plaisir fou du corps de l’autre !! Elle renversa sa tête en arrière ainsi que son buste pour savourer son plaisir !!!cela dura quelque temps Ensuite je sentis par les pulsions de contractions de son vagin autour de ma queue, qu’elle jouissait, ce qu’elle me confirma par un cri de plaisir, puissant, qui me surprit par son intensité !! Moi aussi, je ne tenais pas plus longtemps ainsi et dans un élan pour m’enfoncer encore davantage dans son ventre qui palpitait, je jouissais dans un cri de bête, en giclant de nombreuses fois sur son col de l’utérus, ce qui me semblait être des litres et des litres de sperme !!! C’était fabuleux comme sensation, nous étions dans l’espace, nous planions sur des nuages de jouissance !! Je m’effondrais sur elle, et elle me serra très fort dans ses bras, et me murmura : ’ Frérot ce n’était pas bien mais c’était si bon !! ’ Après quelques moments je m’extrayais de son ventre qui m’avait donné ce plaisir inouï pour aller alimenter le feu de la cheminée. Ensuite elle m’appela doucement, car elle avait un peu froid. Je m’approchais d’elle, et en relevant son buste, elle prit ma queue dans sa bouche, elle nettoya de sa langue nos secrétions intimes, et entreprit de me donner un aperçu de sa façon de sucer un homme !! C’était fabuleux !!! Je me faisais sucer par ma coquine de soeur !!!, et elle savait y faire !! En me fixant de ses grands yeux bleus, elle faisait coulisser mon sexe dans sa bouche, et me caressait les testicules et en les soupesant en même temps, pendant ce temps en me penchant un peu, je lui malaxais les seins !! Puis je pris entre mes mains sa tête pour guider son mouvement sur ma queue, plus pour l’encourager et l’accompagner, que pour lui imposer un rythme. Les mouvements de sa langue et de ses lèvres sur mon membre, commencèrent rapidement à faire de l’effet, je sentis le plaisir venir, et elle aussi le sentis car elle plaque soudain ses lèvres contre mon pubis, et en serrant ses joues, elle pompa, aspira, mes jets de sperme qui jaillissaient au fond de sa gorge, sur sa langue et ne rouvrit la bouche que quand mes dernières gouttes furent avalées, encore une fois, le plaisir que je ressentis fut à la hauteur du talent de Nadège !! Après quelques moments de repos face au feu qui ronflait, nous étions dans les bras l’un de l’autre, sur le canapé, et une puissante érection me reprit en sentant le corps de Nadège (Ma soeur) contre moi !! Nous étions assis et nous embrassâmes passionnément et violemment, nous étions soudés par nos lèvres, et pendant ce temps mes mains courraient sur son corps que je découvrais encore, je malaxais ses seins durs et dont je pinçais les tétons qui dardaient. Je ne me lassais pas de caresser sa peau si douce et moite de nos émois précédents. Elle me branlait doucement le sexe et parfois sa main descendait vers mes couilles qu’elle caressait d’une main que je qualifierais d’experte !! Elle sépara ses lèvres des miennes, et me dit : ’on est fou tu sais ?? ’, et je lui répondis : ’Oui mais c’est si bon !!, regrettes-tu ?? pour toute réponse elle plaqua ses lèvres sur les miennes et enlaça ma langue avec la sienne. Nous continuâmes à nous embrasser comme des amoureux de fraîche date, je caressais son dos depuis la nuque jusqu’au bas de ses reins, ses hanches étaient merveilleuses de douceur et si souples sous mes mains. Puis je redescendis de sa bouche en feu vers son ventre si doux et si chaud en léchant ses seins somptueux au passage, et enfin j’atteignis son minou, et je me surpris à lécher avec avidité ce temple du plaisir de ma soeur, qui ruisselait de sa cyprine et de mon sperme mélangés et je le faisais avec un plaisir nouveau pour moi. Elle s’allongea de nouveau sur le canapé, en écartant les cuisses et remontant ses jambes vers ses épaules, elle me dit ’ lèche-moi ’ !!et plaqua ma tête sur son sexe qui ruisselait, je retrouvais son clitoris dressé, et le suçait le léchait, le touchait de mes doigts fiévreux !! Au bout de quelques minutes de ce ’broutage’, elle hurla son orgasme, en me serrant la tête entre ses cuisses !! et murmurant ’ encore !!, ah je jouis , j’en veux encore !!! ’ Bref elle jouissait très fort, et moi je reçus encore une fois une douche de cyprine !! Pour me remercier de lui avoir procuré un nouvel orgasme ravageur, elle reprit doucement mon sexe dans sa bouche, mais cette fois moins pour que je jouisse en elle, mais pour me faire une caresse si douce et tendre. Puis elle se mit à quatre pattes sur le canapé, et me dit : ’ baise-moi complètement ’ je me positionnais derrière Nadège, caressais l’intérieur de ses cuisses quelque peu humides !!! et plaquais ma queue entre ses fesses fabuleuses de douceur et en même temps si chaudes maintenant, Puis de la main droite je caressais encore la peau humide de son dos de sa nuque vers sa taille et ses hanches, puis ma main gauche passais sur son flanc vers son torse pour lui caresser les seins et leurs pointes dressées !! Ensuite je fis coulisser mon membre dans cette vallée des plaisirs de sa vulve ouverte en passant sur sa pastille violette, ce petit jeu dura quelque temps et soudain ma queue se trouva face à son anus Sentant ma queue sur son petit trou, elle me dit : ’Tu veux ?? ’ , je lui répondis, je voudrais bien !!, pour toute réponse elle recula doucement vers mon membre, je ne bougeais pas lui laissant ainsi la possibilité de s’arrêter quand elle le voulait. Je rentrais millimètre par millimètre mon sexe dans son anus qui était serré, elle glissa sa main entre ses cuisses vers l’arrière, et commença à se masturber le clitoris, des qu’elle se contractait j’arrêtais de la pénétrer, elle se concentrait sur cette pénétration inhabituelle pour elle, et probablement compenser la faible douleur de ma pénétration. Mais quand je parvins à lui mettre tout mon membre, je m’arrêtais de bouger pour qu’elle s’habitue à ma pine dans son anus !! et que la douleur de ma pénétration s’estompe, pour faire place à du plaisir Je sentis sa main qui avait glissé de son minou, vers mes testicules et ma soeur se mit à me les caresser, les presser doucement, c’était fantastique comme impression !! J’étais serré par son anneau culier, et sa main me caressait les bourses d’une manière si douce et tendre !!!! Ensuite en prenant ses hanches fermement, je commençais des mouvements allers et retours lents, pour savourer à sa juste valeur cet ultime cadeau de ma soeur, son cul !! Cette pastille violette qui se cachait entre des fesses rondes et moelleuses à souhait, était un cadeau qu’elle avait toujours refusé à son mari ( elle me le dit plus tard ), mais à présent, elle voulait que je la fasse jouir abondamment, pour le cadeau de sa dernière virginité !! Je commençais des mouvements amples d’aller et retours entre ses belles fesses, je ressortais presque complètement pour ensuite entrer totalement et le plus à fond possible, dans ce temple cher à Sodome !!! Je me rendis compte ( par ses cris !) qu’elle jouissait plus fort de ma pénétration dans son anus que par la voie vaginale !!! A mes mouvements plus rapides dans son anus, elle se rendit compte vaguement que j’allais lui fourrer les boyaux, et tournant la tête elle me dit ’ je veux que tu jouisses dans ma bouche !! ’, Aussi je me retirais doucement de son cul, elle se tourna, et prit ma queue dans sa bouche gourmande, et me pompa avidement, elle prenait seulement mon gland dans sa bouche, d’une main me masturbait le reste de la colonne !! et de l’autre me malaxait les burnes !! Je ne savais pas ou j’étais tellement j’éprouvais des sensations nouvelles pour moi, grâce à ma soeur qui me pompait aussi divinement !! Je ne résistais pas longtemps à cette caresse buccale et soudain en m’enfonçant le plus profondément possible dans sa bouche, je déversais tout mon sperme dans sa gorge, en hurlant mon plaisir !! Nous nous endormîmes l’un contre l’autre assommés par le plaisir charnel violent que nous venions de partager et par la température du feu qui crépitait dans la cheminée !! Ensuite après s’être lavés sommairement au lavabo, nous nous sommes rhabillés en nous embrassant parfois longuement. Nous sortîmes sur le pas de la porte, et savourant la chaleur du soleil qui était revenu, nous nous éloignâmes de ce chalet qui avait abrité nos amours certes sulfureuses mais torrides !!!et jouissives. Nous n’avons pas recommencé ce genre de plaisir mais cela à crée entre nous une complicité qui est une autre forme d’amour !!!


Henri..

Diffuse en direct !
Regarder son live