Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 2 198 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma soeur -b

Chapitre 1

Hétéro

Je n?avais jamais regardé ma soeur comme une vrai femme, en faite je ne portais qu?un intérêt pour elle relativement réduit.


Je la vis toutefois différemment le jour de ces 18ans, en effet ce jour la, elle était vêtue d?une petite jupe fendue, un petit top blanc, des talons, rien de ce qu?elle portait normalement (jeans, basket, gros pull). Je l?observais attentivement et remarquais tout de suite que sa poitrine était plus généreuse que ce que j?avais imaginé, son cul était également mis beaucoup plus en valeur, bien cambrer.


Je compris, le pourquoi de sa tenue vestimentaire, ce soir, elle sortait avec son nouveau petit copain, bref, elle m?abandonna seul pour partir a son rendez-vous, moi je décidais de me faire une soirée DVD cool a la maison.


Il était environs 23h lorsqu?elle rentra a la maison, je voyais à sa tête que la soirée ne c?était pas déroulée comme elle le voulait. Sans un mots, elle s?assit à coté de moi, je savais que lorsqu?elle était comme ça, valait mieux pas lui parler et la laisser se détendre. Ce ne f^tu qu?au bout de 45min qu?elle ce décida à ouvrir la bouche.


Et elle me raconta tout, comment ils avaient commencer la soirée, puis la suite à l?arrière de la voiture ou il l?avait peloter et un peu masturber, la pipe qu?elle lui avait fait, mais pas terminée, il voulait la baiser comme ça dans la voiture, elle avait refusé, elle voulait pas le premier soir. Il l?avait alors raccompagner, non sans avoir essayer d?aller un peu plus loin.


Je dois dire que j?étais un peu troublé par ce qu?elle me disait, essayant d?imaginer ma soeur en train de se faire doigter et prodiguant une fellation, ça faisait quand même bizarre.


Et comme pour me prouver que c?était vrai (pas indispensable, je la croyais sur parole), elle souleva sa robe et me montra l?état de sa petite culotte, elle était déchiré sur le coté, dévoilant une belle toison noir, sans le vouloir, ça me provoqua une violente érection que je ne pouvais évidemment pas contrôlée. Tu as vu ce que ce Salo m?as fait, elle est foutue maintenant, je peux la jeter, sur ce, elle ce souleva un peu, puis fis descendre sa culotte pour enfin la poser sur la table.


Elle se leva, tu veux un truc à boire ? Heu...oui, apporte moi un verre de coca, ça ira bien, merci.


Pendant qu?elle était a la cuisine, je fis un truc pas croyable, je pris sa culotte et l?observait, elle était humide, la salope, me dis-je, elle était quand même excitée, puis je la sentit, doux mélanges des ces odeurs les plus intimes, pour le coup, je rebandais encore plus. Elle revint, j?eu juste le temps de reposer sa culotte sur la table du salon.


Pour détendre l?atmosphère, je la vannais un peu sur sa soirée...de toute façon tu ne sais pas sucer, c?est pour ça qu?il t?a jeté et en plus tu dois être frigide... Le ton était donné.



Pffff, t?es vraiment trop nul, tu crois qu?il suffit de petite caresse pour exciter les femmes, c?est vrai en partie mais encore faut-il savoir les faire... en ce qui concerne les fellations, j?avoue que je suis pas la pro, mais je m?améliore avec le temps.


Je ne sais pas ce qui m?as pris, je me suis entendre dire, prouve le moi, elle devint blanche puis rouge pivoine et je l?entendis me répondre... tu m?en crois pas capable, tu vas voir...


Pour le coup ce fût moi qui virai au rouge, j?étais tétanisé, l?ambiance venait de monter de quelques degrés.



J?avalais a grand peine ma salive pendant qu?elle se mit a genoux devant moi, elle me demanda d?enlever mon caleçon, je m?exécutais, tout tremblant, je sentis son souffle sur mes bourse, je bandais à mort, de ces petites mains, elle commença a me branler puis sa bouche tel un fourreau brûlant vint enserrer mon gland, je crus que j?allais décharger directement. Alternant branlette et coup de langue bien placer, elle fit monter mon plaisir petit à petit.


Elle s?arrêta en plein milieu, se releva, alors tu vois que je sais quand même sucer, je pouvais lire dans ces yeux un air de défis, elle me narguait, sachant que d?une manière ou d?une autres il fallait que je jouisse, je pouvais pas rester dans cette état la.


Rentrant alors à fond dans son petit jeu, je la tirais par le bras et la fit se coucher, puis tête bêche sur elle, je commençais à la lécher à mon tour, elle était trempée, les lèvres de son sexe grande ouverte, prête à se faire défoncée. 10min plus tard, je m relevais, la tournait et d?un seul coup, je la pénétrais, elle lâcha un immense râle de plaisir.



Je donnais de grand coup, sortant parfois, pour mieux la pénétrer a nouveau.


Diffuse en direct !
Regarder son live