Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 32 914 fois
  • 97 J'aime
  • 3 Commentaires

Ma soeur est une prostituée !

Chapitre 3

Inceste

Ma sœur a entrouvert la porte pour voir ce que je faisais. J’étais là couché sur le lit comme un gros bêta. Quand je la vis arriver, je me suis levé, je ne sais pas trop pourquoi. Je dois avouer que j’étais assez nerveux tellement j’étais excité. Elle s’est alors rapprochée de moi, ma prit par la main et on s’est assit tous les deux sur le lit. Mon regard ne pouvait plus se détacher d’elle, elle était tellement sexy.

Elle a posé sa main sur mon pantalon, tout près de mon sexe tout dur, évidemment. Elle m’a dit:

— Tu veux les voir, frérot? Parce qu’elle avait remarqué je matais ses magnifiques nibards.

Je fis un signe affirmatif de la tête et déglutit. Je les caressai doucement. Je sentais une forme bizarre, anormalement dure sur ses tétons. J’en sortit alors un de son soutien gorge et je découvris un piercing sur son mamelon. L’autre aussi en avait un, j’étais assez surpris mais cela lui donnait un air un peu vulgaire, carrément bandant. Elle gloussa :

— Erreur de jeunesse.

— En tout cas, ils sont superbes.

Elle me remercia du compliment, puis elle me demanda de tenir ses cheveux pendant qu’elle dégrafait son débardeur. Ses cheveux long et bruns, j’imaginais déjà la prendre en levrette en lui tirant doucement par les cheveux…

Elle enleva donc son débardeur et il ne resta plus que son soutien gorge, avec les seins hors de celui-ci. Je décidai de lui lécher et sucer les tétons. Cela faisait assez bizarre avec les piercings, mais elle avait l’air d’apprécier. Elle lança sa tête en arrière par plaisir. D’un main, elle me tenait les cheveux, de l’autre elle agrippa son sein droit pour que je le suce encore mieux.

Elle s’en mordit les lèvres. Je lâchais une petite seconde ses deux belles poires parce qu’elle avait commencé à m’empoigner la bite au travers de mon pantalon. Elle pouvait déjà y voir la forme tellement je bandais.

— Je peux le voir en vrai? Me demanda-t-elle en plaisantant.

Elle déboutonna mon pantalon et sortit mon sexe. Je bandais déjà de tout mon long. Elle passa sa main une fois dessus puis lécha avec sa langue râpeuse juste l’entrée de mon urètre, rien de plus. Mais rien que ça, c’était déjà divin. Puis elle le mit en bouche. Et on voyait direct qu’elle n’en était pas à sa première bite. Elle voulait bien mouiller tout mon engin, alors elle le lécha, le suça et cracha dessus avec beaucoup de salive. J’adorais particulièrement tout ce qu’elle faisait avec sa langue. Parfois, elle passait sur mes couilles, parfois tout le long de mon sexe pour arriver au pubis qu’elle lécha aussi (j’étais rasé évidemment).

Je remarqua aussi qu’elle se touchait en même temps. J’espérais que ce n’était pas un truc de prostituée et qu’elle prenait vraiment du plaisir.

Elle se concentra sur mon gland, puis sur mon sexe en entier qu’elle essaya de se la fourrer dans la gorge, puis de mes testicules. Je ne pu empêcher à chaque fois de lâcher des râles de plaisir.

Après quelques minutes d’un oral intensif, elle me demanda avec une voix très sexy:

— Est-ce que tes copines te sucent aussi bien?

C’en était trop, j’allais éjaculer mais il fallait que je tiennes.

— OK, laisse moi m’occuper de toi, sinon je tiendrais pas tout l’après-midi.

Je la fis se coucher sur le lit. Kate écarta tout de suite les cuisses bien grand, comme si elle attendait ça depuis un quart d’heure. En lui mangeant le vagin, je mettais ma langue en pointe et la rendait bien dur puis j’allais stimuler son petit clitoris. Elle n’y résista pas longtemps. C’était à son tour de gémir. Elle bougeait son bassin pour que les mouvements soient plus rapides encore.

Elle se tenait sur ses coudes comme ça elle pouvait me regarder en train de la manger. Elle jouait avec mes cheveux. Moi, je n’arrêtais pas de la regarder. Elle était encore plus belle lorsque le plaisir l’envahissait. Elle jouit très vite, et moi j’étais de nouveau opérationnel. La sauce avait descendue.

Elle me demanda quelle position je voulais, et je sautais sur l’occasion pour la prendre en levrette.

Elle se retourna, cambra ses reins et me présentait son cul. J’étais redevenu bien dur rien qu’à la vue de ce que m’offrait ma sœur.

Je rentrai d’abord le bout de mon gland, mais elle gémit dans une complainte comme pour me dire: « arrête de t’amuser avec moi et baise-moi! » alors c’est-ce que j’ai fait.

Je l’ai entré en entier d’un coup, et elle a roulé des yeux lorsqu’elle l’a senti. Ce qui est bien avec ma sœur, c’est que quelque soit les positions, elle y met du sien aussi. Elle bouge. Je ne suis pas le seul à faire le mouvement, ce qui rajoute encore plus de plaisir!

Son antre chaud était vraiment mouillé. Cette chaleur qui entourait mon sexe, la pénétration était vraiment facile avec toutes les sécrétions corporels que nous sécrétions tellement nous étions excités.

— Et toi, lui demandai-je, tes clients te font autant de bien?

— N… Non… Ils… Ils s’en foutent…. De mon plaisir… d’habitude… mais avec toi… je prends un pieds monstre!

On entendait le son de ses colliers qui se cognaient l’un à l’autre, et son mini-short était maintenant au niveau de son ventre.

Elle se cambra encore plus et j’alla au plus profond que je pouvais. Je butais contre son col de l’utérus.

Le bruit de mes cuisses qui claquent sur ses fesses allaient en cadence avec ses « oui » ou gémissement qu’elle lançait à tout va. Je la pris par la taille et fis des mouvements rapides. Elle me dit:

— Oh putain oui, juste comme ça. Oui vas-y! Oui!

Nous réduisîmes la cadence pour que je n’éjacule pas, je sortis deux trois fois mon sexe en entier pour lui remettre en entier, puis nous avons changé de position.

Elle s’est mise sur moi. D’abord dos à moi. Elle trouva une bonne position où elle réussit à bien caler ses jambes et ses bras dans le lit puis elle ne bougea plus et je la pilonnais comme ça, très vite. Ca peut paraître rude comme ça, mais elle jouit encore une fois. Elle caressait délicatement son clitoris qui était devenu hypersensible après son orgasme. Moi, je devais attendre.

Puis elle se mit face à moi cette fois, toujours au dessus et c’est elle qui fit le mouvement avec son bassin. C’était excellent. Elle allait si profondément que nos pubis ne formaient plus qu’un.

Cela faisait 1h que nous faisions l’amour et je ne tenais déjà plus.

— Franchement, Kate, je vais pas tenir tout l’aprèm. Il faut que j’éjacule là.

— D’accord, mon chéri, me dit-elle. Encore une petite en missionnaire et je crois qu’on aura tous les deux notre compte.

Sans même retirer mon sexe du sien de la position précédente, je bascula pour qu’elle soit sur le dos et moi au dessus d’elle. Je me mis debout en dehors du lit, elle écarta les cuisses et posa ses pieds sur mes épaules. J’entrai à nouveau dans son sexe. Il était encore plus mouillé qu’avant avec tous ces orgasmes.

Dans cette position, je sentais bien mon gland buter contre son col de l’utérus, j’adorais ça.

D’ailleurs, cela m’a fait penser que nous ne portions pas de capote. Où allais-je éjaculer? Et surtout, est-ce que Kate fait ça aussi avec ses autres clients?

On essaya différente variante du missionnaire, par exemple les genoux bien écartés ou au contraire les cuisses de ma sœur bien serrée l’une contre l’autre.

Je sentais que j’allais venir, mais je ne voulais plus éjaculer à l’intérieur de ma sœur. Alors je sortis mon sexe et le posa entre ses deux seins. Elle su directement quoi faire en mêlant coup de langue sur le gland et va et vient rapides de ses seins.

Je ne pouvais plus me retenir. J’atteignais l’orgasme. Je me masturba et Kate ouvrit la bouche.

De grosse coulées de sperme atterrirent sur sa bouche et sur son cou. Elle en avait aussi sur les joues.

Et là, Kate me dit:

— D’habitude, je fais ça qu’avec un supplément mais là j’ai trop envie.

Elle prit ma semence avec ses doigts et le goutta. Elle se nettoya ainsi le visage.

Nous nous sommes couchés nus comme des vers, on s’est entrelacé. Et Kate m’a embrassé, alors que d’habitude elle ne le fait jamais avec ses clients. Je prends ça comme la preuve que c’était plus qu’une baise de plus pour elle.


J’étais sur le point de me laver quand j’entendis Kate dire:

— Ca y est, je suis prête.

Curieux, je suis allé la voir. Et elle était là dans sa chambre dans une nouvelle tenue encore plus sexy que l’autre. Je bandais instantanément. Et elle me dit avec un large sourire:

— Ben quoi, tu as payé pour tous les clients que j’allais avoir aujourd’hui, et je comptais bien en avoir 10!


FIN (?)

Diffuse en direct !
Regarder son live