Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 844 fois
  • 91 J'aime
  • 6 Commentaires

Un soir d'été, une seule fois...

Chapitre 1

Divers

Histoire vraie... c’était un soir d’été il y a trois ou quatre ans, étant seul et voulant profiter de la température agréable de la soirée après une journée particulièrement chaude, je suis parti dîner dans un des nombreux restaurants piano-bar du vieux Nice.


Il y avait foule comme chaque soir d’été sur le cours Saleya, beaucoup de touristes hommes et femmes faisaient un brassage ethnique des plus chaleureux, donc je me trouve un resto sympa, il reste peu de places assises et beaucoup de monde se presse autour du comptoir, finalement le serveur me propose une place libre, mais à une table déjà occupée par une jolie jeune femme.


Après avoir parlé avec cette personne, le serveur m’invite à m’installer, ce que je fais, mais un peu gêné vis-à-vis de cette femme, je m’excuse auprès d’elle et m’assure de ne pas l’obliger... ce à quoi elle me répond par un charmant sourire. Je passe commande et propose à mon hôte une coupe de champagne, elle en est apparemment au dessert, ce qu’elle accepte avec plaisir, après présentation, j’entame une conversation avec Myra, jolie brune d’une trentaine d’années aux cheveux frisés qui descendent sur ses épaules, de grandes boucles d’oreilles et un sourire éclatant, comme elle est assise en face de moi, je devine ses seins portés bien haut, à peine cachés d’une robe légère pourvue d’un décolleté agréable, il me sera d’ailleurs difficile d’éloigner mon regard de cette jolie poitrine mise en valeur par le haut de cette robe qui est moulante.


Je ne vois que son buste et ses belles mains fines et douces en apparence, au cours de nos échanges, j’apprends qu’elle est parisienne en vacances depuis une semaine, qu’elle a rejoint une amie qui est repartie sur Paris ce jour même, mais que c’est sa dernière soirée, elle repart le lendemain, comme elle dit avec un sourire enjôleur, toutes les bonnes choses ont une fin...


On rit beaucoup en se moquant des clients qui malgré la promiscuité essayent de faire quelques pas de danse sans succès, je la félicite pour ses mains aux doigts fins et aux ongles vernis de la couleur de son rouge à lèvres, je prends sa main pour conforter mon impression de douceur, elle se laisse faire et j’ai cette douceur entre les mains, nous rions de tout ce qui nous entoure, elle me raconte ses quelques jours de vacances avec son amie, leur visite de Cannes, Monaco avec une mention particulière pour Saint Jean Cap Ferrat en bord de la rade de Villefranche qui est un merveilleux site de la région.


J’apprends qu’elle est à l’hôtel Suisse tout à côté du cours Saleya, le dessert servi, je commande une bouteille de champagne pour fêter notre rencontre, mais surtout faire durer le plaisir d’être en sa compagnie. Elle me dit en riant qu’elle peut boire plus que de raison, sa chambre n’étant qu’à quelques pas, il lui sera facile de rentrer, après avoir vidé cette bouteille et réglé nos deux additions, je lui propose de marcher en bord de mer et bien sûr, ce que je souhaite se réalise, en marchant nous nous sommes tenus par la main puis par la taille nous avons flirté du bout des lèvres après quelques timides bisous, l’alcool aidant, ils sont devenus de plus en plus chauds, j’étais émoustillé par sa douceur et la ferveur de nos baisers, l’excitation devenait difficile à contenir, nos mains n’y étant pas étrangères, en la serrant contre moi, je sentais durcir ses tétons... elle devait sentir mon érection...


Son hôtel n’étant pas loin, je lui propose un dernier verre dans sa chambre qu’elle accepte avec une petite réticence, je n’y fais pas trop attention. Nous passons par la réception, je commande du champagne et nous voilà dans l’ascenseur, on s’embrasse à perdre haleine, elle me souffle à l’oreille qu’elle n’a pas tout dit... me sentant submergé par l’excitation, je lui dis que nous aurons tout le temps de discuter tout à l’heure, une fois arrivés dans sa chambre, elle me laisse seul pour aller dans la salle de bain, le champagne arrive, j’ouvre la bouteille et nous sert une coupe, dans l’attente, je m’allonge sur le lit quand elle sort habillée d’un peignoir qu’elle tient fermé, nous trinquons.


Elle se glisse à mon côté tout en me caressant le sexe à travers mon vêtement, elle dégrafe ma ceinture, m’enlève pantalon et boxer, commence à me masturber, me lécher, me sucer et... elle me chuchote que si on va plus loin, elle a une surprise mais qu’on peut tout arrêter, au point d’excitation où j’en suis, je lui réponds que j’aime les surprises, elle écarte son peignoir et un corps de rêve apparaît à mes yeux, seins magnifiques, taille fine, cul d’enfer et une queue toute molle, elle me regarde attentive à ma réaction, je bande avec une excitation décuplée, je l’embrasse à pleine bouche, nos langues se nouent dans un chaud ballet, rassurée, elle devient chatte, se frotte, prend ma main, la dirige sur son sexe pendant qu’elle me suce la queue, les couilles un doigt effleurant mon anus, j’apprends en douceur à caresser une bite qui n’est pas la mienne, c’est nouveau pour moi, elle me dit, je peux me protéger si tu veux me sucer, je lui réponds non pour le préservatif, mais que j’en aurai besoin après, je prends sa bite entre mes lèvres, je la sens grossir devenir dure, je lui fais ce que j’aime qu’on me fasse, c’est la première et seule fois de ma vie que je procure du plaisir par ma bouche à une queue si bien portée, en fait, c’est une femme du troisième type, à aucun moment depuis ce soir, j’ai deviné ce que je viens de découvrir, elle est hyper-féminine avec un sexe bandant qui sent son parfum de femme très sucré et agréable, je lui lèche tout le corps, elle ronronne de plaisir et d’excitation, se met en levrette, me demande de la sodomiser pendant qu’elle se masturbe... j’accepte avec préservatif, elle aime être prise par le cul, je le sens à sa façon de se donner, de s’empaler, elle crie sa jouissance, je suis excité, elle me demande de jouir sur ses fesses, mais je n’aurai pas le temps, étant trop excité de retirer la capote, la jouissance est venue vite, trop vite... je m’excuse, elle est toujours en forme, me propose le même traitement mais n’ayant connu que des doigts dans ma raie, je ne me sens pas prêt, je reprends sa bite en bouche et l’amène au bord de l’éjaculation, je ne pourrai avaler, là aussi ne l’ayant jamais fait, j’ai une réticence et la fait jouir sur son ventre, nous avons fini le champagne et recommencé nos jeux jusqu’à épuisement, nous nous sommes endormis.


Il était tôt, je bossais à 7h30, réveillé en sursaut vers 6h30, je me suis levé sans bruit, elle dormait, j’ai laissé mon numéro de téléphone sur le chevet et suis parti sur la pointe des pieds.

Quelques jours plus tard, j’ai reçu ce message : merci pour cette excellente soirée si tu viens à Paris voici mon 06..., appelle-moi ce sera un plaisir de te revoir si tu n’as pas été déçue pour ta première fois. Je ne l’ai jamais recontactée...

Diffuse en direct !
Regarder son live