Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 649 fois
  • 10 J'aime
  • 0 Commentaire

Soirée à 4

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Nous avons décidé d’écumer quelques bars, pour pimenter encore plus notre vie sexuelle, nos désirs, satisfaire plus d’envies et plaisirs. Aucune promesse, rien de véritablement prévue, on se laisse simplement guidé par nos envies, voir si il y a quelque chose, personne, couple, qui nous intéresserai.

On voie bien des gens qui plaisent soit à l’un, soit à l’autre, mais pas aux deux en même temps, plusieurs soirées se retrouvent comme ça, frustrante... Sur un coup de tête, nous décidons un soir, de sortir, sans pour autant aller dans ce genre d’endroit, mais finalement nous finissons par y arriver.

L’ambiance est feutré, chaleureuse, pas trop bruyante, juste assez pour pas que tout le monde entende la conversation des autres sans y être invité. Ce soir, tu portes une robe qui t’arrive aux chevilles, et un chemisier ample qui ne laisse pas deviner tes formes. Tu portes un shorty sexy et des bas. Moi j’ai mon éternel Jean’s, avec chemise cette fois, et pas tee-shirt. Et bien sûr, marque de fabrique, tout les deux nous avons nos écrase merde aux pieds ! Ce soir, nous avons de la chance, d’entrée de jeu, on remarque un couple discret dans un coin, discutant entre eux, n’osant apparemment pas se mêler à la foule. Elle, plutôt petite, très fine qu’on pense facilement qu’on peut la casser si on la touche. Ses formes sont bien faites, à la proportion de son corps. Lui est plutôt grand, il nous dépasse tous les deux. Plutôt brun, avec une forte charpente entretenue mais sans jouer les mister universe. De suite on pense à l’autre. Toi tu te dis, je m’acharnerai bien sur elle sous tes ordres. Et moi, je le ferai bien s’occuper de toi pendant que la fille me taille une pipe où qu’elle se serve de jouet sur toi pendant que je m’occupe d’elle ! On n’a pas besoin de se parler, ni même de se regarder. On les examine de loin, sirotant un verre, parlant de tout et rien, mais nous focalisant sur eux.

Au bout de quelques minutes, on commence à aller vers eux, à lier conversation, et savoir ce qu’ils font ici. Un couple à la dérive, qui se cherche, qui se perd, et qui essaye de nouvelle chose pour se retrouver. A ses propos, nous nous regardons d’un air vicieux et décidé. On va profiter d’eux, leur faire faire plein de chose, en faire des jouets sous mes ordres pour le couple, et toi pouvant aussi les diriger si je suis d’accord. Un seul coup d’œil entre nous pour tout ça, pas besoin de parler. Pour eux, ça sera comme ça, le regard de l’autre l’a dit aussi bien qu’on le pensait de notre côté. On leur propose, leur dit que l’homme servira aux plaisirs de ces dames sous mes ordres, et parfois des tiens, et la femme au plaisir de tout le monde, sous les même conditions. Elle, jamais elle n’a touché à une femme, lui jamais un homme et ni tiens pas. Elle décide d’essayer, car l’un comme l’autre veulent se retrouver et connaître de nouvelle chose. Nous continuons à discuter quelques temps, puis prenons rendez-vous pour plus tard, afin que chaque couple décident si c’est bien ce qu’ils veulent. Une semaine plus tard, nous nous retrouvons, le couple est allé s’acheter sur nos conseils quelques accessoires, jouets pour la femme, et bandeaux pour les deux. Toi, tu as ta boite aux trésors avec dedans tout tes accessoires, et nous allons chez le couple qui nous a invités.

Une fois chez eux, nous prenons un verre, histoire de dérider l’atmosphère, ils sont tendu, craintif, mal à leur aise. Ils s’assoient en face de nous, se jettent des regards nerveux. Au bout de quelques minutes, nous décidâmes de changer un peu tout ça, sinon ils n’arriveront pas à se détendre et profiter de la soirée, et nous non plus. Tu te lèves, prend la femme par la main, et l’assois à côté de moi. Tu te places à côté de l’homme. La femme est à mon côté, et en face de toi. Ils sont troublés, et ne savent pas quoi faire. Là, je dis, Poupée, sors ton bandeau. Tu me regardes, me souris, entrouvre ta boite à surprise, car si ils voyaient tout ce qu’il y a dedans, car ne serai plus une surprise. Une fois sorti tu me le donnes. Ferme les yeux, tu t’exécutes. Je dis au couple de se lever et de ne pas dire un mot à partir de maintenant. Tu m’entends dire : Toi tu lui mets le bandeau sur les yeux, et que tes lèvres effleurent les siennes juste après, et toi, tu vas la mettre debout et la mettre entre vous deux. Debout, tu sens deux corps près de toi. Juste des présences, pas assez contre toi pour savoir qui est qui. Sans la toucher, mettez là en sous-vêtement, je leur dis. Là tu sens ton chemisier être tiré un peu vers l’avant, les boutons être enlevé un par un certains par deux te faisant savoir que tout les deux sont en train de le faire. Cela t’excite ! En haut il ne te reste que ton soutien-gorge. Tu sens une main tirer un peu ta robe, et deux autres la défaire. Ils participent ! Tu sens l’excitation monter par cette idée. Tu te retrouves en bas, shorty comme le soir de la rencontre. Ton soutien-gorge est à demi-balconnet pour le plaisir des yeux et des possibilités. Pile ou face je te dis. Ta réponse est face. L’homme est derrière toi, tu vas le déshabiller à mon signal. Pendant ce temps j’enlèverais les vêtements de la femme. Dommage je te dis, tu aurais dit Pile, tu aurais commencé par déshabiller la femme. Tu te retrouves un peu déçu, c’est sa première fois avec une femme, tu aurais bien aimé le faire. L’homme est excité, mais un peu nerveux, quand tu poses ta main sur son ventre pour sentir comment il est placé et que tu puisses lui enlever ses vêtements. Prend ton temps, je te dis, fais durer, fais "monter la pression". Et à la femme, approche, assis toi à califourchon sur moi, face à moi, tu m’entends lui dire. Tu l’entends le faire, mais ne peut suivre le reste car tu dois te concentrer sur ta tache. Doucement, avec douceur, je ferme les yeux de la femme prend son bandeau, et l’attache. Tout comme toi, elle se retrouve dans le noir, à la merci d’un inconnu. Elle prend un peu peur, tu m’entends lui dire ssshhht, tout doucement, avec douceur. Je mets mes mains sur son visage, approche ma bouche de son oreille et la rassure, aucun mal ne lui sera fait, rien que ce qu’on a décidé tous ensemble avant, et si elle désire arrêter, il suffit de le dire. Plus rien, tu n’entends rien, et tu t’actives à faire tomber les habits de l’homme un par un, doucement, afin de le mettre en condition. Pour ma part, j’ai attendu quelques instants que la femme se décide. Sans que personne d’autre l’entende, je lui ai dit à l’oreille que si elle ne voulait pas que je la touche, mais que son mari et toi, qu’elle pose sa main droite sur moi, que son mari, sa main gauche. Et si elle voulait continuer complètement, de poser les deux mains sur moi. Que j’attendrais une minute entière, après quoi je continuerai telle que convenu. Je sens une, puis deux mains se poser sur mes cuisses. Très doucement je lui dis : Tu es bien sûre ? Si oui, repose tes mains sur moi. Chose qu’elle fait. Alors tendrement, je pose mes lèvres sur les siennes, rien de plus pendant quelques secondes, puis mes mains descendent et commencent à lui enlever le haut, la laissant dans le même état que toi. Je pose une main sur sa croupe, la caresse, et pose l’autre sur un sein. Je sens un frisson de sa part. Je lui dis de se lever, et l’aide car elle ni voit rien. Nous sommes debout tous les quatre, tu as finis de déshabillé l’homme, entièrement, et suffisamment bien pour savoir qu’il est excité, et comment il est bâti. Tu ne sais pas où j’en suis avec la femme, et tu es un peu jalouse. Sans dire un mot, je vous place. Te prend une main, et la pose sur le sein de la femme. Tu ne peux t’empêche de sourire, je t’en ai laissé un peu ! Ta main commence à la caresser, puis à descendre. D’un coup, je t’arrête, et fais remonter ta main. Tu dois rester sur ce sein, alors tu le caresses. Tu me sens prendre la main de la femme et la poser ailleurs, sur quelqu’un à côté de toi. La femme elle, sait juste que quelqu’un lui caresse un sein, et qu’elle tient le sexe de son mari dans une main. Qui la caresse ? Elle ne sait pas. La douceur est la même que celle dont j’ai fait preuve, mais elle croit que la main est plus douce, sans en être sûre. Puis elle sent une autre main défaire son tailleur, le faire tomber à ses pieds, deux mains se posent sur sa taille, elle sait maintenant qui fait quoi. Elle rougit.

La fièvre aux joues, elle sent que je me colle contre elle, ses fesses, mes mains toujours sur sa taille. Tout le monde m’entends ce coup-ci dire : Ma puce, il y a un sexe à ta gauche, et qu’une seule main dessus. Caresse aussi. Vous l’homme, il y a une fesse de femme qui s’ennuie d’un contact à votre droite, trouvez là, et agissez. Pour la femme restante, votre main gauche doit faire la même chose que celle qui est sur vous. Ces ordres donnés, tu comprends que là où tu caresses la femme, elle fera la même chose. Ton sourire me dit que je ne me suis pas trompé sur ton envie d’elle. A tâtons, avec un peu d’hésitation tu sens sa main se poser sur ta taille, et remonter vers ton sein, au même moment que l’homme pose la sienne sur tes fesses. Tu commences à jouer avec son sein, avec douceur, tandis que tu imprimes un mouvement plus accentué sur l’homme, pour que la femme suive, et se débarrasser de lui, car tu aimerais beaucoup t’occuper que d’elle. Ta main sur le corps de la femme, commence à partir l’explorer, elle est fine menu, mais bien dessiné. Tu décides finalement d’aller directement entre ses jambes, pour sentir sa réaction, et qu’elle te fasse la même chose. Tu sens qu’elle porte encore son string, comme toi ton shorty. Tu es bien tenté de passer ta main sous, mais préfère rester dessus, car tu la trouves pas encore assez excité, et pour prendre ton temps. En même temps, je pose ma main sur ton sein, et sur celle de la femme. L’homme lui, vous voit vous caresser, ce qui l’excite plus. Il voit sa femme mettre sa main sur l’entre-jambe d’une autre femme. Jugeant qu’il lui en faut plus, et que je suis encore habillé, tu me sens enlever ta main d’elle, te dire d’arrêter de caresser l’homme. Mais tu as un sourire, tu sais que ce qui va suivre va être plus excitant et que l’autre femme continue de jouer sur ton shorty. Voyant ça moi aussi, je laisse continuer.

Elle ne le sait pas, mais il n’y a qu’elle qui agit, l’homme regarde sa femme te caresser, excité, toi tu sens qu’il a arrêté de bougé et enlevé sa main de tes fesses. Elle a aussi arrêté de branler son mari, elle n’est que sur ton sexe, vos peaux séparées par ce bout de tissus des plus fins. J’enlève ma main de son sein, ne dit rien. On la regarde faire. Toi, tu sais qu’il ne faut rien dire. L’homme, je lui ai fait signe de se taire et pas bouger. Je prends cette main qui te caresse, et l’a fait passer sous le shorty, prend une de ses mains, et la mets sous son string. Elle ne s’en est toujours pas aperçut, elle te caresse, maladroitement, et se caresse en même temps, tandis que son mari et moi regardons le spectacle. Je vous laisse faire comme ça un certain temps. Toi tu ne fais pas un bruit, pour ne pas casser ce moment, car tu sais que cela indiquera qu’il faudra changer d’action. Elle finit par en emmètre avant toi, on l’entend tous pousser un soupir de contentement. Là je la fait arrêter de bouger, prend la main qui était sous son string, et le porte à tes lèvres, tandis que celle qui était sur ton sexe, je l’apporte à sa bouche. Doucement, tu sens les doigts contre tes lèvres, tu ouvres légèrement la bouche afin qu’ils passent et amène ta langue contre eux, pour les lécher. Fais pareil qu’elle je dis à la femme. Ses doigts devant sa bouche, elle l’entrouvre un peu, sort délicatement sa langue, la passe sur ses doigts, et les mets finalement en bouche. A l’homme je lui dis de s’assoir, et que je vais placer un bandeau sur ses yeux. Une fois fait, je vous arrête toi et la femme, bien que tu te penches un peu en avant pour avoir encore ses doigts dans ta bouche. Je te prends par la taille, te colle contre moi, et te susurre : ne fais que le lécher, fais monter la pression encore. Mais ne le finit pas. Je te mets à genoux et à portée de son sexe, et te laisse faire. Je me rapproche de la femme, pose mes mains sur ses fesses, la colle contre moi. A l’oreille, je lui dis, je suis encore habillé, remédiez à ça. Doucement, elle commence à enlever mon tee-shirt, ne sachant pas où le poser car elle ni vois rien, je lui prends sa main, et lui fait jeter vers où il n’y a personne. Je m’écarte un peu d’elle, et elle commence à tâtons à déboutonner mon pantalon, une fois à terre, j’en sors et le pousse sur le côté.


La suite vous attend si vous avez aimé ...

Diffuse en direct !
Regarder son live