Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 950 fois
  • 65 J'aime
  • 3 Commentaires

Soirée d'anciens lycéens

Chapitre 1

Hétéro

Pour quelle obscure raison ai-je accepté de participer à ce repas ? J’aurai dû me douter que retrouver mes anciens camarades du lycée n’était pas une bonne idée. Malheureusement, il a fallu que je me laisse convaincre par l’une des rares amies que j’ai gardées de cette époque. Un jour, ma générosité me perdra ! La plupart des personnes rassemblées autour des tables est venue accompagnée. Certaines ont même amenés leurs enfants pour nous faire l’étalage de leurs formidables vies de famille. Malgré la qualité incontestable du repas, la célibataire que je suis, peine à apprécier la soirée. Comble de l’horreur, la moitié des convives installés à ma table a réussi de brillantes études supérieures. Ils occupent désormais des postes à responsabilités. Je ne suis pas dupe quant au fait qu’ils exagèrent superficiellement leurs importances dans leurs sociétés respectives. Néanmoins, je dois admettre que les subtilités de leurs conversations m’échappent.

En définitive, je ne me sens pas à ma place dans cette soirée. Mes anciennes copines sont devenues affreusement ennuyeuses. Nous avons évolué dans des sphères différentes et n’avons aujourd’hui, plus grand-chose en commun. Aussi, je profite d’une pause entre le plat principal et le dessert pour quitter le restaurant et prendre l’air. La fraîcheur de la soirée me tire de ma léthargie et je décide de faire quelques pas sur le bitume pour me dégourdir les jambes.

J’avise un banc public situé à proximité du parking. Je compte m’y installer quelques instants pour profiter de la beauté du ciel étoilé lorsqu’une voix me hèle : « Tu es Tobin Williams, n’est-ce pas ? » Je pivote sur les talons de mes escarpins pour faire face à un jeune homme plutôt séduisant, mais dont le visage m’est totalement inconnu. J’acquiesce d’un hochement de la tête en répondant : « Oui, c’est moi. Etions-nous dans la même classe au lycée ?

— Non, je suis le mari d’Ophélie ? C’est avec elle que tu es allée en cours.

— C’est possible, avoué-je avec un haussement d’épaules. Je ne me souviens pas de tous les prénoms.

— Je comprends, dit le jeune homme en me tendant un paquet de cigarettes que je décline. Je suis sorti pour allumer une clope lorsque je t’ai vu marcher. Je me suis dit qu’il fallait absolument que j’aille te parler. »

Les paupières plissées, je le dévisage avec suspicion avant de demander : « Pourquoi ?

— Il y a une question qui me brûle les lèvres. Es-tu la même Tobin Williams qui a écrit Une prof sous chantage ?

— Tu as lu mon livre, m’exclamé-je !

— J’ai fait plus que le lire, je l’ai adoré. L’histoire m’a tenu en haleine de la première à la dernière page. Le chantage auquel est confrontée l’héroïne est terriblement excitant. Quant au mystère qui plane sur l’identité du maître-chanteur, c’est une jolie trouvaille. Tout au long du livre, tu donnes des indices et pourtant, c’est à la fin que la réponse apparait comme une évidence. Je suis vraiment conquis par ton récit et tu peux d’ors-et-déjà me considérer comme ton plus grand fan.

— Je suis sincèrement ravie que mon roman érotique t’ait plu, dis-je quelque peu gênée par ces compliments. J’espère que le prochain t’émerveillera tout autant.

— J’en suis certain. »

Le jeune homme range son paquet de cigarettes dans la poche intérieure de sa veste sans même en prendre une. Il jette un rapide coup d’œil vers le restaurant, puis ajoute : « Maintenant que j’y pense, il me semble y avoir un exemplaire de mon ouvrage dans la boite à gants de ma voiture. Est-ce que tu accepterais de m’y accompagner pour me le dédicacer ?

— Je ne sais pas. Notre absence risque d’être remarquée.

— Je te promets de faire vite, Tobin. »

Je réfléchis un instant avant d’accepter de le suivre. Je lui emboite le pas jusqu’au fond du parking où est garée son véhicule. Je trouve cela surprenant qu’il ait précisément un exemplaire de mon livre avec lui, mais l’idée de faire plaisir à un lecteur dissipe mon scepticisme légendaire. Les bras croisés sous la poitrine, je le regarde déverrouiller la portière, puis l’ouvrir. Il fait mine de se pencher vers l’habitacle, mais se retourner au dernier moment pour m’enlacer. Je n’ai pas le temps de pousser un cri de protestation que déjà, ses lèvres se pressent contre les miennes. La stupeur annihile toutes mes velléités de résistance et je me laisse embrasser.

Les mains du jeune homme se referment sur mes hanches. Il s’arrache à mes lèvres en me regardant droit dans les yeux, puis me confie : « Je suis vraiment désolé.

— Pas moi, répondis-je en le poussant à l’intérieur de la voiture. »

Je devine à son air effaré qu’il ne s’attendait pas à une telle réaction de ma part. Son visage vire au rouge et ses yeux s’écarquillent lorsque je lui lance d’un ton autoritaire : « Allonges ton siège et installes-toi dessus ! » Le jeune homme s’exécute docilement en me souriant. Je ne tarde guère à me pencher vers lui pour déboutonner son pantalon et le faire glisser jusqu’à ses genoux en emportant son boxer dans le mouvement. Je suis impressionnée par la splendide érection qu’il me voue.

Je me redresse pour vérifier que personne ne nous voit, puis je grimpe à mon tour dans le véhicule. A force de contorsions, je parviens à passer mes jambes de chaque côté du siège. Je prends soin d’assurer mon équilibre avant de retrousser ma robe en l’enroulant autour de ma taille. Sans quitter le jeune homme du regard, j’écarte le tissu de mon string sur le côté pour découvrir mon intimité imberbe. Les yeux de mon fan menacent de jaillir de leurs orbites.

D’une main experte, je m’empare de son phallus gonflé d’excitation pour l’orienter vers l’entrée de mon sexe. Lentement, je descends dessus pour m’y empaler. Un gémissement s’échappe de mes lèvres, tandis qu’il s’enfonce profondément dans mes chairs brûlantes de désir. Mes fesses se posent sur ses cuisses velues et musclées. Je m’agrippe à l’habitacle avant d’onduler doucement du bassin.

Les mains du jeune homme me caressent l’intérieur des cuisses, palpant ma chair nue et délicate, puis remontent sur mes hanches. J’accélère progressivement le mouvement et mes ondulations deviennent bientôt de rapides coups de reins. Mon rythme est énergique et saccadé. Mon amant empoigne mes seins à travers le tissu de ma robe, tandis que son visage est déformé par une grimace de plaisir. Il ne m’a pas menti en affirmant qu’il ferait vite.

Pris d’une envie furieuse de ne pas le laisser jouir seul, je me déchaine comme un diable sorti de sa boite. J’ai récemment pris des cours de zomba et ceux-ci m’inspirent dans mes déhanchements et mes sautillements. Je sens poindre l’orgasme et me mords les lèvres pour rester silencieuse. C’est peine perdue, car mes gémissements rauques emplissent presque aussitôt la voiture. Une décharge électrique me parcourt de la tête aux pieds et je pousse un long cri de jouissance.

Galvanisé par l’intensité de mon plaisir, le jeune homme se laisse emporter par ses émotions. Il se tend comme un arc et je manque de me cogner au plafond du véhicule, tandis qu’il se répand généreusement en moi. Quelques instants me sont nécessaires pour reprendre mon souffle avant de pencher vers lui pour l’embrasser fougueusement.

Nous retournons séparément au restaurant après avoir obtenu l’aveu que mon livre se trouve à son domicile et non-pas dans sa voiture. Toutefois, je suis convaincue qu’il a obtenu la plus belle des dédicaces et qu’il ne l’oubliera probablement jamais. D’un air passablement hautain, je l’ignore le reste de la soirée et ce, malgré ses regards insistants. Il est marié et je ne suis pas une briseuse de couple !

Diffuse en direct !
Regarder son live