Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 14 351 fois
  • 38 J'aime
  • 1 Commentaire

soirée d ivresse

Chapitre 1

Divers

Voici une histoire récente et véridique. Je suis Gaël, ma femme s’appelle Mélissa. J’ai 32 ans et elle 29 ans. Nous avons une petite fille de 5 ans. Ce soir là nous avons demandé à une jeune fille (fille de la voisine) de venir garder la petite pendant que nous allions voir nos anciens voisins qui pendaient la crémaillère dans leur nouvelle maison. Ils ont 60 ans environ. Ce vendredi soir il est environ 19h00 je suis prêt depuis une bonne heure pour notre sortie et ma femme n’est toujours pas arrivée de son travail, elle m’avait prévenu qu’il y avait un pot ce soir à son boulot pour des bons résultats commerciaux. Son mobile ne répond pas donc je patiente avec la baby sitter et ma fille devant la télévision. A 20h30 j’entends enfin la voiture c’est elle. La porte s’ouvre elle rentre en lançant un grand " bonjour tout le monde". Elle fait un câlin à sa fille, une bise à la jeune voisine et vient m’embrasser. Ses yeux sont brillants et je sens son haleine alcoolisée. Elle me confirme en rigolant qu’elle et ses collègues ont effectivement bien arrosé les résultats et que les 3 verres de champagne font de l’effet. Je lui fait remarquer que conduire ainsi est dangereux mais je dois reconnaître que la voir dans cet état m’excite. Elle qui boit assez peu, ses joues roses et son rire m’amuse en effet.

Nous laissons donc la baby sitter et notre fille, et partons chez nos anciens voisins. Il y a une vingtaine de personnes sur place. Notre ancien voisin et ami André a toujours été un peu pervers à mon goût, et son regard lorsqu’il venait à la maison de temps en temps, se portait plus que largement sur les fesses de Mélissa, et ses allusions coquines étaient incessantes. Ce soir là il a évidemment remarqué que Mél était un peu grise en arrivant et j’ai vu à son regard que je n’étais pas le seul que cela excitait. Après quelques punch maison, l’ambiance est chaude. Vers 23h00 une personne âgée (ancienne voisine aussi)me demande si je peux la ramener chez elle à une dizaine de kms, je propose à ma femme de rentrer par la même occasion, mais notre hôte rétorque que je peux y aller, et revenir ensuite, qu’il veillera bien sur ma femme. Je me tourne vers Mél qui se met à rire, l’alcool a l’air de faire son effet. Je pars donc ramener la femme chez elle. Après un café je rentre vers la maison en fête. Je me suis absenté une heure environ. Dans leur grand living, deux couples dansent et d’autres discutent sur des canapés. Ma femme est absente. Je me rapproche de l’épouse d’André, et lui demande ou est passée Mélissa. Elle me répond que son mari, deux autres hommes et Mél sont allés visiter la cave de la maison, au fond du jardin en bas d’un petit escalier bien au frais. Je m’y rend donc, descend le petit escalier et découvre ma femme assise avec les trois autres hommes au pied d’une grosse barrique, un verre de vin rouge à demi rempli. Visiblement ils l’ont bien fait boire, lorsqu’elle retourne son visage vers moi , ses yeux sont hagards. Le plus étonnant est que le spectacle m’excite vraiment, ma femme, pourtant si douce, si câline avec sa fille, si sérieuse dans son travail se retrouve là, à l’évidence saoule, le chemisier mal agencé et laissant deviner largement son soutien gorge noir, assise sur un tabouret cuisses écartées en face de notre ami André qui se rinçait l’œil. Je propose à ma femme de quitter la fête, elle essaie d’articuler un "oui mon chéri, car je suis très fatiguée". elle se lève difficilement en trébuchant. Pendant que je range le tabouret, je vois André qui place son bras autour de la taille de ma femme pour l’aider à monter l’escalier de la cave. Je laisse faire, le spectacle je dois le dire me fait bander. Je fais la mine d’être occuper à ranger dans la cave et de ne m’apercevoir de rien. Discrètement je remonte le petit escalier , et je vois que la main d’André accompagne les mouvements de marche difficile de Mél, mais une main posée sur son postérieur. Les deux autre hommes sont déjà repartis dans la maison. Je rejoint ma femme et nous partons rapidement vers notre chez nous. Dans la voiture ma femme explose de rire et me demande de l’excuser de son état lamentable, je répond en blaguant, et pose une main entre les cuisses de Mélissa. Je caresse son sexe à travers le jean tout en lui demandant si André n’en avait pas profité un peu. Elle me répond que oui, mais je n’en saurai pas plus, elle a trop de mal à articuler. Nous arrivons enfin chez nous, ma femme manque de tomber deux ou trois fois jusqu’à la porte d’entrée. Nous retrouvons la jeune voisine et notre fille endormie sur le canapé. Mon épouse titube vers le canapé en précisant à la baby sitter, si besoin en était, qu’elle était complètement saoule. Notre fille qui se réveille en voyant sa maman s’affaler sur le canapé me demande si elle est malade. Je la rassure et demande à la baby sitter d’aller coucher notre petite. Je la vois gênée et elle me répond qu’elle s’occupe de tout. Pendant ce temps je vois ma femme se lever et se diriger vers la porte des toilettes tout en se cognant contre une chaise et un meuble du salon. Je me dirige vers la chambre et m’allonge sur le lit en l’attendant. Elle apparaît dans l’entre jour de la porte et se met à rigoler en me précisant qu’elle avait eu un petit accident. Je remarque en effet que l’entrecuisse de son jean est trempée. Elle s’affale sur le lit, et je ne peux retenir mon excitation plus longtemps. Je la lèche partout tout en la déshabillant lentement. Elle pousse des râles de plaisir, son haleine alcoolisée m’excite encore plus. J’ écarte son string et lui lèche le minou. L’odeur de l’urine et de son envie de sexe m’excite encore plus. Je remarque alors que son sous vêtement porte plusieurs traces de mouilles, je me rappelle qu’elle ne s’est pas changée en arrivant de son travail et que par conséquent sa petite culotte a subi tous les outrages et toutes les excitations de la journée, à priori pas triste. Je me rend compte que ma petite Mélissa si attentionnée, si mère de famille, si sérieuse cache en réalité une femme plus chaude que je l’imaginais. Je lui fit l’amour comme une bête, la léchant comme jamais. Son petit trou intime fut même nettoyé de fond en comble par ma langue. Oui j’en profitais car ma femme refusait d’habitude le léchage de son anus. Là elle n’était pas en état de dire non à cet assaut. Heureusement car la honte l’aurait inondée, ses fesses et son sexe pas nettoyés depuis le matin de cette fameuse journée sentaient vraiment forts. Tant pis pour la jeune baby sitter qui avait peut-être entendu nos cris de jouissance, ou était déjà parti ( je m’en fichais à ce moment là, le lendemain matin moins en y repensant).

Le lendemain et les jours suivants ma femme ne me regarda plus en face. Elle n’en revenait pas de son attitude, elle mit cela sur le compte de la pression au travail.

Depuis je rêve secrètement d’une autre soirée aussi,,,,,,,,,,,chaude.

Diffuse en direct !
Regarder son live