Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 782 fois
  • 67 J'aime
  • 3 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Soirée piège

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Quand le chat n’est pas là les souris baissent !


Mon mari est parti en déplacement pour une semaine. Pour passer la soirée, je dois retrouver mon amie Christine afin de passer la nuit dans un bar dansant. Chris est une amie de Lycée. Nous avons eu beaucoup de petits copains ensemble, parfois les mêmes. Ils n’en savaient rien, et l’on s’échangeait nos impressions sur eux. Leurs performances, comment ils nous avaient léchées, leur endurance, et on les notait. Rien de méchant, des choses de jeunes filles délurées.


Vers 22 heures, on se retrouve au bar. Chris est superbe, ses longs cheveux bruns, sa superbe poitrine, un 100 C (sensé humour) qui n’a pas besoin d’être soutenue, dans un corsage rouge, une taille fine et de belles fesses bien rondes, moulées dans un jeans. Elle me pose un baiser sur les lèvres, Chris et moi avons des relations bi de temps en temps. Cela date du lycée ou certains soirs, sans garçons, on se donnait un peu de plaisir lesbien.


— Tu as vu ma chérie, il y a des hommes assez mignons ce soir.


Christine est assez attirée par les hommes de couleur en principe, bien que son mari soit un Breton pur beurre. Elle s’est fait déflorer par un étudiant black Africain en terminale. Depuis elle trompe son mari uniquement avec des blacks. La nostalgie de son adolescence.

Effectivement, il y a de beaux garçons. J’en repère quelques-uns. Chris me dit.


— Regarde celui sur la droite au bar, il est craquant.


Je regarde, évidement, un super black, genre bodybuildé, il parle avec trois hommes dont un blond qui me rappelle un ancien flirt. Assez grand, mince, enfin le genre d’homme qui ne me laisse pas indifférente. Chris commence à leur tourner autour, pas le style à attendre que les hommes la draguent. Elle engage la conversation sans aucune gêne. Au bout de cinq minutes, elle me fait signe pour que je les rejoigne. Chris me présente, Diop, Michel, Luc et Jean. Ils nous invitent à prendre un verre, Chris tient le bras de Diop comme s’il était une vieille connaissance. Je me dis que Diop ne va pas finir la nuit sans goûter aux charmes de mon amie. Vient le moment de danser, Luc mon blondinet m’invite pour un slow. Il se colle contre moi, je mets la tête dans le creux de son épaule. Il a un parfum envoutant.


Il me tient serrée contre lui, je ne risque pas de lui échapper, je me laisse aller dans ses bras, son ventre collé contre le mien.


Je sens son sexe durcir, ce qui a le don de m’exciter.

Cela fait une semaine que je n’ai pas fait l’amour.

Comme je ne m’écarte pas il considère que j’aime ça et sa main descend doucement jusqu’à mes fesses, je lui remonte le bras et au bout de deux tentatives, je laisse faire. Il me les pétrit gentiment, et devant ma passivité, il s’enhardit, quelques petits baisers dans le cou, sur ma joue et ses lèvres viennent se coller sur les miennes. Il bande vraiment fort, et il me le fait bien sentir.

Un peu perturbée je commence à ressentir une douce chaleur envahir mon ventre. C’est très agréable, ma petite culotte va vite être humide s’il continue. Pour me calmer un peu je lui propose de retourner à la table pour nous désaltérer.


J’aperçois Chris qui danse toujours avec Diop, enlacés bouche contre bouche, elle se laisse peloter les fesses et fait de même, c’est certain qu’elle va lui faire passer une superbe nuit. Michel me demande une danse, je ne peux pas refuser. Il est à peine plus grand que moi, un peu ventru. Sûr qu’il n’est pas mon genre. Pourtant, il commence à me tripoter directement, je lui dis.


— Reste tranquille, on est là juste pour danser.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Tu es moins farouche avec Luc, tu allumes et ensuite tu joues les miss vierge effarouchée.


Je le plaque sur la piste et retourne m’assoir avec Luc et Jean. J’explique pourquoi à Luc, qui me dit


— Normal ! Tu es mignonne et il a peu de succès avec les femmes. C’est vrai que d’avoir un petit lot comme toi contre lui, il a eu des chaleurs.


Les garçons ne sont pas radins, "Vodka" pour les hommes, "Tequila" pour Chris et moi. L’ambiance est au beau fixe. Vers deux heures du matin après avoir bien dansé, Chris pratiquement toujours avec Diop, très peu avec les autres, moi avec tous. Michel averti s’est bien tenu, Luc beaucoup moins pour mon plus grand plaisir.

Diop nous propose de prendre un dernier verre chez lui, je suis épuisée, mais Chris est tout de suite d’accord. Ne voulant pas la laisser y aller seule, je les suis.

Diop a une superbe maison, nous nous retrouvons tous les six devant une bouteille de champagne. Après deux coupes, je me sens toute drôle, le mélange champagne-tequila fait effet. À travers un brouillard, je vois Diop qui a ouvert le corsage de Chris et lui malaxe les seins tout en lui roulant des pelles. Elle est avachie dans le fauteuil dans le même état que moi. Je veux me relever, mais Michel me dit.


— Reste assise ma colombe, on va s’occuper de toi.


Je n’ai pas la force de bouger ni de lui répondre, trop saoule.

Diop quant à lui baisse le jeans de Chris sans que celle-ci proteste. Jean l’aide, et comme elle est sans culotte, son abricot est à la vue de tous. Luc me prend dans ses bras et m’embrasse, sa langue fouille ma bouche. Je me laisse aller, je sens des mains retrousser ma robe.

Là tout s’accélère, j’entends Chris qui gémis, je regarde et je vois Jean et Diop la déshabiller entièrement. Pour mon cas, c’est Michel qui m’a retroussé ma robe et tente d’atteindre ma chatte.

Je le trouve vraiment moche.

Luc me tient fermement serrée contre lui. Il continue de m’embrasser et de me triturer les seins, Michel a atteint ma petite culotte et tente de me la retirer. Je soulève mes fesses instinctivement pour l’aider, l’alcool m’a complétement désinhibée.


Toujours est-il que ma petite culotte se retrouve sur le tapis. Luc a fait glisser la fermeture de ma robe et s’acharne sur l’agrafe de mon soutien-gorge. Malgré son énervement, il y parvient, il plonge son visage entre mes seins, les mord, les suce, torture mes tétons en les pinçant très fort. J’entends Michel qui lui dit.


— On l’emmène dans la chambre, nous serons plus à l’aise sur un lit pour la baiser.


Luc approuve, je me sens soulevée, ma robe autour de la taille, plus rien de mon corps n’est à l’abri de leurs regards. Je n’ai même pas envie de protester, je me doute de ce qu’il va m’arriver, mais même si Michel ne me plait pas, j’ai trop envie de Luc.

J’entends Chris qui leur demande de la manger plus fort, elle est jetée sur le lit près de moi, elle est complétement nue. Les quatre hommes se déshabillent, et nous rejoignent sur le lit, des mains se baladent sur tout mon corps et sur celui de Chris. Michel me pose son sexe sur les lèvres et me demande de le sucer, Luc entre mes cuisses me lèche la chatte, il se débrouille bien, je m’ouvre davantage pour lui permettre de mieux accéder à mon sexe.

Vaincue et excitée j’ouvre les lèvres et la queue de Michel s’enfonce dans ma bouche. Son sexe a une forte odeur de pisse. J’ai un mouvement de recul, il me prend la tête et ironiquement me dit.


— Ne fais pas ta fière suce, je n’ai pas le temps de me doucher, trop envie de ta chatte.


Je sens le lit commencer à bouger, je tourne un peu la tête et je vois Chris les jambes repliées se faire enfiler par le gros dard de Diop. De voir cette énorme chose noire entrer et sortir du corps si blanc de Chris m’excite. Jean la fait sucer en lui tripotant les seins et en l’invectivant d’insultes. Pas du tout impressionnée par la grosse queue qui la remplit, elle gémit la bouche occupée par la bite de Jean, elle s’accommode fort bien de la situation.

En ce qui me concerne Luc me donne envie d’être prise, sa langue est très agile sur mon clito, il doit bien sentir mon bouton gonflé, il rentre deux doigts dans ma chatte trempée et son pouce dans ma rosace. Je ne me retiens plus et lui demande de me prendre. Michel lui demande de me prendre le premier. Sans rien me demander Luc lui dit.


— Vas-y tu en crèves d’envie depuis que tu as dansé avec elle, tu vois cette beauté, tu n’en as jamais baisé d’aussi mignonne, aller cadeau bourres là en premier.


Michel se couche sur moi, il dirige son gland entre les lèvres de ma chatte, ne tient pas compte de mes faibles protestations. Après quelques aller-retour, il trouve l’entrée de ma grotte d’amour, et d’un seul coup de rein, il s’enfonce en moi entièrement. Je sens sa queue envahir mon vagin, c’est brutal, il pousse un grognement et son ventre poilu vient se coller au mien. En s’adressant à Luc.


— Oh, c’est trop bon, tu vas te régaler derrière moi.


Et, tout en disant ça, il commence son va-et-vient, ses lourdes testicules cognent mes fesses, son gros gland glisse à merveille dans ma chatte trempée. Il passe les mains sous mes fesses et me soulève pour me cambrer davantage, je n’ai plus du tout envie de protester. Bien qu’il ne me plaise pas du tout, je me laisse posséder, son sexe qui ressort et replonge en moi me procure un grand plaisir. Il s’en rend compte et accélère la cadence, je lui enserre la taille avec mes jambes, et lui attrapant les fesses le colle encore plus contre moi. Il reste un moment collé et d’un coup, il jaillit, son éjaculation est puissante et abondante, je ne peux me retenir de lui déclarer que c’est bon.


— Tu vois petite cochonne que tu as faillis manquer un bon coup de queue, il ne faut pas se fier au physique ma jolie, à toi Luc, elle est bien chaude.


Luc n’attend que ça. Le temps que Michel s’envoyait en l’air, il promenait son sexe sur mon visage, laissant les premières gouttes transparentes faire des traînées sur mon nez et mes joues, comme les traces d’un escargot sur le sol. Je n’avais même pas resserré les cuisses, je n’attendais que lui, sa queue était encore plus grosse que celle de Michel, mais vu le sperme et ma cyprine, il n’eut aucune difficulté à s’enfiler entièrement en moi. Quel plaisir de le sentir se mouvoir dans ma chatte, son beau corps écrasant le mien, sa bouche se collant à mes lèvres, sa langue fouillant ma bouche. Le floc-floc que faisait son sexe chaque fois qu’il replongeait au fond de mon vagin était un merveilleux bruit. En jetant un regard à côté de moi, je vois Christine empalée sur Jean, et Diop planté dans son endroit le plus intime. Ils la prennent en cadence, elle gémit chaque fois qu’ils s’enfoncent dans ses deux trous.


Diop grimace, grogne, et soudain se lâche en elle, Jean fait de même, les deux jouissent simultanément, elle pousse un cri, et s’abat sur la poitrine de Jean, lovée contre son torse, elle pleure de plaisir.


Luc me tord les seins, et me baratte énergiquement. Il ressort entièrement sa queue et la replonge en moi, je ne me retiens pas, mes cris l’excitent encore plus et je jouis sans l’attendre, il me laisse finir de jouir. Il se retire vient placer sa queue sur ma bouche, et me dit.


— Ouvre ta bouche chérie et avale tout.


Sa bite a le goût de cyprine et de sperme, j’ouvre grand mes lèvres et reçoit tout son jus au fond de ma gorge, le liquide visqueux, se répand sur ma langue par de longues giclées épaisses.

Diffuse en direct !
Regarder son live