Le site de l'histoire érotique

soirée pyjama

Chapitre 1

six filles très chaudes

72
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 23 409 fois

72

5

Mes parents étant absents pour le weekend, j’ai obtenu leur autorisation pour inviter mes copines.

On se fera une soirée pyjama.

Comme je sais que mon frère ne sera pas là lui aussi, car il fait une retraite juste avant Noël de deux jours au séminaire. Il veut devenir prêtre.

Nous aurons donc la maison pour nous toutes seules.

Le jour venu, mes cinq copines arrivent vers 14h00. Rachel, une brune aux cheveux très longs. Clarisse, une fille bien en chair. Zaya, une beurette très élancée. Mia, une asiatique toute menue, et Anja, une belle noire avec de vrais obus au balcon.


Nous sommes toutes folles de danse et nous retrouvons régulièrement à l’école de la ville où nous formons un groupe.

L’après-midi se passe en fou rire et en papotage. Bien entendu, nous commentons nos différents partenaires de danse et petit à petit la discussion dérape sur d’autres partenaires un peu plus « entreprenants » avec la gent féminine.

Elles ont amené la nouvelle tenue pour notre prochain spectacle et nous nous retrouvons à moitié dénudées pour essayer ces nouveaux costumes.

Mon regard est attiré par Anja, elle a vraiment un corps de déesse noire avec des cambrures incroyables. Elle a une magnifique poitrine à nous faire pâlir d’envie.

Nous finissons par une soirée pizza avant de nous retrouver toutes dans ma chambre pour continuer la soirée.


— Allez les filles, toutes en pyjama ! Lance Zaya. Je veux vous voir prêtes à aller au lit !


Les filles revêtent leur pyjama, enfin pas toutes… Rachel et Clarisse se déshabillent rapidement et, sans gêne, se retrouvent en soutien-gorge et petites culottes. Je pensais qu’elles allaient rester ainsi, mais non, elles enlèvent tout pour enfiler des nuisettes transparentes très sexy.

Elles envahissent mon lit et sans aucune vergogne, se caressent comme deux gouines.

Nous les regardons, ébahies, mais ça ne semble pas les déranger le moins du monde. Clarisse tend le bras vers son sac et en retire un gode double de plus de 40 centimètres. Chacune en prend un bout et fait disparaître la tête en silicone dans son intimité.

Ça ne les empêche pas de s’embrasser fougueusement. Je ne savais pas qu’elles avaient des attirances lesbiennes, mais je comprends mieux leur tenue.


— Alors les filles ! s’exclame Rachel. Vous n’avez jamais essayé ? Vous savez que c’est aussi agréable et beaucoup plus doux qu’avec les mecs !


Je suis bouche bée. Mia décide de caresser Anja, ses mains parcourent le pyjama pour découvrir son corps et s’arrêtent sur ses seins arrogants.

Zaya malaxe sa propre poitrine, émoustillée par la tournure que prennent les choses.

Mia commence à déboutonner le haut du pyjama de Anja, le lui retire et s’attaque à son soutien-gorge. Deux tétons immenses pointent orgueilleusement au centre de ces mamelles noires

Mia masse délicatement les obus que la gravité ne peut faire fléchir. Le souffle d’Anja s’accélère, elle a l’air d’apprécier.

L’excitation monte très vite et en un rien de temps, nous nous retrouvons toutes entièrement nues, nous caressant et nous embrassant à qui mieux mieux.


Ça commence à tourner à l’orgie entre nous six. Je dois dire que c’est très agréable avec une autre fille. Les caresses sont plus douces et elle sait ce qui te fait le plus d’effet.

Quand soudain Rachel lance :


— Il est beau ton frère, dommage qu’il ait de telles idées, j’en ferais bien mon quatre heures.


Anja confirme :


— Oui, il est vraiment canon, un peu maigre pour moi mais une gueule d’ange !


La soirée est de plus en plus déchainée, nous ne retenons plus nos cris et nos gloussements quand la porte s’ouvre à la volée.

Mon frère entre en gueulant, lui aussi en pyjama:


— Pas moyen de dormir dans cette baraque ! Qu’est-ce que…………….


Nous nous figeons toutes un instant. Mais que fait-il là ?

Après un moment de désarroi devant le spectacle que nous lui offrons, il se retourne et s’enfuit dans sa chambre.

Catastrophée, je m’adresse à mes copines de débauche :


— S’il raconte tout à mes parents, je suis fichue !


Rachel déclare aussitôt :


— Le seul moyen pour qu’il ne parle pas, s’est……


Et elle se précipite à sa suite. Je veux la retenir mais ne peux la rejoindre avant qu’elle n’ait pénétré dans la chambre de mon frère. Et comme les autres veulent savoir ce qu’elle projette, le lit de mon frère se retrouve encerclé par six filles à poil en quelques instants.


— Clarisse aide-moi ! Lâche Rachel


On ne voit que la tête de Thomas glissé sous les draps, complètement apeuré par ce troupeau de femelles en rut.

Elles se saisissent du drap et le rabattent sur ses pieds.


— Autour de sa veste maintenant !


Il est tellement ahuri par la tournure des choses qu’il n’oppose aucune résistance. Bouton après bouton, elles écartent les pans de sa veste faisant apparaître ses cotes tellement il est maigre.

Je l’entends marmonner :


— Mon Dieu ! Je vous demande votre aide contre ces sylphides, je veux consacrer ma vie à vous servir mais aidez-moi à ne pas céder à la tentation devant l’épreuve que vous m’imposez pour tester ma foi.


Elles s’embrassent et se caressent en se penchant sur son corps qu’elles explorent de leur main libre.

Elles écartent leurs cuisses, lui offrant ainsi la vision de 2 chattes complètement épilées.

Il n’a sûrement jamais vu une fille sous cet angle. Elles se doigtent la chatte et les yeux de mon frère ne peuvent se détacher de ce spectacle.

Il a beau s’y opposer par la prière. Je vois bien qu’il est très excité, et une bosse de plus en plus impressionnante déforme son pantalon.

Elles s’enhardissent et maintenant tirent sur le pantalon qui accroche contre ce piquet de tente et l’entraine. Le mât ne plie pas et quand sa résistance est supérieure à celle du pantalon, il revient avec violence claquer d’un bruit sec sur le ventre de Thomas, en cachant à nos regards son nombril.


Le pantalon a rejoint le drap en accordéon sur ses chevilles. Il ne réagit toujours pas comme si ce qu’il subit ne le concernait pas.

Mia, rouge comme une pivoine nous avoue:


— C’est la première fois que je vois un garçon tout nu ! Ils sont tous comme ça ?

— Et alors ? Lui demande Rachel, t’aimes-pas ?

— Si, mais... C’est vraiment impressionnant !


Clarisse me regarde en déclarant :


— Oh putain Sophie ! Tu nous avais caché que ton maigrichon de frère avait un tel gourdin ! C’est le jouet le plus cool que j’ai jamais vu, il éclipse tous les godes que j’ai amenés ! On va bien s’amuser avec !


(À suivre)