Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 889 fois
  • 26 J'aime
  • 1 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Soirée à Rebuty

Chapitre 1

Gay

Cette histoire a été vécue au mois d’octobre. Ma copine étant partie pour quelques jours, je me retrouvai seul. Je me préparai donc, puis allai traîner sur quelques sites de rencontres à la recherche de queues qui pourraient baiser ma bouche et mon cul. J’étais très excité, mais ne trouvai rien, au bout d’un moment, je me connectai sur mon site préféré (lieux de drague) et à peine connecté depuis dix minutes, un mec m’écrivit et me demanda ce que j’aimais faire. Je lui répondis que j’aimais sucer, me faire enculer et prendre le sperme sur mon visage, puis finir en nettoyant les queues au plus profond de ma bouche. Il me demanda s’il pouvait me rendre visite, je lui répondis que c’était possible, mais que j’avais plutôt envie d’aller sur une aire de repos dans l’espoir de trouver d’autres queues, car j’adore m’occuper de deux ou plusieurs bites. Il me dit oui et nous fixâmes une heure de rendez-vous.


Vers 22 heures, j’étais sur l’aire de repos et attendais qu’il vienne en fumant une clope. Deux minutes plus tard, il arriva, s’approcha et me demanda si c’était moi, et après lui avoir dit oui, il me demanda où j’avais l’habitude d’aller. Je lui dis de me suivre derrière la station-service où on serait tranquilles pour baiser. J’ai déjà fait quelques sacrées parties de cul à cet endroit.


Arrivés au bout du bâtiment, il saisit mes fesses et me roula une pelle, moi de mon côté, je lui caressai son paquet encore enfermé dans son pantalon, mais je sentais sa queue grossir sous ma main. Il arrêta de m’embrasser et me força à m’agenouiller, puis commença à enlever son pantalon, une fois en slip devant moi, je m’empressai de lui lécher son paquet à travers son slip. Etonné, il me dit :


— Eh bien, t’as l’air d’aimer les bites.

— J’adore ça, j’aime être une salope lorsque je vois des bites.

— Très bien, je crois que je vais m’amuser avec toi.


Puis il enleva son slip laissant paraître une superbe queue qu’avidement je pris en bouche. Je le suçai, lui malaxai ses boules, passant de ma gorge profonde au léchage du gland et de ses couilles, ce qu’il appréciait vu les grognements qu’il faisait.

Après quelque dix minutes, il sortit de ma bouche, me releva, et me dit de me déshabiller, ce que je fis tout de suite, enlevant mon jogging, j’étais nu dessous. Après m’être mis à poil, il me dit de lui présenter mon cul. Une fois présenté mon cul, préparé au préalable pour une pénétration, il cracha sur ma rondelle et y enfila un doigt, puis deux et me travailla le cul déjà prêt à être baisé.

Il me dit :


— T’es encore bien serré, j’aime ça.


Il mit une capote et puis il entra en moi sans ménagement, je poussais un cri, il me dit :


— Qu’est-ce qu’il y a, tu ne supportes pas ma queue ? Eh bien je vais te dire quelque chose, tu m’as allumé, tu m’as dit que tu voulais te faire sauter, tu m’as sucé vachement bien et je veux t’enculer à fond.


A ces mots, il commença ses va-et-vient comme si sa vie en dépendait, au bout d’environ dix minutes, il finit par jouir, malheureusement, pas sur mon visage puis dans ma bouche, mais dans son préservatif. Il sortit sa bite de mon cul, enleva la capote, s’essuya son membre, se rhabilla et partit, me laissant là, toujours à quatre pattes.

Environ une minute plus tard, je me levai pour retourner à ma voiture et fumer une cigarette.

Je n’avais pas vu que, quelques mètres plus loin, un type se tenait posé contre le mur, avec sa queue en main.


— T’as l’air d’aimer la queue.


Surpris, je m’approchai et le vis avec son sourire sur les lèvres.


— T’en veux encore ? me demanda-t-il.


Je fis oui de la tête et m’approchai de sa queue pour la lui sucer.


— Bien, hmmm que c’est bon, attends.


Il sortit sa queue de ma bouche, se pencha un peu en arrière et appela son copain, qui vint, également sa queue à l’air et me la présenta également. Je me remis à sucer, passant d’une queue à l’autre, puis le premier me dit :


— Allez vas-y, prends les deux en bouche.


Je finis par avoir les deux queues dans ma bouche.


— Si ton cul est pareil, on va aimer, me dit le deuxième.


Après quelques minutes, passant d’une queue à l’autre puis prenant les deux en bouche, ils m’ont relevé puis appuyant sur ma tête, j’avais une bite en bouche tandis que le deuxième m’encula après avoir enfilé une capote, sa queue entra sans problème dans mon cul déjà bien dilaté et avec mon envie de me faire enculer.


Au bout d’un certain temps, ils changèrent de position. L’un des deux s’assit par terre et me demanda de m’asseoir sur son membre. Le trou déjà dilaté par les deux queues précédentes, je n’eus aucun problème à m’asseoir dessus, et pendant ce temps, le deuxième me baisa ma gueule. Quelques minutes comme ça et mon sucé était le premier à jouir sur mon visage, je pris comme j’aime tant le faire sa queue en bouche pour extraire les dernières gouttes de son sperme et nettoyer sa queue de ma langue douce. Mon baiseur me dit que je devais descendre de sa queue et la prendre en bouche afin de me donner son jus, et ce fut à son tour de me lâcher sa semence sur ma gueule de salope déjà tapissée. Je pensais que ces deux rations allaient être les dernières, mais ce qui suivit fut encore mieux.


Effectivement, après s’être reposés en fumant une cigarette tous les trois ensemble et sous mes caresses, les deux membres reprirent du volume.


— Eh bien, je crois que cette salope n’est toujours pas rassasiée, eh bien on va lui faire goûter nos queues à nouveau, et tous les deux se mirent à rire.

— Bon on va voir ce que tu supportes, me dit un d’eux en me souriant, allez assieds-toi sur ma queue, ce que je fis sans difficulté, mais contrairement à avant, je dus embrasser mon baiseur, il me serra avec ses bras tout contre lui, et je sentis le deuxième tenter de forcer l’entrée de mon cul déjà bien rempli. Devant mon refus, il enfonça un puis deux doigts dans mon cul. Après quelques minutes de dilatation, j’avais une bite (et pas la plus fine) et deux doigts dans mon cul de salope.

— Ça y est, je crois qu’il est prêt.


Je refusai encore la double pénétration, mais leur dis qu’ils pouvaient s’ils le désiraient me baiser chacun leur tour dans cette position. Ils me labourèrent, chacun son tour mon cul, et je pris un pied pas possible.


— Alors tu aimes.

— Oui, c’est trop bon, continuez.

— Il parle trop, il faudrait lui boucher sa gueule, dommage qu’il n’y ait pas une troisième queue pour notre salope. Je le pensais aussi, suce une bonne queue pendant que deux autres le labourent le cul en alternance.


Celui qui était derrière moi se releva, pensant alors que je devais le sucer, cela ne dura pas longtemps, il cracha son jus dans ma bouche, et j’avalai tout son jus. Mon baiseur me dit qu’il voulait ma bouche. Je me levai, extirpant avec regret sa queue de mon cul déjà bien défoncé. Il enleva sa capote, m’enfonça sa queue dans la bouche et me dit :


— Salope, tu vas tout prendre dans la bouche.


Puis il jouit, déversant une bonne petite dose de sperme dans ma bouche que j’avalai avec plaisir. Puis pendant quelques secondes, je repris les deux queues en bouche. J’avais été bien défoncé, mais j’aurais volontiers repris un petit coup.

Nous avons fumé une cigarette ensemble et l’un d’eux me dit que j’étais une sacrée salope, et qu’il aimerait bien remettre ça, et me donna son 06, en me disant

:


— Si tu veux, appelle-nous, on a deux trois potes actifs et on aime aussi organiser des tournantes chez moi, si tu veux, il y aura assez de queues à pomper, tu pourras te faire enculer à volonté, et sans parler de tout le foutre que tu pourras avaler ou prendre sur ta gueule de salope.

— Avec plaisir, je serai partant.

— Alors appelle-nous, Paul et moi, on se fera un plaisir de te prendre à nouveau chacun notre tour puis peut-être en sandwich, devant tout le monde.

— OK, et c’est pour quand ce party.

— On s’organise pour la semaine prochaine, alors téléphone-nous.


Puis on se rhabilla et on se quitta tout en se roulant des pelles. Le lendemain, étant toujours seul à la maison, je leur téléphonai, pour savoir si c’était le bon numéro, et on prit rendez-vous pour la semaine qui venait, mais ça c’est une autre histoire

Diffuse en direct !
Regarder son live