Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 192 fois
  • 54 J'aime
  • 7 Commentaires

Son Âme au Diable

Chapitre 4

Erotique

Son Âme au Diable (4)



S’il lui était donné de s’exprimer, le crayon de bois hurlerait. Son bel habit grenat strié de blanc se retrouve bientôt à nu, sinon écorché. Il connaît la négligence, la maltraitance, mais maintenant c’est la souffrance. Lui, si prévenant avec le canson, se voit remercié aujourd’hui par une mastication brutale entre deux molaires gauches.


Fabien lui laisse quelques secondes de répit. Il n’a toujours pas de réponse. Séraphine n’a pas répondu, depuis bientôt soixante-douze heures. En fait, elle n’a peut-être même pas lu le message, ou n’a pas du tout accroché. Et puis elle a tout mis à la corbeille. Il s’y est mal pris, il est con ! Il a gâché sa meilleure occasion. Merde !


Cinq fois déjà qu’Angélique efface tout. Comme tous les lundis matin, elle écoute les messages sur le répondeur du standard, puis ouvre son fichier-client. Son portable est sur le coin du bureau, elle en profite pour relire le cadre rose. Elle range quelques dossiers éparpillés, et entame une nouvelle réponse. Elle l’efface. Un simple point d’interrogation, ça ne suffit pas pour avoir les réponses qu’elle attend. Elle ouvre un compromis de vente, agite ses pieds, et reprend son téléphone. Elle lui pose une question. Pas la bonne, autant effacer. C’est ce qu’elle fait. Elle réfléchit longuement, soupire, et se replonge dans le dossier Blanchard. Elle le laisse en plan, se saisit à nouveau de son Galaxy et rédige. Elle en efface la moitié, s’apprête à l’envoyer, stoppe, et agite ses pieds sous le bureau. Le standard sonne et elle répond. Mais elle ne sait même plus quoi. Et puis elle raccroche vite, pour reprendre son message. Et efface l’autre moitié.


Avant d’agiter les pieds sous le bureau. Ça fait déjà près de trois jours qu’elle a reçu cette invitation mystérieuse. Il faut qu’elle réponde !


Quand elle arrive enfin à formuler ses pensées, elle se dépêche de tout balancer, pour ne pas changer d’avis avant.


Un avis des sommes à payer, voilà ce que Fabien prépare pour les Guérin. Il est temps pour eux de raquer, ils ont bien bénéficié des prestations de l’Agence ! Ça lui passe les nerfs, ça fait du bien. Affairé qu’il est, il sursaute au bip aigu de la messagerie et se précipite.


— Yes ! Elle a répondu !


Il est heureux et soulagé en même temps, et se dépêche d’ouvrir le message.



Seraphine>Hedone_9H23


Et que me proposes-tu exactement ?



En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Ah, pour sûr, elle ne s’est pas étalée beaucoup, mais elle est belle et bien piquée au vif ! Ça y est, sa belle sirène est ferrée. Il va lui donner un peu de mou, puis la ramener tout doucement à lui. Ce qu’il lui propose ? Sa réponse est déjà rédigée depuis hier, et il l’a enregistrée en brouillon. Il espérait pouvoir la sortir plus vite, mais peu importe, c’est le moment maintenant. Tout vient à point à qui sait l’attendre... Et il attend donc encore quelques minutes, pour ne pas montrer son anticipation.



Hedone>Seraphine_9H29


Bonjour Séraphine,


Je te propose un jeu simple, qui peut te permettre d’aller au-delà des frontières de ton esprit, puiser l’imagination, les fantasmes et les envies que tu caches.


La règle du jeu est simple : chaque jour, je te propose un petit défi, simple à réaliser. Un petit secret que l’on partage juste toi et moi. Il est forcément coquin, sensuel, mais toujours sans danger pour toi. Je ne demanderai jamais rien que tu ne voudras faire.


En acceptant chacun de ces défis, tu vas découvrir peu à peu que transcender l’interdit peut être aussi délicieux qu’excitant. Je suis certain que ce petit jeu va te plaire énormément.


N’oublie pas : tu restes libre d’arrêter quand bon te semble. Tu n’es nullement engagée. Ceci est juste un petit jeu coquin entre deux inconnus. Toi et moi.



Il fait soudain une température caniculaire. Pourquoi n’a-t-elle pas allumé la climatisation ? Non, on est en octobre, ce n’est pas possible. Pourtant son chemisier ne lui a jamais paru aussi épais. Angélique ressent comme une bouffée de chaleur. Précisément depuis qu’un nouveau message est parvenu à l’écran. Déjà ? Si vite ?! Elle va bientôt apprendre de son mystérieux interlocuteur quelques secrets palpitants...


A la lecture des paragraphes, elle a comme un mouvement de recul. Et si, sagement, elle arrêtait dès maintenant ? Elle n’a en effet aucun engagement vis-à-vis de cet inconnu, et ce qu’elle pourrait découvrir lui fait soudain un peu peur. En même temps que cela titille sa curiosité, et lui rappelle qu’elle aime en frissonner.


Un jeu a quelque chose d’enfantin, de gentillet, et cela la rassure aussi : c’est surtout un amusement. Un peu de légèreté et, trouve-t-elle, peut-être un peu de prétention de la part de cet inconnu, qui s’imagine lui faire découvrir des trucs dingues. Non, mais... ! Bon, ça ne coûte vraiment rien de s’y essayer, cela la fait sourire.


Fabien aussi arbore un sourire rayonnant, elle trouve. Il est depuis deux minutes devant elle, en plein milieu de l’agence, et en pleine conversation téléphonique. Ses bras tourbillonnent et suivent élégamment les déplacements de son costume au travers du hall. Il fait preuve d’une aisance qu’elle ne lui connaissait pas encore, avec la souplesse d’un félin. Son client ne peut qu’être séduit par l’acuité de sa répartie, l’aisance oratoire qu’il déploie, par le velouté de sa voix. Fabien sait vraiment bien s’y prendre pour convaincre ce retraité d’investir dans la petite station balnéaire. Il fait preuve d’un charme commercial indéniable aux yeux d’Angélique. Commercial ? Il semble à la petite brune que ce regard malicieux et plein d’assurance pourrait aussi lui être porté...


— Et voilà, l’affaire est dans le sac ! Tu vois, Angie, j’étais persuadé d’obtenir un rendez-vous rue des Goélands, pour une visite avec un gros bonnet de la finance. Eh bien, c’est gagné ! Et je venais justement te voir pour que tu puisses noter ses coordonnées, que voici... Tu pourras le rappeler cet après-midi, s’il te plaît, je serai en prospection sur le terrain ? T’es un cœur, Angie !


Évidemment, qu’elle pourra. Comment résister ? Quand Fabien est aussi lumineux, aussi triomphant, quand il la regarde comme ça, Angélique fond. Elle n’est juste que sa collègue, juste qu’une simple hôtesse d’accueil, juste qu’une femme en manque de sensualité. Mais assurément quand Fabien l’inonde de mille attentions, elle en vient presque à fantasmer des moments palpitants et coquins qui la feraient succomber.


Fabien parade. Son torse est rempli d’hélium. Il jubile à l’idée de bientôt faire vaciller Séraphine, et il lui fallait exprimer cet enthousiaste innocemment devant Angie. Il a saisi l’occasion d’aller fanfaronner d’un bout à l’autre de l’agence, juste pour être devant elle. Bien sûr, elle ne sait rien. Mais lui, il sait. Et devine déjà la suite...


La suite, Angélique attend volontairement quatorze heures, et se la réserve pour l’après-midi, elle est toute seule. Elle peut ainsi prendre du temps pour elle. D’abord, ça la chiffonne : qu’est-ce que c’est ce drôle de pseudo qu’a choisi son inconnu ? Hedone. Elle lance une recherche sur Google, et trouve son explication. Une divinité de la volupté. Oui, c’est un pseudo qui invite aux plaisirs. Tant mieux, elle avait peur que ce soit une marque d’accessoires SM.


Elle est tranquille, ils sont tous sortis et pas un client en vue. Elle peut dès lors s’adresser à son inconnu. Alors, quel premier défi lui propose-t-il ?


Elle doit patienter un bon quart d’heure – une éternité – avant d’en savoir plus.



Hedone>Seraphine_14H35


Ce que tu gardes secrètement pour toi est intime. Il te suffit de m’en confier un petit morceau, à moi un parfait inconnu, et dès lors tu auras le sentiment d’enfreindre un interdit. Tu frissonneras d’exposer ainsi ton intimité à un homme que tu ne connais pas et cela aura un goût délicieux. Il y a en toi beaucoup de charmes et la volonté de plaire, d’être désirable et désirée. En te dévoilant secrètement, tu seras désirée comme jamais tu ne l’as été encore.


Sois fière de ta beauté, de ton corps tout entier, de ta silhouette et de tes formes voluptueuses. Tu es une femme merveilleuse, un ange délicat et sensuel. Tu mérites de savourer plus encore le plaisir de la chair, comme une récompense à tes charmes.


Je suis certain, Seraphine, que ton intimité aujourd’hui est protégée par un écrin de dentelle adorable. Est-elle blanche comme tes ailes ? Rouge comme tes désirs ? Noires comme tes nuits ?


Confie-moi ce secret...



Cet homme qu’elle ne connaît pas n’a rien de commun avec tous les précédents qui l’ont contactée depuis XLove. Tous ceux qui ont dit d’elle qu’elle était une pute et un garage à bites. Lui est doux et poli. Et il a cette sensibilité si rare chez les hommes, pour lui dire juste qu’elle est belle. Cela la rassure, car elle ne s’attendait nullement à cela. C’est vrai aussi qu’elle a envie de plaire. Il a su lire en elle. Elle aimerait tellement que Nicolas aussi sache la caresser de mots tendres, et l’entendre dire qu’elle est une femme ravissante. Elle aimerait surtout qu’il sache lui dire tout cela avant de lui écarter les cuisses...


Alors, confier à cet étrange Hedone des bribes de son intimité, oui elle peut le faire. Elle s’attendait aussi à un défi beaucoup plus difficile, sinon insurmontable et scabreux. Mais lui demander la couleur de sa petite culotte, cela n’a rien de compromettant, loin de là !


Alors ça lui fait même plaisir de répondre aussitôt qu’elle porte aujourd’hui un petit tanga sexy de couleur bleu nuit, et que son soutien-gorge à balconnet est coordonné. D’ailleurs, elle en est fière et en profite, car elle n’aurait pas pu lui répondre ça tous les jours ! Bien souvent, elle change de petite culotte, mais porte deux jours de suite le même soutien-gorge, qui alors n’est plus coordonné. Il n’y a bien qu’une seule fois dans ses souvenirs, lors de vacances en camping sauvage, qu’elle a porté la même petite culotte pendant trois jours. Et il s’en dégageait un cocktail de transpiration et de sexe peu habituel, qui pourtant ne l’avait pas dérangée.


Elle se doute qu’une lingerie fine comme la sienne, ça va beaucoup plaire à cet Hedone. Cela la rend heureuse et souriante. Jamais un homme ne lui a demandé comme ça la couleur de ses dessous coquins. Il y a là un petit quelque chose de frissonnant. « Bleus comme une nuit sensuelle », voilà ce qu’elle va lui écrire !


Fabien revient en fin d’après-midi au bureau. Il est content, il a eu quelques contacts intéressants qui pourraient à l’avenir s’avérer fructueux. Il s’installe derrière son bureau, pense tout de suite à noter les numéros de téléphone à rappeler demain, plutôt en journée. Et puis, curieux, ouvre la messagerie coquine. Il sait qu’Angie est encore là jusqu’à dix-neuf heures, alors avec un peu de chance... Mais oui, mais oui, Seraphine a déjà répondu ! C’est bon signe.


— Une lingerie bleue comme une nuit sensuelle, voilà comment elle évoque ses dessous. Cela plaît beaucoup à Fabien ! Il connaît désormais un petit peu de l’intimité d’Angie. Et il imagine bien lui aussi passer une nuit sensuelle avec cette délicieuse créature...


Alors il faut monter d’un cran, maintenant. Elle a accepté le premier défi, parce qu’il était simple et peu coûteux. Il va lui en demander un peu plus. Le tout est de l’amener gentiment, doucement, à en donner plus. Beaucoup plus. Vraiment beaucoup plus. Mais l’art de la persuasion et de la manipulation, c’est ce qui lui a valu une si brillante carrière jusqu’à présent. Alors il sait ce qu’il va faire. Et surtout comment il va s’y prendre...


Moins d’une demi-heure plus tard, il quitte son bureau. Le message est parti.


— Bon, pour moi c’est plié, Angie. Je me suis bien bougé le cul aujourd’hui, alors je ne m’éternise pas. Et puis Rennes joue contre Guingamp mercredi, alors en prévision j’ai quelques emplettes à faire. Si tu vois de quoi on peut remplir un frigo pour se désaltérer...

— Oui, oui, je vois bien. Nicolas et sa pizza vont sans doute tourner au même carburant. Ah, les mecs, je vous jure !


Fabien part, les bras levés et sourd à toute critique artistique, reprenant un standard victorieux de Queen à tue-tête.


Angélique est moins pressée parce que la petite est chez sa mère. C’est pratique parfois d’avoir ses parents pas trop loin quand on a des enfants ! Il lui reste près de trois quarts d’heure à occuper, car ce n’est pas à cette heure-ci que la clientèle crée des embouteillages dans le hall. Mais elle hésite beaucoup à rouvrir à nouveau sa messagerie. Il ne faudrait pas qu’elle en devienne accro...


Quand elle lit le défi suivant, les mots soudain lui manquent. Mince, un exercice peut-être un peu trop littéraire :



Hedone>Seraphine_18H11


Tu es une femme adorable Seraphine, tout empreinte de féminité et de sensualité ! Ta petite lingerie semble à la hauteur de tes charmes en tout cas.


Ton soutien-gorge à balconnet, tout en dentelle bleu nuit doit vraiment magnifier tes seins délicats. Je les imagine plutôt ronds, fermes, à moins qu’ils ne soient davantage pointus et sensibles. Assurément ils doivent être beaux et tu dois les aimer beaucoup pour leur offrir une aussi belle lingerie. Alors, pour ton prochain défi, aide-moi à les aimer aussi : comment me les décrirais-tu au mieux, toi qui sembles si sexy ?



Angélique sait déjà qu’elle n’aura sans doute pas assez de sa soirée pour trouver la bonne réponse...

Diffuse en direct !
Regarder son live