Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 627 fois
  • 28 J'aime
  • 3 Commentaires

Sonia! Houlala

Chapitre 1

Trash

Je suis maître d’hôtel dans un petit resto branché de la capitale, plutôt bel homme, assez charismatique, je n’éprouve aucune difficulté à satisfaire mes besoins sexuels. D’autant plus que mon patron tient à ce qu’il n’y ait que des belles femmes au service.

    Cependant je m’interdis pour des raisons de conscience professionnelle d’avoir des relations intimes avec les employés jusqu’à .........Sonia. Je ne m’occupais pas du recrutement, je me suis donc retrouvé assez soufflé quand un matin arrive le sosie de Linda Evangelista qui me dit qu’elle doit commencer aujourd’hui.

    Je la met au courant de ses attributions tout en lorgnant sans vergogne ses seins parfait et je lui lance d’office des regards pleins de sous entendu, j’ai l’impression que ses yeux en amandes me répondent avec un sourire. Je me dis:

"Attention Eric, tu t’emballes, celle là, elle doit avoir qui elle veut à sa disposition."

    Quelques jours passent, j’apprends qu’elle est suisse, carteronne, une éducation assez rigide ne la rend pas très sociable avec ses collègues, il semblerait qu’elle se sente plus à l’aise d’emblée avec l’autorité mais je n’en tire à ce moment là aucune conclusion. Cela dit je la trouve de plus en plus désirable et je décide de passer à l’attaque, je ne peux décidément pas dire non à cette magnifique femme à qui je plais manifestement.

    Avec le temps j’apprends qu’elle est marié, que son mari la délaisse depuis 2 ans, mais toujours à cause de son éducation, il ne lui est pas venu à l’esprit d’aller voir ailleurs, je me dis qu’il est temps de changer cet état de fait. De soirée en soirée après le travail, je lui sors le grand jeu mais sans effet notable. Puis une nuit en boîte, alors que je suis prêt à abandonner, elle me saute dessus et m’embrasse à pleine bouche. J’ai enfin réussi à la faire craquer. Le lendemain j’étais de repos mais pas elle qui devait enchaîner à 9h, je la raccompagne donc directement au petit matin sur notre lieu de travail. Pendant que nous sommes en train de nous dire au revoir dans un photomaton à l’abri des regards elle me sort la phrase que j’adore entendre dans la bouche d’une femme:

"Tu sais je suis une vraie salope!"

    Et là dessus elle va pour sortir du photomaton. Je la retiens et lui dis:

"Où tu vas comme ça? Une vraie salope attends qu’on l’autorise à partir. Tu vas d’abord me montrer comment tu bouffes une bite."

    Elle me dit qu’elle n’a pas le temps, qu’elle doit aller au boulot, ce que je trouve assez contradictoire avec ce qu’elle vient de m’avouer. Je sors ma queue qui était déjà bien dure et lui dis:

    "Tu te fous de ma gueule, à genoux salope, et suce la moi."

    Là je me dis que je suis allé trop loin, elle va se barrer et me laissé en plant, c’est sûr. Mais à ma grande surprise, elle m’obéit à la seconde et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire commence à me suçoter le gland. Je me demande ce qu’elle est en train de faire, elle m’attrape la bite avec ses 2 mains et se contente de me sucer le gland. Elle est en train de me faire débander cette conne, je lui demande où elle a appris à faire une pipe et elle me répond qu’elle attend l’homme qui la dressera et fera d’elle une bonne petite pute. Le BONHEUR!!

    Je lui dis de mettre ses mains dans le dos et d’ouvrir la bouche en grand, et là je lui mets sans pitié ma queue qui est d’une bonne taille d’un coup au fond de sa gorge de salope. Elle est surprise, ouvre de grands yeux, essaye de reculer avec ses mains sur moi, mais je la tiens bien cette pute, je veux tout lui cracher au fond de sa bouche de petite chienne.

    Je lui ordonne de remettre ses mains dans son dos et lui dis que si elle veut être ma salope elle a intérêt à obéir à la moindre de mes pulsions, et croyez moi je suis un vrai pervers. Elle pleure, son maquillage lui coule sur le visage mais ça m’excite encore plus, elle remet néanmoins ses mains dans son dos, je lui cale bien ma queue au fond je sens mon gland lui écarter la gorge, je vois qu’elle étouffe et mon excitation à son comble, je lui décharge une quantité impressionnante de sperme dans la gorge et lui dis de tout avaler, qu’elle n’en perde pas une goutte. Pour une novice elle réagit plutôt bien et avale sans rechigner, je lui dis:

    "C’est bien t’es une bonne pute, je sens que je vais faire quelque chose de toi, si tu es prête à m’obéir?"

    Elle me sourit, se passe la langue sur les lèvres et me plante là sans un mot. Bon! J’ai dû être trop brutal, j’en aurai profité au maximum en tout cas. Deux jours plus tard au boulot, nous nous disons bonjour comme si de rien n’était, la journée se passe, le soir venu je suis dans le bureau pour m’occuper de quelques papiers quand j’entends frapper à la porte, normalement je suis le dernier il n’y a plus personne, qui ça peut bien être?


Diffuse en direct !
Regarder son live