Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 110 fois
  • 91 J'aime
  • 3 Commentaires

Sonia en webcam

Chapitre 1

Erotique

Sonia Chapitre 1


Je m’appelle Michel, et j’ai eu 43 ans il y a peu. Il me faut vous raconter une histoire singulière ...


Du temps s’est écoulé depuis mon mariage avec Fabienne. Nous nous entendons à merveille dans le quotidien, sans jamais de disputes entre nous. La vie glisse paisiblement pour notre couple.

Le week-end, nous allons souvent nous balader dans la nature, nous faire un restaurant ou un ciné de temps en temps. Tout va pour le mieux... pour les apparences que notre couple peut montrer à l’extérieur !


Mais au lit, c’est différent depuis longtemps. Le désir s’est estompé de part et d’autre, surtout de son côté. Quand j’ai "envie", elle me repousse prétextant la fatigue. Parfois, elle se laisse un peu caresser, mais juste les seins. Dans ces cas là, craignant à tout instant une de ses rebuffades, je n’arrive même plus à bander.

Nous finissons souvent dos à dos et je m’endors avec le plein de frustrations.


Pour autant, j’aime énormément mon épouse, comme aux premiers jours ou presque. Aussi, avec une certaine abnégation, je me résous à éviter de l’importuner quand nous allons nous coucher.


Pour soulager mes besoins hormonaux, j’en suis réduit à me masturber, souvent sous la douche. Je fantasme alors sur diverses femmes, souvent des amies, des voisines ou bien des collègues de travail, mais ça reste toujours au niveau de l’imaginaire. En effet, je ne souhaite pas du tout tromper Fabienne en ayant une relation extraconjugale.


Petit à petit, je me tourne vers la virtualité offerte par Internet, je le fais toujours quand ma femme est partie se coucher. Je m’intéresse, bien entendu, aux sites pornographiques plus qu’aux sites de rencontre.

Pour éviter de prendre des risques inutiles, j’ai créé sur l’ordinateur un compte spécifique, protégé par un mot de passe. De cette manière, Fabienne n’est pas au courant de mes agissements informatiques nocturnes.


Quand elle n’est pas en déplacement professionnel, mon épouse rentre tard du bureau et, maintenant, va toujours se coucher relativement tôt dans la soirée, fatiguée de sa journée, dit-elle. C’est alors une opportunité pour me connecter sur mon compte coquin.


J’aime bien lire les récits érotiques et m’imagine vivre les situations décrites dans le texte.

Je me masturbe sur de bonnes histoires et satisfais ainsi un besoin naturel de plaisir.

Les rubriques sont diverses, ce qui permet de se glisser dans la peau de personnages imaginaires différents pour m’identifier à la narration de l’histoire.


Avec le temps et au fil des clics de ma souris, je vais explorer d’autres sites de plus en plus chauds et découvre un monde nouveau, celui des films de sexe disponibles en ligne.

Le choix est grand et, en prenant soin de mettre des écouteurs dans les oreilles, je peux mieux entendre les gémissements des femmes et les ahanements des mecs en action.

Je me masturbe en regardant soit des vidéos pornos, soit en lisant des récits coquins. Ça dépend de mon humeur et du temps dont je dispose.


Un soir, je ne suis pas très inspiré par les histoires proposées par le site ni par les vidéos. Par mégarde, ou par acte manqué (à savoir : inconsciemment), je clique sur un encadré de l’écran et me retrouve sur un site de webcam.


Je suis tenté de revenir en arrière, mais par curiosité, j’appuie sur une icône au hasard. Apparaît à l’écran une jolie brune qui me souhaite la bienvenue d’un signe de la main.

Sans savoir pourquoi, j’ai la trouille et ferme la page, un peu en panique. Je retourne sur le site après quelques minutes de réflexion et cette fois, volontairement, je retourne sur le site de cam.


Malheureusement, beaucoup de choses sont écrites en anglais et je n’y comprends pas grand-chose dans les abréviations utilisées, tant par les modèles que par les internautes.


Le lendemain soir, je cherche, et trouve un site français, tout simplement sur le site des récits érotiques que je consulte habituellement. Je prends le temps de mieux comprendre le principe et clique au hasard sur des modèles. Je comprends vite qu’il faut s’inscrire, voire créditer un compte pour avoir une relation en privé et/ou pour dialoguer.


Il me faut près d’une semaine pour me décider. Entre temps, comme un voyeur, je regarde quelques belles femmes s’agiter les seins dans le but d’aguicher des gogos comme moi.

Enfin, je me lance ! Pour ma première expérience, je me risque avec une jeune brunette, qui ne fait que danser dans sa chambre en sous-vêtements pas très sexy.


Ça m’excite un peu, mais pas plus que ça. Sans éprouver un réel plaisir et un peu déçu, je la remercie, avec courtoisie et me rabats vers la catégorie de femmes de mon âge.

Là, je tombe par hasard sur une vraie bombe, prénommée Samantha, une femme mûre de Belgique, qui est prête à faire tout ce que l’on demande. Elle est vraiment sympa et sexy, aussi je lui accorde une très bonne évaluation à la fin de sa prestation.


Les jours suivants, je vais directement vers ce modèle. Elle se révèle tellement cochonne que j’explose à chaque fois très rapidement. Elle m’aime bien aussi, dit-elle, parce que je suis courtois et toujours bienveillant envers elle. Mais peut-être aussi parce que je la gratifie d’un bonus à chaque fois. Ça m’est égal de dépenser plus que de raison, tant je trouve un plaisir nouveau dans ces relations virtuelles avec cette belle femme.


Une nuit, je suis déçu quand Samantha m’annonce qu’elle compte arrêter cette activité-ci, pour se consacrer à un métier qui la passionnera davantage. Elle va ouvrir une boutique à l’étranger avec son mari. Je me surprends alors à être jaloux de son mec. Cet époux égoïste qui va me confisquer ma wallonne préférée. Je me suis tant attaché à elle !


Je rage un peu de cette désertion et abandonne le site de webcam pour quelque temps. Dépité, je préfère retourner à mes premières amours, à savoir : histoires cochonnes et films pornos.

Le temps passe et je repense souvent à Samantha et la complicité que nous avions.

...


C’est maintenant l’été, Fabienne et moi partons en vacances au bord de la mer et c’est une opportunité intéressante pour changer nos habitudes de vie. J’escompte bien pouvoir faire l’amour réellement avec ma femme et non plus virtuellement avec ma Belge démissionnaire.


Malheureusement, mon épouse continue à se dire trop fatiguée pour les câlins, alors que nos journées sont très calmes et pas du tout stressantes...


Je me sens à nouveau frustré et dois me résoudre à ne pouvoir bander que la bite écrasée sur ma serviette de plage, sur le sable, je me contente de mater le corps des femmes allongées aux alentours. Il faut dire que je choisis volontairement l’endroit pour poser nos serviettes, essentiellement à proximité de jolies filles, aux seins nus de préférence.


Dans cette location estivale, je ne peux pas me branler pour me soulager et il est impossible de toucher Madame, aussi, au retour, j’ai les testicules bien pleins, je vous l’assure !


Dès que cela m’est possible, je m’empresse de revenir à mon habitude solitaire et cette fois retourne sur le site de webcam. Après avoir rechargé mon crédit, je suis prêt à prendre, au plus vite, ce qui se présente. Je ne veux pas perdre de temps à la recherche de l’optimum et clique sur la première icône de jolie femme que je vois.

Je passe en privé presque directement, j’ai trop la trique ! Pas de temps à perdre à discutailler.


Le souci, c’est que je n’ai pas pris garde à la rubrique et me retrouve avec une transsexuelle.

C’est quand cette belle fille se lève de son fauteuil et qu’elle m’expose une bite tendue dans sa culotte, que j’en prends conscience.

J’ai un haut-le-cœur de surprise, puis me dis : pourquoi pas, après tout ?


Cette « fille » avec une bite, est très jolie. Une belle poitrine et se révèle très provocante.


— Elle.


J’en ressors sacrément troublé d’avoir éprouvé tant de plaisir avec cet être mi-homme, mi-femme. L’expérience est très intéressante... à renouveler à l’occasion.


Les nuits suivantes, je me couche de plus en plus tard. En effet, le fait d’avoir eu une « discussion » avec une transsexuelle, je trouve plaisant d’explorer d’autres catégories de modèles. Tout y passe, ou presque, à part la catégorie « mecs », car ce n’est pas mon truc.


Un soir, je m’amuse même à être l’esclave d’une jeune maîtresse fétichiste. Bonne expérience également !

Les soirées défilent et j’en profite pour découvrir un nouvel univers bien coquin. Les modèles ne se valent pas tous, mais j’arrive tous les soirs à éprouver du plaisir avant d’aller dormir, parfois bien tard !


Avec nostalgie, je repense à ma Belge et amante virtuelle avec qui j’ai passé de si bons moments. Une fois de plus, je vais vers la rubrique des femmes mûres en espérant la retrouver. On ne sait jamais... peut-être sera-t-elle de retour ?


Bien entendu, elle n’est plus là. Je note qu’il y a de nouveaux modèles. Par curiosité, je choisis paradoxalement de cliquer sur une icône sans photo de présentation, juste un logo marqué ‘Nouveau modèle’.


La scène est vide, juste une image fixe d’un lit. Alors que je m’apprête à sortir de cette session sans intérêt, j’entends une femme parler à son interlocuteur virtuel. Cette voix chaude et suave m’est familière. Étant curieux de savoir qui discourt ainsi, je décide d’attendre quelques secondes de plus.


Une femme blonde entre dans le champ de la caméra et s’assied sur le rebord du lit, croise ses jambes gainées de bas et joue avec le col de sa nuisette pour négligemment découvrir la gorge de ses seins, tout en dialoguant avec plusieurs gars en ligne.


J’ai alors une surprise de taille en détaillant le modèle et me mets soudainement à paniquer !

Avec fébrilité, je clique pour fermer la session au plus vite, comme si j’étais un gamin pris en fragrant délit à grignoter du chocolat en cachette.


Je mets plusieurs minutes pour me calmer, en marchant à grands pas de long en large dans la pièce.

Je dois rêver ! Ce n’est pas possible !

Non, j’en suis sûr, cette femme que je viens de voir, si sexy, si sensuelle...

C’est Sonia !

C’est ma cousine Sonia !

Diffuse en direct !
Regarder son live