Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 200 fois
  • 84 J'aime
  • 19 Commentaires

De Sophie Durocher: Genèse d'un amour saphique

Chapitre 1

Lesbienne

Toute ma vie, j’ai aimé Alicia LeBel. Tout d’abord comme amie d’enfance, puis comme camarade et compagne avant même de découvrir le caractère saphique de notre relation. C’est de fait cette intimité de rapport qui m’a révélé mon orientation sexuelle. À ma surprise d’abord pour ne pas dire à ma déception et ma crainte de voir s’effondrer notre relation.


Chaque histoire d’amour est unique. La nôtre ne fait pas exception à la règle. Et heureusement pour nous, les courants d’idées changeant, nous n’aurons pas été comme Marcela et Elisa, ces deux Espagnoles fuyant leur opprobre au début du vingtième siècle.


Plusieurs lecteurs ont souhaité de voir raconter notre cheminement amoureux. Le revoici donc, vous souhaitant des moments heureux.


On peut d’abord dire que nous avons toujours vécu ensemble, mais que nos rapports ont évolué au fil des ans. Cela a débuté il y a près de vingt ans. Nos deux mères étaient alors de jeunes voisines qui se côtoyaient régulièrement. Rapidement liées d’amitié, elles tombèrent enceintes à la même époque et accouchèrent à moins de six mois d’intervalle.


Maman était mariée avec Papa et tout allait bien, mais le conjoint de Sonia la quitta après la naissance de leur fille Alicia, la laissant seule avec son bébé. C’est à ce moment que les rapports entre nos deux mères commencèrent vraiment à s’intensifier. La sachant seule, Maman m’amenait souvent chez les LeBel afin de donner un coup de main à Sonia dans ses tâches quotidiennes. C’était alors un grand réconfort pour la mère d’Alicia qui avait mal vécu sa séparation.


Alicia et moi avons donc grandi ensemble. J’ai l’impression qu’on s’est connues depuis la nuit des temps ! On nous installait toutes deux sur une grande couverture jetée sur le sol de la cuisine et nous jouions avec nos poupées Barbie pendant que nos mères s’affairaient. Nous avions peut-être quatre ans à l’époque. Au fil du temps, Sonia multiplia les marques d’affection à l’égard de Maman. La mère d’Ali était bien sûr en mal d’amour, mais ne semblait pas être en quête d’homme. C’est donc sur ma mère qu’elle jetait son dévolu. Maman m’a plus tard confié que les petits baisers sur la bouche et les caresses plus intimes qu’elle recevait de Sonia la mettaient très mal à l’aise au début, mais qu’elle préférait se laisser faire sans protester afin de ne pas augmenter la tristesse de son amie abandonnée par son ex.


Je me souviens qu’à force d’observer nos mères, nous faisions adopter le même comportement à nos poupées : Alicia et moi prenions nos Barbie et on les faisait s’embrasser sur la bouche ! Nous trouvions le jeu tout à fait inoffensif, cela faisant pour nous partie de la nature des choses.


À l’âge de cinq ans, mon amie d’enfance et moi avons connu un premier contact particulier. C’était un jeu d’enfant, bien sûr, comme tous les enfants le font à un moment ou un autre. Alicia me poussa doucement, un jour, contre un mur de sa chambre à coucher. Nous étions toutes les deux debout, face à face, nos nez presque en contact l’un avec l’autre. Ayant chacune ouvert la bouche et tiré la langue. Ali s’avança un peu plus et les bouts de nos langues se touchèrent. Vous auriez dû voir les grimaces que l’on fit immédiatement après ! On trouvait ça tellement dégueu, deux langues qui se touchent ! C’était d’un goût exécrable ! Ce fut l’époque de la fin des embrassades pour nos Barbie qui se tinrent dès lors très tranquilles, chacune dans son petit coin, à partir de ce moment.


Au fil du temps, le gouinage entre nos mères s’intensifia. Maman m’avouera plus tard qu’elle prenait de plus en plus goût aux ‘échanges’ qu’elle avait avec Sonia. Par un après-midi où nous devions faire la sieste, Alicia et moi, - nous n’avions pas encore six ans - étendues sur la couverture au sol, je vis Maman et la mère d’Alicia s’embrasser longuement devant mes yeux mi-clos, après quoi elles quittèrent toutes deux la cuisine où nous nous trouvions pour gagner une autre pièce de la maison. Je ne m’en formalisais pas trop jusqu’à ce que des cris et des gémissements que je crus reconnaître venant de Maman se fassent entendre au loin. Je sus beaucoup plus tard que ma mère venait de se faire officiellement initier aux joies du lesbianisme par la mère d’Ali qui brûlait depuis un long moment de vivre une relation complète avec sa meilleure amie. Cette révélation fit partie des réponses aux nombreuses questions que je posai à Maman pendant ma période de puberté.


Un jour particulier sera toujours un douloureux souvenir pour moi. Nous étions cette fois toutes les quatre chez nous. Revenant plus tôt de son travail, Papa surprit alors nos deux mères en train de s’embrasser longuement en notre présence, dans la cuisine. Éclatant de colère, il chassa immédiatement Sonia de la maison en réprimandant vertement Maman qui s’était alors mise à pleurer à chaudes larmes. Impuissante, j’assistais à la scène de jalousie de mon père. Je fus personnellement très affectée par cette journée, d’autant plus que ses conséquences me privèrent de la compagnie d’Alicia pendant plusieurs jours. Dans mon esprit de petite fille, j’avais trouvé Papa très méchant de gronder ainsi Maman qui ne faisait pourtant rien de mal, et de me priver de la présence de mon amie avec laquelle j’adorais jouer. Ma mère m’expliquera alors que Papa ‘trouvait que Sonia et elle passaient trop de temps ensemble’, mais cette explication ne me satisfaisait nullement.


C’est beaucoup plus tard que je compris ce qui s’était réellement passé entre nos parents.


Je me souviens que lorsqu’on était encore des gamines et que nous jouions ensemble, par terre, Alicia détestait m’entendre péter. Elle me disait toujours qu’à force de me lâcher ainsi, je finirais par faire dans ma culotte ! En fait, elle ne faisait que répéter ce que lui disait sa mère à mon sujet. Aujourd’hui, mon gros minet tient un tout autre langage quand elle m’entend. Elle dit maintenant que c’est de la musique à ses oreilles !


Les années passèrent. Ali et moi fréquentions la même école, faisant matin et soir le même chemin aller-retour, quelquefois main dans la main, sinon complètement silencieuses, lorsque de petites disputes éclataient entre nous. J’ai toujours eu une grande admiration pour ma future femme. Elle était toujours fonceuse, la première à se proposer pour présenter ses exposés devant la classe, promue capitaine de ses équipes de sport... J’étais donc particulièrement fière de faire équipe avec elle pour tous nos travaux scolaires. En alternance, on se retrouvait toujours chez l’une ou chez l’autre afin de compléter nos devoirs à la maison.


Alicia était aussi ma protectrice. Une fois, elle avait sévèrement battu des garçons qui ne cessaient de se moquer de moi. On me surnommait Carotte à cause de la couleur de mes cheveux, comme dans Anne aux pignons verts. Les gars avaient reçu une solide correction de la part d’Ali. Ils cessèrent aussi de se moquer de mes taches de rousseur. On me laissa donc tranquille, mais cela avait coûté à Alicia une semaine de retenues après les heures de classe !


Puis arriva notre puberté. On observait chacune les changements que connaissaient nos corps respectifs. Presque chaque jour, Alicia et moi nous nous placions côte à côte devant la glace dans sa chambre et, chacune les mains posées sur sa propre poitrine à travers ses vêtements, nous comparions la progression de nos courbes respectives. J’étais presque jalouse d’Ali parce que sa poitrine progressait plus rapidement que la mienne. J’en avais fait une telle obsession que j’avais même confié à Maman ma crainte de ne jamais pouvoir séduire les garçons à cause de mes seins trop petits. Quelle idiotie quand on y pense aujourd’hui, mais dans mon esprit de jeune ado, c’était une question très importante pour moi.


Alicia était très douce avec moi. Âgée de treize ans à peine, je voyais déjà en elle plus qu’une simple copine ou camarade de classe. Je me souviens qu’une fois où j’étais aux prises avec de violentes douleurs menstruelles, elle m’avait tout simplement prise et enlacée dans ses bras pour me réconforter. Cette amicale étreinte fut si agréable à ce moment, si obnubilante, que je commençai à réaliser... que j’éprouvais peut-être des sentiments profonds pour ma copine, et que ces sentiments étaient de moins en moins innocents, bien que de plus en plus sincères.


Bien sûr, je gardais tout ça à l’intérieur. Moi, une future femme, faite pour aimer les hommes, être éprise d’une autre future femme, c’était tout simplement inadmissible ! Je me sentais donc coupable de penser constamment à elle, le jour comme la nuit. À seize ans, nous jouions dans la même équipe de volley. Je l’observais discrètement se changer avant et après les matches, dans le vestiaire du stade. Je mouillais déjà à la voir devenir une femme si bien proportionnée. Une véritable athlète, musclée, mais féminine malgré tout. Elle portait déjà à l’époque ses bikinis ornés de papillons multicolores !


Puis, un jour, dans les douches pour filles du vestiaire sportif, je l’aperçus nue, sans sa serviette. Oh, mon cœur ! Qu’elle me paraissait belle ! Ses seins étaient parfaitement développés. Ses courbes étaient agressivement bien proportionnées. Elle me vit alors la regarder : mes yeux devaient parler tout seuls ! Elle se cacha alors la poitrine et le bas du ventre avec les mains devant moi et me lança avec de gros yeux un ‘Sophie, t’as pas honte ?’ qui me bouleversa. Je m’étais fait prendre en pleine séance de voyeurisme à l’égard de ma meilleure amie !


J’étais si mal ce soir-là que, pour une rare fois, elle et moi n’avons pas passé la soirée ensemble. Je me morfondais dans ces pensées de culpabilité : j’avais trouvé mon amie de toujours désirable ! J’ai passé la nuit suivante à me masturber tout en repassant dans ma mémoire ces images envoûtantes qui s’étaient offertes à ma vue la journée précédente, tout en sanglotant à la pensée que mon penchant homosexuel se confirmait de plus en plus.


Je me suis alors confiée à Maman. Je lui ai tout conté ce que je ressentais. Elle me prit alors dans ses bras si tendres, en me disant qu’elle me comprenait. C’est à ça que ça sert, une maman. C’est à ce moment qu’elle me confia à son tour sa liaison avec la mère d’Alicia. Savoir ce fait me consola quelque peu : ce que je ressentais n’était donc pas anormal, ni condamnable. Mais comment le faire savoir à Alicia sans être sûre de ses propres sentiments à mon égard ? Ne risquais-je pas de perdre tout ce qui s’était bâti entre elle et moi pendant toutes ces années si je lui avouais que mon sentiment envers elle allait au-delà du simple copinage ? Et si, dans le secret, elle fréquentait déjà un garçon ?


Pendant plusieurs jours, ces questions hantaient mon esprit. Je me sentais si déchirée ! Je savais pourtant que l’heure des décisions approchait. Ali et moi ne pouvions en rester là, d’autant plus qu’elle avait remarqué chez moi un changement de comportement à son égard : elle me voyait plus distante, comme si je voulais éviter sa présence. Vous comprendrez que quand on se trouve assises l’une à côté de l’autre en classe, il s’agit d’une situation pénible à vivre au quotidien.


Un soir donc, j’ai pris, pour reprendre l’expression consacrée, mon courage à deux mains, bien qu’il m’en eût fallu quatre, je crois, pour le faire. L’effort était pénible pour moi, et l’enjeu si grand ! Ce fut le soir où tout devait basculer dans nos vies. Ma mère m’avait accompagnée jusqu’à la chambre à coucher d’Alicia.


‘Alicia, lui dit alors Maman, je crois que Sophie veut te dire quelque chose. Je veux te demander de l’écouter, comme une amie, sans la juger ni la condamner.’


Je crois que j’avais mille boules dans la gorge. Ali s’était assise devant moi, sur son lit et attendait que je prenne la parole. Maman nous avait quittées pour retrouver sa Sonia chérie au salon.


‘Ali, je lui dis, on se connaît depuis longtemps, trop longtemps peut-être et...’


Je ne savais vraiment pas par où commencer. Alicia demeurait silencieuse. Je voyais toutefois un changement s’installer dans son regard. Ses yeux semblaient de plus en plus humides.


‘Ali, c’est très dur pour moi, ce que je vais te dire...’


Alicia retira alors ses lunettes, se pinça le coin des yeux et sembla réprimer une larme.


‘Ali, je tentai de poursuivre, je crois que... je crois que...’


Je ne terminai jamais ma phrase. J’étais sur le bord des sanglots. C’est Ali qui compléta pour moi :


‘Moi aussi, je t’aime ! fit-elle en essuyant une autre larme. Dis-moi que c’est vrai, Sophie. Dis-moi que tu éprouves toi aussi quelque chose pour moi !

- Oui, Ali, répondis-je en larmes. Je t’aime ! Je t’ai toujours aimée !’

- J’avais si peur que tu m’annonces une autre nouvelle, Sophie, répondit alors celle qui allait un jour m’épouser, j’avais si peur que mes sentiments envers toi ne soient qu’à sens unique !’


Sans plus attendre, nous nous sommes alors levées. Nous étions toutes les deux en larmes. Nous nous sommes enlacées dans un tourbillon de sentiments et d’émotions. Nous venions de nous déclarer mutuellement notre attirance et notre amour ! Notre premier baiser sera à jamais inoubliable : les yeux dans les yeux, Alicia me susurra ces mots que je n’oublierai jamais :


‘Tout en toi m’a toujours attirée, Sophie : ta personnalité, ta démarche, ton esprit vif et espiègle, ta gaminerie. Lorsque je te vois sauter de joie, je te vois comme une gazelle. Tu seras toujours ma biche adorée.

- Et toi, prête en tout temps à sortir tes griffes pour me défendre, tu seras toujours mon gros minet d’amour !’


Vous devinez la suite : après ces aveux torrides, ce fut le baiser. Un délice ! Nettement différent du timide et dégueulasse contact de langues que nous nous étions fait à l’âge de cinq ans ! C’était un instant magique ! C’était un moment de délivrance pour chacune d’entre nous : plus de questions, de doutes ni d’incertitude. Nous étions follement amoureuses l’une de l’autre et l’avenir nous appartenait ! L’étreinte durant cinq minutes, je crois. Nous étions tellement heureuses ! Par la suite, nous nous sommes mutuellement essuyé le visage, nous avions versé tellement de larmes !


La période d’émotions passée, il fallait planifier nos futurs rapports. Une fois de plus, nous sommes tombées d’accord : par respect pour nos longues années d’amitié, nous n’allions rien brusquer : pas d’attouchement intime, pas de nudité ni de rapport sexuel avant le grand jour de notre union et ma majorité. Nous nous étions réservées et promises l’une à l’autre et cela réglait la question. Il ne nous restait plus qu’à annoncer l’heureuse nouvelle à nos parents.


Sans surprise, nos mères accueillirent la nouvelle avec joie. ‘Telles mères, telles filles !’ avaient-elles fait remarquer en blaguant. Quant à mon père, l’acceptation des faits se fit après une courte réflexion. Ayant finalement accepté la bisexualité de sa femme et ne désirant que le bonheur de sa fille, il savait qu’il avait affaire à des gens de bonne famille. Il me prit dans ses bras et :


‘Sois heureuse, ma petite fille chérie. Alicia sera pour toi une conjointe parfaite et Sonia une belle-maman affectueuse !’


C’est ainsi que notre relation chemina jusqu’au jour de nos noces.


Nos aventures nous ont souvent séparées, Alicia et moi. Chaque réconciliation par contre a toujours su renforcer nos liens, nous rendre plus fortes face à l’adversité. Et notre amour en est à chaque fois ressorti gagnant et vainqueur.


Je t’aime, Ali. Je serai toujours à toi, gros minet chéri.

Diffuse en direct !
Regarder son live