Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 960 fois
  • 168 J'aime
  • 5 Commentaires

Sophie, une grande soeur fantastique

Chapitre 4

Inceste

Les jours passent et même les semaines dans notre nouvelle vie à quatre. Sophie et moi profitons de cette vie de couple car nous n’avons plus à faire attention devant les enfants. Sophie découvre par contre qu’être parent peut être épuisant mais elle prend ça divinement et s’occupe de mes enfants comme si c’était les siens.Je la trouve plus belle de jour en jour, nous faisons l’amour presque chaque jour même parfois plus, elle adore toujours autant que je jouisse en elle que ce soit dans sa bouche ou son ventre et je dois avouer que j’adore ça moi aussi.



Nous sommes dans le lit, enlacés en cuillère comme nous apprécions. La main de ma grande sœur s’est glissée entre nous et cherche l’entrée de mon boxer qu’elle trouve sans difficulté. Quel bonheur de sentir sa main me saisir la verge, je crois que je ne m’en lasserai jamais. Je ne reste pas inactif et caresse son corps si délicieux au travers puis sous sa nuisette en satin, soupesant ses seins, glissant mes mains jusqu’à ses fesses. Sa main glisse sur mon sexe, je la sens plusieurs fois appuyer et faire glisser mon gland contre sa vulve pour l’enduire de son excitation puis reprendre ses vas et viens. Elle lâche quelque instant mon sexe pour lécher sa main puis le reprend en main l’appuyant cette fois ci contre son anus, je suis surpris en constatant qu’elle remue les fesses contre mon sexe semblant se stimuler l’anus, je sens qu’elle récolte régulièrement de sa cyprine pour venir en enduire mon sexe.



J’ai l’impression de sentir ses fesses s’ouvrir petit à petit devant moi, elle gémit d’excitation, je sens qu’elle insiste de plus en plus sur mon sexe et ai la sensation que son œillet commence à s’ouvrir devant moi.



— Sophie ?


— Oui mon amour ?


— Euh je sais pas trop.


— Comment ça ? Tu n’aimes pas ?


— Bah je sais pas, je n’ai jamais essayé en fait.


— Oh mon chéri ! Je comprends mieux pourquoi tu restais placide alors que je te chauffe depuis tout à l’heure! Bon Je m’occupe de tout alors, laisse toi faire, on va y aller tranquillement et profite car j’adore ça.



Sophie reprend mon sexe dans sa main qu’elle fait glisser agréablement dessus, je sens son autre main se frayer un passage entre nous et venir jouer avec son petit trou, cela semble grandement l’exciter car elle émet de petits gémissements de satisfaction. Elle guide mon sexe dans son puit d’amour, je m’enfonce tendrement en elle jusqu’à sentir sa main entre mon bassin et ses fesses, je ne bouge pas en elle dans un mélange d’excitation et d’un peu de peur et ai l’impression de sentir son doigt remuer pas loin de mon sexe. C’est elle qui commence à remuer les hanches pour glisser sur mon sexe, j’ai l’impression qu’elle se sert de mon bassin pour appuyer sur sa main calée entre ses fesses, je reste presque passif mais elle m’excite terriblement malgré ces mouvements lents la sentant trembler contre moi d’excitation. Après quelques minutes qui semblent pourtant des heures je sens la main de ma sœur se retirer de ses fesses et venir saisir mon sexe.



En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

D’un habile mouvement de bassin elle me fait quitter son intimité et me dirige vers son anus, je la sens alors plaquer sa petite rondelle contre mon gland qui commence à l’écarter. Elle appuie ses fesses contre ma verge qui finit par apprivoiser son anus quand je le sens céder dans un long soupir de satisfaction de ma sœur. Elle débute alors de légers vas et vients qui gagnent progressivement en amplitude me faisant glisser de plus en plus profondément dans ses entrailles puis finis par sentir ses fesses se coller contre moi. Je suis pour la première fois entrain de sodomiser quelqu’un qui plus est ma grande sœur, c’est terriblement étroit et il faut l’avouer délicieux à vivre. Je glisse ma main sur elle pour aller caresser son entrejambe pendant qu’elle continue à faire aller et venir mon sexe dans ses fesses. La réaction de Sophie est sans appel vu ses gémissements et le rythme grandissant de ses fesses sur mon sexe.



— Ma chérie si tu continue comme ça je ne vais pas tarder à jouir.


— C’est pas grave, c’est trop bon !



Ma sœur augmente encore la cadence de ses mouvements. Je sens mon plaisir monter inexorablement, je le retiens autant que possible, mon corps se tend, je me retiens encore contractant mon sexe mais la pression devient trop forte et j’explose dans les entrailles de ma grande sœur



— Aaahhhhhhhh.


— Ouiiiiii mon frère !



Sophie continue d’aller et venir sur ma tige comme une folle furieuse alors que je continue de me répandre en elle, je lui branle le clitoris jusqu’à qu’elle jouisse à son tour puis la prends dans mes bras



— Oh mon chéri, c’était très bien, alors cette première fois qu’en a tu pensé ?


— C’est différent mais sacrément bon aussi.


— Tant mieux ! J’avoue beaucoup aimer être prise par les fesses.


— J’ai vu ça oui !


— Je t’aime Mathieu.


— Moi aussi Sophie…. Tu sais... Parfois j’ai l’impression que je n’y connais rien dans le sexe tu es tellement plus extravertie.


— Ça te gêne ?


— Oui et non j’ai peur que tu finisse par te lasser de moi en fait


— Oh non ne t’inquiète pas.



Après un brin de toilette, nous nous endormons dans les bras l’un de l’autre.



Les jours continuent de passer et nos ébats sont toujours aussi fréquents et intenses. Je reçois un appel des parents alors que je suis au lit avec Sophie, tendrement collée contre moi dans une jolie nuisette de satin lui couvrant à peine les fesses, si seulement ils savaient ! Je me fais sermonner car n’ai pas appelé depuis des semaines, en effet je suis bien trop occupé à faire l’amour avec ma sœur chaque soir. Ils m’invitent à passer le week-end chez eux, visiblement en manque de leurs petits enfants. Bien entendu, j’accepte. Quelques secondes après la fin de notre appel, c’est le téléphone de ma sœur qui sonne.Le même sermon semble être de mise alors que ma main caresse lentement ses fesses. Je crois entendre des bribes de conversation de ma mère demandant des nouvelles de Jérémy. Ma sœur botte en touche se contentant de dire qu’il ne viendra pas et qu’elle lui expliquera ce week-end.



Je ne peux m’empêcher de continuer à caresser tendrement ma sœur alors qu’elle discute de tout et de rien avec maman. Quelles pipelettes je n’avais jamais remarqué, pourtant c’est souvent électrique entre elles. Mais la voilà elle aussi conviée pour un week-end en famille.



Nous ne prenons qu’une seule voiture pour se rendre chez les parents. Il n’y a qu’une heure trente de route et tout se passe bien. Notre mère fait la moue en nous voyant débarquer, elle apprécie beaucoup Jérémy qu’elle voyait comme le gendre idéal et doit se douter des raisons de son absence. Notre mère fait sa tête des mauvais jours et alors que nous prenons l’apéro et lance à ma sœur



— Alors celui-ci non plus tu n’as pas réussi à le garder ?


— Tu sais ce qu’on dit, il faut mieux être seule que mal accompagnée.


— Tu pourrais y mettre un peu du tien quand même. Il était tellement gentil.


— Oui et très gentil aussi avec ses collègues....


— Ma fille, tu n’est plus toute jeune il faut arrêter d’être jalouse à la moindre minette qui tourne autour de ton homme.


— Bon maman stop, faut arrêter là, j’ai des raisons suffisantes c’est tout.



Sophie commence à avoir les larmes aux yeux de ce traitement et je décide d’intervenir.



— Maman arrête avec Sophie, elle a surpris Jérémy entrain de prendre en levrette sa collègue dans leur lit, c’est suffisamment pas gentil comme raison de rupture ?


— Ah… euh.



Mon père très mal à l’aise essaye de détourner le sujet



— Vous êtes arrivés ensemble, du coup tu a emménagée chez ton frère ?


— Oui tout à fait papa, j’avais une chambre libre, ça m’a paru évident d’accueillir Sophie.


— On a été chercher mes affaires il y a déjà quelques semaines. Je me suis vraiment installée pour l’instant.


— Mais tu comptes rester chez ton frère?


— Bien sûr Sophie est la bienvenue, elle pourra rester autant de temps qu’il faut.



Je sentais le pied de Sophie caresser ma jambe sous la table



— Et puis avec le marché de l’immobilier actuellement c’est vraiment compliqué, mais bon je finirai bien par trouver quelque chose.


— On en a déjà parlé Sophie prend le temps qu’il faut.


— Oui merci encore.


— Bon au moins ça fera une présence féminine à nos petits enfants.



Sophie m’excite à faire glisser son pied contre ma jambe alors qu’elle a un air si innocent devant les parents. Nous nous retenons de nous marrer mais nos mensonges semblent être crédibles . Maman décide d’en remettre une couche



— C’est pas comme ça que tu vas pouvoir rencontrer un homme ma fille, tu va bientôt avoir quarante ans.


— Mais…



J’en ai marre, je décide de mettre la honte à ma mère



— Oh de ce que j’ai entendu certaines nuits, ma sœur n’a pas de difficultés à rencontrer des hommes.


— …



Les caresses de son pied contre ma jambe cessent et je prend un coup de pied, ma sœur me fait de gros yeux, ma mère semble choquée et mon père semble ne plus savoir où se mettre.



— Chez ton frère ? Tu n’as pas honte !


— Oh Maman tu vas foutre un peu la paix à Sophie, ça va jamais, c’est fou ça !


— Mais ce n’est pas correct et je n’apprécie pas la façon dont tu me parle.


— J’ai dis à Sophie de faire comme chez elle, c’est chez moi et j’approuve, tu n’a pas ton mot à dire.


— Mais !


— Stop Maman la prochaine fois où tu la prend pour cible on rentre à la maison.


— Bon ben si c’est comme ça je vais m’occuper du repas!



Ma sœur me prend la main



— Merci mais tu y est peut être allé un peu fort.


— Non c’est toujours pareil tu t’en prend plein la gueule de sa part.


— C’est comme ça, tant pis, tu devrais aller t’excuser.



Notre père sort finalement de son silence



— Ça ne changera rien, elle n’a jamais accepté les changements de son corps avec la grossesse de Sophie. Elle semble persuadée que tu as volé sa beauté. Consciemment ou inconsciemment elle te le fait payer.


— Euh… ok papa.


— C’est pour ça qu’il n’y a aucune photo de maman ?


— Oui sans doute. Elle était magnifique avant, tout comme toi maintenant en fait, une vrai reine de beauté, beaucoup d’hommes se seraient damnés pour l’avoir.


— Bon ben frangine c’est plutôt à toi d’aller discuter visiblement.


— Mouais on verra.



Le repas se déroule tant bien que mal dans une atmosphère tendue peu propice aux discussions, mon père et moi parlons de la pluie et du beau temps.


Papa s’excuse et se retire pour aller faire une sieste, je suis vanné aussi et après la vaisselle je décide d’aller en faire autant et retrouve ma chambre d’ado, les enfants sont déjà à la sieste eux aussi et je sais que ma mère prendra le relais si besoin et m’assoupis rapidement.



J’ouvre un œil lorsque je sens un corps se coller contre moi, Sophie m’a rejoint et s’est blottie dans mes bras, ma main se pose sur son sein et je me rendors ainsi.



Je me réveille plus personne n’est contre moi, je descends et tout le monde est dans le jardin, les enfants jouent avec leurs grands parents pendant que Sophie lézarde au soleil, ses cheveux resplendissant au soleil, elle a relevé sa robe sur jambe cachant juste sa culotte. Elle est tellement belle, je sens mon sexe frétiller et j’ai envie de me jeter sur elle.



— Monsieur à fait un gros dodo, ça fait du bien ?


— Oui, j’ai même rêvé qu’un ange est venu se blottir contre moi.


— Faut croire qu’il s’est envolé alors.


— Ou alors l’ange s’est posé pas très loin et s’est transformé en déesse.



Je vois que ma sœur rougit, tellement mignonne. Je laisse toute la famille dans le jardin et vais préparer le dîner, peut être qu’en soulageant ma mère elle sera plus tendre avec Sophie. Le reste de la journée s’égrène agréablement, aucune pique ne vient troubler le dîner qui s’avère fort agréable et tout le monde rejoint son lit après la fin du Disney des enfants. J’ai terriblement envie de rejoindre ma sœur dans sa chambre mais je dois accompagner Jules dans son sommeil pendant de très longues minutes car comme souvent il a peur dans cette vieille maison. Il finit par s’endormir dans ma chambre occupant quasiment toute la largeur du lit. L’occasion est trop belle et je vais rejoindre la chambre de ma sœur à pas feutré.



Elle semble déjà dormir, je me déshabille et me glisse sous la couette à ses côtés en constatant avec satisfaction qu’elle est vêtue d’une de ses petites nuisettes en satin, ma main glisse sur son corps relevant le léger tissu au-dessus de sa fesse nue. Soudain ma sœur se retourne et me plaque sur le lit en me chevauchant.



— Tu en as mis du temps ! Je croyais que tu n’allais jamais venir.


— Jules avait peur, il ne s’endormait pas.


— Oh mon pauvre frère, un fils qui a besoin de ton aide, il faut que ta grande sœur prenne soin de toi maintenant.



Je sens son entrejambe collé à mon sexe trempé et brûlant, je caresse ses cuisses et fait remonter mes mains le long de son corps en direction de sa poitrine



— J’ai eu envie de toi toute la journée Mathieu, c’est terrible j’en pouvais plus !



Elle fait glisser les bretelles de sa nuisette le long de ses épaules pour dégager ses seins que je viens caresser immédiatement, j’ai l’impression qu’ils ont grossis. Elle saisit alors ma verge qu’elle dirige vers son vagin et me fait glisser en elle dans un long gémissement et remue immédiatement les hanches. Je l’accompagne dans ses mouvements en lui caressant les fesses.



— Tu es déchaînée !


— J’honore le chevalier qui m’a défendu face aux assauts de la vieille sorcière.


— Eh bien, je le ferai plus souvent.


— Tu réalise que tu es un peu entrain de baiser maman si je lui ai pris toute sa beauté.


— Pouah, tu veux me faire débander ?


— Ah non certainement pas !!!



Sophie augmente alors la cadence de ses mouvements tout en jouant avec ses seins



— Sophie c’est tellement bon !


— Oh oui mon chéri.



Je n’en peux plus de ce traitement et fait exploser mon plaisir une nouvelle fois au plus profond de ma sœur, je la sens se tendre peu après en agrippant ses seins puis s’écrouler sur moi



— Oh mon frère, ça fait un bien fou !


— Oui ma sœur, c’était waouh.


— Je dois t’avouer que c’est la première fois que je fais l’amour dans ce lit, enfin avec un homme.


— Comment ça "enfin avec un homme"?


— Oups !..


— Quoi “Oups”?


— Tu te souviens de Patricia ?


— Oui ta meilleure amie au lycée ?


— Eh bien on a pas fait que réviser ici…


— Sérieux ?!? Tu ne cesseras jamais de m’étonner, tu es bi ?!?


— J’ai jamais ressenti le besoin de poser des mots là dessus, mais il arrive que des femmes me plaisent… Mais dis donc ça te fait bander alors que tu viens de venir !


— Bah t’imaginer avec une autre femme ne me laisse pas indifférent j’avoue, faut croire que je suis juste un mec !


— Alors montre moi ce que tu nous ferai.



Sophie se met alors à quatre pattes devant moi, son sexe encore ouvert de nos ébats d’il y a quelques instants. Je plonge en elle d’un trait et la pilonne bien aidé par son excitation abondante et mon sperme encore en elle.



— Eh bah ça te déchaîne de m’imaginer avec une autre!


— Ça m’excite à fond, je t’imagine en train de lui bouffer le minou pendant que je te défonce comme ça.


— Hummmm intéressant, l’idée initiale n’était pas un plan à trois mais dans ce cas il faudra que tu t’occupes d’elle aussi…


— Même l’idée de vous regarder faire l’amour en simple spectateur est excitante, j’ai pas envie d’une autre.


— Je sens ça oui, mais tu sais je t’autoriserai sans doute à la prendre elle aussi, si un jour on fait ça, on le fait jusqu’au bout, je sais que ton amour sera pour moi quoi qu’il arrive.



Je me retire d’elle et l’allonge sur le dos, mon sexe est calé contre le sien prêt à la pénétrer de nouveau



— Alors je lui ferai l’amour tendrement comme j’apprécie le faire en dégustant le moment où je la sentirai s’ouvrir devant moi.


— Intéressant.



Je poussais lentement et pénétrait de nouveau sentant ses chairs intimes s’écarter autour de mon sexe



— Et je commencerai ensuite à aller et venir en elle pendant que tu poserai ton entrejambe sur son visage.


— Pas mal.


— Quand je sentirai mon plaisir arriver je me retirerai et vous arroserai toutes les deux le visage pour ne pas faire de jalouse, puis vous boufferai le minou à tour de rôle si vous n’êtes pas rassasiée.


— Vas y fait le.


— Tu veux que je te lèche ?


— Non jouit sur mon visage.


— Tu es sûre ? j’ai jamais fait ça, je disais ça comme ça.


— Oui sur mon visage vas y, j’ai envie de découvrir ça avec toi.



Mon excitation est à son comble, je me retire de ma sœur et me rapproche de son visage tout en me branlant et éjacule rapidement sur son si magnifique visage, elle me regarde autant que possible dans les yeux, un regard rempli d’amour. Plusieurs traînées de sperme barrent son visage, d’elle même elle relève la tête pour engloutir mon sexe pendant quelques secondes.



— Bon faut que je file à la salle de bain, pas le choix !



Elle revient quelques instants après, rafraîchie et toute pimpante. Je l’attends dans son lit et nous nous câlinons tendrement, elle rigole toute seule puis finit par lâcher.



— On est complètement fous, tu imagine si je croisais les parents.


— Ça aurait été compliqué à expliquer, mais c’est toi qui est insatiable ce soir.


— Oui j’ai encore envie de toi d’ailleurs.


— Ah bah là désolé mais il faut que je me refasse une santé quand même.


— Lâcheur !


— Sophie ? Ça fait bientôt un mois que tu es à la maison maintenant non ?


— Oui trois semaines quelque chose comme ça.


— On a fait l’amour tous les jours, il ne me semble pas que tu ai eu tes règles si?



Je sens que Sophie me serre la main plus fort et la rapproche d’elle, elle semble avoir la gorge nouée.



— Non, en effet pas encore...


— Tu as combien de retard ?


— C’est indiscret de parler du cycle menstruel de sa … compagne...


— Oh bah tu sais, les seins qui grossissent une libido exacerbée… mais bon peut être que je me trompe !


— Une semaine… j’ai une semaine de retard…



Elle embrasse alors ma main, je pose mon autre main sur son ventre.



— On ira acheter un test pour être sûrs ma chérie.


— Je t’aime Mathieu.


— Je t’aime Sophie.



Nous nous endormons l’un contre l’autre comme des bienheureux.



Le reste du week-end se déroule simplement, par chance je me suis réveillé le premier, il faudra qu’on soit plus vigilants à l’avenir, et prépare le petit déjeuner pour tout le monde. Maman est de très bonne humeur et même câline avec papa et enjouée avec Sophie. Je n’en crois pas mes yeux et je ne préfère pas savoir ce qui s’est passé entre eux cette nuit, mais la remise des pendules à l’heure de la veille à peut être aidé. La journée se passe dans la bonne humeur et tout le monde s’embrasse avant que nous reprenions la route. Je regarde la voiture bizarrement pendant que nous sommes sur l’autoroute



— A quoi penses- tu frangin ?


— Euh, je me demande si un troisième siège auto va rentrer là derrière et si le coffre sera assez grand à cinq.


— T’es sérieux ?!?


— Bah oui, c’est important.



Sophie éclate de rire



— Je suis désolé mais tu es d’un tel sérieux et concentré que j’ai cru qu’il y avait un problème.


— Bah c’est important !


— Oui oui bien sûr !


— Oh arrête de te moquer, toi tu penses pas à ce genre de trucs !


— Ça c’est sûr !


— C’est bien ! On se complète comme ça. Je suis la cigale insouciante qui égaye le quotidien d’une fourmis acharnée de travail, de préparatifs et de questionnements !



Elle me colle un gros bisous sur la joue qui fait rire les enfants à l’arrière.



— Au moins si je suis enceinte c’est rassurant, je sais que tu ne prends pas ça à la légère. Moi je crois qu’ à l’inverse, peut être trop en fait, je suis sur un nuage.


— Tant mieux profite de ces moments, c’est important. Mais attention à ne pas monter trop haut, à nos âges les débuts d’une grossesse ne sont pas forcément pavés de bonheur.



Sophie se contente de saisir ma cuisse et de la caresser en me souriant. L’idée de m’arrêter à la pharmacie proche de chez nous m’effleure mais nous sommes dimanche, elle sera fermée. Nous rentrons donc chez nous sans arrêt.



Le lendemain en rentrant du travail je m’empresse d’aller à la pharmacie acheter un test de grossesse et c’est tout guilleret que j’arrive à la maison mais Sophie ne semble pas dans son assiette.



— Ça n’a pas l’air d’aller, qu’est ce qui se passe ?


— Tu n’as pas vu mon SMS ? Fausse alerte, mes règles ont débarquées quand j’étais au boulot.


— Ah non, je n’ai pas pris le temps de regarder mon téléphone. Bon ben ok, partie remise.


— Non c’est mieux comme ça, pas de partie remise. On a été fous tous les deux, tout ça est fou.


— Comment ça "tout ça" ?


— Une relation entre frère et sœur tu te rends compte, on transgresse toutes les règles, on est juste… anormaux, il faut tout arrêter, on est complètement tarés !


— Mais…


— On parlera de tout ça plus tard !



J’ai l’impression que le ciel me tombe sur la tête. J’étais sur un petit nuage et vient de m’écraser au sol devant le réalisme de ma sœur. Je me sens subitement vidé de toute énergie. Le repas avec les enfants est morne et sans saveur, je vais les coucher en redoutant ce qui va suivre.


Diffuse en direct !
Regarder son live