Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 577 fois
  • 125 J'aime
  • 8 Commentaires

Sophie, une grande soeur fantastique

Chapitre 22

Inceste

Les jours suivants, Sophie semble retrouver sa contenance devant moi, elle ose à nouveau me regarder même si son regard semble furieux. Elle finit par me balancer à un petit déjeuner ce qu’elle a en travers de la gorge en expliquant qu’elle m’en veut toujours de l’avoir fait marcher et d’en avoir profité pour lui rouler une pelle et de la peloter.

D’après elle, heureusement que Manon lui parle beaucoup, c’est justement grâce à elle qu’elle accepte à nouveau de me parler. Quand je réponds que je suis ravie qu’elles s’entendent si bien, les deux pouffent de rire comme des ados, j’ignore s’il s’est repassé des choses entre elles, en tout cas force est de constater qu’une sacrée complicité est en train de naître.


Plus tard dans la journée je profite d’être seul avec Manon pour lui demander où elles en sont. Elle m’explique être un peu effrayée et préfère prendre son temps, que rien de notable s’est produit, pas même un petit bisou, Sophie semble l’accepter et ne force pas les choses, le temps qu’elles passent ensemble en ce moment se fait comme des bonnes copines. Il s’avère qu’elles vont sortir plus tard pour aller acheter de la lingerie, elle m’avoue être très excitée à l’idée d’être seule avec ma sur mais que rien n’est prévu à l’avance, et l’idée de les imaginer en shopping lingerie m’excite aussi notablement.


Elles rentrent le soir chargées de sacs en riant et semblent avoir passé un très bon après-midi.

J’ai le plaisir de découvrir une nouvelle nuisette totalement en dentelle quand nous nous couchons avec Manon, elle me saute immédiatement dessus et semble déchaînée.


Eh bien, la sortie semble avoir été sensationnelle ma petite femme, tu as des choses à me raconter ?

Très excitante, il faut que tu fasses l’amour tout de suite à ta femme !

A ce point ? Tu ne l’as pas déjà fait dans l’après-midi ?

Absolument pas.

Ah bon ?

Non mais c’était chaud, tellement chaud ! On a fait nos essais dans la même cabine, les regards de Sophie sur moi pouvoir admirer son corps... Elle faisait exprès de rester nue devant moi en prenant tout son temps pour tester des ensembles. J’avais envie d’elle à un point, je crois qu’elle voulait me rendre folle et elle a réussie


Manon s’était débarrassée de mon short et s’empale sur moi pour immédiatement remuer à un rythme frénétique


Ensuite on s’est baladées main dans la main.

Donc c’est moi qui profite de ton excitation, je suis le chanceux de l’histoire au final.

Tout à fait mon homme.

Je suis presque déçu que vous ayez été si sage.

Oh je dois bien avouer que tant ma main, que celle de ta sur se sont aventurées un peu sur nos fesses.

Chanceuse !

Et nos bouches se sont enfin retrouvées comme nos langues quand je l’ai agrippé pour lui rouler une énorme pelle tellement je n’en pouvais plus.

Pas si sage que ça finalement.

Oui mais maintenant tu sais vraiment tout.


La porte n’est pas fermée, j’entends un bruit et remarque un mouvement dans la pénombre, j’essaye de regarder discrètement sans bouger la tête, il me semble par moment apercevoir des reflets de cheveux dorés, je crois savoir ce qu’il se passe. J’ai une idée saugrenue qui me vient en tête, me redresse et dit à Manon


Descend, et met toi à quatre pattes, j’ai envie de te prendre en levrette.

Hummm ça fait longtemps, d’accord.


Je profite pour lui murmurer à l’oreille


Regarde discrètement dans le couloir je crois qu’on a une invitée


Elle me fait de gros yeux, surprise, et m’embrasse puis se met en position.

Je guide mon sexe dans le sien puis lui attrape les hanches et m’enfonce totalement en elle


Alors tu l’aime la queue de ton mari ?

Oh oui j’adore.

Ou alors tu préfères que je te doigte en imaginant que c’est ma sur ?

Non baise moi, je veux me faire baiser par mon mari.

Tu ne veux pas que ma sur te baise ?

Oh si j’en meurs d’envie aussi.


Nous entendons distinctement un gémissement quand Manon m’a répondu, nous faisons comme si nous n’avons rien entendu. Je jette des coups d’il vers le couloir et Sophie est moins discrète car je discerne maintenant son ombre, j’imagine qu’elle est en train de se donner du plaisir.


Mais Sophie ne pourra pas te donner ça.


Je fais des mouvements amples et puissants, Manon est sans doute très excitée car je suis étonné qu’elle ne se plaignent pas que je lui fasse mal.


Je sais et c’est trop bon mais ce n’est pas pareil.

Ah bon et ça.


J’ai l’impression que le lit bouge en même temps que nous tellement j’y vais fort maintenant


Oui c’est bon, continu, j’en veux plus!

Tu veux quoi ?

Je veux sentir les doigts de Sophie en moi, sa bouche contre la mienne, sa bouche contre ma chatte.


Encore un gémissement qui ne vient pas de la chambre, Sophie va finir par jouir à ce rythme, moi aussi d’ailleurs il faut que je me calme un peu


Je vais te bouffer la chatte, ferme les yeux et imagine que c’est ma sur.


Je me penche sur Manon qui toujours à quatre pattes gémit longuement quand ma bouche vient se poser sur elle. Je jette des coups d’il discrets. Manon ne joue plus et fait un signe de la main à Sophie pour l’inviter à venir. Sa main apparait dans la lumière et elle fait non avec le doigt, me désigne et mime à Manon qu’elle est folle. Manon lui fait signe de venir mais ma sur reste cachée dans le couloir. Finalement Manon hausse les épaules.


Stop mon chéri, je préfère sentir ton sexe en moi plutôt que d’imaginer ta sur. Allonge-toi je vais te baiser comme jamais.


Le ton de Manon ne prête pas à discussion, l’idée a échoué et elle semble frustrée que ma sur ne soit pas venue, ce qui au final est plutôt normal il faut bien l’avouer.

Elle s’allonge sur moi en tournant le dos à la porte et descend me prendre dans sa bouche, mon sexe ne tarde pas à retrouver sa vigueur même si je suis un peu perdu


Je ne comprends pas chérie, je pensais que ça t’excitait, je suis désolé.


Elle remonte vers moi et me fait un clin d’il en me faisant glisser dans son temple, elle fait exprès de parler relativement fort


Oui c’est vrai, mais c’est retombé d’un coup, je ne sais pas, j’ai réalisé d’un coup que ta sur ne semble pas vouloir ce qu’elle veut.

Tant mieux pour moi d’un côté.

Toi tu es là, solide comme un roc, fiable, fort, en train d’aller et venir divinement en moi.

Et j’adore ça.

Si elle se décide elle saura ou me trouver après tout, moi je n’ai jamais rien fait avec une femme et finalement c’est moi qui l’attends alors que j’ai tout à apprendre.


Je ferme les yeux en profitant des allers retours du vagin de Manon sur ma verge. J’entends des bruits de succions, Manon s’arrête empalée sur moi, j’ouvre les yeux et la découvre en train de rouler une énorme pelle à Sophie qui s’est finalement approchée.


Manon est déjà en train de faire glisser les bretelles de la nuisette de ma sur par-dessus ses épaules, le fin vêtement glisse à ses pieds laissant ma sur en culotte. Mes yeux peuvent enfin se reposer sur son corps sublime.

Elle me jette un coup d’il gênée, semble hésiter puis finalement glisse son buste entre nous pour venir prendre en bouche les seins de ma femme qui ne tarde pas à gémir en continuant ses allers retours sur moi. La position n’est pas pratique et elle manque de tomber à plusieurs reprises, elle me jette un regard et finit par se résoudre à enjamber mon buste ce qui m’offre une vue imprenable sur ses fesses toujours détenues dans sa culotte, quand elle se penche de nouveau pour sucer les seins de Manon.


Je ne sais pas trop quoi faire de mes mains et quand je les pose sur les mollets de ma sur elle sursaute, se retourne et me regarde d’un air troublé et reprend ses succions sur ma femme mais me laisse faire.

Je finis par ne plus pouvoir résister à la tentation et fait glisser mes mains sur ses cuisses jusqu’à ses fesses, ma sur repousse mes mains sans ménagement.

Manon lui dit de se laisser aller, mais Sophie se lève.


Mais c’est mon frère, je ne peux pas, je suis désolé Manon, c’est n’importe quoi !

Non attends Sophie, je vais vous laisser toutes les deux mais à une condition.


Manon et Sophie me regardent, étonnées.


Je reste dans le fauteuil à vous regarder.


Sophie regarde Manon qui la dévore des yeux avant de se lever et de se jeter sur sa bouche, et lui murmurer


Reste, j’ai envie de toi.


Sophie me regarde en coin alors que je me lève pour aller m’installer dans le fauteuil, je continue d’entendre Manon.


Fait moi l’amour Sophie, fait moi découvrir ça.


Manon fait glisser la culotte de Sophie à ses pieds puis ma femme s’allonge sur le lit et entraîne ma sur en lui tenant la main, les deux femmes s’enlacent, se caressent. Mon sexe est en feu, ma main glisse lentement dessus en savourant le spectacle.


Sophie semble avoir déjà découvert la sensibilité de la poitrine de Manon qui se cabre alors qu’elle joue de sa bouche avec ses tétons. Manon parcourt inlassablement le corps de ma sur avec ses mains, caressant son dos, ses fesses, j’aperçois ses doigts découvrir la vulve de ma sur.

Puis Sophie finit par glisser le long du corps de mon épouse qui gémit quand sa tête arrive entre ses cuisses. Le corps de ma femme se cabre, elle attrape la tête de ma sur entre ses mains pour la guider vers son plaisir. Je reconnais les sons que fait Manon qui approche de plus en plus de l’orgasme jusqu’à l’atteindre sous la bouche de ma sur qui remonte sur elle la câliner, ma femme est tellement belle en train de jouir ainsi.

Je dévore des yeux le corps parfait de ma sur entrelacé dans celui de ma femme en me branlant a la limite du point de non-retour devant ce spectacle inouï.


Puis Manon fait basculer sa maîtresse sur le dos et glisse à son tour le long de son corps et sans perdre de temps vient caler sa tête entre ses jambes.

Le corps de ma sur tremble sous l’effet de la bouche de Manon qui malgré son inexpérience semble savoir comment lui donner du plaisir. Je vois qu’elle écarte davantage les jambes et commence à se caresser les seins.

J’ai de plus en plus de difficultés à me contrôler devant un tel spectacle et suis au bord de la jouissance.

Lorsque Manon joint ses doigts au travail de sa bouche, il ne faut à Sophie que quelques secondes pour jouir bruyamment ce qui me fait m’envoler également et répandre mon sperme en de longues traînées sur mon abdomen.


Les deux femmes m’ont totalement oubliées dans mon fauteuil et elles s’endorment dans les bras l’une de l’autre. Je n’ai pas envie de les déranger et rejoint la chambre d’amis pour aller chercher du sommeil également.


Le lendemain matin je suis réveillé par la bouche de ma femme qui s’affaire sur mon sexe dressé avec beaucoup d’application jusqu’à me faire jouir dans sa bouche puis elle vient se poser sur mon torse me câliner.


Quel réveil ! Tu veux te faire pardonner de m’avoir laissé sur le fauteuil hier soir ?

En effet et j’ai d’autres choses à me faire pardonner.

Ah bon ?

Oui

Bah dis moi.

En nous réveillant nous avons refait l’amour avec ta sur

Ah oui bon, on s’est mis d’accord là-dessus non ?

Oui mais tu n’étais pas là et j’ai vraiment le sentiment de t’avoir trompé.

Ah.

Oui j’avoue qu’en parler semblait plus facile que de le vivre.

Remarque si à chaque fois que tu te sens coupable j’ai le droit de jouir dans ta bouche je ne vais pas t’inciter à arrêter.

T’es con !


Sentir le corps de ma femme nue contre moi me redonne déjà de la vigueur et nous faisons l’amour avant de retrouver Sophie devant le petit déjeuner, bien que nous arrivons main dans la main avec Manon elle embrasse ma sur naturellement sur la bouche devant moi.


Les semaines continuent de passer et une vraie relation est en train de se nouer entre Sophie et Manon, je ne suis pas laissé pour compte pour autant, car la libido de Manon en semble être décuplée et je ne m’offusque pas quand elle découche le lit conjugal préférant passer la nuit auprès de Sophie.

Ma sur s’est nettement adoucie avec moi et bien que je n’aie pas eu le privilège d’assister à d’autres de leurs ébats, notre relation est beaucoup plus apaisée car elle ne semble plus me prendre pour un fou après avoir essayé de lui dire la vérité.

Je pense qu’elle continue de ne pas y croire, elle n’en parle pas en fait, à moins qu’elle soit juste trop occupée à faire l’amour à ma femme pour penser à autre chose.

Etonnamment cette situation lui convient et il semble qu’elle la trouve normale et saine, de mon côté je commence à me faire une raison sur le fait que je ne retrouverai jamais ma sur et la savoir heureuse dans les bras de Manon me convient également, en tout cas pour le moment.

Diffuse en direct !
Regarder son live