Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 457 fois
  • 29 J'aime
  • 3 Commentaires

Sortie entre bidasses

Chapitre 1

Divers

Ce récit s’est déroulé en 1998, j’avais alors 22 ans. Comme beaucoup de jeunes hommes de mon âge j’ai été appelé sous les drapeaux pour réaliser mes 10 mois de service militaire. Fraichement diplômé, il fallait s’affranchir de cette corvée pour débuter ensuite sa vie active.


Quitte à le faire j’avais opté pour un régiment commando dans les DOM-TOM. Sportif avec une bonne hygiène de vie cela ne pouvait être qu’une belle expérience... Puis la sentence est tombée: Oberhoffen 12ème régiment d’artillerie... cela sonne tout de suite moins exotique !

J’ai rejoint mon point de chute à quelques kilomètres de la frontière allemande. Après des classes un peu difficiles moralement, la routine s’est vite mise en place. Passé 16h30 on fumait, buvait et jouait aux cartes. Beaucoup de revues pornos dans toutes les chambres une ambiance un peu particulière à appréhender pour qui n’a pas connu.


Un week-end bloqué de temps en temps. Lors de ces week-ends deux occupations: ou nous étions de garde ou nous buvions encore plus qu’en semaine si nos occupations étaient de journée.

Un de ces week-ends, malgré moi alsacien, je devais servir les officiers dans le restaurant leur étant réservé. L’occasion de taper dans leur stock un peu de vin en douce.


Si bien qu’à 20 heures, libéré de mes obligations, j’étais déjà bien allumé. Je croise deux collègues eux aussi libérés de leur tâche qui m’invitent à les rejoindre pour une sortie en bar de nuit puis en boite de nuit. Je leur explique que je suis déjà pompette comme il faut et qu’en plus mes poches sont vides.

L’un deux me répond: « Ne t’inquiète pas on a un chauffeur sobre et c’est nous qui rinçons ! ».

Pas besoin de plus pour me décider. Je tourne les talons et les suis bêtement jusqu’au parking où nous attend une grosse berline allemande avec les vitres teintées. Nous montons.


A l’intérieur je découvre sur les deux places avant deux superbes minettes. Chacun de mes acolytes roule une pelle à leur copine respective je présume. Ils font les présentations mais j’oublie instantanément le prénom des deux belles.

« Euh les gars, je ne fais pas la soirée à tenir la chandelle !»

Elles me rassurent: » ne t’inquiète pas nous allons rejoindre des amies... »

Je suis donc le mouvement.


Peu de temps après nous entrons dans un bar. La musique est forte, je vais aux toilettes pour soulager un besoin naturel et à peine revenu on me tend un cocktail dans un verre qui ressemble plus à un seau... Il est sucré et du coup donne soif... Je le bois assez vite, trop surement. Ma grande carcasse commence à vaciller un peu. Je mesure 1,95m pour 100kg (à l’époque).

Je m’assoie à une table, sirote une bière qui est arrivée là je ne sais même pas comment.


Quelque temps plus tard les copains viennent me chercher pour aller en boite, mais avant il faut déposer la voiture chez une des filles. Sa mère en a besoin pour aller travailler dès le matin.

« On en profitera pour boire un verre là-bas !»

Moi je suis déjà rond comme un boudin mais je ne dis rien... Je suis...


Quelques minutes plus tard, je crois que j’ai dormi, nous arrivons devant un immeuble. On descend. Puis je suis le petit groupe dans un hall, puis un ascenseur et enfin on entre dans un appartement. Une femme d’une cinquantaine année nous ouvre. Elle est en nuisette, avec une robe de chambre très légère... Je louche sur son décolleté au moment où elle m’embrasse. Elle le voit me tapote sur l’épaule avec un sourire amusé, et nous annonce qu’elle doit se recoucher parce qu’elle travaille le lendemain.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


On s’installe au salon, on me sert un whisky très très costaud... J’écoute, je souris bêtement quand j’entends rire, je suis complètement à l’ouest... Je finis par ne plus pouvoir lutter et je m’endors sur le canapé.


A un moment je sens que l’on me secoue, j’ouvre les yeux c’est la propriétaire des lieux...

« Ça va ? J’ai une chambre d’amis tu veux t’y coucher.

— Non je vais aller avec les autres en boite.

— Bah ils sont partis il y a un moment déjà...

— Merde ! Et ils m’ont laissé là?

— Ils ont bien essayé de te réveiller, même de te lever mais tu es plutôt du genre costaud et ils n’arrivaient pas à te bouger... très costaud même... »


Elle flattait mon torse de la main comme pour constater ce qu’elle disait.

— « Sylvie.

— Quoi ?

— Sylvie c’est comme ça que je m’appelle, et toi ? On n’a pas été présentés je crois.

— Benoit. Mais je ne veux pas vous ennuyer, je vais y aller.

— Tu ne m’ennuies pas, et il est deux heures du matin les autres m’ont dit que tu devais être au camp pour 11 heures. Dors ici, ne t’embête pas. »


Sa main qui continuait à caresser mon torse, est passée sur mon ventre, et maintenant glisse sous la ceinture de mon pantalon.

Elle cherche ma queue, je suis figé. Elle ne la trouve pas et décide d’ouvrir mon pantalon. Avant même que je m’en rende compte mon jean est grand ouvert et sa main est dans mon caleçon...

Elle ne tarde pas à me faire bander comme un âne à force de caresses. Elle se lève, et me demande de faire pareil pour qu’elle me déshabille.


Ni pour ni contre j’obtempère. Elle est plus âgée que ma mère, mais je la regarde avec sa petite nuisette. Elle a de gros seins lourds, des hanches marquées, des fesses très rondes... Sans réfléchir je lui attrape les seins à pleines mains. Ils sont flasques, mais je sens de gros tétons durs pointer sous l’étoffe.

Ma main passe sur son ventre rond. Elle m’arrête et me dit: « Ne t’emballe pas mon chéri, je suis indisposée. Merci de ne pas plus me chauffer ! »


Je m’excuse et enlève mes mains immédiatement. Elle rigole et me dit que je suis mignon.

Elle enlève mon t-shirt, mes chaussettes, mon pantalon puis mon caleçon. Je suis nu comme un verre devant elle avec une gaule pas possible. Je me sens complémentent con, loin d’avoir repris mes esprits je ne sais pas quoi faire.


« Allez, assied-toi mon grand, je vais t’aider à te débarrasser de cette belle trique. »

Elle me pousse et je bascule sur le fauteuil. Aussitôt elle se met à genoux entre mes cuisses, saisit mon chibre et le gobe sur toute sa longueur.

Elle me suce vite en faisant des bruits de succion très forte. Je suis scotché par l’entrain que met cette inconnue à me pomper le nœud. Je ne suis pas un hyper membré mais c’est la première fois que l’on m’avale entièrement comme ça. J’ai l’impression de pénétrer sa gorge.


Elle relève la tête:

« Ça te plait mon salaud de te faire bouffer la bite comme ça ? »

Je crois que je n’ai rien dit ni fait...

« Pose tes pieds à côté de tes fesses je vais te bouffer les couilles ! »

Je m’exécute. Aussitôt elle m’aspire les couilles entre douleurs et plaisirs, je reste passif et découvre cette sensation jusqu’ici inconnue.

Elle me lèche ensuite de la base des couilles jusqu’au bout du gland. Elle salive beaucoup et c’est très agréable...


Je ferme les yeux et me laisse complètement aller à ses caresses. Je sens sa langue descendre un peu plus chaque fois mais je ne réagis pas. Jusqu’à ce qu’elle la pose sur mon anus. Je sursaute et ouvre grand les yeux.

« Toi ! Tu ne t’es jamais fait bouffer le cul ? Laisse-moi faire tu me diras après si tu aimes ou pas... »

Groggy je m’abandonne à son initiative.


Elle passe sa langue dans la raie de mes fesses, je sens sa langue darder sur ma rosette puis elle remonte jusqu’en haut de ma tige. Et recommence ainsi un grand nombre de fois. Je suis trempé de salive. Elle pose ses mains sur mes genoux et les écarte un peu. Je sens sa langue pointue forcer mon sphincter. C’est doux chaud très agréable.

Je ne ressens aucun plaisir sexuel mais je profite de la stimulation tendre de cet organe chaud.

Je sens sa langue pousser plus loin, et j’ai l’impression qu’elle s’élargit. C’est très agréable. Je ne dis toujours rien.


Je ne sais pas si c’est mon anus qui s’assouplit ou si elle entre une partie plus large de sa langue mais je me sens me dilater doucement. Je sens un point qu’elle stimule, qui lui me fait monter un plaisir charnel, lancinant, de plus en plus fort. Elle accélère sa caresse... et d’un coup une douleur vive se fait sentir. J’ai un mouvement de recul.


Elle s’arrête et s’excuse :

« Pardon je suis allée trop vite !

— Tu voulais me mettre un doigt dans le cul ? C’est hors de question !

— Tu plaisantes ou quoi ? C’est le 4ème qui t’a fait mal... Et jusqu’à trois tu avais l’air de sacrément apprécier...

— Tu déconnes !??

— Non mon grand, mais il n’y a pas de honte. Je vais aller chercher un peu de lubrifiant, ne bouge pas !

— Hors de question... »


Mon ton est si peu autoritaire et je ne bouge pas d’un iota. Du coup je la vois partir, je ferme les yeux et je l’entends revenir. Elle reprend place devant moi, me suce à nouveau, et je sens un liquide couler sous mes couilles et dans ma raie.

Je sens ses doigts qu’elle bouge de manière dissociée, c’est bon et je suis fatigué: je la laisse faire.

Je suis complètement ouvert. J’entends un genre de clapotis émaner de mon fondement. Je sens un plaisir monté de mon bas ventre.


Puis elle sort ses doigts, je ne saurais du coup combien dire combien me massaient l’intérieur.

« Tu aimes ça hein ?

— Oui.

— Ça fait le dur mais une fois entre mes mains un vrai chaton qui ronronne... je vais te faire jouir et après on dort ! »


C’est le moment où j’ai senti un objet froid sur ma rondelle. Elle a repris ma queue en bouche et s’est écrasé sur moi ses épaules, maintenaient mes cuisses ouvertes et sa tête m’empêchant d’atteindre ses mains. J’ai senti l’objet entrer en moi. C’est gros, mais c’est entré et sans douleur.

Elle commence des allers-retours. Ce qu’elle me met, c’est long et elle met de l’amplitude à ses mouvements... C’est bon !

Naturellement mon bassin vient à la rencontre de cette pénétration... et très vite le plaisir monte. Je jouis dans sa bouche ou sa gorge... Entre plaisir et ivresse je ne sais même plus où je suis.


Elle se redresse. Je la regarde. Elle pose son genou entre mes cuisses et pousse ainsi encore un peu plus l’objet et surtout le tient caler au fond de moi.

Nos regards se croisent. Elle sourit, s’approche et m’embrasse à pleine bouche. Je lui rends naturellement son baiser en fermant les yeux. Puis j’essaie de m’en échapper. Elle est en train de déverser mon propre foutre dans ma bouche... Un goût âpre, que je n’aime pas. Mais chaque mouvement pousse l’objet un peu plus en moi et cela devient douloureux.

Je rends le baiser docilement, mais un peu écœuré.


Elle lâche son étreinte et sort l’intrus de mon anus rapidement ce qui provoque un genre de pet disgracieux mais qui semble l’amuser.

Elle pose sur mon ventre un gode noir, gros à côté de ma queue il est même très gros.

Je suis halluciné « tu m’as enculé avec ça !!!???

— Oui, mais tu y as pris beaucoup de plaisir non ? Et puis ce sera notre petit secret je n’ai pas envie que tout le monde sache que je possède un pareil engin pour mes plaisirs solitaires... Et ne t’inquiète pas les homos prennent du plaisir pas l’anus, les femmes prennent du plaisir par l’anus... Oui je t’ai bien enculé mais cela ne fait pas de toi un pédé! »


Elle me fait un clin d’œil et part le gode à la main, me souhaitant bonne nuit sans même prendre le temps de se retourner.

Je m’endors nu sur le canapé...


D’un coup je me réveille. J’ai un mal de tête pas possible. Je ne sais plus trop où je suis. Ah oui l’appartement des filles, leur maman ! Je me redresse je suis habillé, mon whisky est encore devant moi... Je crois bien que j’ai fait un rêve étrange. Je suis mort. Et je tiens une bonne grosse gueule de bois. Merde quelle heure est-il ? Neuf heures.


Je me lève... c’est pénible ce crâne prêt à exploser. Je n’appelle personne. Je regarde quelques photos et je vois la maman (beaucoup plus moche que dans mon rêve et ses deux filles encore plus jolies que dans mes souvenirs)... Je sors. Claque la porte. Prends l’ascenseur. Puis je retrouve dehors un grand bol d’air frais: il me fait du bien et m’évite même de vomir je crois. Je ne sais même pas où je suis. Quand j’aperçois "Oberhoffen 6km" sur un panneau pas loin. Bon, deux heures pour faire 6 kilomètres même dans mon état ça se fait. Je pars d’un pas pressé. Après quelques mètres j’analyse j’ai une drôle de sensation au niveau de l’anus... Je n’ai donc pas rêvé...

J’ai marché jusqu’au régiment en me posant la question.


Une fois arrivé j’ai pris une douche, pendant laquelle j’ai touché mon anus pour voir... Il était vachement ouvert... Pas rêvé! Je me suis fait enculer par une inconnue...

Je file à mon service: Juste à l’heure. Je croise les deux copains:

— « Et bien mon salaud t’en tenait une bonne hier, si on avait su que tu avais autant d’avance on ne t’aurait pas emmené!

— Bon, et du coup la vieille tu l’as baisée ou pas ?

— Tu parles, vu l’état dans lequel on l’a laissé il n’aurait même pas pu bander ! A jeûn non plus d’ailleurs... non ?

— Je ne me rappelle de rien ! »


C’est tout ce que j’ai su répondre... J’ai eu m’impression d’avoir envie d’aller à la selle pendant toute la matinée et une bonne partie de la journée aussi.

Je ne sais pas si je regrette mais depuis quand je bois je reste maître de la situation en m’arrêtant avant cet état-là!

Diffuse en direct !
Regarder son live