Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 711 fois
  • 14 J'aime
  • 1 Commentaire

Sortie nocturne et rencontre

Chapitre 1

Travesti / Trans

Cela faisait des années que je découvrais l’univers féminin (lingerie, vêtement etc...). Depuis que j’avais un appartement à moi, il ne se passait pas une semaine (voire soirée) sans que je ne passe de ma vie d’homme à celle de femme.


Le rituel était toujours le même. En sortant du travail, je rentrais chez moi, je me déshabillais, je prenais une douche soignée (rasage, épilation si nécessaire, et plus tard lavement...) et je commençais ma vie en tant que Laetitia.


Une crème de jour sur le corps, maquillage, lingerie, puis le choix difficile de ce que j’allais porter pour la soirée. Si je restais à la maison, c’était lingerie très sexy et de toutes façons j’allais faire des essais toute la soirée ! Si au contraire je décidais d’aller prendre l’air, le choix était différent. Entre mon envie de sentir l’air sur mes jambes, mon irrésistible envie de ne porter que des talons hauts (8 à 12 centimètres) et la prudence de ce type de sortie, le choix était parfois délicat...


Mon gabarit me permettait d’être "crédible" (1,72 m et 65 kg) mais j’avais parfois tendance à abuser sur ma tenue. Pour la lingerie, c’était quasiment toujours des bas et même avec des Dim Up je mettais un porte-jarretelles...


Ensuite, mon sous-vêtement préféré : un body dentelle noir avec frou-frou. Pour le reste, minijupe écossaise et gilet noir (très classique chez nous les filles...).


C’est justement ce type de tenue que je décidais de porter pour ma 1ère rencontre...


Body dentelle noir, bas résille, porte-jarretelles (pour les seins j’avais opté pour 2 paires de prothèses silicone achetées par VPC). Ensuite mini écossaise et chemisier noir transparent. Pour les chaussures, j’optais pour des bottines noires semelles légèrement compensées avec 12 centimètres de talons (une silhouette sans équivoque). Côté cheveux, c’était souvent brun mi- long. Ensuite petit imper noir, une paire de gant vinyle et mon sac avec le nécessaire. Pour sortir de mon immeuble, je mettais une paire d’escarpins moins bruyants.


C’est moi qui avais choisi le lieu de rendez-vous (un parking à proximité d’une rue passante éclairée, et en contre bas, un petit square discret.). J’arrivais la première, je me garais à distance, je changeais de chaussures, je fis le tri de ce dont j’avais besoin et je passais un collier de chienne métallique afin de me rappeler qui j’étais ce soir...


Je me dirigeais vers le square en contre bas, le bruit de mes talons sur le bitume, les phares des voitures au feu tricolore à proximité, j’étais frigorifiée... mais dans un autre monde. Au fil du temps je me suis rendue compte que c’était surtout l’apparence intérieure qui déterminait l’attitude que l’on donnait (...)


Je fis quelques pas pour voir si tout était calme et quelques minutes plus tard, une voiture s’est arrêtée sur le parking. Un homme est descendu (45 ans environ, barbu, un peu bedonnant, mais plutôt grand et costaud) puis il s’est dirigé vers moi (l’angoisse et tout le reste...) il s’est approché :


— Laetitia ?

— Mmmoui.


Il fit le tour, commença à émettre des avis et me demanda d’ouvrir mon imper. J’ai alors pris la pause, en bonne "professionnelle".


— J’aime beaucoup, très sexy... et en dessous ?


J’ai alors soulevé ma jupe, il a placé sa main sur mon entrejambes et m’a peloté doucement :


— Pas mal, vraiment bien. Tu as l’air d’une pute !


Je n’en revenais pas, j’adorais cela... il m’a alors caressé les fesses, les jambes puis s’est approché pour m’embrasser. J’ai laissé faire sans lui rendre son baiser.


— Bon tu vas me sucer maintenant, viens par là.


Je me suis accroupie en écartant les jambes, j’ai posé mon sac au sol et je me suis approché de son bas ventre. Il a déboutonné son pantalon avec fébrilité ( un peu rond le bas ventre...) et puis j’ai baissé son slip et me suis mis de suite au travail...c’était la 1ère fois, il sentait bon, son sexe n’était pas très gros, j’ai adoré ça...je lui ai alors fais une fellation comme j’ aimais que l’on m’en fasse, en avalant son sexe tout entier, puis en le caressant sous les boules, en les pinçant, puis je l’ai léché longuement, et ainsi de suite... il râlait de plaisirs et me prenant la tête. Il n’a pas éjaculé, je me suis appuyé sur le banc tout proche j’ai écarté les jambes, relevée ma jupe et j’ai exposé ma croupe à son sexe. Mais du fait de mes talons très hauts (...) il avait du mal à ajuster son tir... il s’est frotté m’a pénétré un peu, je me suis retourné et j’ai terminé le travail (enfin presque...).


— C’était vraiment bon Laetitia, je crois que nous allons nous revoir. Mais à l’hôtel, comme ça je pourrais t’éduquer.


Nous avons ensuite discuté de ce que pourrait être notre relation. Il m’a embrassé et nous sommes repartit chacun de notre côté. J’ai attendu qu’il parte vraiment pour rejoindre ma voiture, il est alors passé rapidement devant moi.


En rentrant, je tremblais " j’ai sucé un homme, et j’ai adoré ça...". Il fallait que j’avance davantage dans cette vie de femme.

Diffuse en direct !
Regarder son live