Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 310 fois
  • 61 J'aime
  • 0 Commentaire

Si tu souffles toutes les bougies, fais un voeux.

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Cette histoire est inspirée d’une histoire vraie. Le nom a été changé et une partie du contexte mais le reste est quasi vrai... ;)



Christine sort de la boutique de sous-vêtements fière d’elle. Son mari lui a donné carte blanche pour se faire plaisir dans cette boutique de luxe en prévision de sa soirée d’anniversaire ce soir. Christine fête ses 45 ans et elle se sent toute guillerette. Son mari lui a donné une adresse où le rejoindre ensuite avec pour consigne de porter ce qu’elle aura acheté. Elle ne sait pas trop ce qu’il prépare mais elle s’amuse énormément à suivre ses consignes.


Arrivée sur place, elle découvre un petit hôtel particulier au coeur de Paris. Un majordome lui ouvre la grande porte et elle se retrouve dans une immense salle où tout est éclairé de bougies. Les tentures et les banquettes en velours donnent une ambiance mystique au lieu. Elle est seule dans cette immense salle lorsque son mari entre par une autre porte. Il lui fait signe de s’approcher et dégrafant son chemisier et sa jupe, il découvre les magnifiques sous-vêtements qu’elle vient de s’offrir.

-Tu es superbe ma chérie.

-Où sommes-nous?

-Chez un ami. J’ai une surprise pour toi.

Il lui met un bandeau en satin noir devant les yeux. Elle ne voit plus rien. Il l’entraîne au centre de la salle et l’assied sur une banquette.


Ses mains commencent à parcourir ses jambes, ses lèvres embrasse l’intérieur de ses cuisses. Elle sent dans chacun de ses gestes son excitation. Soudain, sa queue est devant sa bouche. Mon dieu, il doit vraiment être excité, jamais sa bite n’a été aussi grosse. Elle le laisse entrer et commence à lécher son gland, si gros, c’est incroyable.

Sans prévenir, ses lèvres se posent sur son épaule. C’est impossible, elle a encore sa queue dans sa bouche. Qui embrasse son épaule. D’autres lèvres se posent sur ses bras, ses jambes, des mains aussi.


Elle panique. Que se passe-t-il? Où est son mari? Elle veut retirer son bandeau mais on l’en empêche brutalement. Elle comprend alors que la bite qu’elle suce n’est pas celle de son mari. Elle veut se dégager mais encore une fois, on l’en empêche. C’est même pire, une autre queue se présente, plus grosse encore. Ils essayent d’être à 2 dans sa bouche mais elle n’y arrive pas. Elle essaye de crier mais n’arrive qu’à gémir.


Quelqu’un défait sa guépière alors qu’un autre écarte son petit shorty pour la doigter. Sans même avoir eu le temps de réagir, il ne lui reste que ses bas et son bandeau sur les yeux. Elle a beau faire, elle mouille comme une folle. Elle se sent désirée comme jamais. Elle entend les soupirs de ces hommes, transformés en bêtes en rut alors qu’elle n’est qu’un objet sexuel. Les bites s’enchaînent dans sa bouche et ses mains. Combien peuvent-ils être? Elle a déjà remarqué que certains avaient des queues hors-norme. Un en particulier dont elle n’arrive même pas à prendre la bite dans sa main alors qu’elle est si fière de ses longues mains fines de pianistes.


Tout d’un coup, elle est soulevée. Ils sont plusieurs à la tenir, un peu écartelée même. Et là elle comprend. Ils vont la baiser, un par un. Ca y est, elle sent le premier d’entre eux qui s’enfonce en elle. Il y va d’un coup, sans égards. Mais c’est comme ça qu’elle le veut, brutal. Il la baise comme un forcené. Il ne se pose aucune question, il la défonce. Elle voudrait bien crier mais trop de bites se pressent au fond de sa gorge. L’homme ne se retient pas et jouit à grandes giclées au fond de sa chatte. Elle jouit aussi et ne peut s’empêcher de se demander si elle survivra à cette expérience. Le premier est à peine sorti que le suivant se présente. Il ne se pose pas plus de questions en la baisant comme la salope qu’elle se sent devenir. A son tour, il remplit sa chatte de son foutre alors qu’elle est parcourue de spasmes de jouissance.

L’un de ceux qui s’activent autour de son visage est en train de jouir dans sa bouche et sur son visage. Un autre sur ses seins alors qu’un nouvelle bite s’enfonce en elle.


Elle est perdue dans une espèce d’irréalité où les coups de queues s’enchaînent aux éjaculations. A chaque nouveau sexe qui la pénètre, elle sent le sperme des précédant qui coule entre ses fesses et sur ses cuisses. Alors qu’elle profite d’une pose pour essayer de retrouver ses esprits, les hommes la repose, à plat ventre sur ce qui semble être une table. Pliée en deux, ses pieds touchent encore le sol alors que son visage dépasse juste de la table. Face à sa bouche, le ballet de queues reprend de plus belle. Un homme se met au dessus d’elle sur la table et essaye de l’enculer. Elle n’a pas essayé depuis si longtemps. Mais cette douleur est exquise, surtout qu’un nouvel occupant prend place dans sa chatte brulante. Elle se laisse faire, objet sexuel soumis. Elle n’a plus de force, ses orgasmes à répétition la tue. Sa cyprine et le foutre de tout ses hommes l’inondent.


Soudain, elle le reconnait. L’homme à l’énorme bite est derrière elle. Elle sent ce gland, presque gros comme un poing d’enfant qui écarte ses lèvres meurtries, la bite s’enfonce, écartant les chaires, dilatant sa chatte. Lui aussi la baise sans ménagement. Elle hurle sa jouissance comme une folle hystérique. Et soudain, c’est le black out.

Elle revient à elle, complètement groggy pour réaliser qu’il est toujours en elle. Et encore cette jouissance absolue qui l’envahit. Sa chatte laisse couler des litres de cyprine. Et sans crier gare, il se retire. Elle se sent toute vide mais déjà il s’attaque à son cul. Ca va pas être possible, elle en est convaincue. Son gland s’enfonce et pourtant elle aime ça. Elle se tortille pour l’aider et enfin il y est, en elle, dans son cul. Le sperme de ses prédécesseurs aide un peu mais il va et vient doucement. Elle laisse enfin ces doux mouvements faire monter sa jouissance. Elle suce encore les queues qui se présentent mais se concentre surtout sur cet amant extraordinaire qui est en train de la prendre. Les autres continuent de lui gicler au visage, au fond de sa bouche.

Enfin, son étalon se retire, lui envoyant une vague de frissons quand sa queue sort de son cul. Elle le sent derrière elle qui branle sa queue énorme et gicle une énorme quantité de foutre sur son cul et le bas de son dos. Il vient à elle et elle se sent presque honorée de pouvoir essuyer sa queue avec sa langue.


Presque aussi vite qu’ils sont tous venus, ils s’en vont. Son étalon en dernier et elle lui murmure un merci. Quelqu’un s’approche d’elle et lui retire son bandeau humide de foutre. Son mari la regarde, les yeux pleins d’amour.

-Bon anniversaire ma chérie. J’espère que tu as aimé tes 45 bougies...

Diffuse en direct !
Regarder son live