Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 29 864 fois
  • 237 J'aime
  • 11 Commentaires

Je soumets mon infidèle de femme

Chapitre 1

Un week-end entre amis qui dérape

Trash

Je soumets mon infidèle de femme



    Chapitre un : Un week-end entre amis qui dérape



J’ai bouclé le travail assez tôt aujourd’hui. Normal j’ai carburé toute la semaine pour finir ce projet à temps. Je suis concepteur de jeux vidéos, c’est plus qu’un travail, c’est une véritable passion. Je vis, je respire jeux vidéos. On se demande même comment j’ai fais pour me trouver une femme ! Et pourtant Mallory, grande brune de vingt-huit ans, partage ma vie depuis bientôt cinq ans. Une véritable aubaine pour un ermite comme moi.


Ce week-end, je m’aère l’esprit. On a prévu un petit voyage entre amis dans un gîte en montagne. Mes deux meilleurs potes Sam et Ludo seront de la partie et Mallory sera la seule femme étant donné que Mathilde, la femme de Sam est retenue par son boulot d’infirmière. J’adore ces moments conviviaux entre potes : une bonne fondue devant un feu avec un bon vin, c’est devenu presque un rituel chaque années en début d’hiver.


Mallory a certainement eut le temps de faire nos valises, je me hâte de rentrer histoire qu’on puisse prendre la route tout de suite. Et en effet elle est dans la chambre en train de finir de remplir le dernier sac. On a beau partir qu’un week-end, Madame ne part jamais sans le minimum de vêtements ” Au cas où ”. Un pull ”au cas où” il fait froid, son jumeau ”au cas où” ce dernier est taché et bien sûr chacun avec un tee shirt et pantalon assorti évidemment. Oui ma femme est une sorte de fashions victime. Je tente un léger rapprochement avant la route mais elle m’évite d’une pirouette.


Grognon, je prend quand même le volant , sachant pertinemment que ce week-end, Mallory risque d’être fatiguée et qu’on ne va certainement pas faire l’amour. En ce moment, c’est pas vraiment la folie de ce côté là, si on le fait une fois par semaine c’est déjà bien. Disons que j’ai plus de relations charnelles avec ma main droite qu’avec ma femme. Elle est bien trop coincée pour me donner ce que j’aspire. C’est une fille de bonne famille, fille unique pourrie gâtée d’un concessionnaire automobile de luxe. Petite princesse à son papa, elle est formelle jusqu’au bout des ongles et l’imaginer échevelée, le maquillage coulant et le visage recouvert de mon sperme me rend complètement fou.


Pourquoi se casse t elle la tête avec moi alors? On s’est rencontré à la fac et on a flashé l’un sur l’autre. Sauf qu’à l’époque, j’étais qu’un minable petit étudiant fauché avec un rêve enfantin, alors elle m’a larguée. Ce n’est que trois ans plus tard qu’on s’est croisé à une fête mondaine. J’avais acquis une certaine fortune grâce à un job obtenu dans une grande firme de jeux connus. Et on s’est marié dans la foulée.


Enfin arrivés, j’inspire un grand bol d’air frais. Allez détends toi, tu vas passer un bon week-end entre potes, le sexe ce sera pour plus tard tant pis. Ludo est déjà là et il nous accueille à bras ouverts.


— Noah ! Mallory ! Ca fait plaisir de vous voir!

— Oui nous aussi, dis je en lui donnant une accolade

— Oh mais c’est quoi tout ça ? dit il en montrant notre tas de bagages, vous restez toute la semaine ?

— Non, tu connais Mallory, Plaisantai-je, elle croit qu’il va y avoir la Fashion Week ou l’élection de Miss Chalet du coin

— Ca suffit vous deux, aidez moi plutôt à rentrer ça au lieu de vous moquez, râle Mallory en me donnant une tape dans l’épaule


Ludo et moi échangeons un regard complice et essayons de retenir nos rires avant de la laisser investir les lieux. Une fois les valises dans la chambre, on se pose tranquillement sur la terrasse avec une bière en attendant l’arrivée de Sam. Ce dernier arrive enfin, au volant d’un nouveau coupé sport. Mon pote est vraiment dingue des voitures, chaque année il en a une nouvelle, plus puissante et plus chère que la précédente. Il est un peu arrogant et beau parleur mais c’est mon meilleur ami depuis l’enfance, alors je lui pardonne son comportement de connard qu’il a quelques fois.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Comme le jour où je l’ai vu flirter avec une femme lors d’une de nos soirées au bar entre mecs. Je suis allé aux toilettes peu après qu’il se soit éclipsé pour fumer une clope et l’ai trouvé en pleine levrette , en train de fourrager la fille qui l’avait dragué ce soir là. J’étais mal pour Mathilde. Elle ne mérite pas ça, c’est une fille bien. C’était ma voisine quand nous étions petits et c’est grâce à moi qu’ils se sont rencontrés. Parfois je me demande si c’était une bonne chose. J’ai bien failli tout lui balancer mais Sam m’a fait promettre de ne rien répéter. La parole d’un meilleur pote, ça ne se brise pas.

Enfin bref, le voilà du haut de son mètre quatre-vingt-dix, cheveux blonds gominés et lunettes de soleil sur la tête qui arrive tout pimpant, une bouteille à la main.


— Salut les larves alors ça végète ?

— Ouais on profite du soleil en t’attendant, faut dire qu’avec une bagnole pareille, tu m’étonnes que tu es en retard, se moque Ludo. Et tu comptes faire quoi si il neige cette nuit?

— La chance sera avec moi, comme toujours, dit il en se penchant vers ma femme pour lui faire la bise. Salut beauté. Bon je vais mettre ça dans ma chambre et je reviens. Sortez moi une bière en attendant.


Mallory se lève à sa suite, pour aller chercher du ravitaillement.


— Toujours aussi frimeur celui là, remarque Ludo, une fois seuls.

— Bah c’est un bon bougre, le défendai-je, on ne le changera pas comme ça...

— Ca c’est sûr !


Ils nous rejoignent peu de temps après et nous commençons notre apéritif comme il se doit. Je suis loin de me douter de ce qui se trame derrière mon dos.

Plus tard dans la soirée, nous partageons une fondue gaiement comme à notre habitude, quand ma femme s’éclipse à la cuisine pour chercher de la salade. Immédiatement après, Sam prétexte vouloir ouvrir une nouvelle bouteille pour se lever et rejoindre Mallory. J’ai besoin d’aller aux toilettes et en passant près de la porte de la cuisine, j’entends des chuchotements.


— Ne t’inquiète pas, j’ai tout prévu, murmure ma femme, je mettrai le cachet dans son verre après le dessert. Il va tomber comme une masse et on pourra être tranquille.

— J’ai hâte de pouvoir te baiser ma petite traînée. J’adore ton pied sous la table, tu m’excites devant ton mec en plus. Fais gaffe à ce qu’il ne te capte pas.

— Oh mais ne t’inquiètes pas, je n’ai aucune envie qu’il l’apprenne, tu n’imagines pas le fric qu’il se fait et en plus, mon père l’adore.

— Tu as pris la dose au moins?

— Ne t’inquiète pas, tu vas pouvoir me chevaucher toute la nuit pendant qu’il ronflera.


La rage bouillonne dans mes veines. Je serre les poings en écoutant ces deux traîtres qui complotent dans mon dos. Quelle bande de..... ! Elle veut mettre quelque chose dans mon verre ? Dommage pour elle car je ne compte pas le boire. Je ne vais pas en rester là c’est certain. Très vite, un plan se met en place dans ma tête.

J’essaie de retrouver mon état normal et retourne vers mes amis, attendant patiemment le moment fatidique où elle verserait son somnifère dans mon verre. Comme prévu, elle tente d’être discrète mais je capte tout de suite son manège. Subtilement, j’arrive à vider le verre dans une plante à côté de moi sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Ludo est déjà bien bourré et Sam, ce vicelard joue le type fatigué.

Ludo finit par aller se coucher et j’en profite pour contrarier les projets de ma femme en lui disant de m’accompagner au lit. Elle me suit, docile. Je sais qu’elle attend que je m’endorme pour filer en douce, aussi, je feins de m’endormir après avoir essuyé un de ses nombreux refus.

Elle sort enfin de la chambre. J’attends un moment avant de sortir de mon sommeil factice et descend observer ce qui se trame en bas.


Sam est assis sur le canapé, ma femme entre ses cuisses lui pompe le dard avidement. Cette salope refuse de me le faire en plus ! Je prends quelques photos d’elle en train de lécher goulument le sexe érigé de Sam qui soupire de plaisir. Je remarque au passage avec fierté que sa queue est plus petite que la mienne.

Après lui avoir administré une gorge profonde, Mallory se relève et le chevauche pour s’empaler sur son membre dressé. Je ne manque rien du spectacle de ma femme en train de se faire tringler par mon meilleur ami et l’immortalise avec une vidéo. Je bouillonne, il est temps pour moi d’entrer en scène. Je choisis le moment où elle fourre sa tête dans ses seins pour dévoiler ma présence.


— Espece de salope ! et toi ! Tu te dis mon ami ? tonnai-je

— Oh mon dieu ! Noah je suis désolée, s’empresse de s’excuser Mallory en s’extirpant de son amant, je vais tout t’expliquer...

— M’expliquer comment tu me drogues pour pouvoir te taper mon pote dans mon dos ? Il n’y a rien à dire, je demande le divorce.

— Non ! supplie t elle en se mettant à genoux à mes pieds. Je t’en prie je ferai tout ce que tu voudras mais ne me quitte pas, je t’aime ! Je ne voulais pas te tromper mais c’est plus fort que moi, j’ai besoin de fougue et de plus de brutalité au lit et Sam l’a vu et en a profité.

La garce a des larmes pleins les yeux, c’est dire si elle est crédible dans son rôle de femme repentante. Sam lui se fait tout petit, il ne bouge pas d’un pouce.

— Oh si on va divorcer, et avec les photos que j’ai prises tu pourras directement retourner chez ton père.

— Et mon témoignage, intervient la voix de Ludo derrière moi.


Mallory ne sait plus où se mettre. Elle pleurniche, lance un regard à son amant qui ne réagit pas. Entièrement nue à mes pieds, démaquillée par les larmes et honteuse de son comportement, ma queue dans mon boxer commence à gonfler. J’entrevois une possibilité, une idée machiavélique qui pourrait tourner les choses à mon avantage.


— Je suis d’accord de ne pas divorcer, dis je d’un ton plus calme. Mais sous quelques conditions.

— Tout ce que tu voudras ! s’exclame-t-elle sans se douter de ce qui l’attend

— Tu resteras ma femme mais tu seras aussi mon esclave sexuelle, ma soumise. Tu obéiras aux moindre de mes désirs. Je te sauterai n’importe quand, dans le trou que je veux et tu baiseras qui je veux. Est-ce que cet accord te convient ?

— Et tu ne diras rien à mon père si je fais ce que tu veux ? Tout resteras comme avant ?

— Je ne dirai rien et nous serons de nouveau en couple mais tu seras surtout mon sac à foutre personnel.

— Je suis prête à tout accepter pour te garder, assure t elle avec aplomb, j’assume mes erreurs.

— Bien, alors commençons de suite, dis je en sortant mon engin, tiens bouffe moi ça salope !


Je lui fourre dans la bouche sans état d’âme, l’attrape par la tignasse et lui enfonce ma queue bien au fond de sa gorge dans un râle puissant. Enfin une bonne pipe ! Tandis qu’elle s’active sur ma verge au rythme de mes coups de reins, Sam tente de se relever.


— Tu vas où toi ? le stoppai-je. Tu restes là et tu loupes pas une miette de ce spectacle. Ludo, tu veux m’aider à punir cette traînée ?

— Avec plaisir, dit il en sortant sa queue, aussi grosse que la mienne


Sam reste là à regarder Mallory se faire ruiner la bouche par mes soins, son érection remontant petit à petit. Je décide de laisser sa bouche à Ludo et me retire de cet écrin divin pour aller investir sa chatte. Je la met à quatre pattes, lui claque les fesses jusqu’à faire rougir sa peau. Elle gémit et mouille abondamment cette salope.



— Tu la veux ma grosse queue ? Petite putain je vais te la mettre bien profond...



Je n’ai aucun scrupules à m’enfoncer dans sa chatte brusquement, sans douceur ce qui lui arrache un cri. Aveuglé par la rage, je la martèle sans même me soucier de son bien-être et Ludo est obligé de lui enfourner son pieu au fond de sa gorge pour la faire taire. Je sens les spasmes de son orgasmes enserrer ma queue. Cette traînée aime ça on dirait, elle jouit avec une violence telle que je peux me déchaîner comme un fou dans sa chatte, sous les yeux d’un Sam qui se masturbe allègrement.



— Espece de salope t’aimes ça hein? tu la sens bien ma queue là... Je vais te ruiner sale chienne...



La vision de son petit trou qu’elle m’a toujours refusé juste à portée, me donne l’envie folle de la sodomiser. C’est tellement insoutenable que je sors de sa chatte pour passer mon gland dans le sillon de ses fesses. Une ou deux claques sur ses globes de chair et me voici maintenant à presser sur l’œillet serré mon sexe épais qui tente de pénétrer cet endroit jamais exploré.


— S’il te plaît... tente -t-elle de me dissuader

— Tu es mon esclave ou non ? m’irritai-je

— Oui

— Alors je vais t’enculer petite chienne et Ludo aussi, on va te baiser comme la catin que tu es et on t’arrosera de foutre. Je suis sûr que tu aimes ça !

— Oh oui vas y Noah je suis ton esclave, traite moi comme une pute , j’adore ça !

— Ta gueule, tu l’ouvriras quand je giclerai dans ta petite gueule. Maintenant serre les dents, c’est l’heure d’accueillir ma queue !


Et d’une poussée, je fais entrer le gland , butant sur le chapeau. Elle crie mais Ludo lui tend à nouveau son sexe en lui malaxant les seins et lui pinçant les tétons. J’agrippe ses hanches des deux mains et regarde avec plaisir ma queue disparaître dans son cul jusqu’à la garde. J’y vais brutalement, je la besogne avec acharnement. Ma bite est au bord de l’explosion tant son petit trou est serré. Je décide de laisser ma place à Ludo et me place devant Mallory pour lui présenter mon sexe plein de ses sécrétions. Elle fait la grimace mais finit par gober mon imposant membre avec ferveur. Elle y met du cœur à l’ouvrage et quand Ludo investit ses tréfonds d’un coup sec, sa bouche s’ouvre encore plus et je m’y enfile jusqu’à ce que mes couilles frappent son menton.

Sam nous regarde avec envie, le salaud se branle et mate avec avidité ma femme se faire sodomiser par notre pote. Il s’agite sur son siège, comme s’il pensait pouvoir participer.


— Tu crois quoi là ? Lui Lançai-je, cinglant. Reste là et t’as intérêt de pas jouir. Je pense que tu as déjà assez profiter de ma femme comme ça.

— Mec je suis désolé, j’ai été un vrai connard..

— Ta gueule. Tu n’as plus qu’à prier pour que je ne raconte pas ça à Mathilde.

— Non, s’ecrie t il, OK, je bougerai pas, promis.

— C’est bien... Allez, Ludo couche toi sur le sol, on va se la prendre en double.


Ludo s’active encore un peu dans le cul de la belle brune avant de se retirer et de suivre mes instructions. Mallory, l’arrière train quelque peu malmené, a du mal de se placer sur lui et il est obligé de la prendre par sa taille de guêpe pour la soulever et l’empaler sur son chibre. Ses cheveux lui camouflent le visage mais je peux y voir le plaisir qu’elle prend à se faire traiter de la sorte. Elle aime ça, c’est certain.

Un dernier tour dans sa bouche, je lui prend les cheveux et lui enfourne ma verge jusqu’à l’étouffer. Ludo lui claque les fesses pendant qu’elle monte et descend sur lui, ondulant son corps aux formes sublimes. J’empaume un de ses seins et joue avec ses mamelons, les tire et les pince. Ca y est il est temps. Je me place derrière elle, écarte ses fesses généreuses et observe le sexe de Ludo s’enfoncer dans la chatte ruisselante de cette traînée. La bouche désormais libre, elle ne cesse de crier son plaisir, articulant des ”oh oui” et des ”putain” entre deux gémissements.


Je ne me prive pas pour présenter ma queue devant son trou inoccupé et pousse, plus fort cette fois car il y a de la résistance. Je sens la verge de Ludo à travers la peau si fine qui sépare ses deux orifices. C’est si serré, si étroit que je dois pousser de toutes mes forces pour rentrer entièrement jusqu’à la garde. Complètement remplie, Mallory s’époumone, ses yeux se revulsent et ses doigts agripent avec force les biceps de Ludo. Elle jouit avec une telle puissance que ses cris résonnent dans tout le gîte. Ludo et moi continuons de la besogne, chacun dans un trou et plus mes coups de reins se font brutaux, plus je sens l’orgasme pointer son nez.

— Putain de salope ! Vas y jouis ma chienne, tu aimes ça deux grosses bises en toi hein?


Je m’acharne alors encore un moment, lui ravageant l’anus à grands coups de butoirs. Ludo n’en peux plus, il me fait signe de me relever et nous lui présentons alors nos deux verges collantes qu’elle se met à sucer avec gourmandise. Sam est toujours en train de nous regarder, je vois qu’il meurt d’envie de jouir et le savoir si frustré me comble de joie.

Ludo est le premier à jouir et il expulse de grands jets de sperme blanc qui viennent s’écraser sur le nez et les joues de Mallory. Quant à moi, je lui chope la tignasse, lui tire en arrière pour courber son cou et me masturbe avidement au dessus de sa bouche ouverte. De grosses giclées de foutre s’abattent sur sa langue, son nez allant même jusqu’à recouvrir ses yeux. Le visage blanchit et dégoulinant de sperme, Mallory me sourit, fière de nous avoir fait juter.


— C’est bien petite salope, tu as compris ce que j’exigeai de toi, dis je en la toisant de toute ma hauteur

— Merci Noah.

— Tu m’appelleras Maître dorénavant. Va te doucher maintenant. Nous rentrons à la maison.

— Oui Maître.


Je me tourne vers Sam, toujours la bite dressée et un air dépité sur le visage. Ma vengeance est délicieuse.


— On en a pas encore fini tous les deux, le menaçai-je. Ce que tu as fais, tu le paieras mon pote.

Diffuse en direct !
Regarder son live