Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 39 124 fois
  • 76 J'aime
  • 6 Commentaires

Soumis à un groupe d'hommes

Chapitre 3

Avec plusieurs hommes

Cette histoire se passe en septembre 2021. Celles et ceux qui ont lu mes précédentes histoires savent que je rencontre occasionnellement un groupe de cinq hommes mariés avec qui je prends énormément de plaisir. Ma femme est bien entendu au courant et après chaque rendez-vous, je lui raconte tout dans le moindre détail.

Au début du mois, je suis allé chez Laurent et tout s’est très bien passé. Ce jour-là, ils n’étaient que trois (enfin, si je puis dire) et mon hôte m’avait demandé de ramener un gode. J’avais pris beaucoup de plaisir, comme à chaque fois. En revenant chez moi, j’ai raconté mon après-midi à Julie. Elle m’écoutait avec attention et me posait plus de questions qu’à l’accoutumée. Elle a fini par me dire :

  - J’aimerais bien venir avec toi la prochaine fois.

  - Euh... Tu veux venir pour quoi ?

  - Pour te voir à l’œuvre !

  - OK... Je demanderais à Laurent s’il est d’accord.

  - Et tu crois que...

  - Que quoi ?

  - Que je pourrais participer moi aussi ?

  - Euh... Je ne sais pas... Je verrais avec lui.

J’étais assez surpris par sa requête. Nous avons continué à en parler. Elle m’a dit qu’elle voulait avant tout voir de ses propres yeux comment ça se passait. Je la sentais néanmoins désireuse de faire un peu plus que regarder.

J’ai attendu que Laurent m’envoie un SMS pour fixer un nouveau rendez-vous, environ trois semaines plus tard. Je lui ai alors fait part du souhait de ma femme de venir et d’éventuellement participer elle aussi. Il m’a répondu qu’il allait voir avec les autres. Il m’a envoyé un message quelques heures plus tard pour me dire qu’ils étaient d’accord pour qu’elle vienne, mais par contre aucun d’entre eux ne voulaient tromper sa femme avec une autre (pourtant ça ne les dérangeait pas de le faire avec un homme, mais bon...). Aussitôt, j’ai envoyé un SMS à ma chérie qui me répond simplement par un smiley. Le rendez-vous est fixé au dernier mercredi du mois à 15 heures dans l’appartement de Laurent. Le soir et les jours qui ont suivis, Julie et moi n’avons pratiquement pas parlé de notre future aventure.

Le jour J, ça m’a fait un peu bizarre sur la route d’être accompagné par ma femme. Pour l’occasion, elle portait une robe bleue assez courte et des baskets blanches. Nous parlions peu dans la voiture. Arrivés en bas de l’immeuble, je ne sais pas pourquoi, mais j’étais un peu stressé. Nous sommes montés jusqu’à l’appartement de Laurent. Il nous a ouvert la porte et nous a accueilli. Nous avons mis nos téléphones dans une boite à l’entrée. Dans la grande pièce, tous les hommes étaient déjà là. Ils nous ont salué. Laurent m’a rapidement prié d’aller me préparer dans la salle de bain et de les retrouver dans la chambre. Julie est restée avec eux. En me déshabillant, je les entendais rire bruyamment. Une fois nu et prêt, je suis allé dans la chambre. Les cinq mecs étaient tous nus eux aussi. Seule ma femme était habillée (pour une fois !).

Sans que personne ne me demande rien, je me suis mis à genoux sur le matelas au milieu de la pièce. Ils se parlaient entre eux mais je ne comprenais pas ce qu’ils se disaient, puis un homme s’est approché de moi pour que je le suce. J’étais un peu gêné au début, alors que pourtant j’avais déjà sucé des bites devant ma femme. Petit à petit, je me lâchais. Je jouais de plus en plus avec ma langue, je lui malaxais les couilles.

Quand le mec que je suçais a laissé sa place à un autre, je me sentais plus à l’aise. De temps en temps, je jetais des coups d’œil vers ma chérie qui discutait avec les hommes en me regardant. Savoir qu’elle me voyait tailler une bonne pipe à un mec m’excitait encore davantage, je ne saurais pas vraiment dire pourquoi.

J’ai goûté à toutes les queues dressées devant moi, chaque mec s’est fait sucer à tour de rôle. Ensuite, celui avec la queue la plus longue m’a dit de me mettre en levrette. Il m’a mis un peu de gel sur l’anus et m’a pénétré lentement mais profondément. Je n’ai pas pu retenir un petit cri quand il était au fond de moi. Certains hommes disaient des mots crus pour m’humilier, ils en disaient plus que d’habitude. De même, quand je les ai sucés, ils semblaient avoir un comportement un peu plus dominateur que les fois précédentes. Je me suis dit que ce devait être dû la présence de ma femme.

Celui qui me sodomisait a accéléré le rythme jusqu’à me faire gémir. Plusieurs fois, j’ai croisé le regard de Julie qui me souriait. Et puis, après quelques minutes de ce traitement, un autre homme est venu m’enculer à son tour. C’était celui avec le sexe le plus épais. En plus, il n’y allait pas de main morte, c’était bon.

Au bout d’un certain temps, j’ai relevé la tête, cherchant à nouveau ma chérie du regard. Et là, j’ai été très surpris quand je l’ai vu : elle avait retiré sa robe. Elle était seins nus, en string et en baskets. Elle parlait nonchalamment à Laurent qui la dévorait du regard (tout comme les autres mecs d’ailleurs). Ça m’a fait un peu bizarre au début de la voir presque nue au milieu de tous ces hommes qui étaient là pour s’occuper de moi. Elle me surprenait de par son comportement, mais surtout, elle m’excitait énormément. C’est à ce moment que j’ai commencé à vraiment lâcher prise et à prendre encore plus de plaisir.

J’ai continué à me faire enculer par tous ces mecs pendant je ne sais pas combien de temps. Je gémissais assez bruyamment, je les encourageais même à y aller plus fort. Je ne me reconnaissais pas. Je me suis fait prendre dans plusieurs positions en regardant ma femme s’exhiber devant des inconnus. A un moment, alors que j’étais sur le dos, avec une queue bien au fond de mon cul qui me limait profondément, j’ai ressenti une vague de plaisir m’envahir. J’ai fermé les yeux et je me suis laissé aller. Quand j’ai retrouvé mes esprits quelques instants après, Julie était debout, juste à côté de moi, en train de me regarder fixement. Elle m’a souri. J’avais lui rendre son sourire, mais l’homme qui était en moi a fait plusieurs va-et-vient assez intenses qui m’ont un peu surpris. Il est ensuite sorti de moi d’un coup. Je me suis senti à la fois frustré et soulagé.

Cette sensation n’a duré que quelques secondes puisque Laurent est venu devant moi. Il m’a relevé les jambes et a appuyé pour que mes genoux se rapprochent de mon torse. Là, il m’a pénétré d’un trait, m’arrachant un petit cri. Il m’a sodomisé assez fortement, j’ai d’ailleurs dû lui demander de remettre du gel. Je le regardais dans les yeux, comme pour me sentir encore plus possédé par lui. Je ne me suis aperçu qu’au bout de quelques minutes que Julie n’était plus à côté de moi. Elle était à côté du plus vieux, qui la regardait sans gêne. J’ai alors eu une seconde vague de plaisir, encore plus intense et plus longue que la première. Je ne sais pas si c’était dû au fait de me faire sodomiser comme j’aime ou si c’était parce que je voyais ma femme impudique, mais le mélange des deux était assez puissant. Cette fois, quand j’ai rouvert les yeux, j’ai demandé à Laurent d’arrêter. C’était assez douloureux. Il m’a tout de même trois ou quatre fois assez intensément avant de s’enlever, comme s’il voulait me montrer que c’était lui qui dominait.

Je suis resté allongé, je me sentais à bout de force. Là, un mec s’est approché de moi en se branlant. Il m’a éjaculé dessus dans un râle de plaisir, j’en avais sur tout le corps. Deux autres sont ensuite venus en même temps et m’ont arrosé de sperme eux aussi. J’en avais surtout sur le torse et un peu sur le visage. Un quatrième les a ensuite imités. C’était assez étrange de me faire éjaculer dessus allongé. Je me sentais vraiment comme un objet. Le dernier, le plus âgé, m’a dit de me mettre à genoux. Son éjaculation était la moins abondante. J’ai seulement reçu un peu de sperme sur la joue.

Je pensais que la suite allait se dérouler comme d’habitude, à savoir qu’ils allaient me pisser dessus dans la baignoire, mais Laurent m’a lancé :

  - Allez, va te laver et préviens-nous quand tu as fini.

En me dirigeant vers la salle de bain, j’ai réalisé que j’allais laisser ma femme seule au milieu de tous ces hommes, alors qu’elle ne portait qu’un string et des baskets... Cette pensée m’a fait bander. Je me suis lavé rapidement, puis je suis retourné dans la chambre, tout juste sec.

Le propriétaire des lieux a dit :

  - Tu as été vite. Tu as rincé la baignoire ?

  - Euh... Oui, pourquoi ?

  - Ok, va t’asseoir dedans et ferme le clapet.

J’ai ouvert la marche, tout le monde m’a suivi. Je me suis installé dans la baignoire, sauf que j’ai été très surpris quand Julie m’a dit :

  - Tu me fais un peu de place ?

Elle était en train de retirer ses chaussures. Je suis resté sans réaction, je ne m’attendais absolument pas à ça. Elle a retiré son string, dévoilant par la même occasion sa petite chatte à tous les hommes debout devant elle. Elle a mis un pied dans la baignoire en me disant :

  - Tu te pousses ?

Nous étions tous les deux assis en tailleur, nus, devant cinq mecs qui avaient la queue à la main. Je l’ai regardée, cherchant une réaction de sa part. Pour seule réponse, elle m’a fait un petit sourire coquin. Elle a ensuite lancé :

  - Allez-y, c’est bon !

Elle était loin d’être la fille timide que j’avais connu au début de notre relation. Là, un premier mec a commencé à nous pisser dessus. Il s’est beaucoup attardé sur les seins de ma femme. Elle a poussé un soupir de plaisir. Le second, lui, a dirigé son jet vers nos visages à tour de rôle. Ma chérie avait les cheveux mouillés. C’était terriblement excitant, bien plus que d’habitude quand je suis seul. J’ai remarqué que les deux premiers qui avaient fini nous regardaient (ou plutôt regardaient Julie) en se branlant lentement.

Le troisième a eu un peu de mal. En attendant, j’ai caressé le ventre et les seins humides de ma femme, c’était incroyable. Elle a tourné la tête vers moi et nous nous sommes embrassés langoureusement. C’est alors que nos deux langues se mêlaient que l’homme a enfin réussi à pisser. Il a visé nos visages. J’ai alors fermé la bouche et arrêté d’embrasser ma chérie, mais elle avait visiblement envie de continuer. Nous nous sommes roulés des pelles alors qu’un homme nous pissait dessus, c’était énorme ! Le goût de la bouche de Julie n’était plus le même. Je crois qu’elle a avalé une ou deux petites gorgées. Elle était décidément surprenante. Le quatrième mec s’est soulagé uniquement sur nos corps. Nous avons alors arrêté de nous embrasser.

Après quelques secondes de silence, Laurent a invité ses amis à partir. Tous nous ont remercié et nous ont salué chaleureusement.

Seuls dans la salle de bain, j’ai demandé à ma femme :

  - Comment est-ce que...

  - Je leur ai demandé s’ils étaient d’accord !

  - Quand ça ?

  - Bin... Pendant que tu... t’amusais avec eux... D’ailleurs, tu as l’air de bien t’amuser !

  - Oui...

J’étais très excité, surtout que je n’avais toujours pas joui (si ce n’est pendant la sodomie, mais ce n’est pas tout à fait pareil). Je n’ai pas pu résister à l’envie de caresser son corps tout mouillé. Nous nous sommes embrassés à nouveau, puis je lui ai léché les tétons. J’étais comme envouté par le goût, l’odeur et le contexte. J’ai passé ma langue partout sur ses seins et son ventre. J’étais presque dans un état second. J’ai approché mes doigts de son sexe mais elle m’a repoussé. Je lui ai demandé de se mettre presque allongée, perpendiculaire à moi. Ses pieds trempaient dans la pisse. J’ai pris son pied droit et je l’ai léché du talon jusqu’aux orteils. Plusieurs fois, elle a trempé son pied dans la pisse avant de me le faire lécher. Ça m’excitait énormément, ma queue était dure comme jamais.

Soudain, Laurent est entré dans la salle de bain. Il nous a regardé, les yeux écarquillés. Il faut dire qu’il ne devait pas s’attendre à me voir en train de sucer les orteils, couverts de pisse, de ma femme. Passée la surprise, il a dit :

  - Excusez-moi, je vous laisse.

  - Non, attends !

Je me demandais ce que Julie nous réservait encore. Elle a rajouté :

 - Tu venais faire quoi ?

  - Eh bien, me laver vite fait au lavabo.

  - Reste ! Et puis, on est chez toi, non ?

  - Oui, enfin...

J’ai arrêté de lécher les pieds de ma femme. Elle avait un air coquin, elle semblait avoir une idée derrière la tête. Après quelques secondes, et alors que Laurent se lavait sommairement, elle lui a demandé :

  - Tu n’aimes pas ça toi ?

  - De quoi ?

  - Ben... ce qu’on vient de faire.

  - Ah... Euh, disons que je préfère regarder...

  - Dommage.

  - Une prochaine fois peut-être !

Elle avait encore envie de s’amuser un peu, mais notre hôte n’était donc pas très partant. Quand il en a terminé dans la salle de bain, il nous a demandé d’être prêt assez rapidement si possible, puis il est sorti de la pièce. Nous avons donc pris une douche rapide, puis nous l’avons rejoint dans la grande pièce. Nous étions habillés tous les trois. Nous n’avons pas discuté longtemps puisqu’il était déjà presque 17 heures et qu’il devait repartir.

Dans la voiture, Julie semblait assez joyeuse. Nous avons discuté très ouvertement de notre après-midi. Elle m’a dit avoir beaucoup aimé me voir servir d’objet sexuel à ce groupe d’hommes. Je lui ai dit avoir adoré la voir s’exhiber devant eux. Elle aussi avait pris du plaisir à se sentir désirée. Elle aurait aimé pouvoir participer un peu plus. Surtout, nous avions adoré tous les deux la fin, dans la salle de bain. Nous aurions simplement aimé que ça dure un peu plus longtemps. Quand nous sommes rentrés, nous avons fait l’amour plusieurs fois, tous deux très excités par ce que nous venions de faire.

Malheureusement, quelques jours plus tard, Laurent m’a envoyé un SMS pour me dire qu’il arrêtait tout, sa femme avait découvert son appartement secret...

Diffuse en direct !
Regarder son live