Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 817 fois
  • 50 J'aime
  • 1 Commentaire

Le soumis de Sarah

Chapitre 5

SM / Fétichisme

Comme ma maitresse me l’a demandé, je m’applique à lui faire un cunni. Sarah est vraiment assise sur mon visage, me laissant difficilement respirer. Sa chatte est très vite pleine de mouille que je m’applique à lécher, sur ses lèvres, son clito et surtout à entrer ma langue le plus possible dans son vagin pour lécher et récupérer son jus intime. J’ai vite compris que Sarah aime quand j’entre ma langue dans son sexe humide. J’adore lui faire des cunnis. Je fais de mon mieux, je suis obligé parfois d’être en apnée. Sarah joue avec ses lèvres intimes sur ma bouche, elle s’appuie, parfois se soulève un peu, se frotte sur mon visage. Je sens que ma maitresse veut résister à l’orgasme pour m’obliger à m’occuper d’elle longtemps. J’ai le visage trempée de cyprine, je suis obligé d’en avaler régulièrement tellement ma maitresse mouille.


— Fais-moi jouir salop, je veux que tu me fasses gicler de plaisir sur ton visage. Je vois que ça te fait bander de me bouffer la chatte, tu es vraiment fait pour ça. De toute façon ce n’est pas avec ta trompe qui bande mou que tu vas me faire jouir.



Ne me laissant pas répondre, Sarah prend mon sexe en main et me branle lentement pendant que je continue le cunni. Je bande très très dur rapidement mais Sarah ne me décalotte pas volontairement. Elle joue avec le bout de mon prépuce trop long, je sens que cela va être une de ses façons préférées de m’humilier et de jouer. Mes gémissements sont étouffés par sa chatte. Je sens l’orgasme de ma maitresse monter, elle s’agite, gémis très fort et m’insulte encore plus. Puis d’un coup son corps se contracte et elle lâche un gros jet de cyprine sur mon visage et me remplis la bouche, m’obligeant à avaler son plaisir. Dans le même temps sa main serre mon gland assez fort, la douleur me fait débander très vite et accentue ma frustration.


— Tu es vraiment un bon lécheur de chatte et j’aime le fait que tu avale mes jets de cyprine sans te plaindre.

— Merci maitresse, c’est un honneur de vous donner du plaisir.

— Ta bite qui ramolli dès que je te fais mal, j’adore ça. Tu as l’air ridicule avec une queue épaisse mais toute molle, pendante et baveuse… D’ailleurs reste allongé, j’ai une idée.



Ma maitresse se lève, referme les deux boutons de son body qui cache l’accès à son sexe et s’en va vers le dressing. Sarah revient avec une pince à linge en bois. Sans me prévenir de son intention, elle attrape mon sexe, tire un peu sur le bout de mon prépuce qui dépasse largement du gland et pose la pince à linge au bout du prépuce pour « fermer » mon sexe. Je ne peux retenir un râle de douleur, mais au bout de quelques secondes et quand ma maitresse repose ma queue molle, c’est largement supportable.


— Voilà comme ça tu ne baveras pas partout.

— Oui maitresse.

— Allez debout, il est midi, on va manger. Le repas est déjà prêt. Je l’ai préparée hier soir.

— D’accord, merci maitresse.



Je me lève du canapé et je comprends à ce moment-là que la pince à linge va me faire mal à chaque déplacement, chaque mouvement de mon sexe. Je me sens tellement ridicule et humilier d’être ainsi devant cette belle femme. Bien que cela m’excite, lorsque mon pénis commence à durcir, la douleur de la pince me fait débander instantanément. Le sourire moqueur de ma maitresse montre que c’est clairement le but recherché.


Nous nous installons à table, Sarah avait préparé une salade suffisamment abondante pour nous deux. Le repas se déroule normalement, nous parlons de choses et d’autres. Tout serait normal si je n’étais pas nu, le prépuce fermé par une pince à linge, mon sexe large mais tout mou entre mes jambes. Pendant que Sarah porte magnifiquement son body qui fait presque déborder son 90E. J’essaie de rester concentré et de ne pas trop la mater pendant le repas.


A la fin du repas ma maitresse me demande de débarrasser et faire la vaisselle pendant qu’elle va se reposer devant la tv. Mais quand j’arrive au salon pour rejoindre ma maitresse j’ai la surprise de voir quelle à sortie 6 paires de chaussures.


— Il me reste 45 min à regarder dans mon film. Pendant ce temps tu vas te mettre assis par terre et tu vas nettoyer mes chaussures avec ta bouche et ta langue. Je veux que ça brille et que tu fasses les 6 paires.

— C’est compris maitresse, merci de me faire cette honneur.

— C’est un test, applique toi bien. SI tu me déçois je te promets que la cravache de ce matin ce sera soft à côté de la punition que tu auras. Mais si tu fais ça bien tu seras très largement récompensé.

— Je comprends, je vais faire de mon mieux.

— Avant, approche-toi de moi.



Sarah caresse doucement mon pénis du bout de ses doigts, je veux bander mais la pince me fait mal. Elle la retire doucement, la libération me fait du bien. Mon gland est très baveux, un filet de pré sperme commence tout de suite à gouter par le bout de mon prépuce.


— Revoilà la petite trompe baveuse, j’ai jamais un mec coulé autant du gland. Voyons ton gros gland décalotté…


Joignant le geste à la parole ma maitresse me décalotte doucement. Ma queue durcis rapidement, Sarah me masturbe un peu, trop lentement à mon gout mais elle le fait surement exprès. Elle passe son doigt sur mon gland qui est gonflé au maximum par l’excitation. La belle blonde me taquine, joue avec ses doigts le long de ma hampe, elle sert un peu mon gland pour le faire gonfler encore plus, me branle, joue avec mon prépuce quel passe et repasse sur mon gland. Je ne peux me retenir de gémir.


— Interdiction de jouir, couille molle. Je veux juste te voir bander à fond, montre-moi que ta bite ridicule peut être belle et dure. Heureusement que tu as un très gros gland parce que le reste ce n’est pas trop gros et surtout pas très long.

— Je sais, j’ai honte de ma bite.



Sarah plante ses ongles dans ma hampe sans avertissement.


— AAHHHH.

— Oh ba alors bite molle tu n’aimes pas mes ongles ?

— Si maitresse mais ça fait mal.

— Moi j’aime, donc tu vas devoir t’y habituer.



Et Sarah recommence, ses faux ongles rouges se plantent dans mon gland trempé de pré sperme. J’ai mal, ma bite ramolli tout de suite mais ma maitresse me masturbe à nouveau pour me faire rebander. Je sens le plaisir monter en moi, je suis excité depuis le matin, je ne vais pas tenir longtemps. Ma maitresse s’en rend compte et lâche mon sexe.


— Allez va t’occuper de mes chaussures, il te reste 40min. Je veux te voir bander mais pas gicler et reste décalotté.

— Oui maitresse Sarah.



Pendant les 40 min qui suivent, je lèche et embrasse les différentes paires de chaussures qui sont devant moi. Des escarpins classiques en différentes couleurs, des talons compensés plus moderne, des chaussures d’été à hauts talons en liège… Je m’applique même si j’ai vite mal à la mâchoire, j’essaie de ne pas le montrer, je ne me plains pas. C’est un plaisir de m’occuper des chaussures de cette superbe femme. Les chaussures sont propres, elles sentent bon, je comprends que c’est vraiment un test pour voir si je tiens sans me plaindre. Je suis excité par la situation, mon pénis reste dur et décalotté, j’ai mal à la bite à force de bander. Sarah fais semblant de m’ignorer et regarder son film mais je sais quelle surveille. Le film se termine, Sarah éteint la tv.


— Bien, je suis très fière de toi, tu as tenu sans te plaindre et sans arrêter. Mes chaussures ont l’air propre, pas trop de salive dessus. Lève-toi et approche-toi pour ta récompense.

— Merci maitresse.



Je me mets debout devant ma maitresse. Sarah se penche et pose sa bouche pulpeuse sur mon gland, je n’y crois pas, elle tète mon gland dont une goutte de pré sperme s’échappe encore. Puis ma maitresse joue avec sa langue sur mon gland, sur mon mea, elle joue à me recalotter puis à glisser sans langue dans mon prépuce. Jamais je n’ai connu ça, la sensation est folle, sa langue qui lèche le gland tout en étant dans mon prépuce. Cela fait 2 min qu’elle me lèche le gland, doucement, puis par petit coups de langue rapide parfois. Uniquement le gland, elle ne va pas plus loin sur mon pénis qui me fait mal tellement je suis dur. Le sperme monte et je ne peux pas résister.


— Maitresse je vais éjaculer, c’est trop bon je ne tiens plus.



Sarah recalotte mon gland au maximum et ne me touche plus, me frustrant un peu mais je gicle quand même. Le sperme ne pouvant pas sortir en jet à cause de mon prépuce trop long, il coule lentement par terre. J’ai l’air ridicule, je dois être rouge de honte mais l’éjaculation me soulage énormément et mentalement c’est une puissante jouissance.


— Va y mon soumis vide tes couilles entièrement, regarde comme tu coules, tu ne gicle pas, tu coules. Allez va prendre une douche, je veux que tu sois parfaitement propre. Et tu remets ton boxer. Il te reste 2h avec moi et j’ai prévu une surprise, une invitée. Ne t’inquiète pas c’est une amie dominatrice.

— Euh d’accord, ce n’était pas prévu madame. Mais je vous fais confiance, je vais prendre ma douche.



Je recois un fort coup de pied dans les couilles qui me plie en deux.


— Il me semble que je t’ai fait jouir, que j’ai même léché ton gland et tu ne dis même pas merci !

— Je vous demande pardon maitresse. Je vous remercie énormément pour cette récompense que vous m’avez faite. C’était génial.

— C’est bien, mais tu m’a énervez quand même. Allez dégage à la douche. Tu as 20 min pour être propre et revenir ici attendre à genoux.



Je reçois un nouveau coup de pieds dans mon sexe qui a débandé et recommence à pendre mollement. Je me tais et je vais me doucher…

Diffuse en direct !
Regarder son live