Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 084 fois
  • 140 J'aime
  • 8 Commentaires

La soumission de Nathalie

Chapitre 2

Erotique

La soumission de Nathalie

Chapitre 2


Romain, mon compagnon étant un féru de sport, il y consacre souvent une grande partie de nos week-ends. Pour ma part, en ce samedi, j’ai décidé de faire du shopping avec Sarah et j’ai jeté mon dévolu sur les boutiques de lingerie. Mon amie est aux anges de pouvoir m’accompagner, en particulier quand je lui demande son avis lors des essayages.

Je sais que je lui plais et j’en abuse un peu ! Surtout quand je lui demande ce qu’elle pense des dessous ultras sexy que j’essaie. Ce n’est pas chic de ma part de l’allumer, mais j’éprouve l’irrésistible besoin de charmer, même si ce n’est pas elle que j’ai pour cible, mais mon nouveau chef.


Sarah est un peu rouge de visage, et bégaie quand, en ajustant ma bretelle de soutien-gorge, elle me demande:


— dis-moi Nathalie, est-ce pour Romain que tu souhaites acheter tous ces sous-vêtements ?

— Non, pas vraiment, c’est juste pour moi, pour me sentir bien.

— Je ne te crois pas du tout ma chérie ! Y aurait-il un autre homme dans ta vie ?

— Euh...

— Tu veux bien m’en parler ?


C’est dans un bar du centre-ville et devant un chocolat chaud que je lui parle de James, mon chef de service à qui je veux plaire, car il me fait craquer tellement il est séduisant. Mon amie m’écoute avec attention, mais je décèle une pointe d’amertume dans sa voix quand elle me félicite d’être dotée de tant de charme.


Elle-même en a du charme, mais elle manque de confiance en elle. Son problème est qu’elle a tendance à se dévaloriser sans arrêt. Pour la décrire sommairement, Sarah est assurément une belle femme, elle a le cheveu noir coupé court, la peau naturellement hâlée de par ses origines ibériques et est dotée d’un physique de rêve. S’il fallait lui trouver un défaut anatomique, ce pourrait être son nez, qui est légèrement aquilin, mais est-ce réellement un défaut ?


Une fois seule à la maison, je ne peux m’empêcher de sauter sur mon gode chéri pour me soulager de la tension sexuelle accumulée lors de cette journée shopping.


Le dimanche.

Rien de particulier à signaler, hormis que je profite d’être seule durant une bonne partie de la journée pour me faire plaisir avec mon gode, et ce, à deux reprises. Humm comme c’est bon ! Cet amant en caoutchouc est vraiment très efficace pour me combler.


Dès le lundi au bureau, je m’évertue à attirer l’attention de James. Mais lui ne m’accorde pas même un regard. Visiblement, mon manageur s’intéresse davantage à Stéphanie, ma collègue (et surtout ma concurrente) de travail. Je suis déçue et vexée quand je rentre à la maison. Je suis même tellement énervée que c’est mon compagnon qui trinque ! Romain, qui d’ordinaire sait être si patient avec mes sautes d’humeur, finit même par en être agacé.

Je lui demande de me pardonner et lui explique qu’au travail, j’ai un nouveau chef qui me paraît être un bêcheur, voire même être très imbu de sa personne. Bien entendu, je me garde bien de lui avouer mon attirance pour celui que je suis en train de dénigrer.

Avec toute la tendresse qui le caractérise, Romain me propose un massage coquin afin de me détendre. Prenant conscience de mon mauvais comportement envers lui, j’accepte de confier mon corps à ses mains expertes.


Après m’être mise nue, je m’allonge à plat ventre sur le lit, je ferme les yeux et m’abandonne, alors qu’il me pétrit les muscles dorsaux avec fermeté. J’avoue que ça me fait du bien et Romain le perçoit, car son massage se transforme progressivement en douces caresses. Je le laisse totalement faire, surtout quand il me saisit par les hanches et me demande de me tourner sur le dos, car je sais que c’est pour plonger sa tête entre mes cuisses, afin de me brouter la chatte avec avidité !


L’agilité de sa langue sur mon petit bouton ou dans mon intimité me fait vibrer de bonheur. Progressivement, toute ma frustration du jour s’évacue, pour laisser place à un déferlement de vagues de plaisir.

Et surtout, à un bel orgasme en guise de bouquet final !

Bien entendu, mon compagnon s’enorgueillit du plaisir intense que je viens de vivre. Je ne souhaite pas éteindre sa fierté en lui avouant que je m’imaginais être dans les mains du beau James.

--o--


Le jour suivant, je choisis de porter une jupe courte et des jolis collants, ornés de motifs en arabesque, qui mettent mes jambes en valeur. Je veux mettre le paquet pour séduire ce nouveau chef. À peine arrivé, ce dernier me demande de passer à son bureau ; et c’est d’un ton glacial qu’il me demande où en est le "dossier Martin" que j’ai en charge. Comme je bredouille que ce dossier client n’est pas finalisé, il ajoute, toujours avec une grande froideur, qu’il attend que je lui fasse une présentation complète dès ce vendredi.

Là, je flippe un peu, car je vais avoir beaucoup de travail pour collecter et synthétiser les informations nécessaires. Et surtout, en faire une présentation convenable. Il est très important que je puisse l’impressionner en lui montrant tout mon professionnalisme.


Mercredi.

James est charmant quand il vient me saluer le matin, mais me signifie en quelques mots qu’il ne souhaite pas me perturber dans mon travail ; me promettant de revenir en début d’après-midi, afin que je le briefe sur mon activité et sur les différents dossiers que j’ai en charge...

En mon for intérieur, je suis persuadée qu’il n’ignore rien de ma mission, mais je me fais une joie de l’opportunité que j’ai d’être enfin seule avec lui.


Je reprends confiance en ce début d’après-midi et juste avant qu’il n’arrive, je déboutonne mon chemisier, cela afin d’attirer son regard sur mon décolleté. Ça tombe bien, car ce matin, j’ai choisi un soutif très sexy, un noir, qui contraste avec ma peau laiteuse. De plus, ce soutien-gorge, tout en dentelle, met bien en valeur le galbe de mes seins. Je suis totalement confiante de l’effet que ma poitrine va avoir sur ce mec !


Grosse erreur ! James ne semble pas du tout être intéressé par mes nichons, tout juste un coup d’œil de temps en temps. Et encore ! C’est seulement quand je me penche ostensiblement vers lui !


Mais putain de merde ! Non seulement je ne suis pas arrivée à mes fins, mais en plus, j’ai pris du retard dans mon travail à cause de lui !

De fait, je suis obligée de rester au bureau bien au-delà de mon horaire habituel. Même Romain s’en inquiète, car il m’appelle à la nuit tombée. Je le rassure et rentre à la maison un peu frustrée de ma journée.


Le jeudi.

J’ai mis un pantalon moulant en jean et dès que James est dans les parages, je multiplie les postures "innocemment" provocatrices pour attirer son attention sur mon fessier rebondi. Par exemple, en gardant les jambes tendues, quand je me baisse pour ramasser mon stylo "malencontreusement" tombé par terre. Effectivement, il lui arrive quand même de regarder mon cul, mais je remarque surtout qu’il grimace d’une moue dédaigneuse.

Je finis par me demander si ce type ne serait pas gay, ça pourrait expliquer son comportement, si indifférent aux multiples efforts que je déploie pour le séduire !


L’après-midi du jeudi, je ne le vois pas du tout, car il s’est enfermé dans son bureau avec Stéphanie. Quand je croise ma collègue en fin de journée, la pauvre tire une sale gueule. Nul doute que James a dû l’engueuler pour ses résultats annuels plutôt moyens. Bien fait pour elle !

Et une nouvelle fois, je travaille tard pour peaufiner la synthèse du dossier Martin que je dois présenter demain.


Le soir, au lit, je suis tellement crevée, que je convaincs Romain que je suis incapable de faire l’amour ; alors que lui, le pauvre biquet, en a très envie !

Je lui propose, en revanche, de le satisfaire en le masturbant. Et sa petite bite, qui tient aisément dans ma main, ne tarde pas à gicler sur son ventre.


Vendredi ! C’est le grand jour !

Je dois passer mon oral sur le dossier de l’entreprise Martin, un de nos gros clients. James en arrivant ce matin m’a fait un grand sourire. Il faut dire que j’ai soigné ma tenue et me suis "déguisée" en femme d’affaires, en business-woman, comme disent les anglophiles.


J’ai choisi un tailleur gris clair, des bas noirs en soie tenus par un très joli porte-jarretelles, des escarpins à hauts talons, un chemisier blanc laissant légèrement transparaitre mon soutien-gorge.

Je me suis coiffée en faisant un chignon plutôt élaboré. Comme bijoux, je me suis parée uniquement d’un collier de perles avec des boucles d’oreilles assorties.

Je crois que j’ai marqué un point en m’habillant ainsi. Après tout, c’est peut-être ce qu’il attend de son personnel, une tenue correcte !


Je relis une dernière fois ma présentation pour bien m’en imprégner, et surtout pour maîtriser mon laïus ; puis referme mon ordinateur portable, que je serre contre moi, avant d’aller toquer à la porte de son bureau. J’avoue que j’ai quand même un peu la trouille d’être déstabilisée, s’il devait me poser des questions chiantes.


Pas de réponse, je toque à nouveau, mais un peu plus fort.


J’ai beau tendre l’oreille, je ne l’entends pas me demander d’entrer. J’ai un sursaut de surprise quand c’est lui qui vient m’ouvrir. À peine la porte refermée derrière moi, James m’attrape par les épaules, me plaque contre le mur, me saisit le menton, pose ses lèvres sur les miennes et envahit ma bouche de sa langue.

Je suis si surprise par ce qui arrive, que je mets un temps à répondre à ce baiser fougueux.


Je me cramponne à mon ordinateur comme si c’était un bouclier, alors que lui glisse sa main sous ma jupe, puis me fait écarter les cuisses pour venir fouiller mon entrejambe. Je sens nettement son doigt pénétrer mon vagin, alors qu’il continue de m’embrasser avec passion, en m’écrasant contre le mur.

Je réalise enfin ce qui se passe, et ose glisser une main entre nous, vers sa braguette en vérité. Mes doigts s’enroulent sur une belle verge, dure à souhait. Hélas ! Il ne me laisse pas palper son membre à travers son pantalon et préfère se détacher soudainement de moi, pour dire froidement :


— Bon ! Nathalie, je vous écoute ! Parlez-moi donc du "dossier Martin".

— Euh... Euh... Oui James...

— Appelez-moi désormais, "Monsieur James", et je veux que vous restiez debout, ici, devant mon bureau, pour me présenter votre travail !

— Euh, oui... bien, Monsieur James...


Son ton est autoritaire et je comprends qu’il me faut éviter de demander des explications quant à son comportement si surprenant. Il est bizarre ce mec ! Il a le don pour souffler le chaud et le froid !

Mais bon sang, comme il m’a troublée avec ce baiser sulfureux.


Alors que je commence ma présentation en bégayant d’émotion, James se place derrière moi. Il me trouble davantage en m’enserrant le cou de ses mains. Veut-il m’étrangler ?

Non ! Heureusement ! Il continue de me troubler en me caressant délicatement la nuque d’une main chaude. Il fait courir son autre main de haut en bas sur mon échine, puis s’attarde à flatter mes reins, puis mes fesses.

J’arrête de parler pour apprécier les douces caresses qu’il me prodigue, puis je glisse une main en arrière pour tenter de me saisir de son sexe, que je n’ai pu qu’effleurer précédemment.

Mais visiblement, ça ne lui plaît pas du tout, car il se recule vivement comme si j’avais la peste.

Deux claquements secs résonnent bruyamment dans la pièce. En effet, sa main s’est abattue avec violence sur chacune de mes fesses.


Ouah ! Ouille ! Que ça fait mal !

C’est la première fois que l’on me fait un truc comme ça, et je ne sais pas comment réagir. Malgré la douleur cuisante qui irradie mon fessier, j’ai plutôt apprécié la chose, sans bien comprendre pourquoi.


Il me grogne à l’oreille :


— Continue ton speech et ne t’avise pas de recommencer !


Sans même relever qu’il me tutoie pour la première fois, je reprends mon discours en ahanant ; alors que sa main glisse maintenant sur mon sillon fessier, puis s’insinue entre mes cuisses. Je ne réagis pas plus quand il soulève ma jupe, avant de baisser ma culotte jusqu’aux chevilles.

Je devrais protester, le gifler, hurler, mais non ! Je tremble sur mes jambes et lève un pied puis l’autre afin qu’il finisse de m’enlever cette pièce de lingerie qui m’entrave.


Il émet enfin un commentaire agréable, en disant:


— Humm, très joli porte-jarretelles ! J’apprécie également la soie de tes bas, c’est très bien ça, ma petite Nathalie !



La situation est incroyable ! J’ai le cul à l’air devant mon nouveau chef, alors que je lui présente du mieux possible un dossier client. Lui, maintenant, me fait pencher en avant, pour que je prenne appui sur son bureau. Il m’écarte les jambes, puis enfonce sans vergogne deux doigts dans ma chatte. Il fouille mon vagin trempé par l’excitation, soit en allant et venant, soit en pressant sur des zones sensibles de mon intimité dont j’ignorais totalement l’existence. Sa main libre virevolte sur mon ventre, sur mes seins, serre mon cou, pince mes tétons, caresse ma nuque ou titille mon clito. Il est partout à la fois ! Il faut que je me rende à l’évidence, James est un réel virtuose dans le domaine de la caresse.


Je ne sais plus quoi penser de cette situation horriblement délicieuse !

Mon corps est totalement sous son contrôle, quant à mon esprit, il est complètement déboussolé.

Veut-il me challenger professionnellement en me déstabilisant de cette façon, ou bien n’est-il qu’un atroce pervers qui cherche à m’humilier ? Mais peu m’importe pour le moment, car ... comme c’est agréable d’être à sa merci !


Je me force à me concentrer le plus possible pour dérouler ma présentation du dossier Martin. Tout en essayant de faire fi des doigts qui s’activent en moi ; mais malheureusement, il me branle si bien la chatte, que je finis par m’écrouler sur le bureau pour laisser éclater ma jouissance.

Je suis secouée par des spasmes de plaisir. Je me mords la main pour ne pas hurler mon orgasme, ou plutôt mes orgasmes ! Car il ne me laisse pas de répit et continue à me masturber en faisant tourner ses doigts dans mon vagin dégoulinant de liqueur.


Puis soudainement, il me plaque violemment le torse sur le bureau en m’appuyant avec force sur le dos ; alors que de l’autre main, il m’écarte les fesses pour enfoncer un doigt encore trempé de mouille dans mon anus. Là, je suis choquée et de plus, il me fait mal par cette intrusion que je juge des plus inappropriées, voire écœurantes !

Je me débats en protestant mollement, mais James n’est pas dupe, car il me dit d’un ton hargneux:


— tu crois que cette semaine, je n’ai pas remarqué ton manège pour m’allumer ! Il va falloir que tu assumes tes actes maintenant !


Il ajoute :


— par contre, je constate que tu es vierge du cul ! Il va falloir te préparer à me recevoir, car je veux pouvoir t’enculer à tout moment, compris ? Espèce de sale petite garce !


Et moi, au lieu de m’enfuir en criant au scandale ou de hurler au harcèlement, je hoche positivement la tête, lui confirmant ainsi que ma soumission lui sera totale.


Il tend ses doigts souillés devant ma bouche. Aussi, comprenant ce qu’il souhaite que je fasse, je m’applique à les suçoter pour les nettoyer. Je me régale avec celui au goût de mouille (il faut avouer que j’aime déguster ma cyprine), mais je n’aime pas du tout celui qui a sondé mon fondement.


Quoi qu’il en soit, je remarque que James fait une grimace de dépit, il semble désespéré par ma façon de sucer. Son regard méprisant est suffisamment explicite. Je dois absolument faire des progrès dans ce domaine. C’est vrai que je n’ai jamais aimé pratiquer la fellation ; et là, je viens de lui montrer mon incompétence, même s’il ne s’agit que de ses doigts.


Il ajoute, en tirant sur mon "ticket de métro" pubien:


— Et puis, c’est quoi cette petite touffe ridicule ? Tu vas laisser tes poils repousser ! Désormais, je veux que ta chatte soit naturelle et bien fournie, compris ?!

— Oui Monsieur James ! D’accord, Monsieur James !

— Allez, dégage maintenant !


Je suis toute confuse, et me sens atrocement humiliée, quand je retourne à mon bureau avec ma culotte en boule dans une main, mon ordinateur dans l’autre, et mes cuisses encore trempées de ma cyprine.


...


À la maison, et avant l’arrivée de Romain, je file dans la salle d’eau pour prendre une douche. Puis, nue devant le miroir, j’admire mon corps et ma peau laiteuse. Avec douceur, je glisse la main sur mon pubis et le caresse en repensant à ce que m’a demandé Monsieur James.

C’est décidé, dès à présent, je ne me rase plus les poils, même pas pour le "maillot" ! J’espère quand même que mon compagnon n’en sera pas déçu, lui qui aime tant me brouter la chatte.


Le soir, dans le lit, je prétexte un mal de tête suite à une journée compliquée au travail ; cela pour éviter que mon chéri ne m’importune à vouloir me sauter. En réalité, je mets longtemps à m’endormir, car je repasse en boucle dans ma tête, la séance torride de cet après-midi avec James.


Même si j’ai laissé ce mec jouer avec moi, même si j’ai trompé mon compagnon pour la première fois, je dois avouer que j’ai trouvé un plaisir nouveau et totalement insoupçonné ! Je suis impatiente d’être lundi pour retrouver ce beau mâle dominant...

Diffuse en direct !
Regarder son live