Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 921 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

La soumission du Roi Geoffrey

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Alors que Ned Stark menait la rébellion au coté de son ami de toujours, le futur roi Robert

Baratheon, une nuit d’été Ned Stark ivre s’égara avec la servante d’une taverne, sans même

penser à sa femme, Catelyn attendant patiemment son retour à Winterfell. A son retour

triomphant de guerre, Ned Stark, ne revint pas seul, mais accompagné d’un jeune nourrisson,

fruit de son infidélité et de sa tromperie auprès de son épouse. Catelyn, fit mine de pardonner,

mais elle se jura qu’elle n’oubliera pas. Les années passèrent, et elle donna naissance à deux

jeunes filles, Sansa et Aria. Sansa était d’une grande grâce, une déesse au sein des 7

Royaumes. Tout les hommes la courtisait, tous était à ses pieds, elle à qui sa mère lui avait

enseigné des choses différentes de celles que l’on enseigne aux jeunes filles de son âge, l’art

le plus noble qui soit, celui de la domination féminine, qu’elle perfectionna avec le temps.

Arriva le jour ou pour Sansa il était temps de quitter Winterfell, un grand destin l’attendait,

elle devait épouser, le fils du roi, le prince Geoffrey, elle quitta donc le château de Winterfell,

en compagnie de son père, et de sa jeune sœur, en direction de Port-Réal, capitale des 7

royaumes.

Les jours passèrent, la cérémonie du mariage arriva à grand pas, il allait alors être temps pour

Sansa de mettre ce qu’elle avait appris à l’œuvre. Le mariage fut célébré, et des lors il s’agit

pour les époux de le consommer. La cérémonie du coucher vient tout juste de se terminer, les

deux époux, se trouvant seul dans leur chambre.

Sansa regardant alors fixement Geoffrey :

— A poil !

— Quoi ?

-A poil je t’ai dis !

Hésitant Geoffrey ôta ses vêtements.

— Mets-toi à quatre pattes !

— Pourquoi faire ?

— Obéi et met toi à quatre pattes !

— D’accord.

— Maintenant tu feras tout ce que je te dis. Je serais ta maitresse. Tu me devras le respect et

m’appelleras Madame. Compris ?Geoffrey ne répondit pas.

-Reste ici, je vais chercher quelque chose qui vas te plaire.

Sansa revient avec une cravache, et la claqua deux fois sur les fesses de Geoffrey.

— Maintenant tu feras tout ce que je te dis. Je serais ta maitresse. Tu me devras le respect et

m’appelleras Madame. Ne me force pas à le répéter !

— Oui Madame.

— Voila qui est mieux.

Sansa se rapprochai peu à peu de Geoffrey, et une fois à sa hauteur lui dit :

-Ne trouves tu pas mes chaussures sales ? Il sera de bon ton que tu me les laves, ne croit tu

pas ?

— Oui Madame.

Geoffrey se leva, mais Sansa lui assona un nouveau coup de cravache.

-Ou crois tu aller comme sa ? Nettoie avec ta langue mon petit chien, ensuite tu t’occuperas

de mes pieds.

— Bien Madame.

— Aller à quatre pattes et au travail ! Faut que ça brille !

Geoffrey débuta le nettoyage des chaussures de sa Reine.

-A partir de maintenant, tu le feras chaque soir, et si tu manques à ton devoir, tu seras puni,

sache le !

Apres de longues minutes, Geoffrey s’arrêta.

-Enfin tu as fini, il était temps ! Mets-toi à genoux face à moi tout en regardant mes

chaussures. Retire les moi, et présente moi chacune d’elles afin que j’examine ton travail.

Geoffrey présenta la première chaussure à Sansa.

-Bien mon chien, je te félicite celle-ci est bien nettoyer, tu as fait du bon travail, passons à la

suivante maintenant.

Geoffrey présenta la seconde chaussure à sa Reine. Sansa gifla Geoffrey.

-Regarde moi cette tache ! Tu me déçois beaucoup, tu avais bien commencé avec la première

pourtant…

— Veuillez m’excuser Madame, laissez-moi recommencer.

Il reçut alors une nouvelle gifle.

-Un chien ne quémande pas ! Il attend qu’on lui dise quoi faire ! Tu vas bien sur recommencer

par contre !

Sansa cracha alors sur la partie mal nettoyée de la chaussure.-Lèche petit chien !

Geoffrey s’exécuta.

-Voila qui est mieux ! Maintenant tu jouiras que quand je le voudrais. Si tu jouis alors que je

ne l’ai pas voulu ma punition sera terrible, tu as bien compris ?

— Oui Madame.

Sansa se leva et commença à caresser les fesses de son chien, elle fit passer ses doigts de plus

en plus près de sa raie. Alors qu’un de ses doigts effleurait la rondelle, elle fessa Geoffrey.

-Tu ne bouge pas, tu dois accepter ce que je te fais, tu n’as pas le choix.

— Bien madame, je ferais ce que vous voulez.

Sans porta un de ses doigts à la bouche de Geoffrey, qui compris ce qu’il avait à faire et suça

le doigt, elle retira son doigt, et le fit entré dans l’anus de Geoffrey.

-Tu aimes me sentir en toi ?

— Oui Madame, j’adore cela.

— Bien dans ce cas poursuivons !

Sansa lui présenta alors trois de ses doigts que Geoffrey du lécher, pendant que sa Reine avait

introduit un deuxième dans son anus. Geoffrey failli s’étouffer de plaisir. Sansa retira les

doigts des orifices de son soumis.

-Nettoie moi ces deux la ils sont sals !

Apres quelques instants.

-Sa ira, reprenons ou nous étions.

Sansa introduit de nouveau deux doigts dans l’anus de Geoffrey, et après plusieurs vas et

viens décida d’introduire le troisième. Geoffrey cria de plaisir.

-Silence je ne veux pas t’entendre !

Sansa donna alors dix coups de cravache à Geoffrey.

-La prochaine fois, sa sera plus !

On toqua alors à la porte, et Aria la petite sœur de Sansa entra.

-Mais Sansa qu’est ce qui ce passe ici ?

— Viens ma petite Aria chérie, tu n’as rien n’à craindre. Avant de quitter Winterfell, mère m’a

donné une mission, transmettre ce qu’elle m’a apprit, et voila ta première leçon. Voici

Geoffrey, mon chien, il m’obéit au doigt et à l’œil. Geoffrey, vas donc honorer la sœur de ta

propriétaire !

— Bien Madame.

-Aria assis toi face à moi je t’en prie.Geoffrey déambula à quatre pattes face à Aria, et commença à lui lécher ses chaussures.

-Si tu trouves qu’il les a mal nettoyés n’hésite pas à le gifler, il sait ce qui l’attend lorsqu’il

échoue.

— Euh…d’accord.

— Ne t’inquiète pas, tu as cela en toi, moi aussi au début j’étais réticente, et maintenant me

voila avec mon propre chien, un jour viendra ou tu auras le tiens.

— Je pense que c’est bon.

— Quoi donc ?

— Mes chaussures.

— Chien, tu sais ce que tu dois faire.

Geoffrey se mis à genou et présenta tour à tour les chaussures à Aria.

-Alors petite sœur ?

— Oui elles sont propres.

— Bravo mon chien, tu ne ma pas déçu cette fois ci !

— Je ne vous décevrai plus Madame.

— Nous verrons bien cela. Tu es mon chien n’est ce pas ? Alors fait le chien, divertie nous !

Geoffrey se mit à quatre pattes et commença à aboyer.

-Bien mon chien promène toi dans la pièce, aboie, fait pendre ta langue, une fois que tu auras

fait le tour, tu viendras te mettre à quatre pattes, en montrant ta croupe à Mademoiselle Aria.

Geoffrey s’exécuta.

-Comment trouves tu mon chien petite sœur ?

— Bien dressé, et il fait très bien le chien qui plus est. Tu penses que si je lui lance des objets il

va les chercher ?

— Bien sur quelle question ! C’est un chien voyons !

— Dans ce cas.

Aria attrapa une pomme sur la table.

-Vas chercher le chien !

— Regarde comme il va vite pour aller chercher la balle. Aller ramène la balle maintenant,

c’est à notre tour de jouer ! En position, à quatre pattes, ouvre les fesses !

— Bien Madame.

— Aria, tu vas le sodomiser, et on vas travailler de telle sorte, jusqu’à ce qu’il puisse accueillir

notre main en lui, tu es d’accord ?- Bien sur.

— Bien, mets lui deux doigts dans la bouche, et quand tu les jugeras assez mouillés, tu les

inséreras dans son petit trou.

— Aller ouvre la bouche, j’ai quelque chose pour toi ! C’est agréable, il suce bien en plus !

— Tu as vu cela, je pense qu’on peut bien travailler avec lui !

— Je pense que c’est bon.

— Bien, dans ce cas tu vas enlever tes doigts et les mettre dans son trou.

— D’accord, comme cela ?

— Oui voila, tu vas faire des vas et viens doucement au départ, et après je te laisse gérer toute

seule.

— Des demain, il portera un plug anal quotidiennement, afin que son anus soit bien élargie

pour quand nous l’utiliserons, ce sera encore mieux comme sa.

— D’accord ma sœur, merci de me faire découvrir cela. Je commence à apprécier ce rôle de

dominatrice.

— Ce n’est pas un rôle, c’est ce que tu es, ce que je suis, ce que nous sommes, et avec le temps,

tu comprendras cela.

— Il aime ce que je lui fais ?

— Tu as entendu la question chien ?

— Oui Mademoiselle, j’adore ce que vous me faites, j’aime être votre chien.

— Aria, il se fait tard, tu devras aller te coucher, mais avant cela, nous allons laisser notre petit

chien jouir, il est raide depuis tout à l’heure, il l’a mérité. Retire-toi de son anus, fait lui

nettoyer tes doigts.

— D’accord Sansa, c’est fait.

— A genoux, tête baissée, et jouie, profites en bien, ce sera la dernière fois avant longtemps !

— Bien Mademoiselle.

Au bout de quelques instant Geoffrey fini par jouir.

-Déjà ? Et bien tu devais être terriblement excités mon beau, nettoie ta saleté, ne laisse pas le

sol comme ça !

— Bien Madame.

— Aller, debout, et portes Mademoiselle Aria jusqu’à la porte, n’oublies pas de la remercier

pour le plaisir qu’elle a eut l’honneur de te donner.

— Merci Mademoiselle Aria pour le plaisir que vous m’avez donné.

— Je t’en prie mon chien, dorénavant, des que je poncturais mes phrases par mon chien, tu

aboieras, si ta propriétaire est d’accord ?- Tu commences déjà à prendre des initiatives ? C’est bien je suis fière de toi, et j’accepte ton

idée.

— Ouaf ! Ouaf !

— Bon chien ! Demain je rapporterai une laisse pour ce gentil toutou ! A demain Sansa, et

merci.

— A demain Aria, j’espere que cela t’aura plus.

Sansa et Aria se retrouvent seuls.

-Tu vas dormir nu aux pieds du lit mon chien, mais avant cela, portes moi jusqu’au lit !

— Bien Mademoiselle.

— Bonne nuit mon chien, fait de beaux rêves…

Diffuse en direct !
Regarder son live