Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 628 fois
  • 40 J'aime
  • 1 Commentaire

sous ma coupe

Chapitre 1

Inceste

Comme de nombreux petits garçons, j’ai commencé très jeune à fantasmer sur ma mère. Qui pour ne rien arranger, se baladait constamment nue, lorsqu’elle était à la maison. Fils unique, je m’imaginais avec elle, portant des dessous sexy et dans diverses situations. Dont je connaissais l’existence en feuilletant les revues porno que mon père possédait à l’époque.


Plus tard au lycée, je me découvris un penchant pour le SM et bien sur les fantasmes sur ma mère en furent influencés. Un exemple :

Vêtue de bas couture et d’un porte-jarretelles noir, toujours sans culotte, et les mains sur la tête, elle devait m’attendre à mon retour de cours. Et dès que je passais la porte d’entrée, elle devait immédiatement se mettre à genoux et me faire une pipe dont elle seule avait le secret.


Puis après m’avoir servit un casse-croûte que je dégustais affalé sur le canapé . Elle devait s’installer dans le fauteuil d’en face, jambes écartées et se masturber en récitant un texte que j’avais spécialement préparé pour elle et qu’elle devait connaître par cœur :


« Quand ton père est absent, je suis ta pute, ton esclave ,une chienne en chaleur , une mère indigne et soumise qui aime se faire prendre par tous les trous. Tu peux tout me faire et j’accepte tout. Ordonne et j’obéirai..... . »


Après l’avoir complimenté sur sa récitation et bandant de plus belle , je lui ordonnais de m’apporter son collier de chienne ainsi qu’une petite cravache qui me permettait (après l’avoir mise à 4 pattes, sa laisse dans ma main),par petits coups sur les fesses ,de la guider à travers les couloirs de la maison . Ses talons claquants sur le carrelage, je l’entendais gémir. Mais lorsque je regardais sa fente, je constatais qu’elle mouillait comme une chienne.


-Déhanche toi salope ! Mieux que çà ! Ou je te mets le manche de la cravache dans le cul !

-Oui mon chéri..

-Clac! Clac! , Oui maître , je t’ai déjà dit de m’appeler maître, quand nous sommes seuls !

-Ouiii maître !!

-C’est mieux ! Avance grosse pute ,on va dans le bureau de papa .


Mon père avait en effet un grand bureau avec une moquette verte au sol, entouré d’armoires-bibliothèque .

En l’absence de papa ,j’aimais y amener ma mère pour mes jeux imaginaires ,ce qui augmentait mon excitation et la sienne. Et la moquette était bien pratique pour les genoux de maman.


Après l’avoir installé sur le bureau à 4 pattes je commençais l’inspection de tout ses orifices, ce qui avait pour effet de la faire mouiller encore plus .

Puis sortant ma trousse de mon cartable, je lui introduisais dans la fente ,un de mes stylo plume du lycée .

Elle gémissait à l’entrée du stylo et me traitait de tous les noms. Paroles que je lui faisais regretter à grand coup de cravache sur les fesses.

J’adorai ce jeu maître/esclave et elle aussi .

Puis je retirais le stylo de sa chatte et lui introduisais dans le cul :


-Tu te rend compte de ta situation, sale chienne?

-Oui maître

— Tu as honte?

-Oui maître

-Tu aime çà ?

-...........

-Clac ! Clac! lui cinglant les fesses , réponds salope , tu aimes çà ?

-Oui , Oui , j’aime être dominée, insultez moi, faite de moi ce que bon vous semble, maître !

— Ne t’inquiète pas grosse pute , tu va manger aujourd’hui  !


    Prenant cette fois un marqueur noir indélébile , je lui inscrivais sur les fesses des petites phrases du genre sac à bite ou gros cul de pute.


    Puis lui ordonnant de s’installer à l’ordinateur le stylo toujours dans son cul , nous jouions au jeu de la secrétaire vicieuse et du patron sadique.

Je m’installais dans le fauteuil d’à coté et après m’être allumé une cigarette, je lui dictais un texte qu’elle devait taper le plus vite possible( elle était secrétaire dans un cabinet comptable.

A la relecture, chaque faute d’orthographe, donnée lieu à une punition comme une gorge profonde ou une sodomie . Ou un gage qui devait avoir lieu en présence de papa qui bien sûr ignorait tout de nos ébats.( comme se branler devant moi à la cuisine, alors que mon père regardait le foot dans le salon, ou me taquiner le sexe sous la table avec son pied lorsque nous étions tous ensemble au souper.)


Le lendemain de ces jeux , de retour en salle de classe ,je me remémorais ces moments en reniflant mon stylo plume. Sur lequel les effluves de ma mère avaient laissé leur parfum.


A suivre :comment je suis arrivé à mes fins , à passer du fantasme à la réalité avec ma mère , la tenant ainsi sous ma coupe .

Diffuse en direct !
Regarder son live