Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 874 fois
  • 2 J'aime
  • 1 Commentaire

Sous Louis XV

Chapitre 1

Erotique

Les mœurs de l’époque. (Louis XV)


Marie dire M : Dis moi ce que tu cherchais dans mon lit quand tu m’as demandé de me mettre nue.

Louis dit L: Tu n’es pas cruche à ce point, je cherchais ton plaisir.

M: Je n’ai besoin de personne pour mon plaisir, Ma tendre nourrice m’a montré, il y a longtemps comment faire.

L:Et comment fais-tu ?

M : Comme toutes les filles.

L : C’est à dire ?

M : Comme pour toi.

L : J’ai une queue moi.

M : Et alors, je t’ai vue hier l’astiquer avec ardeur, puisque j’ai vu ta semence partir pour rien.

L : Tu l’aurais voulu ?

M: Dans le bouche oui, j’aime m’en nourrir.

L : Tu en a profité pour te caresser entres les jambes.

M : Pas seulement. Je me caresse aussi autour du petit trou. Je me prépare pour plus tard quand je je serais mariée et que j’aurais un amant comme toutes femmes normales du royaume.

L Il te manque l’habitude de lécher une queue.

M : Je comte bien sur la tienne, quand te voudras me la donner un jour dans les jardins de Versailles.

L : Tu la veux à ce point, je peux te la donner de suite : regarde, je bande.

M : Montre loi la queue, comment elle est, si elle me plaît, je te suce là où nous sommes.

L : Là tu es contente, tu la vois ?

M : Elle est pleine de veine. Ton gland est parfait, bien proportionné. C’est vrai qu’elle donne envide de la toucher et même plus. Je vais le lécher à peine.

L : Oui, lèche, comme ça. Qui t’appris à sucer si bien. Je vais jouir, tu me donne plein de plaisir. Je vais juter, te veux dans ta bouche ?

….................................

M : C’est bon, tu m’a donné la dose. Tu es plus salé que les autres. J’aime bien ta queue.

L: Je vais de caresser entre les cuisses. Tu me semble bien mouillée.

M: Pas plus que quand j’ai besoin de jouir.

L: Tu n’es pas vierge ?

M: A 18 Ans ? je serais retardatrice. Je crois que je me suis fait mettre quand j’avais 14 ou 15 ans: ils étaient deux, un devant l’autre m’a ouvert le cul : j’ai eu un peu mal. Mon confesseur regardait en se touchant la bite. Il m’a donné l’absolution après.

P: Un peu ?

M: Oui quand il est entré dans le petit trou.

P: Et après.

M: Il me la mise en entier : j’ai joui.

…........................... M soulève la robe lourde, s’appuie contre un meuble, ouvre un peu les jambes, écarte son bijou à deux main, y passe rapidement un doigt pour vérifier si elle est humide. Quand elle s’estime prête

M: Qu’est ce que tu attends pour venir baiser.

…..................... Venant ainsi, L débande un peu, il s’attendait à plus de résistance.

L: Touche moi un peu, fais moi bien bander.

M: Je te donne tout, le con, le cul pas encore la bouche. Mais bande bien, encore, je te veux dur dans mon cul.

L : Tant pis pour toi, tourne toi, ouvre tes fesses, encore, mieux que ça.

M: Je te donne mon trou plissé. Tiens pour que tu entre mieux je le mouille avec mes doigts que j’ai trempés devant. Je me branlerais en même temps, te veux ?

L : Penches toi un peu en avant, que tes seins ballottent.

M: Ne m’encules pas de suite. Je veux te sentir venir dans les fesses. Oui, comme ça, doucement : je te sens bien. C’est si c’est bon quand tu entre doucement. Oui, mets moi la toute. Enfonce toi au fond du cul.

L Tu sais bien te faire enculer. Tu es la meilleure.

M : Ne parles pas, encules moi à fond, bouge , je sens que tu gonfle : tu vas jouir, comme moi, je jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis.

L: C’est bon de jouir dans une femme qui jouit comme toi, salope. Ton mari se régalera.

M: Te n’y pense pas, je suis une femme sérieuse, je ne me ferais pas sodomiser par mon époux, Dieu m’en garde. Seuls mes amant pourront profiter de mes fesses, lui seul me baisera comme ça, vite fait pour jouir en vitesse en me laissant seule pour me contenter, ce que je fais souvent, même avec des amies proches du roi. S’il le sait il me voudra comme favorite. Il baise bien dit-on.

Diffuse en direct !
Regarder son live