Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 771 fois
  • 94 J'aime
  • 6 Commentaires

souvenirs d'afrique

Chapitre 1

Erotique

L’histoire remonte à quelques années. A l’époque, j’avais 35 ans et ma femme la trentaine. Nous avions déjà fait quelques petits jeux érotiques, notamment à plusieurs reprises. Sandra, lors de sorties en boite, avait accepté de danser avec d’autres hommes. Et là, j’avais pu apprécier la regarder danser et se laisser peu à peu draguer. A chaque fois, quand je voyais les mains de son cavalier glisser sur son corps et leurs bouches se coller, j’éprouvais toujours la même excitation. Et à chaque fois j’encourageais Sandra à aller encore un peu plus loin! Je la sentais hésitante, amusée par ma demande mais toujours avec ce brin de malice qui me confirmait que celà lui plaisait et qu’un jour elle oserait vraiment.

Sur ce, une nouvelle occasion professionnelle et voici que je me retrouve en Afrique pour un an. Pour mon travail, je me trouvais pas mal occupé mais Sandra n’avait pas grand chose à faire, seule dans la villa avec le boy qui lui faisait tout. Sa principale occupation c’était peu être de prendre la voiture et d’aller faire les courses avec le boy.Ou alors le week-end lorsque nous allions à la plage. Elle faisait bien aussi un peu de bronzing autour de la petite piscine que nous avions. C’est à cette occasion qu’elle me dit avoir senti que le boy l’observait. Je lui ai dit que c’était tout à fait normal qu’il regarde une jolie fille en petite tenue. Ça la faisait rire, je rajoutais qu’elle devrait peu être en profiter pour l’exciter un peu. Toujours en riant, elle me dit que j’étais fou!

Toujours est il qu’au bout de 2 ou 3 mois, le boy l’avait surprise plusieurs fois en tenue d’Ève! Et elle me disait cela sur un ton amusé voir même coquin!

Les choses auraient pu durer indéfiniment comme cela si un imprévu ne s’était pas passé. Un jour ou je suis revenu tôt pour récupérer des affaires pour mon travail. Sandra qui se trouvait en ce moment allongée sur une chaise en maillot m’a suivi dans l’appartement. Pendant que je fouillais le bureau, elle me dit aller prendre une douche, c’est nue qu’elle est revenue dans la pièce pour choisir une nouvelle tenue. Rien d’inhabituel pour le moment, mais c’est lorsqu’elle s’est retrouvée assise sur le lit, toujours nue et ses vêtements a coté, que la porte s’est ouverte sur le boy! Je pense qu’il s’est trouvé aussi surpris qu’elle, mais au lieu de refermer la porte , il restait là à la regarder et attendre je ne sais quoi!

je ne sais pas ce qui m’a pris à cet instant mais au lieu de lui dire de sortir, je lui ai dit:

— alors elle te plaît ta patronne?

Sentant qu’il allait faire demi tour, j’ai insisté:

— reste là! regarde la! elle te plaît? .... tu as envie de toucher?... tu peux!, va y touche!

Pendant que je disais ça, je voyais le regard de Sandra aller de l’ébahissement, à la crainte puis à une sorte d’excitation. j’ai fait un petit signe interrogatif et j’ai cru y lire une acceptation.

— Allez, avance, tu peux toucher!

Le boy s’est alors rapproché de ma femme , puis hésitant a tendu une main en avant.

— Touches!

Sa main s’est posée sur un sein de ma Sandra. Puis a commencé à le caresser.

— Tu aimes? elle est douce hein? n’hésites pas, tu peux aller plus loin!

Sa main a alors glissé vers son ventre. Puis s’est rapprochée de sa chatte parfaitement lisse. J’ai alors vu Sandra lui ouvrir les cuisses et se pencher en arrière. Là, j’étais sûr qu’elle était d’accord! et j’ai eu envie qu’ elle aille jusqu’au bout, qu’un autre homme enfin glisse son sexe en elle. Par chance, je savais que quelques capotes devaient traîner dans la salle de bain. je me suis empressé d’aller les prendre. Puis j’en ai tendu une au boy en lui disant:

— tiens! tu peux la prendre si tu veux!


Bon j’ai pas mal abrégé les paroles, je les ai aussi remisent dans un français un peu plus commun. Mais pour la première fois je voyais un autre homme glisser son sexe entre les cuisses de ma femme. Je peux vous dire que c’est follement excitant. Sandra , des les premiers va-et-vient a commencé à pousser des gémissements. Et j’ai vu cet homme, à l’approche hésitante , prendre enfin ma femme en main, ses coups de reins était de plus en plus sec, viril. Je voyais le corps de la belle vibrer, que dis je sursauter à chaque coup de buttoir. Et des petits cris sortir de sa bouche. Je suis pas mal monté ( j’ai un bon 18cm) mais la ma femme découvrait une queue d’une autre dimension, un bon 22! et je voyais bien la différence. Sans parler de tout le temps qu’il a mis à la pilonner! j’avais l’impression qu’il ne s’arrêterait jamais. Enfin quelques coups plus vigoureux me firent comprendre que le final arrivait. j’imaginais la capote se remplir , se remplir.... et la, il s’allongea sur Sandra. J’imaginais le repos du guerrier et discrètement, je sortis de la chambre pour me rendre follement troublé à mon travail.


Quand je rentais, vers les 19h, je trouvais Sandra assise dans le salon. Un grand regard illumina son visage quand elle me vit, j’entendais le boy travailler dans la cuisine. Son premier mot, merci! Le boy rentrant pour mettre la table, nous n’avons pas échangé un mot de plus sur le sujet. Ce n’est que plus tard, une fois seul que nous avons pu échanger nos sensations. Et heureusement Sandra m’avoua avoir adoré. je n’en demandais pas plus! et d’une petite voix hésitante, elle me demanda si j’étais d’accord pour qu’elle le refasse, je ne pouvais dire que oui! Mais elle ajouta :

— quand tu n’es pas là aussi?

— ... ( un peu hésitant quand même) ben oui, bien sur si tu en as envie!


Ce fut le début. Les jours passaient, moi j’allais travailler et pendant ce temps là Sandra occupait ses moments libre avec le boy. Elle me racontait le soir et réussissait à me transmettre le plaisir qu’elle avait eu.


Cela a duré presque 6 mois. jusqu’à notre retour. Un fois en France, elle a commencé à me donner un peu plus d’informations. C’est comme cela que j’ai appris qu’elle avait elle même emmené le boy pour un contrôle médical et un test sida. Il n’avait rien, donc fini les capotes. j’ai aussi appris qu’il lui avait proposé de visiter l’endroit ou il habitait. Et aussi l’endroit ou il sortait avec ses copains. Elle m’avoua aussi que , à la demande du boy, elle s’était déshabillée devant eux et s’était laissée toucher, un peu gênée, elle a reconnu même les avoir sucé.


Sandra n’était donc pas aussi sage et prude que je le pensais. De savoir qu’elle avait pris de l’initiative( même si ce n’était pas elle directement mais plutôt le boy qui l’avait téléguidé) m’excitait encore plus. Mais ce séjour en Afrique eu d’autres conséquences. Bien que depuis elle s’est élargie, vu le nombre d’hommes qu’elle a connu, il lui reste toujours une petite expérience pour les blacks.

Diffuse en direct !
Regarder son live