Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Fantasme
  • Lue 6 010 fois
  • 10 J'aime
  • 0 Commentaire

souvenirs de jeunesse !!

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Bonjour je suis Georges ; le mari d’Annie je voudrais vous raconter ; en grandes lignes ce qui a été notre vie-sexuelle

Lorsque j’avais douze, treize ans, j’avais une petite voisine qui s’appelait Michelle; un tout petit peu plus jeune que moi, ce n’était pas ma petite amie, mais nous nous aimions bien et puis ,j était le seul garçon a proximité ; et, lorsque l’un ou l’autre avais envie de jouer a touche pipi !nous nous retrouvions dans les jardins ,sous une "toile de tente" fabriquée a l’aide d une couverture, je lui enlevais sa petite culotte et elle me laissait toucher sa jeune chatte ; l’ouvrir avec mes doigts, mais sans les enfoncer, car, qu’est ce qu’il pouvait bien y avoir derrière les lèvres a peine formées ?? J en avais un peu peur ! Cette petite moule ornée d e quelques poils longs et frisés, je me souviens que je bandais, mais je n’osais pas aller plus loin; je prenais ses jeunes seins tout ronds qui me remplissaient bien la main, j’en ressens encore la douceur !!

Çà là faisait rire de me voir hésiter, car elle m’a avoué que des hommes mariés la baisait….

A peine croyable !! Et pourtant c’était vrai ….

Lorsque j ai eu quinze ans, en apprentissage au village voisin, je me suis trouvé une copine nous nous rencontrions entre midi et deux avec d’autres copains, le dimanche on se baladait, je l’embrassais sur les lèvres et lui caressait les seins, mais çà s arrêtait là, je la respectais…elle m’a laissé tomber au bout d un mois et demi !! !renseignement pris auprès de son amie : parce que je n’avais rien tenté avec elle!! J’en était sur le cul! Alors suite à cela je me suis juré que la prochaine qui me laisserait tomber se serait pour «outrages"!!

Aussi, lors des bals de campagne ou j’invitai une fille à danser, si à la deuxième danse elle se refusait à "coller" ou un petit baiser, je passais à une autre. Je ne dis pas que çà marchait à tous les coups, mais ça finissait souvent une main dans la culotte. Quel plaisir le lendemain au réveil, d’avoir encore l’odeur d une jeune chatte sur les doigts. Je repoussais au maximum le moment de me laver les mains. La première fille que j ai baisé, c’est debout dans une ruelle sombre, appuyée sur un mur une jambe levée, j ai peiné à trouver l’entrée de la chatte! Et j ai déchargé sur ses poils !mais comme j’avais de la ressource, j’ai quand même réussi. Ce n’était pas la gloire et tout çà sans capote….

Juste avant de partir au service militaire j’ai trouvé mon premier vrai amour, nous nous écrivions tous les jours…. mais j avais quand même trouvé une copine dans ma ville de garnison !!

A ma libération, toutes les deux commençaient à parler mariage! Alors je me suis enfui. Ce qui n’empêche que ce "premier amour" est venue me voir, quelques mois après, huit jours avant son mariage (elle était enceinte) avec une amie. Elle enterrait sa vie de jeune fille. Elle voulait que je la baise une dernière fois, ce qui fut fait aussitôt (dans une dauphine!).

C’est dans un petit bal que j ai rencontré celle qui allait devenir ma femme; un soir ou j’ai trouvé une fille pas farouche en dansant; j’avais passé une main sous son gilet et de là je me suis faufilé entre la taille de sa jupe; et comme elle ne protestait pas, bien au contraire, elle se frottait sur l’énorme bosse de mon pantalon j’ai introduit ma main sous l’élastique du slip; je caressait ses fesses à même la peau, mon doigt dans le sillon de son petit cul je lui caressait ses deux trous et tout çà au milieu des danseurs. À la fin de la danse je lui demande si elle veut me rejoindre dehors, elle me dit -Oui- je me suis réjouit, l’affaire est dans le sac.

Donc je sors et je l’attend pas longtemps. Elle est sortie mais accompagnée de sa mère qui la tenait par un bras en marchant à grandes enjambées. Mon petit pelotage n’était pas passé inaperçu.


J allait donc dormir sur la béquille. Je suis revenus dans la salle de bal et là j’ai remarqué une fille qui me fixait; je l’ai invitée à danser; et en parlant elle me demanda "ce que je trouvais à ce petit boudin avec lequel je dansais avant". Je n ai rien répondu, mais elle aussi avait remarqué. Je venais de trouver une fille agréable, belle petite blonde de beaux yeux bleus, un beau décolleté, et qui se laissait aller doucement sur moi; nos bouches se sont trouvées; ma main sous son bras je lui caressais un sein avec mon pouce elle me dit tu es le premier à me le faire à la première danse.

Je ne lui ai fait l’amour que deux mois après. Annie, c’est son nom, allait devenir ma femme deux ans plus tard

Je la prenais trois fois par jours et en plus je me masturbais en cachette. Cinq ans plus tard nous étions très amis avec nos voisins; un soir d’été nous avons pris un apéro prolongé bien gai nous avons fait une bataille de glaçons, les femmes se défendaient mollement les soutiens gorges et les petites culottes se laissaient écarter facilement!!

Cela s’est arrêté la, mais c’était très chaud: j ai eu un regard appuyé avec ma voisine.

Deux jours après je lui enlevais sa petite culotte je lui ai mangé et défoncé sa chatte brune. Cette liaison a duré deux ans jusqu’au jour ou tout a été découvert.

Moment terrible des aveux,nous avons beaucoup parlé avec Annie. Et déménagé finalement.

Annie avait toujours une rancœur envers moi et ma maîtresse car elle a découvert que cette voisine prenais un malin plaisir à coucher avec le mec de ses meilleures copines, alors, je lui ai proposé de coucher avec son mari. Après de longues discutions, finalement elle accepte. Annie lui téléphone pour lui donner un rendez vous dans la campagne, après un peu d’hésitations il dit oui, ma femme a accepté, à condition que je sois présent: par contre lui ne le savait pas.

L’après midi en question nous arrivons, il est déjà là paniqué lorsqu’il m’a vu. Annie s’est avancée à sa voiture pour tout lui expliquer, il était déjà au courant des frasques de sa femme et que je n’avait pas été le seul.

Nous sommes montés tous trois dans une voiture. Annie bien décidée, a retiré de suite sa petite culotte lui exposant son abricot blond, il lui a mis la main entre les cuisses, elle s’est allongée pour se faire lécher. j’ai eu un pincement au cœur de la voir s’offrir ainsi à un autre que moi et se laisser toucher son intimité pour la première fois, mais bizarrement je me suis mis à bander en les regardant faire les préliminaires. Cela a été un peu rapide, il a baissé son pantalon, une petite bitte est apparue, mais il bandait quand même bien. Il s’est allongé sur ma femme qui a guidé elle même la queue dans son vagin, il est très vite parti dans un grognement en lui remplissant la moule de foutre chaud

Il nous a laissés sans un mot, Annie avait encore la chatte à l’air d’où s’ écoulait le sperme de son premier amant. Je l’ai serrée très fort dans mes bras, on a beaucoup pleuré, je lui ai fait l’amour doucement et longtemps. Quelques temps après il l’a avoué a sa femme et je crois qu’ils se sont séparés,elle n’a pas supporté qu’il la trompe"surtout avec Annie".

Après ceci, lorsque nous faisions l’amour je lui parlais de mes phantasmes et elle des siens nous nous sommes lancés dans l’échangisme, tout doucement et puis nous étions bien complices. Nous nous sommes fait rapidement de nombreux bons copains, en couples

Je peux affirmer que j’ai baisé plus de cinq cent femmes différentes et de tous les pays frontaliers de France. Même une russe. Annie n’est pas en reste elle a reçu des kilomètres de queues et des litres de sperme dans sa petite chatte. Et même encore maintenant les petits jeunes ne sont pas les derniers à lui faire l’amour…

Mon record, je l’ai réalisé avec un couple très bons amis, ce soir là j’ai déchargé onze fois, de vingt trois heures à trois heures du matin, à la quatrième jouissance je déchargeais " à sec ". J’avais une douleur sourde aux couilles.

C’est avec ce même couple que j’ai eu ma première expérience bi, un soir ou les deux femmes se doigtaient et se léchaient, nous les regardions avec intérêt en buvant un verre, cela nous faisait bander et sourire

Elles ont levé la tête en nous demandant pourquoi nous rions: pourquoi n’en ferriez vous pas autant? Par défit nous nous sommes regardés, pourquoi pas?? Nous nous sommes allongés à coté d’elles, têtes bêches, j ai pris son membre dans ma main, il a fait de même avec le mien , nous nous sommes caressés la bite et les couilles sous l’œil intéressé de nos femmes, qui se sont assises la main à la chatte. j ai pris son gland dans la bouche; lui aussi mutuellement, et là j ai été surpris par la douceur satinée du gland qui contraste avec la raideur de la queue; je n’aurais jamais cru qu’une queue soit aussi bonne a lécher. Nous nous sommes sucés jusqu’à la jouissance, mais sans avaler. C est nos femmes qui se sont précipitée pour lécher nos bittes gluantes (depuis je me suis appris à apprécier le sperme et je n’hésite pas à nettoyer la moule d Annie sortant des bras d’un amant de passage.)

Puis les années passant Annie est devenue jalouse: elle ne supportait plus d entendre une femme crier sous mes coups de bitte, comme je n’était pas privé, je lui ai dit d’accord on continue le trio avec des hommes, moi j’aime trop te voir prendre du plaisir avec un "jouet" de passage - !!!!!

Diffuse en direct !
Regarder son live