Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 24 015 fois
  • 71 J'aime
  • 2 Commentaires

Du sperme à l'apéro

Chapitre 1

Trash

Du sperme à l’apéro


Je m’appelle Adeline, j’ai 22 ans et je suis une cochonne. Du moins, c’est ce que me dit souvent mon homme, Fred, avec qui j’ai découvert des plaisirs auxquels je n’aurai ni pensé ni osé avec mes précédents partenaires.

A sa demande, je vais vous livrer une de nos aventures palpitantes. Afin que vous puissiez visualiser ce récit dans les moindres détails, voici une brève description de notre couple : Fred fait 1m75 pour 75 kg, il est rasé de partout et est de douze ans plus mon aîné ; moi je suis brune aux cheveux mi longs, 1m65 pour 50 kg, une poitrine ferme de 85C et un joli petit cul rebondi.

La chose que je préfère dans nos parties de sexe, c’est d’avoir le goût du sperme dans la bouche. C’est pour cela que mon homme finit souvent par éjaculer sur ma langue et s’il ne le fait pas, je récupère un maximum de sa semence avec mes doigts pour en avaler le plus possible. J’en suis de plus en plus gourmande mais comme nous faisons très souvent l’amour, ses éjaculations ne sont pas toujours très fournies. Très souvent, nous faisons l’amour en regardant des vidéos sur le net, il nous est même arrivé de faire l’amour devant la webcam avec, en spectateur, un inconnu ou un couple qui nous mate ou nous dirige. C’est très excitant mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est voir ces vidéos où une femme à genou est entourée d’hommes prêts à l’arroser de foutre. Ils sont parfois très nombreux et cela m’excite d’autant plus, au grand bonheur de mon homme. Nous avons souvent abordé l’idée de réaliser ce fantasme mais sans y donner suite.

Fred est DJ et il part souvent les week end entier. Au mois de mai, les jours fériés s’enchaînant, il est parti quatre jours à suivre. Quatre jours au cours desquels nous nous sommes téléphoné et il m’a promis de recharger ses batteries pour me satisfaire au mieux. Moi, de mon côté, je lui ai promis un accueil des plus chaleureux à son retour.

Le jour J arriva.

Je m’étais soigneusement préparée : coiffure avec des couettes façon écolière, épilation intégrale, maquillage subtile, parfum et surtout, un petit ensemble très sexy composé d’une jupe écossaise ultra courte dévoilant la naissance de mes fesses et laissant entrevoir un string dentelle blanc, le tout couronné par une chemisette blanche semi transparente attachée d’un simple nœud sous ma poitrine libre et assez visible au travers du tissu. Mon look de Lolita aguicheuse allait lui plaire, j’en étais certaine.

Enfin, il est arrivé et en me voyant, il n’a pas pu résister à l’idée se jeter sur moi pour m’embrasser à pleine bouche et balader ses mains sur mon corps brûlant de désir si bien que le nœud de ma chemise était défait. Après quelques minutes d’échange de baisers, il me repoussa pour m’annoncer que 5 de ses confrères allaient passer ce soir et qu’ensemble, ils échangeraient quelques fichiers musicaux. Cela arrivait régulièrement que ses confrères passent pour ce genre d’échanges et comme ils étaient bien organisés, cela ne prenait pas plus d’une heure pendant laquelle je m’éclipsais dans la chambre pour bouquiner. Je ne connaissais même pas leurs prénoms, à peine leurs visages. Cependant, j’étais un peu déçue par cette annonce imprévue et lui répondit que nous avions tout juste le temps de faire l’amour avant leur arrivée. Aussitôt nos baisers ont repris et une de ses mains se glissa dans mon string déjà très humide. Il me plaqua contre un des murs du salon. Ses doigts s’agitaient dans mon vagin trempé tandis que son autre main malaxait mes tétons devenus durs. Je devenais folle de désir, j’avais envie de sa langue sur ma chatte donc je lui ai appuyé sur les épaules et le message a aussitôt été compris. C’est ainsi qu’il se retrouva à genou devant moi, il fit glisser mon string, il le renifla en me fixant puis le mit rapidement dans la poche. Sa langue vint se poser directement sur mon clitoris, il savait y faire pour me donner du plaisir. Il faisait entrer et sortir sa langue de mon vagin en alternance avec quelques visites sur mon bouton d’amour, je sentais mon plaisir monter et la jouissance arriva. Un orgasme rapide, un de ceux que l’on peut avoir quand on doit se dépêcher de faire l’amour, me fit plier les jambes et je me retrouvais au sol face à mon chéri qui m’embrassa. C’était un baiser aromatisé au goût de mon sexe comme j’aime en recevoir très souvent. Fred se releva, il fit tomber son bermuda et son boxer d’un coup, son membre dressé devant mon visage. Il sentait bon, je le pris en bouche directement en veillant à le faire glisser au plus profond de ma gorge. J’aime beaucoup ce qu’on appelle les « gorges profondes », c’est un jeu auquel je m’applique assez fréquemment. Cela me fait saliver énormément mais son plaisir n’en est que meilleur. J’avais envie qu’il me baise la bouche, je voulais son sperme, et je voulais qu’il y en ait plein. Je lui pris les mains et les posais sur mes couettes qu’il s’empressa de tirer et il commença à faire des va et vient dans ma bouche. Ma salive sortait tant de ma bouche que j’en avais jusque sur ma chemise, mes yeux pleuraient et je voyais mon maquillage couler dans le reflet d’un miroir mais j’étais terriblement excitée par cette position, prisonnière du mur derrière moi et empalée par son engin qui forçait ma gorge. Mes mains s’activaient sur ma chatte et mes seins, mon plaisir et le sien s’accentuait au rythme de son sexe dans ma bouche. J’avais envie qu’il me remplisse la bouche de ce jus que j’aime tant. Ses coups de boutoir dans ma gorge devenaient si forts que je suffoquais donc il se retira pour me laisser respirer. J’étais toute tremblante, au bord de mon second orgasme quand la sonnette de la porte d’entrée retentit. Fred voulut se rhabiller mais je n’étais pas d’accord, j’en voulais encore, je n’avais pas eu mon nectar.


— Quand on commence une chose, il faut finir. Tu sais de quoi j’ai envie. Lui dis je.


— Mais on a n’a plus le temps, ils sont déjà arrivés !!


Je sentis mon cœur battre jusque à l’intérieur de mon vagin trempé quand il me vint une idée folle.


— Va ouvrir la porte mais on reprend là où on s’est arrêté !


— Tu es sûre ?


— Oui, va ouvrir et annonce leur le programme. Je vous attends ici.


Fred se rhabilla rapidement et se dirigea vers l’entrée de la maison.


A suivre…

Diffuse en direct !
Regarder son live