Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 333 fois
  • 18 J'aime
  • 2 Commentaires

Stacy

Chapitre 5

Zoophilie

— C’est quoi comme race ça ?

— Je crois que c’est un dogue allemand, il doit avoir deux où trois mois pas plus !

— Tu crois qu’il est déjà dressé ?

— J’en sais rien, mais si c’est pas le cas je vais être son premier coup...

Stacy fit glisser sa main jusqu’au sexe de l’animal qu’elle sortit de son fourreau. Le membre de l’animal avait déjà une bonne taille malgré son âge et la belle rousse savait très bien qu’en grandissant il deviendrait plus imposant, mais d’ici là elle aurait le temps d’avoir suffisamment d’expérience pour l’accueillir complètement. Excitée à l’idée de laisser ce morceau de chair traverser son corps, la jeune femme plaça rapidement son visage au bon endroit pour lécher ce sexe encore inexpérimenté. Sa langue était en train de parcourir l’attribut viril de l’animal et le goût de la semence qui s’en échappait était devenu comme une drogue pour la rouquine. Ses lèvres s’étaient maintenant refermées sur la pointe du membre canin et elle se servait de sa main pour motiver son partenaire à lui éjaculer dans la gorge. Lorsqu’elle se rendit compte que son jeune amant ne pouvait pas lui offrir plus de semence, la belle rousse se releva et descendit son pantalon jusqu’aux genoux, puis elle installa ses fesses sur la fourrure de son amant pour se faire prendre par derrière.

— Stacy ! Tu vas quand même pas te faire sodomiser comme ça ?

— Et pourquoi pas ? Tu as une idée de la taille qu’il aura une fois adulte ? Autant que j’en profite maintenant !

— Mais on était pas venues ici pour me trouver un mâle ?

— Si... Hmmmm ! Mais ce chien à un goût incroyable alors je pense que je vais d’abord profiter un peu de lui avant de servir de trou pour toi. Haaaaaaaaaaa !

La jeune femme avait maintenant le sexe animal entre les fesses et se servait des mouvements de son bassin pour masturber son partenaire. Chaque fois qu’elle envoyait ses fesses sur son amant, la rouquine poussait un cri de plus en plus fort et poussée par son envie, elle quitta son pantalon sans libérer le sexe animal et s’accroupit pour s’aider de ses jambes et ainsi accélérer la cadence. Le dogue allemand était allongé sur le dos et se laissait faire docilement par la belle rousse qui profitait d’une sodomie frénétique dont elle contrôlait parfaitement la cadence. Les magnifiques fesses de la jeune femme montaient et descendaient sur le membre animal le faisant glisser à travers l’orifice anal qu’il occupait. Stacy était à présent en train de hurler de plaisir sous les yeux ébahis d’Olivia qui ne comprenait pas comment une femme pouvait prendre du plaisir en pratiquant la sodomie.

— Stacy, tu veux pas le prendre avec toi et continuer chez toi plutôt ?

— Haaaaaaaaaaa ! Attends, ça vient ! Haaaaaaaaaaa !

— Mais je sais pas quoi faire moi ! Dépêches-toi qu’on trouve un mâle chacune et qu’on rentrent chez nous !

— Hmmmm ! Ça y est ! Haaaaaaaaaaa !

Afin de ne pas laisser son amie de coté, Stacy envoya un dernier coup de rein pour sentir une dernière fois le sexe de son amant s’enfoncer profondément entre ses fesses, puis elle se releva et sortit de sa poche une laisse bleue ainsi qu’un collier avec laquelle elle attacha son amant à un arbre.

— T’en as essayé qu’un et tu vas le prendre ?

— T’as pas idée du goût de son sperme ! En plus il est très jeune alors j’ai le temps de bien le dresser.

— Et tu restes les fesses à l’air comme ça ?

— Oui, de toutes façon je vais me mettre en levrette et attendre qu’un chien me monte, si tu trouves qu’il s’y prend bien tu le choisiras c’est bien ça ?

— C’est ça, au moins je n’aurai pas de mauvaise surprise.

Stacy se mit à quatre pattes au sol, puis elle attendit patiemment qu’un mâle vienne la prendre. Quelques instants plus tard, un doberman lui enserra la taille et se mit à chercher une endroit où planter son sexe en secouant le bassin. Les assauts désordonnés de l’animal le firent se placer entre les fesses de la jeune femme qui ne put qu’accepter sa deuxième sodomie consécutive sans bouger. L’animal n’étant pas habitué aux rapports avec une femme, il fit taper son nœud plusieurs fois contre l’orifice de la belle rousse mais ne parvint pas à le faire passer. Après avoir profité quelques minutes des magnifiques fesses de la rouquine et y avoir déposé une bonne quantité de semence, le chien quitta le dos de sa partenaire lui arrachant un cri de soulagement.

— Hmmmm ! J’ai senti son nœud m’écarter de plus en plus mais seule sa bite est entrée dans mon cul !

— J’ai vu ça ! Je sais pas comment tu fais pour prendre du plaisir par derrière.

— C’est dur à expliquer... En fait, je crois que c’est parce que je le sens vraiment bien dans toute sa longueur et on dirait vraiment que le sexe d’un chien est taillé pour donner du plaisir à une femme.

— C’est vrai que même en étant mariée, mon mari ne m’a jamais fait autant décoller que le husky ou le dalmatien.

— Et encore, tu n’as jamais essayé de te faire prendre par les fesses ! C’est plus serré alors tu sens toute la force de l’animal et en même temps ça glisse tellement bien ! En plus tu le sens mieux pendant qu’il gicle et quand il sort tu deviens à la fois remplie et libérée. C’est vraiment une sensation incroyable.

— Je veux bien te croire, mais je n’aime vraiment pas ça.

— Et moi je suis sûre qu’un jour tu changeras d’avis... Oh ! C’est quoi comme chien qui vient de monter sur moi ?

Stacy était encore en levrette lorsqu’elle sentit qu’un jeune chien lui monta dessus. Malgré son jeune âge, le chiot avait immédiatement trouvé l’entrée de son anatomie et était en train de la saillir sauvagement.

— Oh ! C’est un berger allemand et il m’a l’air parfait !

— Hmmmm ! En tout cas il est très vigoureux ! Haaaaaaaaaaa ! Il vient de passer son nœud !

— C’est celui-là que je veux ! Il sait comment monter une femme, il passe par le bon endroit et en plus il est magnifique !

— Mets-lui la laisse !

Olivia fouilla sa poche et y trouva une laisse rouge et un collier identiques à ceux qu’avait utilisé Stacy auparavant. La mère de famille attacha l’animal alors que celui-ci pénétrait encore la belle rousse.

— Et bien ! Il assure vraiment celui-là ! Laisse-le se vider un peu dans mon corps s’il te plaît.

— Si tu veux, mais profites-en bien parce que je veux être la seule avec qui il s’accouple maintenant !

— Hmmmm ! Il gicle vraiment beaucoup ! Haaaaaaaaaaa ! Ça y est, il ressort !

Le chiot put laisser son nœud s’échapper facilement de sa prison vaginale, puis il passa sa langue sur le sexe de la belle rousse comme pour la remercier du cadeau qu’elle venait de lui offrir.

— Oh ! Et en plus il me nettoie après son passage ! Tu as choisi un gentleman !

— Il me tarde de l’essayer ! On rentre chez nous ?

— Et l’hôtel ?

— On s’en fiche, de toutes façon ils n’acceptent pas les animaux.

— Merde ! J’avais même pas vérifié... Bon, attends-moi ici pendant que je vais récupérer toute nos affaires, ensuite je repasse te prendre et on rentre.

— D’accord !

Stacy se rhabilla aussi convenablement que possible, mais le sperme qu’elle venait d’accueillir était en train de s’échapper et lui coulait sur l’intérieur des cuisses. Pour ne pas gâcher cette semence animale, elle s’arrêta près d’un buisson et baissa son pantalon avant de s’accroupir, puis elle mit sa main en creux juste en dessous de son sexe pour récupérer le liquide qu’y avait laissé son dernier amant. Elle avait maintenant la main remplie de sperme et c’est sans aucune hésitation qu’elle mit la semence dans sa bouche pour pouvoir connaître le goût de son partenaire. Lorsqu’elle avala, la jeune femme se dit que son amie avait vraiment tort de ne pas vouloir pratiquer de fellation à son compagnon, mais surtout elle se rendit compte que le mâle qu’elle avait choisi produisait vraiment un sperme de meilleur goût. La pensée de ce chien atteignant la taille adulte en train de la prendre l’excita énormément et elle ne put s’empêcher de se caresser avant de se remettre en route vers l’hôtel.


*****


— Merci beaucoup Stacy !

— Une promesse est une promesse ! Si tu as besoin de dresser ton chien, n’hésite pas à revenir ici.

Olivia rentra chez elle et profita de l’absence de son mari et de sa fille pour se faire monter par l’animal. Elle passa la journée du dimanche à entraîner son nouveau partenaire sexuel à ne pas la prendre n’importe quand.

Stacy avait désormais un nouveau pensionnaire mais elle n’allait pas lui chercher une famille d’accueil, bien au contraire. Il avait une incroyable capacité à produire une semence sucrée et très goûteuse dont elle raffolait. Pour qu’il prenne l’habitude de produire du sperme, la jeune femme lui prodiguait une fellation quotidiennement.

Quelques temps plus tard, Stacy était retournée toute seule dans la forêt où elle avait rencontré son dogue allemand, pour y chercher un compagnon plus vigoureux. Elle n’était nullement déçue par son partenaire sexuel habituel, mais il était devenu beaucoup trop gros pour la monter sauvagement mais surtout il n’arrivait plus à la sodomiser complètement et cela lui manquait de sentir un mâle prendre possession de ses fesses. Pour l’occasion, la rouquine avait mit une jupe qu’elle pouvait relever facilement, ce qu’elle fit immédiatement en arrivant près du point d’eau. Une fois en position, la belle rousse n’eut pas besoin d’attendre longtemps avant que le premier chien prenne place sur son dos. Elle ne savait pas de quelle race il était et le laissa faire sans se retourner. La sensation de se faire prendre par un mâle dont elle ne pouvait sentir que l’anatomie sexuelle décupla son plaisir et ce n’est que lorsque son nouvel amant passa son nœud à travers elle que la rouquine décida de voir à quoi ressemblait son partenaire. En tournant la tête, Stacy vit qu’il s’agissait d’un magnifique beauceron et en tomba immédiatement amoureuse. Quelques minutes plus tard, le chien se libéra et la jeune femme en profita pour se jeter littéralement sur le sexe du beauceron qu’elle plongeât aussitôt dans sa bouche en espérant que ce mâle avait aussi bon goût que son dogue allemand. Lorsqu’elle sentit le sperme du chien se déverser dans son palais, la rouquine ne fût absolument pas déçue par son amant dont la semence était d’excellente qualité. Avant de pouvoir se relever, un autre animal s’était accroché aux hanches de la belle rousse et c’est tout en gardant les yeux fermés et la bouche sur le sexe du beauceron qu’elle laissa un animal de plus la saillir. Stacy était en train de se faire prendre par un chien alors qu’elle était en train d’en sucer un autre avec passion, l’une de ses mains avait rejoint sa bouche pendant qu’elle se servait de l’autre pour connaître le diamètre de celui qui était en train de la saillir. La belle rousse passa une bonne heure à avaler le sperme de son nouveau compagnon laissant se succéder plusieurs autre mâles sur son dos. Au final, Stacy avait été prise par quatre chiens différents dont un seul l’avait sodomisé. Le beauceron est le seul animal dont elle avait pris le sexe en bouche et c’est parce qu’elle était occupée avec lui qu’elle se laissa autant pénétrer sans s’intéresser à la façon dont elle était prise. Elle n’avait pas la moindre idée des races de chiens qui venaient de la monter et cela ne l’intéressait pas le moins du monde parce qu’elle avait pris un immense plaisir et qu’elle avait trouvé ce qu’elle était venue chercher. La belle rousse rentra chez elle en compagnie de son nouveau pensionnaire sans prendre la peine d’évacuer toute la semence qui coulait en elle. La rouquine savait que le sperme de trois mâles différents était en elle mais elle voulait garder le plus longtemps possible ce souvenir canin et ce n’est qu’en arrivant dans son domaine qu’elle prit une douche non sans avoir laissé son dogue allemand compléter la collection de sperme animal qu’elle avait réalisé.


*****


Stacy avait maintenant 26 ans et sa carrière d’actrice zoophile arrivait à son terme. Elle avait été révélé grâce à son film dans un chenil et avait gagné suffisamment d’argent pour être à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours. Ses films avaient tous étés de grands succès car elle ne tournait jamais deux fois avec le même chien. Le talent d’Adam en tant que réalisateur et les idées de Stacy en terme de scénario étaient un excellent mélange assurant l’avenir financier des deux associés. La belle rousse avait eu de nombreuses idées pour ses films et c’est ainsi qu’elle avait été une femme de ménage violée par un labrador, puis prostituée spéciale chiens. Elle avait aussi été une mère de famille délaissée par son mari qui se tourne vers le berger allemand familial pour trouver du plaisir sexuel, puis elle prit le rôle d’une jeune mariée qui voulait essayer la sodomie mais le fit d’abord avec le sexe de son caniche, bien moins gros que celui de son mari. Elle avait même écrit un scénario complètement surréaliste où une jeune femme perd son fiancé dans un accident avant que celui-ci ne revienne sous la forme d’un dogue allemand. Son dernier film serait une grosse production où elle allait devoir utiliser toute son énergie pour réussir. Elle avait écrit une histoire où elle et une autre femme devaient partager le premier rôle, mais elle n’avait jamais trouvé d’actrice suffisamment ouverte pour accepter le tournage. La belle rousse avait décidé de mettre un terme à sa carrière avant ses trente ans et tant pis si elle n’arrivait pas à réaliser son œuvre d’ici là. Olivia était venue demander conseil à son amie car sa fille l’avait surprise en plein ébat canin.

— Il faut que tu m’aides, ma fille ne m’adresse plus la parole et je ne sais vraiment plus quoi faire.

— Tu devrais la faire venir ici.

— Quoi ? Elle est encore vierge et il est hors de question que tes chiens la dépucellent !

— Mais non ! Si elle vient ça ne sera que pour me regarder et comme ça elle verra que c’est banal et te pardonnera plus facilement.

— Oh ! C’est pas une mauvaise idée en fait. Mais je lui dis quoi ?

— Rien, ton mari est là ce week-end ?

— Non, tu veux qu’on vienne toutes les deux ?

— Oui, venez vendredi soir vers 21h, je vais me débrouiller pour qu’elle me surprenne en pleine action moi aussi.

— Merci Stacy, tu es vraiment un amie !

— Tu sais, je cherche toujours une actrice pour mon dernier film alors si tu change d’avis...

— Non, j’apprécie vraiment ce que tu fais mais je n’ai toujours pas changé d’avis.

— Tant pis, j’aurai essayé au moins.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live