Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 33 577 fois
  • 108 J'aime
  • 0 Commentaire

la stagiaire

Chapitre 2

Erotique

A peine dans la boite, Karl m’entraine sur la piste de danse il me saisit par la taille et nous voila parti pour plusieurs minutes de danse type danse brésilienne. Karl en profite de plus en plus pour explorer mon corps et j’avoue que j’apprécie de plus en plus ses mains baladeuses.


De leur coté les 6 autres membres du groupe sont toujours à la table et nous voyons que la consommation des alcools est en forte progression, si bien que les filles subissent (tout à fait volontairement d’ailleurs) les assauts des quatre garçons déchainés.


Au moment ou je m’asseois au fond de la banquette, ma jupe remonte le long de mes cuisses et bientôt tout le monde peut voir la lisiere de mes bas et même un peu de peau (encore bronzée) au dessus.


Rouge de honte je tente de tirer sur cette satanée jupe mais comme je suis enfoncée dans la banquette c’est mission impossible et à ce moment là Agnès se rend compte de la situation et s’exclame :

- oh tu as mis des bas c’est super, ne les cache pas surtout.

Et la voila qui vient se mettre à coté de moi et qui relève encore plus ma jupe si bien que maintenant on voit aussi mon mini string blanc.

- ouha ça c’est très jolie n’est ce pas messieurs!!!!

Et les voila qui tous se penchent et admirent mes jambes que je maintiens bien serrées.


Agnès encore elle pose sa main sur ma cuisse et remonte des bas jusqu’à la peau et me félicite pour la douceur de mon grain de peau. Je suis affreusement génée, heureusement Karl vient à mon secours et remet un peu d’ordre dans le petit groupe. Il était temps car je voyais Samir et Erwann qui rappliquaient et qui avaient les yeux fixés sur le haut de mes cuisses.


Une fois le calme revenu, je me releve un peu ce qui me permet de rabaisser ma jupe.


Agnès et ludivine toutes deux un peu pompette disent que c’est dommage de cacher les belles choses et que si elles avaient su elles auraient elles aussi mis des jupes et non pas des jeans.


Les quatre garçons approuvèrent en choeur et commandèrent aussitôt une autre tournée pour arroser "le petit string de Monica"


J’étais gênée mais aussi flattée que tous ces jeunes gens apprécient le spectacle que j’ai offert bien malgré moi.


Soudain la musique change, le DJ venait de lancer une longue série de slows et Karl me prend par la main et m’entraîne vers la piste. Aussitôt il pose sa main sur mes hanches tandis que moi je pose mes bras sur ses épaules.


Petit à petit nous nous déplaçons vers le fond de la piste qui est moins éclairée que le reste et je sens que Karl se fait plus pressant, ses mains glissent lentement de mes hanches jusqu’au haut de mes fesses (bien rondes) qu’elles commencent lentement à caresser


- non Karl, il ne faut pas on pourrait nous voir!!

- ne t’inquiète pas et regarde : les lumières sont pratiquement éteintes et en plus les gens sont bien trop occupés eux mêmes pour s’occuper de nous.


Effectivement il fait pratiquement noir sur la piste et comme nous sommes dans le fond, personne ne nous remarque.

Karl me caresse les fesses de plus en plus vigoureusement et je me laisse aller avec plaisir. Je sens une bosse qui se forme juste en dessous de sa ceinture et je m’appuies dessus avec plaisir.


Karl remonte une de ses mains qui se pose sur mon sein droit et entreprend de le caresser, puis elle redescend et se glisse sous mon top pour remonter vers ma poitrine palpitante. La main est posée sur mon soutien gorge et pince à travers celui ci le téton bien raide.


Puis la main passe dans mon dos et dégrafe mon soutien gorge puis revient bien vite prendre possession de ma poitrine


- Tu es fou!! arrête!!


Pour me faire taire il m’embrasse à pleine bouche et c’est maintenant son autre main qui vient de se glisser sous ma jupe et qui caresse mes deux globes.


J’ai le tournis, complètement allumée je m’accroche de ma main droite à son cou pendant que mon autre main s’est posée sur la bosse qui déforme son pantalon.


Soudain je reprends mes esprits et retire vivement ma main.


Non !! me dit Karl et d’autorité il saisit ma main et la repose sur la bosse qui se développe de plus en plus puis renvoi sa main sous ma jupe et reprend son pelotage en règle.


Je caresse doucement la toile du pantalon et je sens grossir la chose qui se cache sous le tissu, soudain Karl sort ses deux mains de sous mon top et ma jupe, il écarte ma main et je devine un bruit de fermeture éclair à travers les sons de la musique.


Je suis abasourdie, il vient de se dégrafer en plein milieu de la piste, lui si bien élevé, si posé, je n’en reviens pas !!


Karl me reprend la main et la pose sur la bite qui palpite sous mes doigts, malgré moi je serre les doigts sur la colonne de chair, de nouveau je jette des regards autour de nous, heureusement personne ne s’occupe de nous.


Karl a repris ses investigations, la main qui caresse mon petit cul s’insinue entre mes fesses et glisse sur le mini string qui commence à bien s’humidifier avec un tel traitement.


Malgré moi ma main commence une lente masturbation, pendant quelques secondes nous restons figés à nous caresser mutuellement, puis Karl ramène ses mains sur mes hanches et appuie doucement mais sûrement pour me faire plier les jambes.


Je lève les yeux sur lui, dans son regard je vois ce qu’il veut


- non pas ici !! tu es dingue

- si vas y !!


Et de forcer à m’agenouiller devant lui le visage juste à hauteur de son sexe.


Ses mains se posent sur ma tête et la pousse vers le gland turgescent, celui ci vient au contact de mes lèvres closes et tente de forcer le passage, alors n’en pouvant plus j’ouvre la bouche et Karl en profite pour s’enfoncer le plus loin possible au fond de ma gorge.


Alors je commence des allers et retours le long de l’énorme pieu de chair et Karl gémit doucement son bonheur.


Soudain alors que je suis excitée comme une puce j’entends le micro annoncer la fin de cette série de slows et le retour de l’éclairage.


Je n’ai que le temps de me relever pendant que Karl se rajuste et les lumières se rallument.


Autour de nous les couples retournent à leur table ou reste sur la piste, aucun d’entre eux ne nous a remarqué, alors Karl me prend par la main et me dit :

- viens on va continuer ailleurs


Docile je le suis car j’ai très envie de vivre la suite et le souvenir de son engin dans ma bouche me trouble profondément


Nous passons par la table pour prévenir nos amis que nous rentrons, surprise ils sont déjà partis!!


Lorsque nous franchissons la porte de sortie, je remarque un jeune homme qui sourit à Karl et lui fait un clin d’oeil, en me regardant, décidément je plais aux hommes jeunes dirait on!!


La suite si vous le souhaitez

Diffuse en direct !
Regarder son live