Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 35 622 fois
  • 166 J'aime
  • 3 Commentaires

La stagiaire africaine

Chapitre 1

Avec plusieurs femmes

Quoi de plus banal pour un couple de libertins d’inviter une nouvelle partenaire à partager leurs jeux coquins...

Nous ne sommes pas réellement un couple...

J’ai rencontré Elodie lors d’un salon érotique où elle se trouvait avec son mec du moment... Elle avait l’air de s’ennuyer ferme pendant que son homme n’avait d’yeux que pour la fille qui s’exhibait sur le podium.

Ce jour-là, nous avons bavardé brièvement et échangé nos numéros de portable... J’avais ajouté :


— On ne sait jamais...


De mon côté, j’étais venu rencontrer une jeune femme, habituée de ce genre de salon où depuis quelque temps, elle présente un numéro de pole dance. Je la connais depuis de nombreuses années, mais il ne s’est jamais rien passé... Nous sommes de ‘’ bons amis ‘’ et j’avais beaucoup de sympathie pour elle. Je profitais ainsi de la rencontrer, car nous habitions loin l’un de l’autre. Elle était, en quelque sorte, la fille que je n’avais jamais eue.


Mais laissez-moi vous décrire Elodie...

Lorsque je l’ai rencontrée, elle portait un pantalon fuseau sur ses longues jambes. Il se terminait dans des bottines à petits talons. Son visage à l’ovale parfait était éclairé par de grands yeux pers ornés de longs cils, sa bouche sans être grande, attirait le regard et les baisers... les lèvres étaient ourlées et discrètement fardées. Ses cheveux longs et abondants étaient coiffés en queue-de-cheval dont l’extrémité arrivait au creux des reins.


Je n’en ai pas vu plus, car elle portait une doudoune qui masquait le haut de son corps, mais plus tard, j’ai découvert que ce que j’avais aperçu était complété par un corps de rêve... une taille étroite, des fesses bien galbées et une petite poitrine bien ferme... Certes, elle ne pouvait pas rivaliser avec une star du show-biz, mais je la trouvais très séduisante, car chez elle, tout était naturel.


Je me prénomme Gilles, j’ai dix ans de plus qu’Elodie... Je suis assez grand pour un homme avec un bon mètre quatre-vingt... J’ai une silhouette assez mince, car le samedi matin, j’ai l’habitude de faire de longs footings sur le chemin de halage de la rivière qui traverse notre ville. Je commence à me dégarnir et mes cheveux coupés courts virent tout doucement au gris... J’ai le visage carré avec des yeux gris-bleu un peu enfoncés dans les orbites.


Après de quelques échanges téléphoniques, nous avons découvert que nous travaillons tous les deux au Luxembourg et que nous faisons le trajet dans deux trains qui se suivaient !!! Sous forme de boutade, j’ai lancé :


— Et si on prenait le même train ???

— Pourquoi pas ??? Je prends celui de 7 h 16...

— Et moi celui de 7 h 33 !!!

— Rendez-vous demain au train de 7 h 16... Je serai dans la première voiture... elle est juste devant la sortie à Luxembourg...

— Je fais la même chose... C’est parfait !


C’est ainsi que j’ai fait connaissance d’Elodie et au bout de quelques semaines, elle emménageait chez moi : elle en avait marre de son compagnon qui la battait et la trompait sans vergogne.

Pendant quelques semaines, Elodie a couché dans la chambre d’amis (qui accessoirement me sert de bureau avec un ordinateur et tout ce qui va avec). Nous avions passé une sorte de convention : après 21 heures, elle pouvait jouir complètement de cette chambre... mais un vendredi soir, alors que je m’apprêtais à fermer l’ordinateur, Elodie est arrivée derrière moi en sortant de la douche et m’a embrassé dans le cou en me disant :


— J’ai envie de faire l’amour...

— Tu es sérieuse ???

— Oui... Pourquoi pas ??? Cela va faire six semaines. C’est long... Regarde... Je ne te plais pas ???

— Si... Tu es très jolie, mais je n’envisageais pas notre relation sous cet angle...

— A d’autres... Tu ne serais pas venu au salon érotique à l’automne dernier si tu n’étais pas un peu coquin...

— Tu as raison... Après tout, nous sommes majeurs, libres de faire ce que nous voulons de notre corps...

— Tu es gentil, prévenant, cela me change des mecs qui ne voyaient en moi qu’une fille bonne à baiser...

— OK... ça fait deux semaines que je suis allé au club de Mondelange... Viens, on sera mieux dans ma chambre...


Elodie se débarrassa rapidement de son peignoir de bain et je me rendis compte qu’elle portait un ravissant ensemble de dentelle noir fait d’un soutien-gorge à demi bonnets et d’un string très minimaliste... Cette coquine avait bien préparé son coup... Elle était sûre que j’allais céder à ses manigances...


Et j’ai cédé... L’ordinateur est resté allumé, et je l’ai suivie dans ma chambre. Elle s’est retournée vers moi et a commencé à me déshabiller... je me suis laissé faire et en moins d’une minute, j’étais devant Elodie, nu, et le sexe bandé... J’avais envie d’elle depuis si longtemps que je n’allais pas me priver puisqu’elle s’offrait !!!


Cette nuit-là et le week-end ont été consacrés au sexe pur et dur... Elodie avait visiblement du retard à rattraper et le dimanche en fin d’après-midi, j’ai déclaré forfait... Nous n’étions sortis du lit que pour manger vite fait et prendre deux douches ensemble pour nous rafraichir ! Quant à moi, si je bandais encore un peu, j’avais les couilles vides !!!


Depuis, Elodie partageait mon lit toutes les nuits et il nous arrivait (surtout le vendredi et le samedi soir) d’avoir des débuts de nuit particulièrement chauds... Le samedi matin, nous n’avions pas besoin de nous presser pour aller prendre le train...


Pour une fois et depuis pas mal d’années, j’avais trouvé une fille qui ne refusait pas les jeux de l’amour, se montrant inventive dans ses caresses et positions parfois acrobatiques... et sollicitant parfois (alors que je suis guère adepte) d’être sodomisée...


Mais ce n’est pas de notre relation dont je veux vous parler...

Nous étions ensemble depuis un peu plus de six mois quand un soir à la sortie du travail, j’ai vu arriver sur le quai de la gare de Luxembourg Elodie en compagnie d’une noire splendide qu’elle m’a présentée comme une stagiaire sénégalaise devant passer quelques semaines dans la société bancaire où elle travaillait.

Ce soir-là, nous n’avons pas pris le train habituel, mais nous avons bavardé tous les trois dans un bistrot sur la place de la gare.

Gina logeait depuis une semaine à l’hôtel, mais compte tenu du prix, elle ne pourrait pas tenir longtemps... il lui restait à peine de quoi se nourrir sur ses frais de déplacement et son salaire à venir... Elle pourrait tenir à peine un mois, d’autant que ses parents ne pouvaient pas l’aider, car elle était l’aînée d’une famille nombreuse...

Elodie lança soudain :


— Puisque nous couchons tous les deux dans ta chambre, pourquoi ne pas loger Gina dans celle que tu avais mise à ma disposition au début de mon séjour... Je sais que je ne suis pas chez moi, mais Gina est complètement désemparée...

— Cela mérite d’être examiné... On en reparlera ce soir tous les deux...

— OK... ça marche !!!


Nous nous sommes quittés sur ces propos et chacun a regagné ses pénates.

J’ai mis les choses au point avec Elodie... Certes, j’étais d’accord pour héberger Gina pendant son stage, mais elle devait avant toute chose régulariser sa situation administrative, car son visa n’était valable que pour le Luxembourg, d’autre part, il n’était pas question de lui demander un quelconque loyer si elle participait un peu aux dépenses supplémentaires que son séjour parmi nous ne manquerait pas de générer.

Les choses étant entendues, le samedi suivant, nous sommes allés en voiture chercher Gina à son hôtel... Elle avait peu de bagages, mais cela était évidemment plus pratique que les transports en train !!! Son installation dans la ‘’ chambre d’ami ‘’ a été rapide puis elle est revenue dans ce que pompeusement j’appelle ‘’ le séjour ‘’.


— Gilles... Je ne te remercierai jamais assez pour ce que tu fais... et Elodie, je pense que je ne vous dérangerai pas beaucoup...

— OK... on verra à l’usage... Buvons à ton installation !!!

— Vous êtes adorables...


La vie a suivi son cours... Nous prenions le train matin et soir tous les trois et nous profitions des week-ends pour faire visiter la région à Gina.

Cela me faisait une drôle d’impression de me balader au bras d’Elodie, alors que Gina était à ses côtés... Certains passants (ignorant bien sûr quelle était notre situation) me lançaient des regards pleins d’envie ou de réprobations, selon leurs sentiments...


Mais avant d’aller plus loin, laissez-moi vous décrire Gina... C’est ce qu’on peut appeler ‘’ une belle plante ‘’. Assez grande pour une femme, elle a une silhouette élancée, mais quand on la regarde, on est immédiatement attiré par une poitrine de folie qui pointe fièrement sous des sweatshirts ajustés...


Elle a de longues jambes et une taille souple bien marquée qui s’évase sur les hanches un peu larges. Son visage qui reflète une bonne humeur permanente est illuminé par ses grands yeux marron et un sourire étincelant découvert par une bouche aux lèvres épaisses, mais bien dessinées. Ses cheveux sont décrêpés et coupés relativement court... âgée de 22 ans, elle sait qu’elle est jolie et même séduisante...


La cohabitation durait déjà depuis trois semaines... Elodie et Gina avaient pris l’habitude de partager la salle de bains et souvent, j’entendais des éclats de rire de l’une ou l’autre... mais ce samedi-là, les bruits filtrants en travers de la porte n’avaient rien à voir avec ceux d’habitude... Je ne percevais que des bribes de phrases, presque des chuchotements qui précédaient des éclats de rire puis de nouveau, plus rien... J’étais intrigué.


Lorsque l’une après l’autre, elles sont sorties de la salle de bains, elles avaient les yeux brillants et semblaient sur un nuage... Qu’avait-il bien pu se passer ??? Quand un peu plus tard, j’interrogeai Elodie, elle me répondit un peu sèchement :


— Des trucs de filles ! ça ne te regarde pas !


La conversation en resta là, mais c’est Elodie qui remit les choses sur le tapis alors que nous venions de nous coucher.


— Tu sais, je ne vais pas garder pour moi ce qui s’est passé ce matin... Gina venait de se doucher et moi, j’achevais ma toilette en commençant à me maquiller. Elle avait oublié de prendre une serviette pour s’essuyer et elle est sortie nue de la cabine... Ce n’était pas la première fille que je voyais nue, mais là, j’ai eu le souffle coupé...

— Et alors... qu’a-t-elle de si extraordinaire ? Elle est jeune et visiblement, elle a ce qu’il faut aux bons endroits...

— Oui... Elle a des seins de folie... J’ai rarement vu une poitrine aussi belle chez une jeune femme et ferme... je ne te dis pas...

— Donc, tu as tâté ses seins...

— Oui... et pas que... Je les ai embrassés et Gina a fait sauter mon soutien-gorge et m’a rendu la caresse !

— C’est ce que j’ai entendu au travers de la porte... ça avait l‘air d’être chaud !

— Oh oui... Rapidement, nos mains sont descendues sur le pubis de l’autre et nous nous sommes caressées jusqu’à l’orgasme... J’avais oublié que c’est bon de se laisser aimer par une autre femme...

— Tu m’en diras tant ! Elle a certainement le sang chaud... et elle jeûne depuis qu’elle est arrivée ???

— Oui... Elle est en manque... Tu devrais la consoler un peu...

— Comme tu y vas... Je t’ai TOI et tu me suffis !!!

— Mais ce n’est pas la même chose... Ce serait pour lui rendre service en quelque sorte !!! Je sais qu’elle te trouve craquant et elle ne semble pas t’être insensible...

— C’est vrai... Je me la ferais bien !!!

— Et alors... Tu veux que je l’appelle ??? Elle attend mon signal !!!

— Bon... Tu l’auras voulu !!! Qu’elle nous rejoigne, mais tu restes là !!!

— C’est bien ainsi que je l’entendais... Je suis un peu voyeuse à mes heures...


C’est ainsi que cette nuit-là, Gina nous a rejoints et j’ai passé des heures merveilleusement sensuelles entre Elodie et Gina.

Certes, ce n’était pas la première fois qu’une noire se trouvait dans mes bras, mais Gina était de loin la plus jeune et la plus jolie.

Elle avait ce qu’il faut aux bons endroits, mais ce que je remarquai d’emblée, c’est sa poitrine aux seins bien galbés et généreux, fermes et souples à la fois dont les tétons n’ont pas tardé à pointer lorsque je les ai sollicités de mes caresses digitales et buccales... C’eût été un crime de ne pas y porter mes lèvres...


Mais presque aussitôt, Gina est venue sur moi et a embouché mon sexe déjà à demi dardé entre ses lèvres épaisses et après avoir titillé mon gland de la pointe de sa langue rose, elle a progressivement avalé mon sceptre jusqu’au fond de la bouche pour l’enduire de salive... Sa fellation était savante et je ne tardai pas à bander comme un cerf en rut...


Elodie nous regardait... Nue elle aussi, elle était assise en tailleur au pied du lit et avait introduit et faisait aller et venir un petit gode dans sa craquette...


Je ne savais plus ce que je devais faire... Laisser aller la fellation à son terme et déverser mon foutre dans la bouche de Gina ou l’interrompre pour la baiser ?


— Gina, arrête, tu vas me faire gicler dans ta bouche !!!

— OK... je vois ce que tu veux !!! Tu veux me baiser ???

— Oui... depuis que je t’ai vue, j’ai envie de te sauter... Pardonne-moi Elodie, mais Gina est vraiment bandante !!!

— Mais qu’est-ce que tu attends... Elle ne demande que ça... Elle pensait même que tu allais la baiser dès le premier soir...

— Je n’aurais jamais osé... Ta présence me suffisait !!!

— Tu m’as souvent parlé de ton fantasme... alors, profites-en !!! Mais garde des forces pour moi !!!

— OK... ça me va !!! Viens Gina, allonge-toi que je te prenne !!!

— Oh oui... J’ai la chatte toute mouillée...

— Je me couvre et j’arrive...

— Pas besoin... Je prends la pilule...


Ainsi cette jeune Africaine prenait la pilule... Je ne demandai pas pourquoi, mais ce devait être une belle coquine... Je savais que ces filles étaient chaudes et là, j’en avais la preuve !!!

L’un et l’autre nous étions bien assez excités pour qu’une préparation supplémentaire soit utile, d’autant que Gina ouvrait les lèvres de son sexe avec ses mains :


— Regarde comme elle est belle et rose... Elle t’attend !!!


Effectivement, elle m’attendait ! Des filaments de cyprine nappaient cette ouverture dans laquelle j’introduisis mon sexe jusqu’à ce que nos pubis soient en contact et que les poils crépus de Gina se mélangent avec les miens... Gina a noué ses jambes sur mes reins en me disant de la baiser ‘’ fort et à fond ‘’... et je ne me suis pas privé...

J’ai commencé à la baiser lentement, mais allant jusqu’au plus profond de sa chatte, puis j’ai accéléré le mouvement jusqu’au moment où Gina a poussé un grand cri de jouissance. Je sentais sa chatte palpiter et ses muscles intimes traire mon foutre qui se déversait à grands traits... Que c’était bon...


— Waouh... Tu m’as démontée... Je n’avais plus baisé depuis que mon copain m’avait sautée dans les toilettes de l’aéroport de Dakar avant mon départ ! Je commençais à être en manque !!!

— Je suis à ton service, mais je dois conserver mes forces pour Elodie...

— Oh, mais on se partagera équitablement... Elle aime les femmes et moi aussi !!! D’ailleurs, tu vas en avoir la preuve !!! Viens Elodie... Je vais te rendre ce que ton copain m’a mis !!!


Elodie et Gina se mirent en 69 au milieu du lit, Gina au-dessus, offrait à lécher sa chatte à ma copine qui avait posé ses mains sur les fesses noires en les écartant un peu... C’était torride ! Je voyais l’anneau plissé qui palpitait doucement dans une sorte d’appel muet... J’ai saisi un Plug dans la table de chevet et après l’avoir enduit de crème adoucissante, je l’ai introduit dans le sphincter de notre amie qui en relevant brièvement la tête a manifesté sa satisfaction...


Les deux filles se sont fait plaisir jusqu’à la jouissance simultanée... Elodie avait recueilli une partie de mon sperme dans la chatte de Gina...

Le lendemain matin après avoir dormi tous les trois dans le même lit, j’ai senti qu’Elodie se levait... Comme presque tous les jours au réveil, je manifestais une érection triomphante, aussi, je suis allé la retrouver dans la cuisine où, à moitié nue (elle avait juste enfilé un T-shirt) elle préparait le petit-déjeuner... Mais je ne l’ai pas laissée aller jusqu’au bout... Je l’ai prise dans mes bras pour la remercier.


— Pour me remercier, baise-moi !!! Je suis certaine que tu as des réserves à voir comment tu bandes !!!


J’ai allongé le buste d’Elodie sur la table en bousculant un peu ce qui s’y trouvait et je me suis introduit dans sa chatte qui n’attendait que cela.


— Oh oui... Baise ta salope !!!

— Tu vas voir ce que je vais te mettre !!!


Et d’un seul trait, j’ai enfoui ma bite au fond de la chatte d’Elodie... Elle devait m’attendre ou s’être fait un film, car sa craquette était bien lubrifiée...


— Oouuiii ! Baise-moi comme tu as baisé Gina hier soir !


Cette recommandation était bien inutile ! Elodie m’avait mis dans les bras (et entre les jambes), une bien jolie coquine, et j’allais la remercier à ma façon : en la faisant bien jouir !

J’ai commencé à aller et venir dans la chatte d’Elodie en prenant soin d’aller bien au fond et en écartant ses jolies fesses et au fond de la raie, je voyais son œillet plissé qui palpitait et s’ouvrait quand j’étais bien au fond d’Elodie... Réflexe ou envie de plus ??? Peut-être, mais nous en avions déjà discuté : Je ne suis guère adepte de la sodomie... J’aventure tout juste un doigt dans le fondement de ma maîtresse du moment...

Soudain, une voix a retenti :


— Oh... vous ne m‘avez pas réveillée...

— Approche-toi... je vais te bouffer la chatte !!!

— Oh oui... j’ai envie de ta langue sur mon bouton et entre mes lèvres...


Au-delà de la table, la tête d’Elodie se trouvait à la hauteur du sexe de Gina. Elle n’a eu qu’à la relever un peu et se tordre le cou pour fouiller de sa langue la fourche intime qui s’offrait si généreusement à elle... Le spectacle était très... chaud... Aussi, j’ai repris ma copulation dans le sexe d’Elodie jusqu’au moment où, n’en pouvant plus d’attendre j’ai envoyé une première salve de ma jouissance en elle, puis j’ai achevé de me répandre sur son dos... J’ai introduit mes doigts dans la chatte d’Elodie et je l’ai masturbée jusqu’à la délivrance... Peu de temps après, c’était Gina qui jouissait sous les caresses linguales d’Elodie...

La matinée du samedi commençait bien...

Nous avons achevé la préparation du petit-déjeuner que nous sommes allés prendre dans le séjour... Nous étions nus tous les trois et nous bavardions allégrement sur ce qui s’était passé depuis la veille...


— Elodie et Gina, j’ai pu voir combien vous vous entendiez bien... J’imagine que le 69 d’hier soir n’était pas une première...

— Oh non... Gina m’avait déjà mangé la chatte au sortir de la douche dès le premier samedi de sa présence... Et elle est douée !!!

— Tant mieux pour toi et pour moi... Tu n’es jamais tant amoureuse que lorsque tu as bien joui avant !!!

— Oui... J’avais compris cela aussi, je m’arrangeais pour que tu me fasses jouir d’une façon ou d’une autre avant de me baiser !!!

— Et toi Gina, où as-tu appris à faire plaisir à une femme de cette manière ???

— Oh c’est très simple... Mes parents possèdent une sorte de cabanon sur la plage et quand le temps des vacances arrivait, les adolescents de deux sexes s’y retrouvaient pour profiter de la plage et s’amuser...

— Tout cela ne nous dit pas comment tu as appris à te servir ainsi de ta langue... Tu es démoniaque... Jamais une fille ne m’avait envoyée au septième ciel aussi vite et intensément que toi...

— Chez nous, les relations entre filles et garçons commencent bien souvent au cours de l’adolescence. Il s’agit parfois de flirts un peu poussés et bien des filles ne sont plus vierges à quinze ans... Mais moi, depuis toujours, j’étais attirée par une copine et une cousine qui ont, en quelque sorte, fait mon éducation... La première fois, j’ai cédé à ma cousine Chandra qui était un peu plus âgée que moi et ensuite nous avons eu une relation à trois avec ma copine Noamie...

— Et les garçons ???

— Naomie était bisexuelle... elle aimait autant les filles que les garçons et elle m’a entraîné dans une partie à quatre au cours de laquelle son frère Karim m’a dépucelée... et depuis, je baise avec les garçons et les filles... Pour moi, bien jouir c’est le principal...

— Bon, si je comprends bien, tu me demandes de te prêter Elodie de temps en temps, mais tu as envie que je te saute aussi ???

— Oui... Tu as tout compris.

— Et toi Elodie... Tu es d’accord ???

— Oui... Pourquoi pas... Puisque c’est temporaire...


Ce n’est que tard dans la soirée que nous nous sommes retrouvés dans le même lit pour une nouvelle nuit de baise...

Les deux femmes ont tout fait pour m’exciter : Un 69 dans lequel Elodie a d’abord dominé Gina puis elles ont basculé et notre amie a pris le dessus... Cette étreinte a parfaitement rempli son rôle : voir les deux femmes se caresser puis s‘envoyer en l’air a fait dresser mon sexe sur mon pubis et c’est là qu’elles l’ont partagé. Quand l’une avait la hampe dans la bouche, l’autre masturbait mes bourses en faisant rouler les testicules l’un contre l’autre, puis après un baiser langoureux, elles changeaient de centre d’intérêt...


J’avais déjà eu des fellations à deux bouches en club, mais là, c’était du grand art d’autant que là, je n’étais pas couvert... J’avais les sensations en direct... Ces deux coquines savaient y faire (j’ignorais qu’Elodie avait un tel talent : il lui était arrivé de me sucer, mais là, c’était vraiment le pied). Elle avalait ma bite jusqu’au plus profond de sa bouche, la recrachait doucement en exerçant une succion assez forte puis lorsque mon gland arrivait entre ses lèvres, elle agitait la pointe de sa langue dans le mat : j’étais aux anges... Je devais, après quelques minutes de ce traitement, me retenir de ne pas gicler et inonder la bouche ou les visages d’Elodie et Gina dont la fellation était plus basique, mais tout aussi efficace !


Mais ces deux coquines avaient décidé d’aller jusqu’au bout et lorsque Gina a senti que j’allais cracher mon foutre, elle a sorti ma bite de sa bouche et m’a fait gicler en me masturbant et en dirigeant les jets vers ses seins et ceux d’Elodie !!!


En riant, elle a dit :


— Comme cela, quand tu baiseras l’une ou l’autre, ça durera plus longtemps !

— On verra... Vous m’avez bien excité !!!


Cette nuit-là, j’ai baisé successivement Gina et Elodie et comme chaque fois désormais, nous nous sommes endormis dans le même lit, une fille de chaque côté !

La nuit du samedi au dimanche était plus calme... Les filles tiraient au sort celle qui partagerait le lit ‘’ conjugal ‘’ et je dois dire que cet arrangement conclu à mon insu avait tout pour me satisfaire...

Le dernier samedi du séjour, j’avais un rendez-vous d’affaires qui ne pouvait avoir lieu en semaine... Elodie et Gina en ont profité pour aller faire les boutiques, car Gina voulait remporter au pays quelques souvenirs pour sœurs et frères... mais c’est le soir que j’ai eu la surprise : Gina avait acheté un gode ceinture en disant qu’elle ne trouverait jamais ce gadget à Dakar... Il était livré avec trois sexes factices qui se fixaient sur une sorte de plastron.


— Regarde, en plus il y a des ergots souples à l’intérieur... ce doit être divin de baiser une femme ou un homme tout en ayant le plaisir de se faire caresser la chatte !!! J’ai envie d’essayer !!!


Et nous l’avons essayé !!!

Le soir même, Gina s’est harnachée et a équipé le gode ceinture du plus gros de sexes factices en disant à Elodie qu’elle allait bien le sentir... et que moi, j’allais la baiser en même temps... La soirée a été chaude, car Elodie a sodomisé Gina pendant que je lui faisais l’amour... Cette belle Africaine aimait aussi la double pénétration !!!...

Le temps a passé... Les deux mois et demi où Gina a partagé notre logement et notre lit ont passé trop vite, mais elle devait repartir au Sénégal... quant à moi, à la demande d’Elodie, je l’ai mise enceinte et elle doit mettre au monde une fille dans quelques mois...

Diffuse en direct !
Regarder son live