Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 922 fois
  • 123 J'aime
  • 3 Commentaires

Steve et son histoire

Chapitre 1

L'université

Hétéro

— Dehors ! Dégagez !

C’est à ce moment-là que ma vie a basculé, enfin pas totalement, c’est juste une des nombreuses retombées suite à mes nombreuses erreurs du passé. Alors moi, c’est Steven, Steeve pour les intimes, par où commencer ? Disons que j’ai toujours eu un vilain penchant pour les femmes, enfin surtout pour le sexe avec elle.

Chapitre 1 : Les soirées à l’université.

Il ne se passe pas un seul jour sans que je couche avec une femme, que ce soit étudiante, professeur, salariées du restaurant universitaire, j’ai acquis une notoriété bien que peu flatteuse, enfin tout dépend du point de vue. Comme chaque soir, je me rends à une fête organisée sans avant avoir passé du temps à me faire beau. J’ai un physique incroyable, cheveux courts avec un peu de gel pour les rehausser, yeux noisette avec un regard de tombeur, mâchoire carrée, des lèvres dont chaque fille raffole et rêve de les embrasser.

Une fois choisie ma tenue de soirée, je prends ma voiture et me rends à la "fête" des guillemets, car je ne fais jamais vraiment la fête, j’arrive, on me donne un verre que je vide en recherche de ma future cible, une fois repérée, je me fraye un chemin à travers la foule avec une démarche d’homme sûr de lui, qui sait pourquoi il est là, et prêt à bondir sur sa proie à chaque pas.

Ma présence est vite remarquée, le groupe où est ma cible s’écarte, me laisse libre accès à celle que je désire. On se jauge à travers nos regards, un petit sourire de sa part me fait prendre son bras, la tire vers moi, la tiens par la taille, on fait quelques pas pour se retrouver encerclés par les autres danseurs. La musique n’a rien de sensuel, pourtant ma cavalière de danse est d’une immense sensualité, elle tourne autour de moi, elle caresse quelques parties de mon corps, à chaque pas qu’elle fait, je la tire vers moi, colle son dos à mon torse, on se frotte aux rythmes de nos respirations, nos hanches ondulent, nous ne faisons plus qu’un, nos mains explorent notre partenaire, les miennes restent bien plus que nécessaire au niveau de son entrecuisse que je sens humide. Nos lèvres se cherchent et se trouvent pour un baiser des plus torrides. Des gémissements s’échappent de nos bouches, nos bassins remuent, se frottent dans un tempo endiablé un "j’ai trop envie" glissé à mon oreille me fait la sortir de cette fête pour nous rendre chez moi.

Sur le chemin retour, elle me prodigue l’une des meilleures pipes que j’ai connues à cette époque, il n’y a pas à débattre, elle sait utiliser sa bouche et sa langue, c’est seulement dû à la force de ma volonté que je ne remplis pas sa divine bouche. Bien que je sois sûr qu’elle n’aurait pas refusé. On ne perd pas une seconde pour nous retrouver totalement nus, elle est empalée sur ma queue encore raide, mes mains bien agrippées à sa taille alors que cette déesse du sexe ondule du cul comme une reine.

Ah ! Vous voulez savoir qui c’est ? Je vous comprends, rien ne vaut de mettre un visage sur cette nymphe, cette incroyable actrice porno. Alors elle c’est Sandra une L3 de je ne sais quelle licence et je m’en fous complet. Cette divine créature a un corps de rêve. Une taille fine, un ventre plat, des cuisses bien fermes et un cul ! Wow quel CUL ! Mes doigts passent le plus clair de leur temps dessus, elle ne possède pas qu’un cul, elle a des seins comme jamais j’en ai vus, bien ronds, espacés comme il faut pour laisser coulisser une bite entre. Des auréoles bien claires, voire quasi invisibles, laissent apparaître que les tétons bien durs pour l’occasion.

Excusez-moi, mais comment résister à l’envie de les avoir en bouche, mmmm putain qu’ils sont bons en plus ! Et les gémissements de Sandra me disent qu’elle apprécie beaucoup ce que je lui fais avec ma bouche ou bien ce sont les coups de reins que je lui donne, car oui j’ai relevé mon bassin et maintenant, c’est moi qui dicte le rythme, je la baise avec tellement de force et de passion qu’elle tombe littéralement sur moi. Vous croyez que ça va me stopper dans ma baise alors là, c’est très mal me connaître. Je redouble même en intensité, mes coups de reins se font plus sauvages, plus profonds. La belle n’émet que des râles de plaisirs à présent, sa petite chatte coule à flots comme jamais. Je lui assène même des claques sur son cul. Elle ronronne telle une lionne et pour rester dans le thème animal de la savane, je luis tire sa crinière, l’incitant à se cambrer encore plus, combo cheveux tirés, claque sur les fesses et coup de reins. Méthode certifiée et approuvée pour faire jouir une femme.

— Merde ! Tu vas me faire jouir...

— Vas-y ma belle, ne te retiens pas.

— Continue, oui continue...

Alors je peux la faire jouir comme ça dans cette position, qu’elle s’empale une dernière fois à fond sur ma queue et sentir mon sperme taper contre son col de l’utérus, mais vu que j’ai le choix et c’est mon histoire, autant changer de position.

Je nous fais basculer de quoi me retrouver sur elle, nos corps sont toujours emboîtés, nos bouches se retrouvent enfin dans un baiser langoureusement trop obscène. Alors que je donne toujours des coups de reins, mais maintenant à un rythme plus modéré pour bien savourer la vision de rêve que j’ai devant moi. Je vous l’ai dit, cette fille est une bombe sexuelle. Soudain, j’ai l’idée de l’étrangler tout en accélérant mes va-et-vient, brillante idée vu qu’elle gémit de plus en plus fort à chaque pénétration. Le regard qu’elle me lance, je ne rêve pas, elle se lèche les lèvres, cette salope fait tout pour m’exciter encore plus et merde ! C’est que ça marche en plus. Je sens mon sperme monter dans ma pine. Hors de question que je jouisse avant cette pute.

Je lui frotte le clito si fort tout en la baisant comme un forcené, elle ne peut que jouir. Ah ! En plus, c’est une femme fontaine. Attends... quoi ? Elle bloque ses jambes autour de ma taille, elle contracte trop sa chatte, merde je vais jouir.

— Merde, sale Pute !

— AAAAAAAAAAAAHHHHHH OUIIIIII !

Alors oui les gars je sais, je chipote un peu, beaucoup veulent être à ma place, éjaculer dans une telle fille, quel pied ! Mais il faut me comprendre, je veux encore la baiser et lui donner encore beaucoup plus d’orgasmes.

— Mmmmm, bébé tu m’as fait jouir comme jamais, la prochaine fois, je t’autorise à m’enculer salement comme la chienne que je suis.

— Désolé ma belle, je ne couche jamais deux fois avec la même gonzesse. Règle de base.

— Oh, dommage pour moi, tu es un sacré amant.

Je reçois un doux baiser de sa part puis elle s’endort. Pour la règle, je m’explique pourquoi se contenter d’avoir un plan cul régulier, quand toute femme sur terre peut se retrouver empalée sur ma queue.


Le lendemain, je la dépose à l’université, cette magnifique brunette rejoint ses amies et je suis sûr qu’elle leur raconte comment je l’ai baisée hier soir. Ah !I l n’y a pas à chier, les années universitaires sont les meilleures.


Diffuse en direct !
Regarder son live