Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 21 667 fois
  • 49 J'aime
  • 2 Commentaires

Ma stratégie

Chapitre 1

Inceste

Depuis 9 ans que je lis des récits engageants des relations familiales, très peu semblent authentique. Surtout lorsqu’on a vécu une relation de ce type, on ressent de suite si le récit est sincère et vécu ou non…

Ainsi, je me suis décidé à vous raconter mon histoire, du moins, l’histoire de maman et moi. Son commencement, la passion folle et le n’importe quoi de nos actions, et la fin.

Mon père était tout le temps en déplacement, il travaillait sur les bateaux, ce qui le laissait absent de la maison pour des durées d’une semaine, et ce qui faisait qu’il était présent pendant une semaine. J’étais enfant lorsque, une semaine ou papa n’étais pas là, n’ayant pas encore mes deux petits frères, je dormais dans le lit avec maman. Vivant dans une grande maison, il était inutile de dormir chacun dans une pièce différente.

Un seul souvenir qui m’a choqué de cet âge-là, c’est celui de moi, assis sur maman dans son lit, ma main droite dans son entre cuisse, jusqu’au poignet, baignant dans son liquide cyprineux et l’autre main avec trois doigts dans sa bouche. Puis la douleur…. La douleur de mon doigt mordu par la mâchoire de maman. Puis mes pleurs et le rire de maman. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi elle rit car elle m’a fait mal. Était-ce un fantasme ce jour-là ou cela c’était-il réellement passé, je ne m’en souvenais plus. Maman me l’expliquera plus tard… en attendant, c’est selon moi le souvenir (ou le fantasme) qui a fait que vers 18 ans mon instinct de vouloir copuler avec ma mère, c’est déclenché.


Ainsi vers 18 ans, j’en avais ras le bol de me branler sur des récits érotiques sur internet, j’en voulais, plus, je réalisais que je désirais sauter ma mère, la souiller au plus profond de son vagin, la remplir de sperme le matin et la laisser mijoter toute la journée dans mon jus de bite, nous faisant à manger à moi et à mes 2 petits frères la chatte pleine de foutre, faisant les tâches ménagères quotidiennes et allant au boulot avec du sperme plein la moule et la culotte.

J’ai donc mis en place une petite stratégie toute simple. J’ai été au tabac acheter une carte sim neuve afin d’avoir un nouveau numéro de tél que j’ai mis dans un vieux téléphone portable que j’avais. Ainsi je pouvais envoyer des sms à maman sans qu’elle sache qui je suis. Je rentre donc à la maison, et mets mon plan à exécution. Je lui envoie un premier sms : « coucou comment ça va? On se connait de vue, j’aimerais faire ta connaissance car je te trouve charmante et j’aimerais en savoir un peu plus sur toi. » Je ne vais pas vous mettre tous les sms que l’on s’est envoyé, je les garde encore en souvenir dans mon téléphone pour me rappeler la belle époque mais je vais vous en faire un résumé. Elle m’a répondu qu’elle était mariée, des enfants et qu’elle voulait savoir qui j’étais. Je lui ai dit que j’étais au courant et que je la désirais, je lui ai envoyé un mms avec une photo d’un mec pas mal trouvé sur internet et lui ai dit que moi aussi j’étais marié avec des enfants et qu’on pouvait garder contact par sms. Elle m’a dit que j’étais charmant sur la photo et qu’elle ne voyait pas qui j’étais. Je lui ai demandé une photo d’elle pour savoir si c’était bien elle que je connaissais de vue. Elle m’en envoya une. Je lui ai répondu que je m’étais trompé de numéro mais qu’elle était charmante et que je ferais bien tout de même sa connaissance. Elle me demanda d’où j’étais. On fit le constat qu’on habitait dans la même région l’un et l’autre. (comme c’est bizarre). J’ai dit que je travaillais et on s’est échangé des messages pendant plusieurs jours tout les jours en s’échangeant des banalités. Pendant ce temps à la maison, on voyait un petit changement chez maman… plus souriante, un peu tête en l’air. Bref, après la phase de mise en confiance, je lui demandais des mms un peu plus chaud. Elle me demanda quel genre, et je lui expliquais avec des poses un peu plus suggestives. Elle me dit que ce n’était pas son truc, mais je réussis à la convaincre. Elle alla au wc de son travail et se prit en photo accroupie en mini-jupe rouge remonté jusqu’à mi-cuisse, le string noir dépassant entre deux magnifiques pieds dans des escarpins blanc. Ainsi je réalisais que ma maman était belle est bien une grosse salope…. Elle m’a confié que cela l’avait bien excité de faire ce genre de chose et qu’elle n’avait pas pu s’empêcher de se mettre des doigts. Et que maintenant sa culotte était trempée. J’étais excité avec les paroles de maman et sa photo coquine et je n’ai pas pu m’empêcher de me branler. Le soir j’ai contrôlé dans le bac à linge à la cave sa culotte. Pleines d’auréoles blanchâtres, et de …. …. De sperme?!

Le lendemain elle me confiait se faire tringler au bureau par son boss et qu’elle rentrait souillée, et que c’était quasiment tout les jours….. Elle m’expliqua que personne n’est au courant qu’elle est salope comme ça, qu’elle joue les mamans modèles, mais qu’elle n’en ait pas moins qu’une chaude du cul en manque constant (enfin elle l’a pas dit comme ça lol)….. A ma demande elle m’envoie un mms de sa chatte rempli du foutre de M. XXXX . Maman a un piercing à la chatte…. Je ne le savais pas, incroyable…. Mère de famille est un piercing à la chatte… Comment mon père a pu laisser faire ça?


Avec tout ses sms et mms sur mon téléphone, précieusement stockés en mémoire, je disposais d’assez d’élément pour pouvoir passé à l’action. Je comprenais que maman me chauffait, qu’elle voulait se faire fourrer par l’homme que je représentais pour elle…. Je lui donne donc rendez-vous dans un hôtel, un samedi après-midi ou je suis censé être chez un ami, mes frères étant au stade de foot comme chaque après-midi (c’était les vacances scolaires). Elle me dit d’accord, mais qu’elle n’a que 2-3 heures de disponible, qu’après il faut qu’elle rentre pour le goûter de mes petits frères.

Je lui fixe donc rendez-vous à 14H00 dans un hôtel à 5 kms de chez nous, la chambre est réservée au nom de « Le Tasse » (anagramme de notre nom de famille mais elle ne l’a pas remarqué!). Elle doit m’attendre à 4 pattes, à poil, les yeux bandés, dos à la porte entrouverte. Elle ne doit rien dire quand je rentre et attendre que je rentre mon sexe profondément dans son vagin humide avant d’ouvrir sa bouche. L’idée lui plait mais elle me dit n’avoir pas de bandeau pour les yeux. Je lui dis qu’elle n’a qu’à prendre une serviette dans la salle de bain et de se la mettre sur la tête en m’attendant.


J’arrive à 14H10, mon cœur bat super fort… Après ça plus de retour en arrière possible… Comment va t’elle le prendre... L’envie de réaliser mon fantasme est trop forte, je ne ferais pas machine arrière, de toute façon elle aime le cul, je vais lui en donner jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Même si c’est son fils, elle n’aura pas le choix.

Je pénètre dans la pièce à demi-obscure et vois ma mère à 4 pattes, nue, la tête sur le coussin avec la serviette par-dessus sa tête, la croupe en l’air. Prête à se faire démonter les escalopes par mes puissants coups de reins…. J’installe sans faire de bruit mon trépied avec la caméra (ça c’est la surprise elle n’est pas au courant). Elle sait que je suis dans la pièce, elle se tait comme convenu et doit se demander ce que je suis en train de faire. Une fois le matériel en place, la caméra cadrée, je lance l’enregistrement. Je me dessape complètement, ma queue tendue comme jamais. Je me l’humidifie avec ma salive, qu’elle soit bien gluante. Proportion de ma queue 18 par 5 sans fausse modestie, c’est raisonnable. Maman doit être bouillante, elle est magnifique dans cette position impudique et sa chatte est superbe. Je vois pour la première fois une chatte percée et c’est celle de ma mère. Je me place derrière elle et lui gifle l’intérieur des cuisses, lui faisant comprendre qu’il faut qu’elle écarte d’avantage les jambes. Ce qu’elle fait. Elle a la chair de poule, je vois ses fesses frissonnées et ses lèvres tremblées d’excitation. Je prends tout mon temps pour savourer ma victoire totale, c’était enfantin, mais bon le fait d’avoir une telle putain comme mère y a fortement aidé. Je place mes mains sur chaque fesse de maman. Et ajuste ma bite dans l’axe de sa vieille chatte de quarantenaire bien tassé. Et je pousse tout doucement, millimètre par millimètre, jusqu’à la moitié ou ça bloque un peu. Je la sens frémir… Elle ne dit toujours rien. Je fais des va et vient sur cette moitié de ma queue… une dizaine de va et vient… Et je rentre d’un coup…. Jusqu’aux couilles. Je force encore avec mon bassin pour être bien au fond, et j’entends un râle de la bouche de maman. Elle me dit ensuite que ma queue est trop bonne, et qu’elle est grosse. Qu’elle ne regrette pas notre rencontre. Je continue mes va et vient enlevant en même temps la serviette de la tête de maman. Elle reste à 4 pattes et soupir de plus belle. Sans me regarder. Sans s’apercevoir que la caméra filme. La chatte à maman est trop bonne. Elle est chaude et bien lubrifiée, elle enveloppe bien ma queue et je me dis que ça va être super. Au bout de 5 min, elle tourne la tête sur le côté et aperçois dans la pièce la caméra avec le voyant rouge qui montre que ça filme. Elle ne dit rien et continue de geindre comme une petite chienne, lâchant de temps en temps des « elle est bonne », des « oh ouiii…. », des « c’est bon ». J’en ai marre de cette position, j’ai envie de la mettre sur le dos, de lui rouler une grosse pelle et de la prendre comme ça entre ses jambes. Elle va s’apercevoir que c’est moi son fils qui la pénètre et qui lui fait du bien. J’ai hâte de voir sa réaction quand elle va découvrir le piège dans lequel elle est tombée. Je sais qu’elle n’a aucune échappatoire et je sais que c’est gagné.

Je la tourne délicatement sur le dos, et au moment où elle croise mon regard, elle comprend tout… les sms, les mms, les confessions qu’elle m’a faites. Elle ne dit rien. Se laisse faire et je rentre à nouveau en elle, puissant, dans son bassin, et je place mes mains sur ses seins lourds, des seins de bonne laitière, tout en lui roulant un patin humide, mélangeant nos langues. Elle n’a pas le choix, elle me le confiera, elle a compris qu’elle ne peut plus faire machine arrière, qu’il faut qu’elle assume d’être une salope. Je sens ses larmes qui coulent le long de son visage, d’être ainsi humiliée et honteuse devant son fils. D’avoir envoyé des mms cochon et d’avoir dit se faire prendre par son chef, ça lui tourne dans la tête. Moi je continue à la bourrer tranquillement en l’embrassant toujours, dans les clapotis de sa chatte qui est trempée, et la douceur de ses seins qui sont mi-ferme mi-mou. Je lui relâche la bouche, un filet de bave se perd… et je remonte ses cuisses sur sa poitrine, je prends ses mains pour qu’elles tiennent ses cuisses de salope. Et je continue de lui la mettre au fond en prenant appui avec mes bras sur ses cuisses. Elle pleure toujours et gémis en même temps. J’accélère les coups de boutoir dans sa chatte, et ça claque comme des gifles, mon pubis claque contre son clitoris, je sens que ça monte…. Avec mes bras, j’entoure ses cuisses et me déverse en elle en poussant des « haaaaa » et des « hmmmmmmmm ouii…. ». Elle lâche un cri bref au moment de mon éjaculation. Je reste en elle un peu, passant sur le côté de son corps, ma bite encore engluenté dans son con, elle toujours sur le dos. Et je lâche un gros soupir. Mon sexe sort de sa chatte, le sperme coule sur les draps et un peu reste figé sur les lèvres de sa cramouille. Elle me regarde dans les yeux et se mord la lèvre inférieure. Elle me dit « t’es vraiment un salop pour avoir baisé ta mère et m’avoir corrompu de cette manière. » Je lui ai répondu « y’a qu’à lire les sms et mms qu’il y’a sur mon téléphone et que tu m’as envoyé avec papa, et on lui demandera qui est le salop ou la salope de la famille. » Elle se tait et pleure à nouveau…. Je me suis levé du lit en sueur et suis parti prendre une douche, en prenant soin de couper la caméra et de la ramener avec moi dans la salle de bain.

Diffuse en direct !
Regarder son live