Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 6 550 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

La dernière fois que j?ai vu ma femme dans un tel état de colère c?est ce fameux soir alors que nous faisions l?amour, je lui ai encore parlé de mon fantasme.

Elle ne m?a plus parlé de quelques jours.

Effectivement depuis que je la connais, je ne cesse de penser à la voir faire l?amour avec un autre homme. Je lui en ai parlé souvent au risque de la harceler.

Nous n?avons pas d?enfant. Nous sommes mariés depuis 1 an, j?ai 28 ans ( Alex ) et elle en a 22 ( Sue, en fait Siao Sue qui veut dire  ? Petite Neige ? )

C?est une magnifique Eurasienne de la 3ème génération. Elle est trop belle, avec ses cheveux noirs et ces yeux clairs en amande. Elle a des seins fermes et lourds, ronds aux auréoles claires. 95 C. Elle est assez grande, 1 m 71 et ses fesses feraient bander un énuque.

Elle est interprète Anglais et Arabe ( débutante ). Elle voyage quelque peu. Nous habitons Vincennes. Moi je suis informaticien réseaux.

Un soir alors que nous dînions à Paris, elle me dit :

? Tu sais, Alex, je ne te comprends pas, je suis fidèle et tu voudrais me pousser à ne plus l?être, c?est tout de même pas courant, n?est-ce pas ? ?

? Sans doute, mais toutefois plus courant que ce que tu peux imaginer ?

? Peut-être, il n?empêche que je ne te comprends pas que tu veuilles me donner à d?autres hommes. Tu sais, je peux te dire qu?en toute modestie, je suis draguée presque tous les jours mais je pense que ma fidélité est un gage de mon amour pour toi ?

? Je te remercie de ces paroles, chérie. Pour répondre à ta question, implicite, je te rassure, je ne me comprends pas, aussi. En fait c?est incontrôlable, il s?agit d?une pulsion. Je ressens, c?est tout ?

? Crois-tu que tu serais content de savoir que je couche avec un amant ? ?

? Pour te répondre, je dois préciser que je me la suis poser beaucoup de fois. La réponse est évidente, c?est oui. Et j?ajoute que cela soit un amant ou un inconnu, la réponse est la même, oui ?

? Tu es complètement débile. Si je ne me mets pas en colère, cette fois, c?est que je pense que ça n?en vaut pas la peine. Mais je persiste à dire que tu es fou ?

? Minute, je vais te dire : Tu n?étais pas vierge quand nous nous sommes connus. Donc tu as connu d?autres hommes avant moi. Je pourrais en être jaloux, mais j?accepte que d?autres hommes aient eu ton corps. Alors, pourquoi, aujourd?hui, je ne devrais pas l?accepter. Avant ou après, qu?elle est la différence ? ?

? Mais, Alex, nous sommes mariés, je suis ta femme, je t?aime ?

? Qui a dit le contraire ? Et parce que tu aurais avec des hommes, les mêmes rapports sexuels que tu as déjà eu avec d?autres par le passé, tu ne m?aimerais plus ?

? Je ne dis pas ça, mais .... ?

Je lui coupais la parole.

? Oui c?est exactement ce que tu dis ?

? Non, je me comprends ?

Nous avons fini de dîner et nous avons erré quelques temps sur les champs.

? On va en boite, lui proposais-je ? ?

? Ah oui, avec plaisir, ça nous changera .... ?

Il est vrai que nous sortons peu.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Arrivés sur les lieux, je constatais à retardement que ma femme était en tenue sexy. Jupe courte ample évasée et T-shirt moulant, sans soutien gorge. Je lui supposais un string, comme à son habitude, pour me séduire.

? Tu es très belle, chérie ?

? Merci, mon amour ?



La boite était pleine à craquer, normal pour un vendredi. Nous avons réussi à nous asseoir sur 2 poufs pas trop loin de la piste de danse. J?ai commandé une bouteille de champagne. Alors, le serveur, nous a trouvé un coin avec table, mais un peu à l?écart. Tendrement enlacés nous buvions ....

Nous avons dansé ....

Vers 3 heures, c?était toujours aussi plein de monde. J?étais un peu las et Sue dansait toujours depuis un long moment.

Je m?en inquiétais et m?approchais de la piste pour la chercher. Je l?aperçu sur la droite dansant près d?un homme au cheveux grisonnant.

Elle me tournait le dos, l?homme avait posé ses deux mains au bas du dos et profitait de ce langoureux rythme sud américain pour se frottait à contre ma femme.

Il passait une de ses jambes entre celle de Sue faisant ainsi remonter sa mini au ras de son entre jambe. Ils tournaient et à chaque fois, sa jupe voltigée et l?on devinait ses fesses.

Effectivement on le voyait nues, donc elle avait un string.

Puis vinrent les slow et l?homme se faisait plus pressant, ses mains descendirent sans hésitation sur les fesses de Sue. Elle ne réagit pas. Ce qui incita son cavalier à continuer. Je vis alors le visage de Sue, les yeux fermés.

L?homme osa passa une main sous la jupe, il caressait maintenant ses fesses nues. Je n?en croyais pas mes yeux. Puis l?homme s?écarta légèrement de Sue et prit un sein avec sa main libre. Durant les 3 slows .... Ils dansèrent ainsi, ma femme se laissant peloter de partout.

Je regagnais ma place. Sue arriva et me dit qu?elle était bien et me remercia pour cette soirée.

Un moment plus tard, elle me dit qu?elle était invitée à prendre un verre à la table de son cavalier. Je fis l?ignorant ....

? Tu ne m?as pas vu, avec tout ce monde ... ?

? Tu peux y aller, si ça te fait plaisir ?

? Je vais juste prendre un verre, juste par courtoisie ?

? Ne t?inquiète pas chérie, je suis là ... tu peux prendre ton temps ... et plus ?

? Plus ? Qu?entends tu par plus ? ?

? Plus ... c?est une façon de te dire ne te gêne pas pour moi, fait ce que bon te semble ?

Nous parlions par sous entendus, ni elle, ni moi, ne voulions dire ouvertement ce que nous pensions.

? Donc je peux rester quelques minutes ... ?

? Et même plus ?

? Plus ... plus, alors va pour le plus ?

Je la regardais droit dans les yeux et lui dit :

? Sue, je t?aime et quoi qu?il arrive, je ne t?aimerais que davantage ?

? Je sais, tu me l?as si souvent dit ?

? Va mon amour et ... je t?aime ?

Elle se leva, me posa un gentil bisou sur les lèvres et me laissa.

Immédiatement, je bondi et la suivi. Elle alla vers un coin sombre, dans un coin de la boite mais accessible à tous. Je me dissimulais derrière un pilier à 3 mètres. Il y avait 3 hommes d?un certain âge. Habitué à la pénombre, je reconnu son cavalier et vit que les deux autres aussi devait avoir dans les 50 ans. Sue prit place à coté de son cavalier. Ils lui offrirent du champagne. Le temps passa et elle bu 3 coupes. Son cavalier l?attira vers lui et lui passa un bras autour du cou, l?attira et l?embrassa. Elle répondit à son baiser. Ils flirtèrent un long moment et l?homme avait passé ses mains sous son T-shirt et lui pétrissait les seins qu?elle avait presque à l?air.

Puis, il s?enhardit sur ses cuisses et alla directement sous sa jupe c’est-à-dire directement à son sexe.

Là, elle l?écarta et lui enleva la main. Elle regarda les deux autres qui mataient et aussi alentour. Elle m?aperçu. Me regarda comme si elle m?interrogeait du regard. Je ne bougeais pas, mais je fermais mes paupières en signe de ? oui ?.

Alors, elle prit l?initiative d?embrasser à nouveau son partenaire. L?homme recommença son attaque et cette fois, Sue le laissa faire. Il branla Sue que ondulait du bassin. Ils s?embrassaient à pleine bouche.

Soudain l?homme se leva et attira Sue au fond de cette espèce de box dans lequel ils se trouvaient.

Il fit asseoir Sue sur le fauteuil et lui ôta son T-shirt. J?étais effaré Sue se trouvait les seins nues dans ce lieu public, avec ces 3 hommes autour d?elle.

Je bandais à faire craquer mon pantalon.

Son cavalier défit le sien, descendit son slip et s?assit à nouveau.

Puis immédiatement, lui saisi la tête et l?attira vers son sexe. Sue prit la bite dans sa main, hésita un instant et ouvrant sa bouche absorba le membre qu?on lui présentait à sucer.

Je vis un membre d?une dimension tout à fait exceptionnelle. Ils étaient, face à moi bien dissimulé, derrière mon pilier et les guirlandes qui en tombaient.

J?avais une vue imprenable sur le couple adultère.

Sue s?activait sur la bite tendue. Ce que je voyais m?excitait au plus au point. La jalousie me tordait le ventre et perturbait mon esprit. Mais mon sexe, lui, était à la fête.

Mon fantasme tant souhaité se réalisait.

Sue pour être plus à son aise, sans doute, s?agenouilla sur le fauteuil et continua sa fellation.

Ses énormes seins ballottaient.

Excités aussi, les deux autres compères, s?approchèrent de ma femme. Le premier lui enleva sa jupe et son string. Sue se retrouvait complètement nue au milieu de ces 3 hommes, dans la boite de nuit. Et elle ne disait rien.

Alors, les deux collègues baissèrent pantalon et slip et se masturbèrent en regardant le spectacle. Chose étonnante, leur bite était aussi longue et grosse que celle que suçait ma femme.

J?étais fasciné par ces 3 bites, toutes bien plus grosses que la mienne.

Je vis l?un des deux masturbateurs, s?agenouillait derrière Sue et sans aucune préparation ni autorisation lui mettre sa bite dans la chatte. Il la pénétra d?un seul coup et je pensais donc qu?elle devait être bien mouillée. Sue accusa le coup et lâcha la queue qu?elle suçait pour tenter de se défendre, mais elle dû y renoncer car une main appuya sur sa tête pour l?obliger à reprendre sa fellation. Bien embrochée, elle subissait l?assaut de son baiseur. En peu de temps, elle remua des fesses, signe qu?elle appréciait, maintenant.

L?homme la baisait à grands coups de rein en la tenant fermement aux hanches.

S?activant ainsi plusieurs minutes l?homme poussa un léger grognement et je devinais qu?il jouissait, il éjaculait son sperme dans le vagin de ma femme. Il n?avait pas mit de préservatif.

A cet instant, Sue abandonna, à nouveau, sa fellation et sa tête posée sur les cuisses de l?homme, jouit à son tour très fortement comme ses soubresauts le firent comprendre.

Le premier baiseur se retira et aussitôt le second comparse prit la place du premier et la pénétra à son tour. Sue releva la tête étonnée. Mais capitula immédiatement. Elle reprit sa fellation. Quelques secondes seulement car celui qu?elle suçait jouit lui aussi et lui envoya son sperme dans la bouche en lui maintenant la tête pour qu?elle ne se retire pas. Il éjaculat tout son sperme et Sue fut obligée de tout avaler.

L?autre qui baisait comme un lapin jouit aussitôt après et déversa lui aussi son sperme dans ma femme qui joui à son tour d?un manière fulgurante.

Les 3 hommes assis, leur pantalon sur les chevilles leur sexe pendant entre leurs jambes et ma femme, nue, au milieu d?eux, m?offraient un spectacle inouïe.


Elle me retrouva à notre table .....

Je l?attendais.

La mine défaite, les yeux cernés, les cheveux en bataille. Elle était magnifique. Ses seins semblaient encore avoir grossi et tendaient le T-shirt. Je regardais ses jambes et cru apercevoir un filet de sperme qui coulait. Sa courte jupe lui faisait des jambes merveilleuses.

Un vraie salope dans toute sa beauté. Je bandais.

Je lui tendis une coupe de champagne que je venais de commander.

? Tu as vu ? ?

? Oui ... ?

? Tout vu ? ?

? Oui, tout vu, tout ?

? C?est ce que tu voulais ? ?

? Oui ?

? Je me suis vraiment comporté comme une salope ?

? Plus qu?une salope, comme une pute ?

? Je ne vois pas la différence ... ?

? Disons qu?une salope se serait faite prendre un type simplement, mais toi tu t?es faite baiser par trois et à poil dans une boite de nuit, voilà la différence ?

? Alors, je me suis comportée comme une pute ?

? Disons que tu a été pute ?

? Disons le ?

? Je le dis ?

? Mais tu dis quoi, au fait ? ?

? Je dois dire quelque chose ? ?

? Je pense, oui, tu attendais ça depuis longtemps et tu pourrais me dire ce que tu as ressenti ?

? J?ai beaucoup aimé ce que j?ai vu, c?était excitant, très excitant, j?étais terriblement jaloux et fou d?excitation à la fois, te voir ainsi te faire prendre et sucer, m?a complètement rendu fou ?

? Je t?avoue que je ne sais pas ce qui s?est passé. J?étais dans un tourbillon et je ne pouvais pas refuser. Au contraire je le voulais. Je savais que tu regardais, alors, je me suis lâchée ?

? Oui, tu en as même oublié les précautions et les préservatifs ?

? C?est vrai, mais ils m?ont obligée et j?en avais envie. Tu sais, j?aime recevoir le sperme en moi, c?est plus physique et cérébral à la fois ?

Nous avons quitté la boite et sommes rentrés chez nous.

Dans la chambre, nous nous sommes dévêtus et j?attirais Sue vers moi je la voulais tout de suite, mais elle se rebiffa.

? Attend, je vais me laver ?

? Non surtout pas, je te veux ainsi ?

? Mais je suis pleine de sperme ?

? Justement ?

? Comment justement ? ?

? Oui je te veux avec ... ?

? Si tu y tiens ?

Je lui ouvris les jambes et je suçais sa chatte encore dégoulinante du sperme de ses deux amants.

Quel goût, quel bonheur, quelle joie, enfin .... Je buvais le nectar .... Et surprise Sue se rendit compte de mon plaisir.

? On dirait que ça te plait de me lécher comme ça ? ?

? J?adore ?

? Tu aimes boire ce mélange de mouille et de sperme ? ?

? Ce que j?aime c?est ce qui sort du vagin de ma propre femme, pas d?une autre ?

? Tu veux dire que tu aimes savoir ce que ta femme vient de faire et que tu t?en régales ? ?

? Ooohhh oui ?

Je me précipitais, le sexe tendu et je la pénétrais .... J?entrais en elle comme dans une trou béant et .huileux. Mon sexe nageait dans sa chatte, mais ce que je ressentais était au-delà du sublime. Je baignais dans le sperme des amants de ma femme.

? C?est bon chérie, c?est bon ?

? Tu aimes aussi baiser ta femme qui vient de se faire mettre ... ? ?

? C?était mon fantasme, c?est une rêve que je viens de vivre, que je vis, je suis en toi, dans ta ton vagin qui a été défoncé par deux bites qui ont éjaculé leur sperme, c?est le paroxysme du plaisir, chérie, mon amour ?

? Donc tu ne m?en veux pas de t?avoir trompé avec ces hommes ? ?

? Non, au contraire, je t?en remercie ?

? Tu me remercie de t?avoir fait cocu ? ?

? Oui, c?est ça ... cocu, je suis cocu et j?adore ?

Sue ne répondit pas et eu un orgasme d?un rare violence.

Ce qui précipita le mien et nous nous écroulâmes ....

Ce samedi après midi fut merveilleux, nous étions comme deux enfants mais surtout très amoureux.

Nous avons passé ce week-end à faire l?amour. Nous excitant toujours des mêmes visions, des mêmes paroles et des mêmes situations.


Quinze jours passèrent et je lui fis une autre proposition.

? Je voudrais que tu sortes seule. Moi je t?attendrais à la maison et s?il se passe quelque chose que tu me racontes en rentrant ?

? C?est encore un autre fantasme bien excitant ?

? Je suis heureux que tu y adhères ?

? Parfait, ça me va très bien ?

Elle se prépara, je l?aidais de mon mieux, enfin de ma perversion ... Je réussi à la faire habiller d?une robe moulante ultra courte. Elle accepta aussi de ne pas porter de dessous.

Elle était splendide, son charme eurasien et ses formes italiennes la rendaient irrésistible.

C?est ainsi, simplement vêtue de sa robe, qu?elle quitta la maison.

J?entendis sa voiture démarrer.

Tard dans la nuit elle téléphona sur mon portable. Elle dit :

? Je ne rentre pas seule ?

Et elle raccrocha aussitôt.

Je ne savais pas quoi faire, comment réagir.

Je réfléchis vite. Puis je me décidais. Je refis le lit bien comme il faut, en 2 mn. Puis je rangeais mes vêtements. Je rangeais le salon et couru me dissimuler dans le bureau ( chambre que nous avons transformée en bureau )

Tout était éteint.

Un long moment plus tard, j?entendis la porte s?ouvrir, mon coeur battait. La lumière du salon s?alluma et je la vis ... Puis je vis son ... partenaire. Stupeur, c?était un noir bien foncé. Grand bien bâti.

Elle servit 2 whiskys glace. Installés dans le fauteuil, ils ne pouvaient pas me voir. La porte étant très légèrement entre baillée.

? Alors c?est ci que vous habitez ?

? Oui, mon mari est absent et ne rentrera que vers midi ?

? Tu n?as pas de crainte qu?il rentre avant ?

? Non, il est à Lyon et ne prendra la route que ce matin de bonne heure, tu as peur ?

? Non, bien sûr, mais je n?aime pas trop ces situations ?

? N?aies aucune crainte, pas de problème ?

? De toutes les façons, j?ai tellement envie de toi que je m?en fou ?

? Alors ! ?

? Tu es si belle, je n?ai jamais touché une eurasienne, vraiment tu es d?une beauté ... j?ai de la chance que tu sois infidèle ?

Il la prit dans ses bras musclé et l?embrassa goulûment, tout en se dévêtant. Il apparu nu. J?avais du mal à voir sa queue.

Puis il enleva la robe de Sue. Le contraste des peaux était enivrant. Elle se leva et le tira par la main. Là je pu bien voir son sexe. La rumeur ne mentait donc pas. Les noirs .... Lui il en avait une énorme, plus grosse que mon poignet et au moins 15 cm sans bander.

? Viens allons dans la chambre, nous serons mieux ?

Ils disparurent dans le couloir qui mène aux chambres ( nous en avons 2, plus le bureau )

J?attendis bien 5 mn avant de me décider. J?avançais doucement à pas de loup. Chance ( ou connivence de Sue ) la porte était entre ouverte, les lumière étaient éteintes et celle de la chambre tamisée par notre lampe de chevet.

Je me baissais par prudence et d?abord loin de la porte ( 1 m au moins ) j?observais. Il n?y avait pas de soucis, il ne pouvait me voir. J?avançais donc près de la porte.

Sue était allongée en travers du lit, lui assis sur ses propre genoux, se faisait sucer la queue lascivement.

Son énorme dard essayer tant bien que mal de s?enfoncer dans la bouche de Sue.

Elle y mettait de la conviction, mais ne pouvait en entrer que le tiers.

De voir cette bite noire dans la bouche de ma femme failli me faire jouir immédiatement.

Il se pencha en avant et caressa les seins puis ses doigts s?emparèrent de la chatte qu?ils pénétrèrent doucement, habilement.

Sue commençait à être à son plaisir. Le noir s?allongea sur elle et glissa la tête entre les jambes de Sue. Il lécha et suça avec application. Il fit tant et si bien, que Sue partie dans un premier orgasme.

Alors, l?homme se mit à genoux et pointa sa queue à l?orée de la chatte de Sue. Durant quelques secondes il caressa la vulve de son gland énorme. Sue était en transe. Elle attendait la pénétration. Mais elle n?attendit pas longtemps. Le noir poussa, et son sexe pénétra .. Soupir de Sue. Encore, il avançait lentement mais sans discontinuer. Lorsque qu?il fut bien enfoncé en elle, les couilles buttant sur les fesses, il s?arrêta. Sue respirait fort.

A ce moment comme par plaisir, pour lui, elle tourna le visage, les yeux ouverts, vers la porte où elle savait que j?étais, puis regarda son noir.

? Je suis bien embrochée par ta puissante bite, Léopol ?

Il s?appelait donc ainsi.

? Elle est toute pour toi ma cochonne ?

? Alors baise moi, baise ta cochonne, baise ta salope, baise ta pute blanche ?

? Tiens prend la bien ?

En cadence régulière, le noir faisait entrer et sortir sa queue presque entièrement à chaque fois. Cette façon de faire l?amour avec un engin pareil, réveilla les instincts femelles de Sue.

Elle cria sa passion et son plaisir.

? Je jouis, je jouis trop, haaa, tu me tues, tu me m?empales, je te sens au fond de mon ventre, je te sens de partout, tu me remplie toute ?

? Jouis sale pute, hein c?est meilleur qu?avec ton mari, hein ? ?

? Ooohhh oui, c?est meilleur, c?est plus que meilleur, c?est trop ?

? Maintenant tu ne vas aimer que les bites noires ?

? Tu me défonces, Aie, ho, ha, je pars, je chavire, haaaaaaaaaaaaaaa ?

Le cri d?une jouissance fulgurante et intense sortit de la bouche de ma femme se faisant prendre à fond par la bite énorme d?un noir.

Surtout, que se joignant à elle, il jouit aussi :

? Prend mon sperme dans toi, salope de femme blanche mariée, infidèle et pute, je décharge dans ton chatte ?

? Je sens ton sperme chaud, il gicle fort, haaaaaaaaaaaaaaaaaa ?

Puis le silence, les souffles, les soupirs et les râles.

Ils avaient fini, fini de faire l?amour. Après un moment, le noir se dégagea et la queue encore raide la donna à sucer à Sue.

Ils restèrent l?un à coté de l?autre une bonne trentaine de minutes, se caressant mutuellement.

Puis Sue demanda à Léopol, s?il avait soif. Il dit que oui.

Sue se leva et je fuis vers le bureau.

Elle alla à la cuisine et en sortie, elle s?avança vers le bureau, l?ouvrit et me vit. J?étais aussi nu qu?elle était nue. Mon sexe bandait à la verticale.

Elle me fit un bisou sur les lèvres et me laissa. Je la vis s?éloigner, ses fesses magnifiques.

Je repris mon poste d?observation. Le noir buvait un coca glacé.

C?est Sue qui déclencha, à nouveau les hostilités ( si je peux dire ainsi ). Elle le suça un peu, l?enjamba et fit pénétrer le sexe du noir dans sa chatte. Elle montait et descendait sur la colonne de chair noire.

Le noir lui pétrissait les seins et aussi les fesses.

Je voyais tout. Elle me tournait le dos et je voyais bien la pénétration. Le pieu qui prenait possession de ma femme.

Sue jouissait à perdre son souffle.

Soudain le noir la bascula et ils tombèrent du lit, pourtant sans que le sexe ne sorte de son nid.

Alors, il l?a fit se courber sur le lit coté gauche, par chance pour moi car je les voyais bien de profil. Lui à genoux derrière elle, la besognait en levrette.

Le noir stoppa son mouvement au grand désespoir de Sue.

? Ne t?arrête pas ... continue ?

Le noir repris son ? travail ?. Je vis qu?avec son pouce, il pénétrait le cul de Sue. Elle qui n?aime pas trop ça ... ne disait rien et au contraire semblait apprécier. Il est vrai qu?il se servait du mélange contenu dans la chatte pour bien le huiler ... mais enfin.

Sue se était toute à son plaisir ... et à ses multiples jouissances.

Le noir s?arrêta de nouveau, sorti sa bite et la présenta au cul de Sue, qui fit un bond.

? Non pas ça Léopol, pas ça, je ne veux pas, je t?en prie ?

Malgré moi, j?étais content de sa réaction.

? Laisse toi faire tu vas aimer, tu vas voir, c?est bon ?

? Non je ne veux pas, même avec mon mari, je ne veux pas, je t?en prie ?

? Non, tu vas y passer, salope, je vais t?enculer et ut vas en redemander ?

? Non, Léopol, non pas ça ... ?

Mais je voyais bien que le noir ne l?écoutait pas et poussais sa queue tout en maintenant Sue fermement.

Résignée, elle enfouie sa tête dans les draps.

Le noir guidait sa bite avec sa main. Il poussait fort, poussait encore et soudain ses efforts furent récompensés. L?anneau céda et le gland s?engouffra dans le cul de ma femme qui poussa un cri de douleur et de surprise.

? Ah .... ?a y est, tu vois, le bout est passé, maintenant ça va être plus facile ?

? J?ai mal, arrête, salop, arrête ?

? C?est toi la salope et je vais t?enculer à fond et tu pourras le dire à ton mari ?

Il prit de la mouille de la chatte et la fit couler sur sa bite.

Il prit Sue par les hanches et sans pitié, s?enfonça irrémédiablement. La progression dura 10 secondes interminables. Mais le noir arriva au bout. Totalement enfoncé dans le cul de Sue, il marqua l?arrêt. Sue pleurait. Elle avait très mal.

? Aie, aie, aie, j?ai mal, j?ai mal, sors de là ... ?

? Jamais ... j?y suis, j?y reste ?

Doucement, doucement, il sortit la bite de trois quarts avant de l?enfoncer de nouveau tout aussi doucement. Il fit ainsi plusieurs fois. Puis il accéléra les mouvements et alterna les mouvements lents et les mouvements rapides. Au bout de 10 mn, la partie était gagnée pour lui. Alors, sans autre précaution, il enculait Sue avec régularité de toute sa bite. Il entrait et sortait du cul de ma femme sans problème.

Longtemps, il dura ainsi. Sue finie par avoir des soupirs ... Elle semblait appréciait ....

? Branle toi Salope ?

? Quoi ? ?

? Je te dis de te branler la chatte ?

Sue obtempéra et se branla ... Ce qui eu pour effet immédiat de la libérer et de lui faire oublier la petite douleur qui devait persister.

Ainsi son enculeur avait eu raison du cul de ma femme.

Maintenant Sue se pâmer et râlait son plaisir et son désir.

? Oh oui, oui, c?est bon, ça vient, ça vient, je vais jouir, je ne sais pas d?où mais je vais jouir salopard, tu m?as eu ?

? Salope, jouis, je vais t?inonder le cul, joui salope, pute ?

Sue libéra sa jouissance dans une extase profonde et bruyante.

Son amant noir libéra son sperme dans son cul.

Tous deux anéantis et fatigués, se couchèrent et s?endormirent, l?un sur l?autre, lui avec sa bite toujours dans le cul de Sue.

Je m?enfermais dans le bureau et m?endormis aussi après avoir éjaculer dans un mouchoir en papier.

Je fus réveillé par les bruits dans la cuisine. J?ouvris la porte discrètement et par la fente je vis ma femme et son amant en train de boire du café.

Ils étaient nus tous les deux.

Le noir voulu la prendre encore, mais elle se refusa.

Alors suce moi avant que je parte, suce moi.

Elle s?agenouilla entre ses jambes et le suça en lui caressant les couilles. Sa bite était vraiment énorme.

Elle s?appliqua à la tâche et 3 mn plus tard elle reçut tout le sperme du noir dans la gorge.

? Avale mon sperme, pute, tu n?es qu?une pute, ma pute dorénavant et je viendrais te prendre chez toi quand je voudrais, tu m?appartiens, avale tout ?

Sue avala toute la semence du noir et se releva.

Il quitta la maison un peu plus tard ... mais je l?entendis dire :

? Bon, je veux te voir samedi en boite, sinon je viens te chercher chez toi, ok ? ?

? Oui, d?accord, à samedi ?

La porte claqua. Je sortis du bureau.

Sue était nue, elle était belle ma femme et je la voulais ... moi aussi.

Elle me sourit et me prit par la main et m?entraîna dans la chambre à coucher.

Enfin j?en avais tellement envie.


Elle me jeta sur le lit défait de ses turpitudes de la nuit et m?embrassa. Je sentis le goût du sperme de son amant, sur sa langue. Puis elle me suça en avalant mon sexe presque entièrement.

Je touchais sa chatte gluante et large et surtout son cul et j?y entrais un doigt avec facilité.

Je voulu l?enculais mais elle s?y refusa me disant qu?elle avait encore mal.

Je pénétrais donc sa chatte avec encore et toujours plus de facilité. Son vagin était encore large et humide.

? C?est bon amour, je suis bien en toi, surtout après ce que tu as fait cette nuit, c?est doux ?

? Prend moi chéri, baise la pute du noir qui vient de me baiser, c?est vrai qu?elle est petite ta bite comparée à la sienne ?

? Oui, j?ai vu son énorme bite qui te défonçais, c?était très excitant ?

? Je la sentais bien en moi et au fond de moi, il me remplissait bien, lui ... ?

? Et moi non ? ?

? Je te sens à peine, c?est comme si j?étais devenu trop large, maintenant ?

? C?est vrai que ton vagin est bien ouvert ?

? Je vais te sucer, mon chéri ?

Elle me suça en aspirant mon sexe et 2 mn après je jouissais dans sa bouche. Sue avala mon sperme.

? Dis donc, tu en avais gardé un belle quantité ?

? C?est excitant que tu sois devenue une salope ?

? Ah bon, ça t?excite tant que ça de le savoir, ça t?excite de plus en plus que je sois une pute que te fasse cocu ?

? Oui, chéri, ça me plait d?être cocu ?

? Heureusement car maintenant je ne pourrais plus me passer de ces queues énormes ?

? Je suis heureux de cette constatation ?

? Et aussi, tu as vu, je me fais même enculer, maintenant ?

? J?ai vu et j?en ai été tellement jaloux ?

? Je te comprends, tu aurais bien voulu le faire le premier ?

? Exact ?

? Mais mon chéri, c?est ce noir qui a été le premier et c?est bien pour un cocu de laisser un autre prendre le cul de sa femme en premier, non ... ?

? Vu sous cet angle, je crois que tu as raison ?

? Au fait tu l?as entendu me dire de le retrouver samedi ? ?

? Oui et que comptes-tu faire ? ?

? Je m?en remets à toi, mon amour, j?irais si tu veux et je n?irais pas si tu ne veux pas ?

? On verra, dans la semaine ?

? D?accord ?

Nous étions sur un nuage. Sue était radieuse et totalement épanouie. Moi je dégustais chaque jour d?avoir enfin réussi à pervertir ma femme. Je l?aimais de tout mon être.

Sue si belle et si pute.

Nous avions décidé que Sue irait en boite comme l?avait voulu Léopol.

Elle y alla donc, mais vers 1 heure du matin elle m?appela pour me dire qu?il n?y était pas.

Bizarrement cela me rassura. Je lui recommandais tout de même de rester danser et de s?amuser. S?il venait elle le verrait bien et s?il ne venait pas elle rentrerait.

A 5 h 30, elle m?appela

? Chéri, il n?est pas venu, mais je suis avec un autre qui veut m?emmener chez lui, qu?est-ce que je fais ? ?

? Il t?inspire confiance ? ?

? Oui, je crois, mais il m?a l?air très vicieux, tu sais ?

? Pourquoi ? ?

? Je lui ai dit que j?étais mariée et il a dit que c?était très excitant un femme mariée ?

? Ah, intéressant ... ?

? Et en plus il m?a dit que tu pouvais venir, toi aussi, chez lui ?

? De mieux en mieux ... ?

? Qu?est-ce qu?on fait ? ?

? Demande lui l?adresse et je vous rejoins ... ?

? Il dit de venir au 25 rue .... Derrière le Bd Barbes, ce n?est pas un quartier bien, non ? ?

? C?est vrai ?

? Il dit qu?il est propriétaire du bar restaurant au rez-de-chaussée ?

? Oui mais ... ?

? Il dit de na pas t?inquiéter, que c?est un homme sérieux ?

? On va y aller, tu as ton portable avec toi ... ?

? Oui ?

? Ok alors, dans 45 mn ?

? D?accord, j?ai peur ?

? A tout de suite ?

Je démarrais la voiture en trombe et j?arrivais à l?heure dite. Je ne vis personne. J?allais avoir peur, mais le téléphone sonna.

? Je te vois par la fenêtre, ouvre la porte et monte au 6ème .... Y a pas l?ascenseur ... ?

Je découvris un homme d?un âge moyen, moyen de taille, moyennement beau. Il n?avait pas de moustache, mais son type arabe était très prononcé. Je me demandais ce qui avait bien pu attirer Sue.

Les présentations faites, je compris .... Cet homme était très sympathique et il se dégageait de lui une force tranquille ... brute. Brute au sens de brut. Il parlait avec conviction et fermeté.

En fait, il était ? influent, persuasif ?, voilà les mots. Moyen soit, mais très charismatique.

Il nous offrit un whisky coca.

? Alors, tu es Alex, le mari de cette pure merveille de la nature ? ?

? J?ai cette chance, oui, et cet honneur ?

? Il ne faut pas parler ainsi devant sa femme, sinon elle va penser que tu es faible ?

? Et vous diriez quoi, vous, alors ? ?

? Ceci : Ma femme est très belle, je sais ... c?est tout ?

? Je comprends, mais nous n?avons pas la même culture ... ?

? Il est vrai ... et c?est bien ainsi, et donc puisque tu sembles, on peut se tutoyer, tu sembles être dévoué à cette magnifique créature, je vais te demander de la dévêtir, toi-même ?

? Avec plaisir, cher Karim ?

J?enlevai, jupe et chemise. Elle était nue.

? Quelle beauté, quelle hanches, quels seins, tourne toi un peu que je vois ton cul .... Oh quel cul aussi, ça vaut de l?or, Alex ... cette femme est une déesse et son visage .... Je n?ai jamais rien vu de plus beau. ?

? Je suis fou amoureux d?elle ?

Sue ne parlait pas, elle se laissait aller ...

Karim se déshabilla et nu, il était aussi ... moyen, mais sa queue n?avait rien à envier à celle du noir, sauf que ses couilles étaient bien plus grosses.

Sans plus se soucier de moi, il prit Sue par les cheveux et la fit mettre à genoux.

Sans plus attendre et sans hésitation il lui fourra sa bite dans la bouche et sans autre forme de courtoisie, Karim entreprit de baiser la bouche de Sue. Car il s?agissait bien de cela. Il se servait de la bouche de Sue comme il se serait servi de son vagin. Il tenait maintenant sa tête à deux main et baisait sa bouche sans retenue aucune. Il s?enfonçait parfois si loin dans la gorge que Sue suffoquait.

Il ne dura pas longtemps et déchargea son sperme en grande quantité, sans un mot et sans un soupir, une partie alla dans la bouche de Sue et une autre partie se répandit sur son visage. Le sperme coulait.

Il releva Sue et lui dit :

? T?es une bonne affaire, va dans la chambre, là la porte à gauche et attends moi, il faut que je parle à ton mari ?

Ma femme obtempéra sans réfléchir et nous laissa.

? Dis moi Alex, si j?ai bien compris de ce que m?a déjà dit Sue, vous êtes mariés depuis un an seulement et déjà ton fantasme c?était de la voir baiser avec d?autres hommes, c?est ça ? ?

? Oui, absolument et Sue ne voulait pas, au début, puis ça c?est fait ... ?

? Tu veux la pervertir, quoi ? ?

? Oui, c?est ça ?

? Tu veux qu?elle soit une salope et jouir de ton fantasme ? ?

? Je voudrais qu?elle soit la pire des salopes et même la pire des putes et être le mari cocu ?

? Je vois ... si tu veux je peux la baiser maintenant et vous partirez, mais si tu veux, je peux la pervertir, l?avilir, l?humilier et tu seras terriblement cocu ?

? Que veux-tu dire ? ?

? Nous sommes samedi, tu me la laisses le week-end et je te la ramène dimanche soir. Tu peux me faire confiance .... Tu pars et elle te racontera tout ?

J?étais totalement favorable à cette proposition excitante.

Ainsi, sans l?avis de Sue, je venais de conclure avec Karim de lui prêter ma femme pour le week-end.

J?en étais tous fébrile d?excitation. Laisser ma très belle jeune épouse à la disposition de cet arabe durant 2 jours.

Sans bruit, je quitter l?appartement de Karim et rentrais chez moi.

Ce furent les 2 jours les plus longs de ma vie, je crois. Pour tuer le temps, je visionnais film sur film, mais mon esprit ne pouvait s?empêcher d?aller vers Sue et ce qu?elle pouvait faire.

Dimanche soir, à 19 heures, Sue arriva. Elle entra ... Seule. Elle me fixa droit dans les yeux et sincèrement j?eu très peur d?avoir tout gâché .... Son regard était froid et dur. Ses habits étaient froissés, dans un état lamentable. Ses cheveux étaient poisseux et des traces blanches séchées maculaient son visage et ses cheveux.

Mais cela ne dura que quelques secondes et Sue se mit à rire.

? T?as eu la trouille, hein, mon salop ? ?

? Oui, j?avoue que oui ?

? Tu m?as fait une chose que tu mériterais de payer cher ?

? Je sais tu as raison, mais je n?ai pu résister à cette occasion d?aller très loin dans ton apprentissage ?

? Alex, tout de même ... ?

? Je reconnais, mais bon ... ?

? Mais, au fond, ça m?a fait comprendre que non seulement tu veux que je sois salope mais qu?aussi tu cherches par tous les moyens à être cocu ... ?

? Encore une fois tu as raison, je me découvre de plus en plus ce fantasme ?

? Fantasme ! Fantasme, quel fantasme, c?est une réalité, oui ?

? Depuis peu, oui, et j?en suis heureux ?

Tous en parlant, Sue s?était dévêtue et nue me regardait droit dans les yeux. J?observé des traces blanches séchées sur son corps.

? Tu veux savoir comment tu as été cocu ce week-end ? ?

? Oh oui, depuis j?attends ton retour ... ?

Elle mit un pied sur l?accoudoir du fauteuil et me dit :

? Vient boire à la source ?

Je m?assis entre ses jambes et collais ma bouche à sa vulve. Aussitôt une odeur fauve me vint aux narines. J?ouvris ses lèvres avec ma langue que j?enfonçais dans le vagin et immédiatement un liquide coula dans ma bouche. Je l?avalais avec délice. Mon sexe se dressa fièrement.

? Mon cul maintenant ?

J?enfoui ma bouche entra ses fesses et j?insinuais ma langues dans son trou. Il était souple et ouvert. Le goût était fort. Nul doute qu?elle avait été bien enculée.

Je revins à sa chatte d?où le liquide était encore abondant.

? Tu sais ce que tu bois là ? ?

? hummm ?

? Tu bois ma mouille et le sperme de 19 arabes ?

? hummmmm ?

? Je ne les ai pas compté, c?est Karim qui m?a dit de te le dire. 19 arabes et pas du premier choix ?

? hummmmmmmm ?

? Je vois que ça t?excite mon chéri ?

? ooouiiiii ?

? Viens allons dans le lit ?

Je la suivis et j?avais devant moi le cul le plus beau du monde. Ce cul qui faisait bander tous les hommes. Elle se jeta sur le lit, sur le dos, jambes écartées totalement.

? Viens me la mettre dans la chatte, tu vas voir qu?elle a été bien prise ?

Je fis ce qu?elle me demandait, avec empressement. J?entrai ma bite, qui y glissa comme un doigt dans un verre d?huile.

? Alors, tu vois ce que tu as fait de ta femme ? ?

? Que veux-tu dire, chérie ? ( dis-je mal à l?aise )

? Il y a encore quelques semaine, j?étais une épouse fidèle et vertueuse et maintenant je suis devenue une pute ... voilà ce que je veux dire ?

? Mais ... je ... ?

? Ne dis rien, Alex, je ne t?en veux pas, au contraire, tu m?as révélée, tu m?as fait connaître des plaisirs insoupçonnés ?

? Ah, tu me ... ?

? Ne dis rien, baise et écoute ?

? Oui mon amour ?

? Tu sais Karim, c?est un vrai vicieux, quand tu es parti, il est venu m?annoncer que tu m?avais prêtée pour le week-end .... J?ai paniqué, mais il m?a rassuré d?abord et ensuite il est devenu très autoritaire. Il m?a dit que je devais être pervertie sérieusement. Qu?il allait me soumettre .... En fait, il m?a baisée au moins 30 mn, je te jure, au moins 30 mn. J?ai joui je ne sais plus combien de fois, avant qu?il me remplisse de son sperme. Bien remplie, ce type a une quantité de sperme impressionnante. Après sans débander, d?un millimètre il m?a enculée sans me retourner par devant. Il m?a enculée longtemps et il a déchargé à nouveau dans mon cul.

Je me suis endormie ?

Je baignais ma bite dans la chatte de ma femme et j?explosais en elle. Nous nous sommes embrassés, caressés un long moment, heureux oui je peux dire heureux.

? Tu veux la suite mon petit mari cocu ? ?

? Avec plaisir ma petite épouse pute adorée ?

? Alors, je me suis réveillé avec une sensation étrange .... J?avais une bite dans la chatte. On me baisait. J?ai ouvert les yeux et je vis le visage d?un vieil arabe devant moi et je compris que j?avais sa bite en moi. Il devait bien avoir 60 ans. Il parlait mal le français et disais sans arret : - Ti une bel conasse, ti une jeun bel conasse, ji ti baise - . Et il a joui en moi, son vieux sperme. Il est parti sans plus rien dire d?autre. Je me suis levée et je suis allé dans la salle à manger. Le déjeuner était servi. Je l?ai pris avec appétit. J?avais hâte de prendre une douche. Je me levais pour y aller quand la porte s?est ouverte. Un autre arabe, gros et laid avec des moustaches.

— ti es la poufiasse qué Karim nou a minée ... ji vais ti baisé salop - Il me poussa vers la chambre et après avoir enlevé son pantalon ( il n?avait pas de slip ) il m?a baisée comme un lapin et il est parti.

J?étais abasourdie, je restais ainsi dans le lit avec des pensées ... sauvage .... Je me levais à nouveau mais avant que je n?arrive à la douche, Karim est entré et m?a dit que je ne devais pas me laver. Puis comme la fois précédente il ma baisé la bouche et m?a forcé à avaler tout son sperme. Puis il m?a dit de le suivre. Nue, je l?ai suivi dans l?escalier et j?avais peur .... On est entré dans son bar par la porte de derrière et j?ai eu la honte de ma vie. La salle était pleine d?arabes patibulaires et plus ou moins vieux. Karim m?a poussée devant lui au milieu de tous et à dit à haute voix :

— Voila la salope française mariée que je vous offre. Elle est belle, n?est-ce pas. Une vraie beauté.

Je ne te dis pas les quolibets et les sifflets .... C?était du genre : Oh putain de putain qu?elle est belle la salope. Vraiment, Karim c?est la première fois que tu ramènes une vraie beauté. Il y avait bien sur des phrases en arabes .... J?étais rouge pivoine. Je ne savais plus quoi faire. La pendule indiquait 21 h 20 ?

Moi j?écoutais ce récit halluciné, je bandais à nouveau comme un taureau. J?imaginais ma femme, nue, dans cette situation bandante. Décidemment elle avait vite évolué. Comme Karim l?avait promis, elle devait être humiliée.

Je la fis mettre à quatre pattes et je l?enculais avec aisance. J?entrais dans son cul comme j?étais entré dans sa chatte, sans aucune difficulté.

? Continue mon amour, continue ma pute de salope d?épouse ?

? Tu es bien dans mon cul, hein, figure toi que tu n?es pas le premier du week-end, mon cher cocu ?

? J?imagine bien, mais raconte ?

? Alors, Karim m?a poussée, j?ai atterri sur un homme avec une djellaba. Il m?a touché les fesses et les seins et a crié quelque chose en arabe. Tous ont éclaté de rire. Immédiatement certains se sont levés et plusieurs d?entre eux sont venus me prendre par les bras. J?ai d?autres mettre une table rectangulaire au milieu de la salle puis poser un tapis dessus. Ils m?ont couchée dessus et j?avais les fesses au bord d?un coté et la tête au ras de l?autre.

Alors en moins de temps qu?il ne faut pour le dire, une dizaine d?hommes étaient déjà à poils.

Et le défilé a commencé. J?en avais toujours un dans la chatte et un dans la bouche. Et bien sur aucun n?avait de préservatif. Tous éjaculés leur sperme en moi. Mon cul n?a pas été ignoré, je peux te le dire, toujours dans la même position. Certains me baisaient d?autres m?enculaient et même plusieurs alternaient ma chatte et mon cul. J?étais un vide couilles. Je ne suçais pas, ils se servaient de ma bouche pour y éjaculer et me forçaient à boire leur sperme. Je ne sais pas combien de temps ça à durer mais je me suis endormis .... Ils m?ont réveillée et là je les ai tous vu à poils, pas un seul n?était habillé. J?ai vu Karim qui prenait des photos. Mais je ne pouvais pas réagir. Et puis, pas 4 ou 5 ils se sont venus et ils se branlaient et il déchargeaient leur foutre sur moi, du ventre au visage. A la fin, j?en étais couverte. Karim prenait encore des photos. Enfin, il m?a dit de me lever et d?aller dans la chambre. J?ai dû monter l?escalier ainsi, nue et pleine de foutre. Arrivés dans l?appartement, il m?a dit d?aller me coucher, sans me laver. Je me suis endormis. C?est Karim qui m?a réveillée, il m?a jeté mes vêtement et ma dit : - Habille toi putain je te ramène chez ton mari et me voilà. Alors, tu es content de savoir que j?ai été la prostituée de 19 arabes .... ?a te fait bander ... de savoir que tu a été cocu par autant de bites ?

Pour toute réponse, je criais comme un fou et moi aussi je déchargeais mon sperme dans son cul.

? Tu as la réponse, Sue, je suis l?homme le plus heureux de la terre ?

? Ha oui ? ?

? Je pense que la belle eurasienne, si belle d?ailleurs que tous les hommes admirent en se disant que j?ai de la chance d?être son mari et qu?ils n?oseraient même pas en rêve imaginer t?avoir, est une pute sans pareil. Je pense que cette belle eurasienne, oh combien magnifique, qui est ma femme, est devenue en quelques semaines et ce week-end en particulier, la femme que l?on prend facilement ?

? Et ça ne te gêne pas un peu ? ?

? Non, au contraire, et j?espère que ce n?est qu?un début ?

Nous nous sommes tendrement embrassés.

? Je t?aime ?

? Moi aussi je t?aime ?



A SUIVRE

Diffuse en direct !
Regarder son live