Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 308 fois
  • 49 J'aime
  • 6 Commentaires

je suis devenue Femme

Chapitre 1

Travesti / Trans

Comme tous les vendredi après midi je me retrouve seule au bureau. Les employées étant parties je me sent toute excitée à l’idée de m’habillée en femme car j’ai au moins 6 bonne heures à moi. Je vais chercher ma valise secrète dans mon armoire, tout le monde croit que c’est en cas de déplacements imprévus. Je fais le petit nettoyage dans la douche de mon anus et insère mon plug, c’est pratique d’avoir une douche au bureau. Je met mes bas noires, guêpière violette et noire sur mes prothèses et string assorti ainsi qu’une petite robe noire moulante, légèrement transparente qui laisse entrevoir mes courbes. Faux cils, Maquillage, perruque brune et faux ongles, j’enfile mes escarpins de 12 cm afin de finaliser le tout…me voilà en parfaite petite secrétaire salope. Je déambule de bureau en bureau, m’asseyant ici et là, me caressant de temps en temps mes jambes gainées. Je répondais au téléphone finalisant quelques dossiers, persuadée d’avoir fermé la porte d’entrée.

Lorsque j’entends la sonnette m’indiquant l’ouverture de la porte, mon sang ne fit qu’un tour, je me cache .. je me réfugie dans les toilettes morte de peur et ne sachant quoi faire. Après la première impression passée, je me rends compte dans la glace que je suis potable et que si je la joue bien, ça pourrait passer !! je me retape un peu, Je jette un coup d’œil et aperçois un homme d’environs quarante ans, plutôt grand, que je ne connaissais pas dans la salle d’attente. Les cheveux grisonnants, un style méditerranéen, en un mot : pas mal !l La peur et l’excitation ce mélange dans mon esprit. Je prend mon courage à deux mains, racle un peu ma gorge afin de prendre une voie plus féminine et lui dis « J’arrive Monsieur », il me répond « pas de soucis j’ai tout mon temps ! » je sort alors de mon antre juchée sur mes hauts talons et me dirige vers lui en souriant. Il me regarde d’abord bizarrement, mais finit par me sourire en arrivant à sa hauteur.

« bonjours, que puis je faire pour vous ? »

« excusez moi je croyais que c’était ouvert, je viens de m’apercevoir que non, mais je suis venu payer cette facture, car je suis là que quelques jours » me dit il en me regardant de haut en bas, arrêtant son regard sur mes formes, qui lui était visible par la transparence de ma robe. Il ne pouvais pas voir mon sexe que j’avais coincé !!

« suivez moi s’il vous plaît » je passais devant lui et il m’emboîta le pas. J’ondulais la croupe sous l’effet de mes escarpins et je sentait son regard suivre ce déhanchement, cela m’excitais, mon anus se contractait sur le plug et me procurait du désir . En arrivant à mon bureau , je me penchais en avant afin de prendre un stylo, mes fesses lui deviennent alors presque visible par la transparence de ma robe ; je senti à ce moment là, une main se poser dessus, ma réaction aurais alors été de me retourner, mais je n’en fit rien tellement j’en avais envie et que j’attendais qu’un homme pose ses mains sur moi. Moi, la petite travestie qui passait son temps uniquement à se goder devant des webcams j’avais un homme, en vrai !, pas du virtuel

« joli cul la petite, tu aime qu’on te les touches, vu comment t’es habillée tu dois être une bonne salope, il doit être content ton boss ? »

Je me retournais et le fixais droit dans les yeux. Avant que j’ouvris la bouche il me prit à pleine bouche et m’embrassa vigoureusement, je sentais sa langue balayer mon palais, tandis que ses main caressaient mes fesses. Ma main descendit sur sa braguette, elle était dure et me semblait bien grosse.

« tu crois que j’ai pas compris qui tu était..Un travelos » me dis t’il en me maintenant par le cou avec sa main droite, la peur se voyait dans mes yeux, « t’as de la chance j’aime ça » et il me refourra sa langue dans ma bouche avec plus de douceur tandis que sa main droite s’amusait à titiller mon plug qu’elle avait trouvé ; je commençais alors à fermer les yeux, me laissant emporter par cette volupté. Ma main caressait toujours son sexe qui n’en finissait pas de gonfler. Au bout d’un instant Il appuya sur mon épaule pour me faire comprendre ce qu’il voulait . je me retrouvais accroupis devant cette braguette gonflée, j’entrepris alors de sortir ce que je voulais tant de son fourreau. Tout en le regardant, il me souriait ! je glissais ma main et sorti ce membre, ma main faisait à peine le tour et il devait bien faire 20 cm et 4 à 5 de diamètre, je le regardais de nouveau, « belle surprise ? » me dit il je lui répondis que par un « MMM » en passant ma langue sur ma lèvre supérieur garnie d’un gloss .

Je commençais à embrasser ce gland rouge sang et posa mes lèvres autour en aspirant , il gémit en penchant sa tète légèrement en arrière. Je décidais de prendre cette belle bite dans ma bouche, j’ouvris bien grand et l’enfonça dans ma bouche au un quart de sa longueur. Je sentais bien son odeur qui m’enivrerait, je m’appliquais, mais je sentais qu’il en voulait plus, il commença à faire des vas et viens avec son bassin, ce qui faisait que son sexe s’enfonçait de plus en plus profond, presque à en vomir. Il me disait des mots grossiers qui ne faisaient que accentuer mon désir. Je me masturbais en même temps avec mon plug.

« vas y, suce bien salope, t’aime ça hein, mmm tu l’aime ma bite… c’est ça bonne petite chienne !! »

A chaque coup de butoir au fond de ma gorge, je gémissais ! c’est mouvements ce firent de plus en plus rapide et je sentait son sexe se contracter, je m’attendais à recevoir, ce qui ne tarda pas, il éjacula dans ma bouche en me maintenant la tête. J’avalais cette semence, c’était une première et j’aimais ça !. je ramassais la moindre goutte le long de ce sexe, en passant ma langue des testicules jusqu’au gland.

« c’est ça ma belle nettoie bien ! » il me releva et m’embrassa de nouveau, ramassant lui aussi quelques gouttes perlant sur mes lèvres.

Il me prit par les hanches et me déposa sur le bureau, les affaires se trouvant dessus, volèrent sur le sol. Il retira mon string libérant mon petit clito qui ne demandait qu’à s’élever. Il releva mes jambes, empoigna mon sexe et mes testicules et les tira vers le haut dégageant ainsi mon petit trou du cul toujours obstruer par mon plug. Il le retira, le mit dans sa bouche, le jeta , puis Il avança son visage et commença à me lécher. Sa langue fouillait le moindre de mes recoins , il commença alors à la faire rentrer et sortir de mon anus , qui s’ouvrait de plus en plus, je n’en pouvais plus, je gémissais en m’agrippant à sa chevelure, cela dura plusieurs minutes.

« viens en moi lui dis je… s’il te plais » n’y pouvant plus, en fixant ses yeux, je lui étais soumise !!comme une salope que je suis !.

Il se releva ; prit son sexe redevenue dur dans sa main, je la regardais avec des yeux d’envie que je n’avais jamais eu. Il vient se poser devant l’entrée, me regarda en souriant, je retiens mon souffle, il s’enfonça délicatement dans mes entrailles, je poussais des petit cris à chaque pressions. Était ce des cris de douleur ou de plaisir ..les deux tellement sont sexe m’écartelait, mais aussi de plaisir tellement il envahissait mon anatomie avec délectation.

Il commença à s’activer en moi, accroché à mes jambes, ses couilles butant contre mes fesses.

« tiens prends ça salope, je vais te baiser comme une chienne que tu est.. hein tu est une chienne, ma chienne hein dis le salope !! »

Sa voie résonnait dans mon cerveau,

« oui baise moi je suis ta chienne, ta salope ! encule moi à fond !»

Mes jambes gainées de bas noir sur ses épaules, rehaussées de mes escarpins, son sexe rentrant et sortant de mon cul, cette vue m’excitait et m’enivrais. Combien de fois à la vu de cette position, j’avais envié ces créatures de rêve dans les pornos. Mais aujourd’hui, c’est moi et j’adore ça !!

« c’est bon ? t’aime ça petite pute ? hein t’aime ça ? »

« OUIII c’est bon ! vas y , encore, plus fort »

Il s’activait de plus en plus vite, je sentais son sexe buter au fond, ce qui me déclenchais en moi des soubresauts incontrôlables , je jouissais par l’anus pour la première fois, dans un dernier spasme je m’écroulais sur le bureau pleine de bonheur. Il m’attrapa par l’arrière du crane et me tira vers lui et m’embrassa de nouveau.

« c’était bon ma Chérie ? tu aime ça !, je te rassure j’ai pas finis avec toi » me dis t’il en souriant

« Ok si tu veux mais laisse moi d’abord fermer la porte, je voudrais pas avoir une deuxièmes surprise ! » lui dis je en souriant.

« attend, j’ai une autre surprise ! » avant que je dises quoi que ce soit, il prit son téléphone et composa un numéro, un homme répondit et je compris la conversation. Il n’ était pas venu tout seul, un copain l’attendait dans la voiture et il rouspétait du fait d’attendre !.

« Arrête de gueuler ma caille et viens plutôt me rejoindre, j’ai une surprise !! » il raccrocha, me sourit

« voilà ta seconde surprise Bébé !! »

« Mais qui c’est ? »

« c’est mon ami, tu verra il est sympa et bien monté » avant qu’il finisse sa phrase, son ami rentra et nous trouva . il me regarda interloqué puis souris.

« je vois que tu as trouvé une petite salope Hervé » mon compagnon s’appelait donc Hervé !

« Salut, je m’appelle Marc » me dit il en m’embrassant. Marc était plus jeune, brun et bronzé.

« Je comprends pourquoi tu tardais tant » dit il en rigolant et en dégrafant son pantalon.

Je compris à ce moment là que j’allais devenir la petite pute de ces deux gaillards. Hervé la bite toujours à la main continuait à se branler, Marc L’imita. Il me demanda de le sucer, ce que je fis de suite. Sa bite n’avait rien à envier à son ami malgré quelle soit un peu plus petite. Hervé vient se placer à côté, je me mis donc à le branler en même temps que j avalais la bite de Marc, elle était un peu acre mais je fis le maximum, il tarda pas à faire ses premiers râles. J alternais ensuite entre mes deux compagnons. Au bout d’un moment Hervé se plaça derrière moi et me fis mettre à quatre pattes, le cul offert. Marc s’allongea sur le sol, je continuais à le sucer comme une folle sachant ce qui m’attendais. Hervé replaça son sexe devant mon orifice, mais cette fois ci, sans ménagement il s’enfonça dans le vif du sujet, ce qui me déclencha un cris. Il s’activa dans mon cul avec une telle ardeur que j’avais du mal à sucer son ami. il s’amusait à rentré puis sortir complètement, admirant mon trou béant et replonger dedans avec la même fougue, j’en pouvais plus !!! il finit par éjaculer au fond de mes entrailles, je sentais son liquide chaud me remplir. Croyant mon expérience toucher à sa fin je m’appliquais à faire éjaculer Marc, mais celui-ci ne l’entendait pas cette façon. Il me demanda de venir à califourchon sur lui. Je viens alors me placer les deux genoux à terre au dessus de sa bite et m’empala dessus. Je sentis pratiquement pas la différence tellement son collègue m’avais démonté. Il mit une main sur chaque fesse et me fis monter et descendre sur son dard. Ma tète tournait mes yeux se révulsaient à chaque coup de butoir, le sperme d’Hervé coulait de mon cul. Au bout de cinq minutes ; il commença à calmer le jeu, moi j’essayais de le faire venir en contractant mon anus. C’est alors qu’il me plaquât contre son torse, mon cul grimpa d’un cran vers le haut, avant que je comprenne ce qu’il m’arrive, Hervé vient se placer au dessus de nous et mit sa bite devant mon trou déjà occupé. Je commençais à avoir peur, même si m’ai déjà arrivé de me mettre deux godes en même temps, mais là je craignais du fait des mensurations de mes Hôtes.

« on va te faire crier salope, tu voulait de la bite, tu va en avoir sale chienne ! »

« vas y ,viens je te fais de la place » disait Marc en me maintenant fermement et en se retirant juste un peu en basculant son bassin, pour laisser juste son gland dans mon intérieur. Hervé plaqua son sexe et commença à s’enfoncer, je serrais les dents et poussait pour facilité la pénétration. Au bout de quelque seconde, je me retrouvas avec ses deux bite qui s’agitaient dans mon cul, qui d’habitude si étroit s’était dilaté pour les laisser entrer. Il alternaient leurs vas et viens dans une synchronisation parfaite. Marc Relâchât son étreinte petit à petit me laissant libre de mes mouvement puis éjacula dans un râle profond suivi pour la troisièmes fois de Hervé. J’étais en sueur, il se dégageait dans le bureau une odeur de sexe indescriptible mais enivrante. Ce qui vous vous en douter, ne tarda pas à me faire jouir comme une folle en sentant tout ce foutre couler de mes entrailles.

Je m’écroulais sur Marc qui m’embrassa goulûment « ta aimé ma belle ! ça se voit » j’acquiesçait en lui souriant et l’embrassa passionnément.

Ils se retiraient , je restait dans cette position quelque instant, afin retrouver mes esprits. Je me relevais mais jambes vacillaient Hervé me prit par le bras.

« Ca va ? je crois que tu as eu ton compte »

« je pense pas » dit Marc s’agenouillant devant moi. Il prit mon petit sexe dans sa bouche et commença à le sucer, Hervé l’imita et ils se partageaient ce sexe que j’avais oublié, me sentant pour la première fois aussi femme. Je tardais pas à éjaculer et il s’embrassaient pour récupérer chaque goutte.

Je compris que c’était un couple. Ils se rhabillèrent en me remerciant de ce moment et il me promirent de revenir tous les deux payer la prochaine facture, mais que cette fois ci ils m’appelleraient avant ! Je refermais la porte derrière eux encore tremblante sur mes escarpins et j’allais me doucher, je me suis masturber en repensant à mes deux hommes d’un jours en me disant au mois prochain !!



Le vendredi midi suivant, ma secrétaire, Céline vient me souhaiter un bon WE dans mon bureau. C’est une femme d’une trentaine d’année, légèrement enrobée avec des cheveux noir aux carrés. Elle a cette douceur et cette sévérité qui se dégage de son visage lui donnant un charme énigmatique. Toujours habillée en tailleur avec des talons, ca lui donne un petit air de maîtresse d’école qui ne me déplais pas. Combien de fois j’aurais voulu venir travailler dans cette tenue. Avant quelle s’en aille, je lui fais par d’un soucis sur un dossier et lui dis, que suite à ses infos, je m’en occuperais cette après midi, ce qui n’était pas vrai, car toujours en émoi de ma dernière expérience J’avais décidé de me faire un après midi coquin.

Le moment venu, toujours le même cérémonial : bas noires, guêpière violette et noire sur mes prothèses et string assorti ainsi qu’une petite nuisette noire transparente. Faux cils, Maquillage, perruque brune et faux ongles, j’enfile mes escarpins de 12 cm afin de finaliser le tout…me voilà en parfaite petite secrétaire salope et contente de l’être. Mais cette fois ci je fermais la porte, même si la dernière surprise m’avais plu ! je déambule comme à mon habitude dans les bureaux, pas de coup de téléphone .. tant mieux. Je décide de me faire un plan cam. Installation de la caméra, connexion à mon site favori et me voilà en ligne, à m’exhiber devant une dizaine de males en rut derrière leurs écrans.

« allez montre nous ton cul, écarte tes cuisses » j’en passe des vertes et des pas mûres, j’était tout de même excitée et absorbée par ces sexes sur mon écran que je n’entendis pas le bruit de la clef dans la serrure ni la sonnette. Je relevais la tête, sentant une présence, et j’aperçu Céline devant moi me regardant un sourire en coin.

« ah bien , bravo, je comprends mieux vos vendredi après midi à bosser, ça fait longtemps que sa dure ? »

Je coupais la connexion, le rouge au joue je balbutiais, de ne le dire à personne. Céline s’avança vers moi et me demanda me lever sur un ton que je lui connaissais pas. Je m’exécutais penaud de la situation, et me dirigeais vers elle. Elle me dévisagea d’un regard méprisant, prit ma place derrière le bureau jambes croisée qui laissaient entrevoir le haut de ses bas, ce qui a eu le don de m’exciter.

« vas y marche pour voir... mouhai pas mal »

« penche toi.. tu as l’air d’une bonne pute et je vais m’occuper de toi , mais pour ça j’ai besoin de cash, donne moi 200 € »

« tu te fiche de moi c’est du chantage »

« tais toi, t’es pas en position de dire quoi que ce soit »

Je pris mon portefeuille et lui fila les deux cent euro, j’étais très amer et l’impression que j’allais subir ce petit chantage pendant un bon moment. Elle se leva, s’approcha de moi et m’embrassa sur la joue.

« t’inquiète pas ma belle, tu veux être une femme, je vais te faire devenir femme »

Après son départ, je repris mon apparence de tous les jours et rentrais chez moi, anxieux de ce qui allait maintenant ce passer, en redoutant son retour lundi.

Le lundi, c’est avec une boule au ventre que je reprends le chemin du travail, redoutant le regard de Céline. Je replongeais dans mes dossiers quand Céline rentra avec un sac à la main. Elle le posa sur mon bureau, mit ses main et se pencha vers moi. je pouvais apercevoir sous son blaser son soutient gorge en dentelle blanche.

« j’ai fait quelque achat pour toi, je t’attend samedi soir à la maison habillé avec ce que trouvera dans ce sac, et pas autres choses. Prends cette lettre il y à toutes les indications » elle est repartie vers son bureau et je me mis à lire sa lettre.

— Rendez vous samedi soir à 20h30. Tu appellera un taxi, car je ne veux pas que tu conduise avec tes talons tu n’as pas l’habitude. je ne voudrais pas que tu est un accident, je te vois mal t’expliquer à la marée chaussé. Tu commencera par te faire une épilation totale. Tu mettras le corset en vinyle seins nues mes pour ça tu te fera gonfler les seins avec cette pompe toute la semaine. des bas, le string tes escarpins avec les talons en fer. Tu prépareras ton petit et tu mettra ce plug vibrant, n’oublie pas de prendre la télécommande ! pour le reste je te laisse le choix tu le fais très bien. Bise Céline.


Je ne savais pas comment prendre la chose, mais je n’avais pas le choix. En rentrant à la maison, je ne pus m’empêcher d’essayer le contenu de ce sac. Je me trouvais très sexe dans cette tenue très BDSM. La semaine ce passa plutôt bien, tous les soirs je passais deux bonne heures à faire gonfler ma poitrine, qui prenait la forme de seins d’une jeune fille. Au boulot, aucunes allusions à la situation.

Le vendredi venu, au lieu de me faire mon après midi coquin, je décidais d’aller acheter un manteau de femme, pour éviter de me retrouvez à moitié à poil dans le taxi. J’opta pour un manteau en vinyle qui irait bien avec mes dessous ainsi qu’à sac à main assorti. Prétextant un cadeau pour une amie.

La journée du samedi ce passa dans une excitation voluptueuse, je m’enduisis de crème épilatoire sur tout le corps, bras, jambes sexe, la totale quoi !! je me passais ensuite de l’huile pour apaiser ma peau. Une senteur féminine commençait à se dégager de mon corps. Vers 18h je finalisais ma préparation : Nettoyage de mon antre avec une poire de lavement, ça été facile, car à part du café je n’avais rien mangé depuis la veille. J’introduisit mon gode afin de voir que tout allait bien et j’en profitais pour me masturber, j’insérais ensuite le fameux plug de Céline et j’hésitais pas à essayer sa télécommande .. mon anus était prêt !!. je fixais mes faux cils et ongles, sans oublier de faire mes sourcils. Je terminais par la perruque, j’opta pour un carré brun, rouge à lèvre, bien rouge. Je repris un café. Vers 19h j’enfilais la tenue, le corset en vinyle seins nues avec une chaine qui passe derrière le cou. Ma poitrine juvénile ressortait pour la première fois, j’avais l’impression d’être une femme. Les bas, le string et les escarpins avec les talon en fer..j’étais parfaite, une véritable pute qui allait faire le tapin. J’appelais alors le taxi avec une voie d’homme lui disant de venir prendre une femme devant mon immeuble, rendez vous prit à 20h15. Je commençais à angoisser de ce qui m’attendait. Le téléphone sonna, c’était Céline qui se rencardait pour savoir si je lui faisais pas faux bon, je lui dis que non je serais là à l’heure.

« sois pas en retard, j’ai quelque préparations à faire sur toi , tu as fais tout ce que je t’ai dis »

« oui c’est fait ! »

« tu dis dorénavant ; oui Madame c’est clair ? »

« oui Madame c’est clair » lui répondis je.

« « bien à toute suite » et elle raccrocha, je me demandais dans quoi je m’étais fourré, Je pris quelque affaires dans mon sac à main, une dernière goute de parfum pour femme et j’enfilais mon manteau, mes tétons s’excitaient avec le frôlement sur le tissus.

l’idée de sortir comme ça me faisais peur, c’était la première fois que je sortais à l’extérieur habillée de la sorte, en femme. Mais il était trop tard pour reculer et l’envie, faisais place au doute dans mon fond intérieur. Je refermais mon appartement et me dirigea vers l’ascenseur , la crainte de rencontrer un voisin ! ouf il est vide, je m’engouffrais à l’intérieur, l’ascenseur commença à descendre. J’arrivais au RDC la porte s’ouvrit et je me dirigeais vers le hall. Arrivée dehors le taxi n’était pas là, j’angoissais de rester seul sur ce trottoir. Un homme passa à proximité « bonsoir ! » me dit il en souriant, j’inclinais la tête pour lui retourner le bonsoir. Ça eu l’effet de me rassurer sur mon apparence. Le taxi arriva, le chauffeur sorti.

« c’est pour vous madame ? »

« oui » je lui avais donné la destination avant, pour éviter d’éveiller les soupçons sur ma véritable identité. Il commençais à vouloir le faire la conversation et je voyais ses yeux me scruter dans le rétro viseur. Ne lui répondant pas, ou bien juste par des signes de la tête, il cessa de me parler. Arrivée à destination , j’habite à 5 min de chez Céline je descendis du véhicule en lui disant « Merci ». je regardais les étages pour me repérer. Je m’approchais de l’entrée qui était plongée dans l’obscurité, je sonna chez Céline :

« 3eme Gauche ». Je pris l’ascenseur, arrivée devant sa porte elle m’attendais, vêtue d’un corset en cuir, une jupe droite mi cuisse , d’escarpins compensés rehaussés de bas noir … elle était dans sa tenue de dominatrice, elle étais très belle !!

« rentre ! tu est très bien.. et sympas ton manteau »

« Merci »

« je t’ai dis de dire Madame »

« merci madame »

« voilà c’est mieux.. viens par là » elle me fit entrer son salon, où baignait une senteur d’encens, des bougies disséminer ici et là. Un grand canapé au milieu de la pièce, sur l’écran passait un porno lesbien. Elle m’examina pour voir si j’avais bien respecté ses consignes.

« Bon tout est ok, les invités vont pas tarder, je vais te mettre ce bandeau sur les yeux et tu vas te mettre ici à genou les main sur les jambes, mais tout d’abord je vais te rajouter ça ! »

Elle sortie d’un tiroir une chaine à seins, elle commença à me tirer les tétons qui étaient déjà gonflé par le frottement, elle me fit mal, mais je pipais pas mot. Elle fixa les pinces et tira sur la chaîne pour voir.

« Aie !! »

« tais toi »

« Oui Madame »

elle me plaça sur le sexe une camisole en cuir qui prenait mon sexe et mes boules.

« tu en auras pas besoin ce soir ! »

« allez, pose toi là et donne moi la télécommande » je la sortie de mon sac. Elle l’essaya pour voir ! les vibrations me remontaient dans les reins. Elle s’amusait avec, en montant et descendant les pulsations, j’ avais remarqué le petit cercle en métal sur le milieu du plug, mais je compris son utilité que lorsque qu’elle appuya sur les deux boutons et que je senti une décharge électriques me secouer les entrailles, c’était douloureux mais excitant à la fois. De quoi va être cette fin de soirée ?. je retrouve donc assise en chien de Faïence, le bandeau sur les yeux, le sexe enserré dans son fourreau en face de la porte, à attendre. J’entends mon hôte déambuler dans l’appartement quand, la sonnette retentie. Mon cœur commence à battre, qui sont il ?, je les connais peu êtres ?, des collègues de bureau ?. J’ai envie de me lever et de partir mais je reste là pétrifiée. Une voie de femme se fait entendre suivie de celle de deux hommes, il me semble reconnaitre ces voie, mais je n’arrive pas à mettre un visage dessus..j’ai peur ! passé les mondanités d’usage, la voie de femme dit :

« alors, elle est là ta soumise ! »

« bien sure ! elle avait pas le choix »

« tu m’étonne ahah »

« j’espère que tu nous l’a bien préparée » dit l’un des garçon.

« t’inquiète elle est au top, regarde » Céline actionna la télécommande et déclencha une impulsion qui me fit trésaillée.

« génial !! »

Je les entendais se déplacer, et je compris qu’il s’installaient sur le canapé et Céline leurs servait un verre ; il dégustaient des encas au son de leurs voies et Je ne sais pas qui jouait avec la télécommande pendant ce temps là, mais je tressaillais plusieurs fois ce qui déclenchait des rires.

Une main fine m’agrippa le bas du visage et me le tournait dans tous les sens.

« Ah oui bien ! elle sait y faire en maquillage, y de la pratique ! »

« Merci madame » dis je

« Mignonne petit chienne ! »

« tien en parlant de chienne j’ai totalement oublié » dit Céline. J’entendis ses pas s’éloigner et revenir vers moi. je sentis qu’elle me plaçait quelque chose autour de mon cou, je compris ce que c’était, lorsque elle me tira avec la laisse et me fit basculer en avant.

« viens là petite chienne, viens voir maman » tout en me tirant vers elle. Elle commença ensuite à me promener dans le salon à quatre pattes.

« tu as pas l’air d’une vrai chienne, alors je vais te mettre ça » elle écarta mon string et retira le fameux Plug et insérais à la place un gode. je gémis, car il était de bonne taille. Je compris aussi qu’il était muni d’une queue de cheval aux rires et sarcasmes que cela déclenchait

Après avoir fait deux fois le tour du canapé, elle me plaça devant les jambes de sa copine.

« tu vas faire une gâterie à Estelle, allez avance » Estelle glissa son bassin en avant et releva sa robe, on me prit la tête et la plongea entre ses cuisses. Elle sentait bon, j’approchais ma bouche de sa vulve recouverte. Je voulu mettre mes mains, mais ma maitresse s’interposa.

« qu’avec ta bouche, comme les chiens ! » je pris alors son string avec les dents et tirais en arrière pour lui ôter. Estelle m’aida en soulevant ses fesses. Je commençais alors, par des petit coup de langue sur cette chatte complètement imberbe . Elle écarta avec son majeur et son index ses lèvres, afin que je puisse atteindre son clitoris que j’aspirais et mordillais, elle commença à gémir. Je prolongeais mes caresses buccale en fourrant ma langue au plus profond dans son intimité. Sa respiration se faisait plus haletante et des petit cris sortait de sa bouche. Au bout d’un moment je sentis ces cuisses se refermer sur mon visage, elle me plaquât sur sa vulve et dans un dernier soubresaut jouie de tout son être. Un liquide envahissais ma bouche, j’avais le visage trempé par cette éjaculation féminine. Céline me repoussa du pied et je retrouvais ma position de chienne de Faïence. Avec le gode replongeant dans mes entrailles du fait de sa longueur.

Céline se leva et me retira le bandeau, mes yeux mit peu de temps à s’habituer à la lumière tamisée. Je regardais celle que je venais de faire jouir. C’était une jeune femme brune d’environ 25 ans au yeux vert, son corps était bronzé. Elle portait une robe blanche nouée au cou avec un grand décolleté sans dessous, qui faisait apparaitre une belle poitrine qui pointait sous le tissus. Un vite tour d’horizon et je reconnue les deux hommes, c’était Hervé et Marc, mes deux lascar de la dernière fois, ils riaient tout en se masturbant. Je compris à ce moment là, que j’étais tombé dans un guet apens.


Céline avait découvert mon petit manège du vendredi après midi, elle m’avait aperçu entre les stores du bureau. Elle m’a donc envoyé ses deux amis, pour voir jusqu’où je pouvais aller. J’étais persuadé d’avoir fermé, mais elle leur avait fourni la clef. Après, rien de plus facile que de me surprendre et de m’obliger à collaborer. J’étais furieuse après elle et en même temps ravie qu’elle m’ai fait découvrir mon véritable moi.

« bon ! maintenant que tu as compris viens là, je vais te refaire une beauté » Céline m’entraina vers la salle de bain avec la laisse.

Elle essuya mon visage et refit mon maquillage. « penche toi en avant » me dis telle

Je m’exécuta me pencha vers le lavabo les fesses ouvertes. Elle retira le gode et enduisais ses doigts de crème et commença à me tartiner l’anus. Elle y introduisit index, puis son majeur et pour finir l’annulaire et ce, plusieurs fois en remettant de la crème, ses doigts finissaient par glisser tout seul, j’aimais ça ! « bon ca y est tu est prête ma chérie » elle m’embrassa sur la bouche et me fit un clin d’œil « tu vas voir tu vas pas regretter ma chérie » Elle prit une ceinture que je pense être un gode ceinture, ainsi qu’une boite remplit de gode plus bizarre les uns que les autres, dont un double !!. elle reprit ma laisse et m’entraina de nouveau vers le salon. Tout le monde était nu et se masturbait tranquillement en attendant. Céline retira sa jupe et son string, sa vulve était lisse et me plaça devant Marc qui était assis le sexe à la main. Hervé lui était debout à côté fumant et se branlant.

« occupe toi des garçons » me dis t’elle

« Oui madame »

« Messieurs elle est à vous je vous l’ai préparé »

j’empoignais le sexe de Marc et commençais à le sucer. Je léchais cette hampe de le base jusqu’au gland et l’embrassait le prenais dans ma bouche le plus profond que je pouvais et de temps en temps lui aspirais une couille, ce qui avait pour effet de le faire inspirer. Pendant ce temps, Hervé c’était placé sur mon côté, il me malaxait les fesses, il ne tarda pas à introduire un doigt, puis deux. Ces doigt étaient fins et longs comme ceux d’un pianiste. Il faisait des vas et viens en les tournants. ce qui me déclencha des oscillations du bassin. Il repris de la vaseline et repris son manège, mais la il fourra ces quatre doigts, je poussais mon cul en arrière, il tournais sa main en moi. j’avais de plus en plus de mal à sucer Marc.

A côté, Estelle et Céline se congratulaient mutuellement en soixante neuf, leurs doigts fouillaient leurs intimités respectives. Cette vision était belle à voir et elles y prenaient du plaisir. Hervé lui intensifiait ses mouvement dans mon cul qui était totalement dilaté. je gémissais tout en continuant à m’occuper tant bien que mal de la bite de Marc. Hervé plaça l’autre main sur mon bas dos, retira un peu celle dans mon cul, referma son pouce appuya de nouveau. Il finit par la rentrer entièrement jusqu’au poignet, je basculais ma tète en arrière, mes yeux se révulsaient dans un râle profond. Il bougeait lentement dans mes entrailles en tournant de gauche à droite et d’avant en arrière. Mes jambes tremblais et je m’écroulais sur le sexe de Marc l’anus complètement éclaté par mon premier fist fucking.

Pendant ce temps, les filles avait changé de position, Estelle léchait la chatte de son amie qui ne perdait rien de nos ébats. elle faisait lécher par intermittence ses doigts à Céline avant des les introduire dans sa vulve. Ensuite, Céline se releva et s’équipa de la ceinture, elle ouvrit ensuite la boite et fit choisir un gode à Estelle qui commença alors a le sucer.

Hervé retira sa main de mes fesses, mon trou devenu béant se contracte par reflex. Hervé plongea son sexe dedans et attaqua ses vas et viens, je repris ma fellation mais sa bite se contracta sous l’excitation, peu être de voir son ami me pilonner. Un jet de foutre remplit ma bouche jusqu‘au fond du gossier. Je déglutit la semence en le regardant dans les yeux, il me sourit, tira sur ma chaine de téton pour me faire venir vers lui et m’embrassa. Sa langue fouillait ma bouche, passait sur mes dents, je fis de même. Hervé lui, continuait à me sodomiser, ses mains avaient attrapé mes hanches et il me faisait venir sur sa bite.

Céline elle, pilonnait Estelle avec son gode ceinture tout en lui malaxant les seins et plongeant deux doigt dans la bouche, La belle gesticulais.

Hervé, n’en pouvant plus, fini par éjaculer dans le fond mais continuais à bouger. Il se retira de mon cul d’où sa semence coulait jusqu’à mes couilles enserrées. Je n’arrivais pas à bander car ça me faisait mal. Frustration et plaisir se confrontaient. Il embrassa Marc. Mon cher Marc avait retrouvé de la vigueur, je restais en position croyant qu’il allait me prendre de la même façon, mais non ! il se remit sur le canapé et me dis de venir. Je me plaçais face à lui, mais là aussi il me retourna. J’ai alors compris qu’il voulait que je me m’empale sur lui. Je descendis doucement, jusqu’à toucher son gland . le sperme de son compagnon continuait à couler ma petite chatte de travestie, il écarta mes fesse et je m’empalais sur son sexe. Il me fit monter et descendre, monter et descendre monter et descendre sa bite tapais au fond et me faisait gémir. Ma langue passait sur ma bouche rouge sang, Hervé qui avait repris de la vigueur, prit cela pour une invitation. Il approcha son sexe de ma bouche

« Allez suce moi chérie » je m’exécutais et empoignais sa bite pour me la mettre dans ma bouche, j’aspirais les quelque gouttes qui perlaient au bout de son dar.

« elle est bonne ma salope ? » dit Céline tout en baisant Estelle.

« Ouai c’est une bonne garce que tu nous as dégotté là » rétorqua Marc.

« Je confirme , tu vas voir salope, tu as eu que l’apéro, maintenant on passe au plat de résistance » dit Hervé.

Nous restons dans cette position pendant plusieurs minutes, mais Marc voulu changer de position, il m’allongea sur le tapis et mit un coussin sous mes fesses. Il se replaça devant mon petit et s’introduit. Hervé, lui vient se placer au dessus de mon visage et commence à me baiser la bouche. Ses deux sexes me baisent sans ménagement, je compris que mes deux lascars passaient aux choses sérieuse et qu’il allaient faire de moi leur jouet sexuel. je gémis sous les coups de butoir Je me sentais femme, prise par deux hommes, je pensais en femme, je ne pensait plus à ma bite. Mon anus était devenu mon sexe principal, mon vagin. Je me concentrais dessus pour ressentir chaque stimuli, chaque nervures du sexe qui me défonçait. Ma bouche apprécie le sperme, le goût âpre de la bite, le musc des hommes.


Céline avait changé de joujou et avait prit le double. Estelle à côté de moi dans la position doggy ,cambrait sa croupe. Céline lui badigeonna le petit et son gode et planta son ustensile dans les deux orifices. Elle gémit de cette double pénétration, Céline s’activa, empoigna les cheveux d’Estelle et les tira en arrière. Estelle poussait son cul pour en prendre le plus possible. De sa vulve coulait la cyprine et son cul était totalement ouvert.

Mes deux lascars me laminaient sans ménagement, leurs bites butaient dans les fonds respectifs, je devenais folle, mon corps partait dans les deux sens. Marc rentrait et sortait de mes fesses sans efforts, tellement j’étais ouverte. Hervé baisait ma bouche jusqu’à la garde, ses couilles venant buter sur mon menton. J’étais une poupée de chiffon entre leurs mains. Ils se retirèrent, Hervé s’asseyait sur le canapé et je viens m’empaler sur lui de face et me plaqua contre son torse, je savais ce qui allait se passer. Marc se Plaça derrière moi, mit de la vaseline sur sa bite et s’approcha de mon orifice déjà prit. Tout en maintenant son sexe à la base il força sur mon œillet. Sa bite réussi à se faire une place, ils commencèrent, alors à me labourer. Je gueulais comme une dingue tellement ils me déchiraient mon cul de pute. Les deux nanas à côté ne rataient rien de la scène ; elles nous regardaient tout en se masturbant. Les bites allaient et venaient, ma petite chatte de travelo , n’était plus qu’un trou béant où deux bite s’agitaient. Marc Tirait sur ma laisse, j’étais une garce entre leurs mains. Au de plusieurs minutes ils se retiraient de mon cul, me plaçait devant eux à genou.

« ouvre ta bouche de pute »

J’ouvris la bouche et tira la langue, Hervé éjacula en premier, j’en avais plein la bouche et le visage. J’avalais quand Marc arriva lui aussi dans un râle, mon visage, mes seins étaient rempli de leurs semence, je les suçais pour ne rien perdre. Les filles se jetèrent sur moi et commencèrent à récolter ce jus sur mes seins et mon visage. Céline me roula une pelle, je m’allongea sur le sol. Céline et Estelle me mangeaient, m’embrassaient, Céline retira ma camisole et commença à me sucer ce sexe que j’avais oublier. Elle inséra deux doigts dans mon cul ouvert, Céline la rejoignit et elles se mirent à me faire une fellation. Les deux hommes, se sont approché de ma bouche, ils rentraient dedans, ma langue passait de l’une à l’autre. Sous les coups de langue des filles, je fini par éjaculer, elles ramassèrent ma semence, s’embrassant, mélangeant leurs salives. Elle s’allongèrent à côté de moi et m’embrassèrent à tour de rôle.

« Alors, Chérie, tu est contente ? » me dit Céline

« Oui, merci »

On se releva et alla dans la sale de bain, nettoyer nos anatomie souillées, de mon corps coulait encore du sperme. Je remis mon string , retoucha mon maquillage et retourna vers le salon. J’embrassais mes deux compères tendrement.

« Tu veux qu’on te raccompagne ? »

« non merci je vais rentrer seul, merci »

« t’es sure ? »

« oui, j’ai besoin de marcher seule »

J’enfilais mon manteau et pris mon sac.

« on va te raccompagner !! » dit Céline

« Non, ca ira !

Je pris la porte et me dirigea vers l’ascenseur, je m’engouffrais dedans, je vis mes hôtes me sourire, je leurs souris aussi, la porte se referma.

Je me retrouvais dehors, pleine dans tout les sens du terme, je décidais de rentrer à pied pour apprécier pleinement ce moment. Le vent glissait sous mon manteau, j’était bien ! je marchais dans cette rue sombre, mes escarpins claquaient dans la nuit.. une femme seule dans la nuit.



Mes pas résonnaient dans la rue, je marchais en repensant à cette folle soirée. Mon anus glissait tellement je m’étais fait labourer. Je croisait quelque personnes, mais aucun ne remarqua ma vrai nature, du fait, peut être, que je déambulais comme une femme, croisant légèrement les jambes à chacun de mes pas. Une voiture de police me croisa lentement, je senti le regard des agents sur moi. je fis semblant de rien et continua mon chemin, espérant que je n’avais pas attiré leurs attentions. 5 min plus tard, J’arrivais à l’embranchement d’une petite rue que j’emprunta. A peine je m’engouffrais dedans que j’entendis des pas derrière moi. les battement de mon cœur s’accéléraient, je me retournais furtivement pour entrapercevoir un homme avec une capuche. Je décidais de tourner à la prochaine ruelle pour voir si il me suivait, ou que c’était juste une illusion. Je ne faisais plus attention au bruit de mes pas !, je pris l’angle et stoppa dos au mur espérant voir passer cet inconnu. Quand tout à coup, une main noire vient se poser sur ma bouche et l’autre sur ma poitrine, me maintenait collée au mur.

« Alors chérie, c’est pas prudent de se balader toute seule la nuit »

Je ne distinguais pas son visage, tellement la rue était sombre, la peur m’envahissait ! sa main entrouvrit mon impair, il remarqua tout de suite ma tenue.

« je crois que je suis tombé sur une bonne petite pute, ca fait pas longtemps que tu fais le tapin ici ? »

Je lui répondis que « non » en bougeant la tête. Sa main descendit vers mon intimité et se plaquât sur mon sexe recouvert par mon string.

« Mais t’es un travelo, je l’aurais pas parié ! »

« t’as l’air bonne » sa main ausculta maintenant mes fesses, il les malaxa vigoureusement et il chercha ensuite mon orifice, qu’il ne mit pas longtemps à trouver. Il y inséra le doigt, je criais sous sa main restée sur ma bouche.

« Ta gueule ou j’te bute » j’étais effrayée !! il me sera contre lui et je sentais l’énorme bosse sous son survêtement.

« je vais retirer ma main, t’as pas intérêt de gueuler c’est clair ? »

Je lui fit signe que « oui », il retira sa main et ouvrit mon manteau, il me regarda de haut en bas.

« ouai t’es bonne toi ! t’es habillée pour l’occase », en tirant sur la chaine de mes tétons. Je regardais les yeux au ciel en me demandant ce qui allait ce passer. Il abaissa son pantalon et un énorme sexe en sorti. Il m’appuya sur mon épaule et me fit descendre à la hauteur de son gourdin. Il devait bien faire 25 cm de long, son gland était gonflé.

« Allez, tu vas me sucez sale pute !, j’vais t’apprendre à te balader dans ma rue ! » il approcha son sexe de ma bouche et j’ouvris la bouche. J’avais du mal à le mettre en bouche tellement il était gros, je réussis quand même à prendre son bout et commençais à aspiré. Je fermais les yeux. Sentant que j’avais du mal, il poussa un grand coup avec son bassin, en me maintenant la tête, ce qui me souleva un haut de cœur.

« c’est ça, avale tout poufiasse» il me mettait des coups de boutoir. Je réfléchissais à la situation : si il vient vite il te laissera tranquille ! je décidais donc de mettre du mien afin de le faire venir ce boy le plus vite possible. Je saisie sa bite à la base et commença à le lécher sur toute sa longueur, m’arrêtant sur son gland en passant ma langue autour et ses couilles que j’aspirais l’une après l’autre.

« Elle aime ça la salope, tu l’aime ma grosse bite » effectivement, à ma grande stupéfaction j’y prenais du plaisir, j’accélérais le mouvement. Ce qui devait arriver au bout d’un moment arriva, dans un râle puissant il déchargea sa semence dans ma bouche, j’avalais. Je lécha ensuite ce mastodonte.

« Oua, t’es une bonne pute !! » il me releva et m’embrassa de force, sa langue était grosse et me prenait toute la bouche, comme sa bite !. ses mains trituraient mon cul, il me retourna et me plaquât face au mur, il n’avait pas envie de s’arrêter là apparemment.

« non pas ça s’il vous plait, laissez moi partir !! »

« j’ai pas fini avec toi salope, ta gueule !! »

Je me demandais si j’allais pouvoir prendre cet engin, du fait que mon rectum s’était resserré.il écarta la ficelle de mon string et posa son gland au bord de anus et commença à appuyer. Pour éviter d’avoir trop mal, je poussais pour favoriser sa pénétration. A ma grande surprise, du fait peut être du reste de la soirée, son engin plongea dans mes entrailles, je gémissais en sentant ce membre me défoncer. Il entreprit alors ces vas et viens, il m’arrachais des cris à chaque coups. Il releva ma jambe droite pour s’enfoncer encore plus profond. Son souffle chaud arrosait mon cou, son odeur de chanvre embaumait mon cerveau. Il me démontais littéralement !! je jouissais, j’aimais ça être prise comme une pute dans la rue, pourtant c’était un viol, mais j’aimais ça !. de son autre main il me triturait les seins, tirait sur la chaine. Je gémissais, encore, comment ce fait il que personne ne nous entend ? dans un dernier soubresaut ; il s’enfonça encore et éjacula dans mes fesses, son liquide chaud m’envahissait. Il se retira, je m’écroulais a genou sur le sol exténuée par cet assaut. Il rangea son ustensile du bonheur, fouilla dans mon sac et prit mon téléphone.

« que faite vous ? »

« tais toi !! » il composa quelque chose sur le clavier et le remis dans le sac. Je ne comprenais rien !!.

Il m’aida à me relever, m’embrassa sur la bouche.

« t’es une bonne pute, tu dira merci à Céline »

« Quoi, Céline ? Quoi, Céline ? » avant que je termine, il avait déjà tourné dans la rue et disparu.

Je me rafistolais tant bien que mal, referma mon impair, saisie mon sac, il ma fallu bien 2 minutes pour me remettre de ces émotions. Mon cul me faisait mal. je plongeais ma main dans mon sac pour extraire le téléphone. Je cherchais ce qu’il avait bien put faire. Dans ma tête toujours la même question « Céline, qu’es qu’elle à faire avec ça ! » je trouvais dans mon répertoire un nouveau nom et un numéro de téléphone : Xavier, J’appelais Céline !

« Allo »

« Oui Eva »

« tu connais un Xavier »

« Je vois que vous avez fait connaissance ! et Alors ? »

« Ca me fais pas rire ! , j’ai eu peur, très peur, t’es une malade ! »

« arrête de gueuler chérie, je sais que tu as aimée, c’est pas vrai ? »

Je m’adoucis en repensant à la scène.

« si si, c’est vrai que j’ai aimé, mais me refais plus un coup comme ça ! ok ? »

« d’accord ma belle ! promis, rentre bien, il ne t’arrivera plus rien juré ! » et elle raccrocha.

Je repris alors le chemin de la maison, sursautant au moindre bruit, me demandant ce que Céline avait bien put me réserver. Je pensais alors à tous ces hommes qui sont, ce soir introduit en moi et m’on procurer tellement de plaisir. Je m’arrêtais au bout de la rue, passa ma main sous mon manteau et commençais à me branler, je fermais les yeux et plongeais dans mes songes.

Diffuse en direct !
Regarder son live