Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 633 fois
  • 61 J'aime
  • 0 Commentaire

Sur la plage naturiste.

Chapitre 1

Hétéro

Un souvenir.. Seuls les lieux et les noms ont été changé...


L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui remonte à quelques années déjà… C’est en reparlant avec une amie de nos habitudes naturistes communes que ces événements me sont revenus en mémoire.


Cet été là, je découvrais les plages naturistes de la côte vendéenne. Depuis Paris c’était relativement proche, aussi chaque weekend de juin je me rendais sur une des ces plages. Certes elles étaient moins fréquentées que celles de la côte landaise ou du Cap d’Agde. On y trouvait plutôt des familles. Finalement mon choix s’était porté sur la plage des Salins à Saint Hilaire du Riez pour un séjour de deux semaines en camping.


La plage des Salins est depuis longtemps réservée pour les naturistes. Située dans un environnement totalement sauvage et bordée par des dunes, elle était difficile d’accès ce qui expliquait la relative tranquillité de la partie nord qui est le plus fréquentée.


A 45 ans, étant veuf depuis quelques années, je regardais à loisirs les femmes plus ou moins jeunes qui se faisaient dorer au soleil en compagnie de leur homme et de leurs enfants qui s’ébattaient auprès d’eux. J’étais là pour me reposer après un début d’année assez pénible au travail et je n’avais aucune pensée de libertinage. Mais les circonstances ont voulu que le weekend intermédiaire soit particulièrement chaud !


En fait c’est un enchainement de diverses petites choses qui m’ont conduit à faire connaissance d’un couple de trentenaires qui, entre les séances de bronzette et de nage faisaient des parties de badminton et de volley-ball particulièrement disputées. A un moment le ballon est largement sorti du terrain et est arrivé jusqu’à moi. C’est la femme qui est venu le chercher… Grande blonde longiligne, elle avait des seins bien ronds pas très gros en forme de pomme, des cheveux mi longs, une bouche pulpeuse et des grands yeux verts… Une véritable beauté à la peau dorée !!!


Un peu plus tard, son compagnon a quitté le jeu et est venu près de moi avec un caméscope me demandant de filmer quelques séquences souvenirs du groupe en train de jouer. Lorsqu’ils ont eu terminé, ils sont revenus pour récupérer leur appareil et nous avons fait connaissance… Ingrid et son mari Karl étaient des allemands qui découvraient les plages naturistes de France… Ils faisaient une région chaque année et se déplaçaient dans un grand van aménagé. Je n’aurais jamais cru avoir à faire à des étrangers tant leur manière de parler la langue de Molière était parfaite.


Au cours de ce bavardage je regardais intensément Ingrid qui ne faisait rien pour masquer ses parties intimes au point que mon sexe se dressait discrètement à l’abri de ma serviette. Karl était aussi un beau mec… certainement adepte des salles de sports car ses muscles étaient discrètement dessinés. Sa bite n’avait rien à envier à la mienne qui est plutôt courte et trapue… mais ce qui m’a surpris, c’est que l’un comme l’autre avaient le pubis entièrement glabre ! Autant Ingrid était blonde et dorée comme du miel, autant lui était brun à la peau mate…


La soirée arrivant tout doucement, nous avons quitté la plage ensemble et après nous être rhabillés dans un coin discret, nous avons regagné le parking situé en bord de route. J’ai repris ma voiture en disant à Ingrid et Karl de me suivre avec leur véhicule. Je me suis dirigé vers Saint Hilaire dans l’intention de leur offrir un pot dans un des bistrots du bord de mer et achever de faire connaissance. J’ai longtemps vécu en Allemagne et j’avais envie de parler avec eux de ce beau pays…


Après une première tournée de Mojitos, Ingrid a d’emblée passé une autre commande identique et dès que la serveuse a apporté les consommations, elle a avalé son verre et en a demandé un autre… Elle avait une sacrée descente. Après avoir évoqués quelques souvenirs de mon adolescence passée en Allemagne j’indiquais à Karl les plages naturistes que je connaissais avec les commentaires sur leur fréquentation. Quelle n’a pas été ma surprise quand j’ai soudain senti le pied d’Ingrid qui cherchait les miens sous la table… Cette coquine qui avait le regard brillant à cause de l’alcool semblait me chercher. Je savais que les allemandes n’avaient pas froids aux yeux (et au cul d’ailleurs…) mais là, elle m’allumait en présence de son homme !


Je ne savais pas trop quelle contenance adopter mais je continuais à donner le change en parlant avec Karl pendant qu’Ingrid semblait perdue dans sa rêverie… tout en poussant ses avances discrètes sous la table. Elle avait emprisonné une de mes chevilles avec ses jambes et souriait en passant sa langue entre ses lèvres. Une bonne heure a passé ainsi tout en devisant et Ingrid continuait à descendre des Mojitos les uns après les autres. Karl et moi devions reprendre le volant, il était donc plus sage de limiter la consommation d’alcool…


Lorsque nous avons rejoint nos véhicules garés à une bonne centaine de mètres, Ingrid s’est approchée pour m’embrasser sur la joue mais ses lèvres ont ensuite glissé dans mon cou et elle a dit assez fort pour que Karl l’entende :

• J’ai envie que tu me baises… Je veux ta queue… elle me fait envie !


Je ne savais pas où me mettre car je n’ignorais pas que Karl avait entendu sa femme me faire cette proposition… Je fréquentais aussi les clubs échangistes dont c’était le début dans le milieu des années 80… mais là, au sortir d’une plage naturiste et après avoir sympathisé… Ingrid a continué en se tournant vers son homme :

• J’ai envie de vous deux… … … en même temps !

• OK ! Si c’est ce que tu souhaites, je pense que notre ami sera d’accord !

• Bien sur que je suis d’accord !


J’ai laissé ma voiture sur le parking et tous les trois dans le van, nous avons gagné le terrain de camping où ils séjournaient. Pendant le bref trajet Ingrid continuait de me chauffer en me mordillant l’oreille, en palpant mon sexe qui n’en pouvait plus, emprisonné par mes vêtements… pendant que Karl conduisant d’une main, fourrageait entre les cuisses de sa femme. La soirée s’annonçait bien chaude !


Dés que nous sommes arrivés au camping, nous sommes passés à l’arrière du van où un lit double placé en travers nous attendait ! Rideaux tirés, éclairage discret par la lumière du jour descendante, Ingrid a entrepris un striptease rapide : il est vrai qu’elle ne portait pas grand-chose, juste un caraco noué sur sa poitrine, une minijupe presque à ras la touffe et un string. Sur ses hauts talons, elle est presque aussi grande que moi. Elle s’approche et commence à lécher mes lèvres tout doucement et se fraie un chemin dans ma bouche entrouverte à la rencontre de ma langue. Je la prends par ses fesses dénudées et je les masse doucement. Ses fesses sont douces et bien fermes. Je sens son bassin qui débute un léger mouvement de va et vient sur ma queue qui est déjà bien dure. Dans un souffle, elle m’interroge :

• Tu aimes ? Tu aimes quand je frotte ma petite chatte sur ton sexe ? J’ai vu comment tu la regardais ! Elle te fait envie ?

• Oui bébé ! Tu me fais du bien… Ton petit cul si bombé est si doux à caresser !


Pendant ce temps Karl s’était mis tout nu et s’était allongé sur le lit. Sa bite longue et fine à moitié bandée s’érigeait doucement sous une douce masturbation et il encourageait Ingrid :

• Tu vas l’avoir la double pénétration que tu demandes depuis si longtemps… deux sexes bien vivants, ça va te changer de tes godes !

• J’aimerais bien qu’il me bouffe la chatte avant que je jouisse une première fois… je suis un peu grise… ça va me dessaouler !


Je me suis déshabillé rapidement… pour moi aussi, c’était vite fait : un boxer sou le bermuda et un T-shirt, ça tombe vite !

• Comme ça, tu aimerais que je te bouffe la chatte, petite cochonne ? Alors c’est parti ! Allonge-toi à côté de Karl, je vais te faire reluire !

• Ouiii ! Tu vas me manger bien comme il faut ! Tu vas déguster ma petite chatte et bien me lécher partout !


Ingrid est de plus en plus excitée… sa chatte s’ouvre et suite déjà lorsque je m’approche. Elle tend son bassin vers ma bouche et je darde ma langue sur son clitoris que je fais rouler ensuite doucement entre mes lèvres… Elle respire fort en gémissant de plus en plus :

• Ouiii ! C’est bon, mets ta langue dans ma chatte…

• Encore…

• Oui, vas-y ! bouffe-moi !

• Ooohhh ! Je pars, n’arrête pas !


Ingrid est de plus en plus excitée. Les mouvements de son bassin s’accélèrent et au moment de jouir, elle me plaque la bouche sur sa chatte en me prenant la tête entre ses mains. Elle continue à divaguer mêlant l’allemand au français… J’adore les sons et les mots qu’elle prononce mais ma queue est de plus en plus dure… Je jette un coup d’œil en direction de Karl dont le sexe est désormais complètement déployé : Le spectacle l’a émoustillé au plus haut point. D’un geste de la main, pouce levé, il me fait signe qu’il a aimé me voir faire jouir sa compagne… puis il se redresse et dans un rangement sous le toit du van, il prend un tube de gel et une poignée de préservatifs.


L’un et l’autre nous sommes prêts à baiser Ingrid. Karl me dit alors :

• Tu vas la prendre par devant car, à mon avis, ta bite courte et trapue ne passera pas par derrière car Ingrid en est à ses premières sodomies…

• D’accord ! Pas de soucis, c’est vous les maîtres du jeu !


Dès qu’il s’est couvert, il enduit le bout de son sexe avec le gel et il en injecte dans l’œillet plissé d’Ingrid avec l’embout du tube. Il se rallonge sur le dos et Ingrid l’enjambe en lui tournant le dos et doucement s’empale sur la bite qui l’attend… Je vois que la belle retient son souffle… Avec une telle longueur, il faut qu’elle aille doucement… Ca y est ! Tout est entré ! Après quelques mouvements de bas en haut, Ingrid m’invite :

• à toi maintenant ! Emplis-moi la chatte !


Je monte sur le lit et je m’agenouille tant bien que mal entre les jambes de mes amis et doucement je penche Ingrid en arrière pour que sa chatte soit plus accessible… Elle est tellement mouillée que j’entre sans forcer. Elle s’allonge alors entièrement le dos sur le buste de Karl qui la maintien en posant ses mains sur les seins. Nous accordons nos mouvements… ce n’est pas ma première double pénétration aussi, j’ai vite fait de trouver le bon rythme en veillant surtout à ne pas désarçonner Karl.


Il n’y a aucune précipitation… Puisque c’était ce que voulait Ingrid : prendre du plaisir lors d’une double, nous lui donnions ce qu’elle désirait… Nous faisions monter son plaisir pour le laisser refluer ensuite et le faire revenir. Karl et moi, nous maîtrisions notre jouissance et ce n’est qu’après avoir fait jouir deux fois Ingrid qui m’inondait de plus en plus que nous nous sommes lâchés, jouissant à notre tour pratiquement tous les trois ensemble dans un concert de cris, de gémissements et de râles de plaisir. Nous étions anéantis… affalés l’un sur l’autre pour retrouver notre calme et notre souffle. Puis nous nous sommes désunis, Ingrid restant allongée entre son homme et moi ! Prenant un sexe mâle dans chaque main elle dit à mi-voix :

• Merci ! C’était fort ! Vous m’avez bien fait jouir !

• C’est ce que tu voulais ? Te faire prendre par deux hommes en même temps ?

• Oouuiiii !


Ces deux coquins me semblaient très complices et bien se connaitre… Lorsque j’ai voulu les quitter pour rejoindre mon bungalow situé dans un autre camping situé à proximité, ils se sont écriés ensemble :

• NON ! La nuit n’est pas finie !


Avant de nous endormir, repus de jouissance et de fatigue, nous avons baisé Ingrid chacun notre tour. Je l’ai prise en levrette pendant qu’elle suçait la queue de son homme puis il l’a prise debout en appui un meuble, s’introduisant longuement entre ses fesses galbées…


Après avoir pris le petit déj’ nus tous les trois, Karl m’a ramené sur le parking où se trouvait ma voiture. Nous avons échangé nos adresses mais nous ne nous sommes jamais revus… J’ai juste trouvé une carte postale expédiée depuis les Landes où ils avaient trouvé une belle plage au nom bizarre que je ne connaissais pas…


Voila, c’est un souvenir de plus à ranger dans mes aventures coquines…

Diffuse en direct !
Regarder son live