Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 164 231 fois
  • 135 J'aime
  • 11 Commentaires

Surpris et pris par...

Chapitre 1

Inceste

Jérémie vivait avec ses parents Jacques et Jeanne et sa soeur Jennifer dans un bel appartement du XVe arrondissement de Paris. 


Professeur de sport dans l’un des meilleurs lycées de la ville, Jacques était un homme dans la cinquantaine à la carrure plus qu’impressionnante et son crâne rasé ne faisait que le rendre plus intimidant encore. 



Jeanne, esthéticienne de carrière, était une femme qui savait toujours comment mettre ses atouts en valeur pour paraître belle chaque jour, tant et si bien qu’à 42 ans, on pouvait lui en donner au minimum cinq de moins. 



Jennifer, 22 ans, jouait dans l’équipe de volleyball de sa fac et les innombrables entraînements et une alimentation saine faisaient culminer la taille de cette jolie jeune femme blonde à 1,75 m en lui sculptant des formes plus que séduisantes. 



Jérémie, 18 ans, venait d’entrer en fac de sciences pour se consacrer à sa passion, l’informatique. Passant son temps libre à réviser ses cours ou à surfer sur le net, le jeune homme ne sortait presque jamais et faisait très peu de sport, ce qui le laissait dans une maigreur peu flatteuse pour un jeune homme de son âge. 



Un soir, alors qu’il venait de faire le résumé de ses cours de la journée, Jérémie décida de s’accorder un petit moment de détente en se baladant au hasard sur la toile. Il visionna d’abord quelques vidéos sur Youtube puis, se lassant peu à peu du genre de séquences proposé par la plateforme, il décida de voguer vers des eaux moins recommandables. Passionné comme il était d’informatique, le jeune homme ne pouvait ignorer que le net regorgeait de vidéos et d’images stimulant les fantasmes les plus secrets. Aussi se décida-t-il à taper le mot « femdom » dans le moteur de recherche. 



Lorsque le moteur de recherche eut fini d’afficher les résultats trouvés pour la requête, Jérémie choisit de cliquer sur « Images » car il savait que son imagination vagabonderait mieux avec une image arrêtée qui laisserait libre cours à ses fantasmes. En faisant défiler les images l’une après l’autre, son choix se porta sur un cliché mettant en scène un jeune homme et une jeune fille. Le garçon était à quatre pattes devant la fille qui était équipée d’un gode-ceinture et tenait un fouet dans sa main droite. 



Excité par cette vision, Jérémie fit glisser la fermeture éclair de son pantalon et sortit son sexe pour se masturber énergiquement. Pourtant, en s’imaginant dans la position du garçon sur l’image, il se prit à se demander qui pourrait jouer le rôle de la fille dominatrice. La réponse ne tarda pas à s’imposer dans son esprit. 



Il décida donc d’enregistrer l’image sur son bureau et ouvrit un logiciel de photomontage. Habile dans l’exercice, Jérémie ne tarda pas à réussir un remplacement plus que convaincant du visage du garçon par le sien et fit de même avec celui de la fille par celui de la femme à laquelle il avait pensé. Lorsqu’il fut satisfait du résultat, le jeune homme enregistra l’image ainsi obtenue et l’imprima de manière à l’avoir toujours sur lui. 



Il sortit la feuille de papier de l’imprimante et l’inséra dans une chemise plastique afin de la protéger de ses futures sécrétions. Lorsqu’il se fut assuré que l’image qu’il avait créée fût bien protégée, il reprit son activité là où il l’avait laissée en prenant le photomontage qu’il venait de réaliser comme support à son imagination perverse. 



Jérémie fut tant absorbé par ses pensées fantasmatiques qu’il n’entendit pas que l’on frappait à la porte de sa chambre et il ne vit pas non plus la poignée tourner pour livrer passage à Jennifer. Lorsqu’il se rendit compte qu’il venait d’être pris sur le fait par sa soeur, le jeune homme tenta vainement de cacher la photo sur laquelle il se donnait tant de plaisir et de remettre son pantalon pour dissimuler son sexe encore en pleine érection mais il se doutait qu’il était probablement déjà trop tard. 



— Je voulais simplement te dire que le dîner est prêt. Papa et Maman sont de sortie ce soir. Ça nous laissera tout le temps pour discuter de tout ça. 



En entendant ces mots sortir de la bouche de sa soeur, Jérémie comprit tout de suite que celle-ci avait tout vu et il redoutait plus que tout leur entretien d’après-dîner. Le jeune homme sortit de sa chambre pour rejoindre sa famille autour de la table. Le repas se déroula sans incident particulier. Chacun raconta aux autres les évènements de sa journée et comment il comptait y réagir. 



N’ayant pas vu le temps passer à cause des bavardages, Jacques et Jeanne finirent de manger en vitesse et se préparèrent pour sortir. Ils embrassèrent leurs enfants en leur recommandant de ne pas faire de bêtises et sortirent. 



— Bon, allons dans ta chambre pour parler de ce que j’ai vu tout à l’heure. 



Jérémie et Jennifer se rendirent dans la chambre du jeune homme et la jeune femme se saisit de la photo et la posa sur le lit de son frère. Les deux jeunes gens s’assirent sur le lit, de part et d’autre du cliché faisant l’objet de leur discussion. 



— Tu peux m’expliquer ce qu’il se passe dans ta tête pour que tu fasses ce genre de photomontage ?



Encore sous le choc d’avoir été surpris par sa soeur, Jérémie ne pouvait prononcer un seul mot. 



— Allez, explique-moi !

— Euh... C’est...

— C’est quoi, hein ?

— Un fantasme que j’ai. 



Sur ces derniers mots, le jeune homme baissa la tête, penaud de devoir avouer à sa soeur les penchants qu’il avait. 



— Un fantasme ?! Je sais que vous, les mecs, vous êtes bourrés de fantasmes à cause de toutes ces cochonneries qu’on trouve sur internet mais quand même, là, c’est grave. 

— Pourquoi est-ce que ce serait si grave ? Ce n’est qu’un fantasme. 

— Un fantasme, oui, mais je te rappelle que si l’image que je vois là est sensée représenter le tien, ça veut dire que tu fantasmes sur moi, ta propre soeur ! Ça veut aussi dire que je ne pourrai plus jamais te voir de la même façon qu’avant. 



Jérémie baissa la tête et se mit à sangloter de honte et de chagrin. 



— Ne pleure pas, Jérémie. Je veux seulement comprendre pourquoi c’est moi que tu imagines en train de te faire ça et pas quelqu’un d’autre. 

— C’est parce que je ne sors pas beaucoup donc je ne connais pas beaucoup de filles qui pourraient faire ça sans se moquer de moi. Toi, je sais que tu me traiteras différemment. Et puis, je t’aime, et c’est pour ça que je veux être à ton service. 



Cette fois-ci, ce fut au tour de Jennifer de rester muette tant la révélation de son frère lui faisait un choc. Elle parvint tout de même à reprendre ses esprits pour poursuivre le dialogue. 



— Je sais que tu m’aimes comme ta soeur mais tu es vraiment sûr d’avoir ce fantasme avec moi ? Peut-être que si tu sortais un peu plus, tu aurais ce fantasme avec une autre fille ou même un tout autre fantasme qui te ferait oublier ce photomontage que tu as fait. 

— Non, je sais au fond de moi que ma voie est celle d’être soumis. Tu sais, j’ai regardé des tas de vidéos de toutes les sortes, des hétéros, des homos, des lesbiennes, du SM mais celles qui m’ont le plus marqué sont ces vidéos de mecs dominés par leur copine. Je ne cesse de m’imaginer à la place de ces types qui se font enculer et je voudrais vraiment me lancer dans ce trip-là mais il me faut trouver une partenaire sûre pour commencer et je ne vois que toi. 



Une nouvelle fois, Jennifer ne sut que répondre tant le choc était grand. Cette fois-ci, elle se plongea longuement dans ses pensées, délibérant en son for intérieur sur la façon dont elle devait gérer cette situation. Son frère ne cessait de lui jeter des regards anxieux, guettant sa réaction. Après plusieurs minutes de réflexion, elle décida d’opter pour la modération. 



— Très bien, Jérémie. Merci à toi de m’avoir avoué tout cela. Puisque ton sentiment envers moi me semble sincère, je veux bien qu’on essaie une première fois, d’abord pour voir si ça te plaît puis pour voir si ça me plaît, à moi. Déshabille-toi. Pendant ce temps, je vais aller me changer. 



Le jeune homme n’en croyait pas ses oreilles. Lui qui craignait le scénario de sa soeur qui se contenterait de le rabrouer et de tout rapporter à leurs parents était à la fois heureux et surpris de l’ouverture d’esprit dont Jennifer avait fait preuve pour comprendre son fantasme et l’aider à l’assouvir. Obtempérant à l’ordre de sa soeur, Jérémie se dévêtit en toute hâte et se mit à quatre pattes sur le sol en attendant l’arrivée de sa dominatrice. 



Celle-ci reparut quelques minutes plus tard seins nus et équipée d’un gode-ceinture dont la taille et le diamètre impressionnèrent Jérémie qui se mit à saliver à l’idée de sentir l’engin le pénétrer. 



— Je n’ai pas de fouet mais je pense que pour une première fois, on pourra s’en passer. À genoux devant moi. 



À ces mots, le jeune homme s’agenouilla aux pieds de sa soeur qui pointa l’extrémité du gode vers ses lèvres. 



— Avant que je ne t’encule, il faudrait d’abord que tu me montres comment tu suces. 



Jérémie prit l’engin de sa soeur en bouche et fit de lents mouvements de va-et-vient en essayant de l’enfourner le plus possible. 



— Hum... Il va falloir que je t’apprenne à sucer, apparemment. En attendant, mets-toi à quatre pattes. 



Le jeune homme obéit une nouvelle fois à l’ordre de sa soeur, non sans une excitation extrême qui se traduisait par une verge érigée. Jennifer enduisit l’extrémité de son gode avec sa salive et écarta les fesses de son frère afin de pouvoir y faire entrer son engin. 



Pensant que Jérémie n’avait probablement pas l’habitude de ce genre de rapport, la jeune femme décida de s’enfoncer prudemment dans son sombre conduit. Contre toute attente, elle n’eut aucun mal à y fourrer la totalité de son gode. 



— C’est rentré comme dans du beurre ! Tu t’amusais à t’enfiler des trucs dans le cul avant ou quoi ?

— Depuis le jour où je suis entré dans ta chambre pour faire ton lit pendant que tu n’étais pas là et que je suis tombé par hasard sur ton gode, je n’ai eu de cesse de m’entraîner à me le fourrer dans le cul pendant tes absences. Ça a fait mal au début mais après, je me suis habitué. 

— Encore une révélation aujourd’hui. Dans ce cas, je devrais pouvoir y aller à fond. 



Sur ces mots, Jennifer se mit à pilonner l’arrière-train de son frère qui poussait des râles de plaisir à chacun de ses coups de reins. La jeune femme était totalement surprise de la tournure qu’avait prise cette journée et de ce qu’elle était en train de faire avec Jérémie mais ce qui la surprenait davantage encore était le fait que son cadet jouisse de la situation sans la moindre honte. Pendant quelques instants, elle songea à tout arrêter et dire à son frère qu’il devait oublier tout ce qu’il s’était passé et détruire le photomontage qu’il avait fait mais à la réflexion, elle se prit à aimer ce qu’elle lui faisait et décida de continuer à le sodomiser aussi fort qu’elle le pouvait jusqu’à en être épuisée. 



Jérémie put se délecter encore plusieurs minutes des pénétrations anales de sa soeur puis celle-ci, épuisée, décida qu’il était temps d’en finir. Jennifer se retira de l’orifice de son frère et ôta son gode-ceinture. 



— Maintenant, allonge-toi sur le dos. 



Jérémie prit la position exigée par sa soeur et celle-ci s’accroupit juste au-dessus de lui pour le masturber. Jennifer ne dut s’employer que quelques secondes à cet exercice tant ses coups de gode avaient excité son frère. Celui-ci envoya trois jets de sperme sur son sexe et après s’être assurée qu’il se fût totalement vidé, Jennifer colla sa chatte sur ses lèvres et lui ordonna de la lui lécher jusqu’à ce qu’il ne reste plus aucune trace de sa semence. 



Tout heureux de ce qu’il lui arrivait, Jérémie ne se fit pas prier pour obtempérer et il prit bien soin de nettoyer le calice de sa soeur. Jennifer se releva quelques minutes plus tard pour vérifier si son frère avait bien accompli sa tâche. 



— Hum... Il en reste encore un petit peu. Tu n’as donc pas bien fait ton travail. Tu sais ce qu’il se passe dans ces cas-là ? Il va falloir que je te donne une correction. Mets tes mains contre le mur et écarte tes jambes autant que tu le pourras. 



Jérémie obéit une nouvelle fois à Jennifer et celle-ci prit place derrière lui. 



— Combien d’années d’écart avons-nous, toi et moi ?

— Quatre. 

— Bonne réponse. À défaut d’avoir un fouet, ça te fera quatre coups de règle sur ton derrière pour t’apprendre à bien faire ton travail. 



Jennifer se saisit d’une règle trouvée sur le bureau de son frère et frappa le postérieur de ce dernier de toutes ses forces autant de fois qu’elle le lui avait indiqué, lui arrachant des cris de douleur. 



Lorsque Jérémie eut fini de se masser le derrière pour estomper la douleur, Jennifer l’invita à s’assoir auprès d’elle. 



— Alors, ça t’a plu d’être dominé par ta grande soeur ?

— Oui, beaucoup. Et toi, ça t’a plu de dominer ton petit frère ?

— Au début, j’avais quelques réserves mais je dois dire que c’était plutôt excitant de t’entendre couiner à chaque coup de gode. Je suis donc disposée à continuer comme ça avec toi. Si tu es d’accord, bien sûr. 



Pour toute réponse, Jérémie hocha vigoureusement la tête. 



— Parfait. Dans ce cas, donne-moi le photomontage que tu as fait. Je me demande bien ce que Maman dirait si elle savait ce qu’est devenue notre relation ce soir...



En voyant son frère lui jeter un regard apeuré, Jennifer éclata de rire. 



— N’oublie pas que c’est moi, la maîtresse, maintenant. Mais rassure-toi, je n’en parlerai pas à Maman. Sauf si tu dis ou fais quelque chose qui pourrait me faire changer d’avis. 



Comprenant qu’il était dans son intérêt de faire ce que sa soeur lui demandait, Jérémie s’empressa de lui donner le cliché. Jennifer reprit son gode-ceinture et sortit de la chambre avec le photomontage, laissant Jérémie dans sa peur qu’elle ne révèle tout ce qu’il s’était passé à leur mère...



[ à suivre ]

Diffuse en direct !
Regarder son live