Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 037 fois
  • 86 J'aime
  • 6 Commentaires

Surprise dans la Culotte d’une femme

Chapitre 1

Travesti / Trans

Surprise dans la Culotte d’une femme

Chapitre 1.



Les boîtes de nuit se réouvrent jusqu’à leur horaire habituel. Les confinements sont terminés depuis un moment et les gens veulent rattraper le temps perdu. Je ne fais pas exception, c’est pour ça que je suis accoudée au bar à regarder les demoiselles qui dansent sans retenue. Je ne cherche pas de style particulier ce soir, juste une qui n’a pas envie d’attendre d’être dans un lit pour s’amuser. Peut-être même une qui n’aura pas envie de partir d’ici... La musique est forte et le clignotement de la lumière ne m’arrange pas pour jeter des coups d’œil. J’espère que je n’ai pas l’air trop insistante. Ou en manque...



Mon verre est vide, je me retourne pour en demander un second à la barmaid et celle-ci semble déjà avoir pris les devants :



« De la part de la demoiselle rose, me dit-elle en souriant. »


Je jette un regard à l’autre bout du bar et découvre une métisse, toute fine, mais assez généreuse et assumée que son tee-shirt rose moule assez bien. Je ne l’avais pas vue jusque-là. Elle semble m’avoir remarquée depuis un moment.


Les toilettes de la boîte sont bien isolées, on entend à peine les basses. Ils sont propres aussi, ce qui est d’autant plus agréable, et par chance, il n’y a personne. Etant assez grande pour une fille, mon amante du soir s’est assise sur le meuble-lavabo. Mon short voit sous sa jupe pendant que mes mains se baladent sur son ventre et son soutif pendant que nos lèvres et nos langues se mélangent.


Son corps est chaud, elle décide d’enlever son tee-shirt. Elle fait de même avec son soutien-gorge. Sa poitrine tombe un peu, mais elle est aussi généreuse que je le pensais. Je ne retiens pas mon envie de plonger mon visage entre ses seins. J’adore les presser contre mon visage. Faire passer le téton entre mes lèvres... Ma langue tourne sur sa poitrine, lèche ses mamelons, mais une autre zone l’appelle. Je descends en léchouillant son torse jusqu’à son nombril avant de m’arrêter sur son abdomen.


« Vas-y. Descends plus bas. »


Je soulève enfin sa jupe et ai le plaisir de voir qu’elle ne porte pas de culotte. Je m’agenouille et sa main vient plaquer ma tête dans son entrejambe. Enfin, je broute son minou. J’ai attendu ça toute la semaine. Pendant que ma langue alterne entre clitoris et lèvres, mes yeux essayent de la regarder. Elle a dû se raser il y a peu, ses poils commencent à peine à repousser, j’aime ça. Mes mains longent de ses cuisses jusqu’à ses hanches pour qu’elle se rapproche du bord. Ce qu’elle fait. Je peux enfin enfoncer ma langue dans son intimité, avaler le goût de son sexe.

Mais la porte des toilettes s’ouvre, ma tête veut s’écarter du vagin, mais la main renforce sa poigne pour me garder là où je suis. Ce que je ne déteste pas...


« Eh bien, la vraie fête est ici à ce que je vois. »


La voix ne m’est pas familière. Mon amante répond par un léger rire avant que son souffle ne redevienne saccadé. Notre invitée va dans les toilettes pour sa petite commission pendant que la voix de ma métisse est coincée derrière ses lèvres. Ce qui n’est pas forcément plus discret...

Elle finit rapidement son affaire et sort se laver les mains à côté de nous.


« Elle fait ça bien ?

— Han oui... j’adore... »


Elle a du mal à enchaîner les mots à cause de sa respiration. Je prends ça comme un compliment. La vue doit être agréable pour la personne avec nous, je suppose. Le bruit de ses talons s’arrête derrière moi. La main sur ma tête s’enlève lentement avant de prendre vite appui sur le meuble. Je retire ma bouche pour enfin respirer normalement, mais une autre main vient pousser ma tête contre cette fente humide et bien ouverte. La femme s’agenouille, je sens son souffle dans ma nuque. Mes cheveux sont courts sur les côtés et un peu plus longs sur le dessus, classique, elle en profite donc pour caresser mon crâne. Sa deuxième main caresse aussi du bout des ongles mon ventre avant de descendre dans mon short. Elle touche mon intimité et arrête sa progression aussitôt. Son visage s’approche de mon oreille pour y murmurer :


« Si tu veux me revoir ici, demande Maelisse... »


Sa main arrête d’exercer sa pression pour laisser place à une touche du bout de l’ongle sur mon cou et mon dos. Je veux savoir qui est cette fille. Je veux tourner ma tête, mais la paire de jambes de ma promise me retient enchaînée à elle.


« Ne t’arrête pas, je vais jouir... »


Je lèche une chatte devant une tierce personne. J’ai rarement été aussi excitée. Le bassin de mon amante commence à bouger frénétiquement. Son orgasme arrive pendant que ses jambes me serrent encore plus. J’arrête de jouer avec ma langue pour maintenir son clitoris entre mes dents pendant que la vague l’envahit. Elle lâche enfin un cri qu’elle semblait retenir depuis un moment. Ses jambes me relâchent lorsque j’entends la porte des toilettes se refermer. Evidemment, là je peux tourner la tête, et personne...


Je m’essuie la bouche avec la main, mais que j’essuie ensuite sur mon short. En me relevant, la jolie métisse ne se fait pas prier pour m’embrasser tendrement. Ses mains glissent enfin vers mon short, et le déboutonnent. Son regard laisse entrevoir un brin de surprise lorsqu’elle voit un pénis distordre ma petite culotte blanche. Cette dernière d’ailleurs n’arrive plus à retenir ma verge qui sort et pointe vers l’endroit où elle souhaite aller.


« Je suis désolée, je ne peux laisser entrer personne en ce moment.

— Pas de soucis. Laisse-moi juste me frotter contre tes lèvres... »


Je doute toujours un peu lorsque je montre ça à quelqu’un, mais la main douce de ma métisse me réconforte. De quelques doigts, elle presse le corps de mon pénis entre ses lèvres humides et je commence les coups de bassin pour faire aller et venir mon gland sur son clitoris. Elle est tellement humide, je suis sûre que je n’aurais aucune difficulté à m’enfoncer au plus profond d’elle. Mais je ne peux pas aller contre ses dires. Ça ne doit pas être l’envie qui lui manque non plus... De toute façon, je ne peux pas lui en vouloir vu le plaisir que j’ai alors que ma sève va sortir. Je m’arrête au plus proche d’elle, mes testicules contre sa fente. Son doigt effleure mon gland et plusieurs jets terminent leur course sur son pubis ou le revers de sa jupe. Elle a l’air d’apprécier de me voir jouir. Elle essuie même les dernières gouttes de mon gland sur sa cuisse.


On se regarde toutes les deux, contentes d’être épuisées. On s’embrasse encore avant que je n’aille cherche du papier toilette pour l’essuyer. Mais mon amante m’attrape la main pour me dire que ça n’en vaut pas la peine. Elle descend du meuble pour se dégourdir les fesses et redescend sa jupe comme si de rien n’était. Elle me dit qu’elle aime sentir le sperme couler le long de ses jambes. Je ne pouvais pas rêver meilleure compagnie ce soir.


« Dit... Est-ce que ça te dirait qu’on se revoit ? Demain par exemple...

- (Je souris) Demain, je ne peux pas, mais les jours d’après on devrait se trouver du temps pour nous deux. »


Je lui donne mon téléphone pendant que je reboutonne mon short. Elle me le rend avec son contact en plein écran. Mon amante s’appelle Tracy. Nous nous embrassons une dernière fois avant de monter les escaliers pour rejoindre l’endroit où nous avons fait connaissance. Je pense qu’il est temps pour moi de rentrer. Je lui souhaite une bonne fin de soirée et elle en profite pour me poser une dernière question :


« Et moi, j’ai le droit de mettre un nom sur ce joli visage ? »


Il est vrai que j’ai manqué à toutes mes obligations, je ne me suis même pas présentée à elle. Nous nous quittons alors sur quelques mots :


« Daisy. Appelle-moi Daisy. »

Diffuse en direct !
Regarder son live