Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 483 fois
  • 24 J'aime
  • 3 Commentaires

Sweet Charlène

Chapitre 1

Trash

Née aux alentours de 1840 en Pennsylvanie, la petite Charlène Dougherty vécut une enfance plutôt heureuse et ne manqua de rien bien qu’elle fut élevée seule par son père Sam, un ouvrier en bâtiment. Sa mère Martha, Charlène ne l’avait jamais connu puisque celle-ci était morte en lui donnant naissance. La jeune fille avait hérité d’elle sa blondeur diaphane, ses yeux aux éclats d’émeraude et son sourire enjôleur.


Un drame survint l’année de ses 16 ans : Charlène perdit son père, emporté par la tuberculose. On plaça alors la pauvre orpheline chez son oncle William Blackburn, le grand frère de sa défunte mère. Charlène connaissait très peu de choses sur cet oncle mis à part qu’il était propriétaire d’une plantation de coton en Caroline du Sud.


La première année aux côté de son oncle se déroula normalement, mais l’année suivante…


Un soir d’août, l’oncle William, prétextant une surprise, invita sa nièce à l’accompagner dans une promenade en calèche au-delà de la rivière voisine. Le cœur plein d’excitation et d’impatience, Charlène se mit à rêver durant le trajet : son oncle allait-il lui offrir ce petit poney gris croisé lors d’une foire l’an passé à Aiken et dont elle s’était prise d’affection ?


Après vingt minutes, ils s’arrêtèrent devant une ancienne grange abandonnée. L’oncle poussa une des portes et invita la jeune fille à entrer. Au milieu de la grange était placé un ancien lit avec des montants en fer. Charlène se demanda à quoi pouvait servir ce lit et au moment de se retourner pour interroger son oncle, elle sursauta en apercevant trois grands hommes noirs, des employés de son oncle, entièrement nus et laissant apparaître des sexes énormes.


Sans un mot, les trois hommes s’avancèrent vers Charlène. La jeune fille chercha des issues aux quatre coins de la grange mais en vain : toutes les ouvertures avaient été scellées avec des planches en bois. Elle jeta un regard rempli d’incompréhension et de panique en direction de son oncle. Mais celui-ci ne bougeait pas et commença même à ricaner.


A ce moment, l’un des esclaves empoigna Charlène par le bras. Malgré son petit mètre cinquante-cinq, elle ne se laissa pas faire hurlant et griffant tel un animal piégé. Pour la calmer, l’un des hommes lui mit plusieurs grosses gifles dans la figure en lui ordonnant de se taire. Sonnée et apeurée, Charlène cessa de se débattre. Maintenant, elle sanglotait et saignait du nez mais ce détail n’arrêta pas ces tortionnaires.


On lui arracha sa délicate robe de satin rose et blanc, dévoilant un corps menu et juvénile et des petits seins pâles. On ligota ses mains et ses pieds aux montants du lit à l’aide de chaînes. Un des hommes s’était placé entre les jambes écartées de Charlène et commença à lui lécher la vulve.


L’oncle William s’écria : « Bon dieu… Dépucelle cette petite traînée ! »


L’esclave s’exécuta. Il enfonça sa grosse queue à l’intérieur du vagin et poussa contre l’hymen de la jeune vierge.


Charlène pleurait et suppliait son oncle : « J’ai mal… mon oncle… Pitié arrêtez ça ! »


Alors, l’homme noir l’agrippa fermement par les hanches et soudain, d’un puissant coup de rein, il lui transperça l’hymen. Charlène poussa un cri et se mit à pleurer. La douleur était aiguë comme une brûlure dans son bas ventre. Mais quelle tristesse, elle venait de céder sa virginité à un inconnu.


« Oui c’est ça! Baise cette putain comme elle le mérite ! » Continuait de vociférer son oncle William.


L’esclave commença à aller et venir à l’intérieur de l’étroit vagin de plus en plus vite. La jeune fille serra bientôt les dents sous les coups de boutoir de son agresseur. A l’intérieur de son ventre, Charlène sentait le gland de l’homme percuter violemment l’entrée de son utérus.


« Aïe… ça fait mal… arrêtez…» Sanglotait-elle.


Un des esclaves enjamba la poitrine de Charlène et se positionna face à son visage. Il essaya à maintes reprises d’introduire son énorme sexe dans la bouche de la jeune fille mais celle-ci détourna à chaque fois la tête. Alors, l’homme en colère, pinça très fortement les petits seins de la jeune fille, ce qui la fit hurler et pleurer de douleur. L’esclave la saisit par sa longue tignasse dorée et s’acharna encore et encore dans sa bouche. Après qu’il se déchargea copieusement au fond de sa gorge, il lui tira le nez en hurlant : « Avale… Avale tout… Chienne... ».


Charlène ferma ses yeux pleins de larmes et avala la semence amère de l’homme. Écoeurée, elle se mit à prier du fond de son âme : « Papa… maman… aidez-moi… aidez-moi… ».


Pendant ce temps, un des esclaves suçait les doigts de pieds de la jeune fille. Il se mit à mordiller fort le talon puis il passa et repassa sa langue entre ses orteils. Ensuite, il commença à frotter son sexe noir contre le petit pied blanc de la jeune fille jusqu’à l’éjaculation. Puis il tartina amoureusement son sperme encore chaud sur la plante de pied de Charlène.


Tout excité par la vision de ces mâles noirs vigoureux violant sa nièce, l’oncle William avait baissé son pantalon et il commença à se masturber.


L’esclave qui limait depuis de longues minutes l’entre cuisse de Charlène accéléra les mouvements de son bassin, il était proche d’éjaculer à l’intérieur de la jeune fille et le fit savoir : « Je vais jouir… Je vais jouir... ».


Charlène sanglota de plus belle et s’écria : « Ooh pitié … nooon… ».


Mais à peine avait-elle fini sa supplique que l’esclave vida le contenu de ses couilles dans son vagin. Au lieu de se retirer, il continua de pilonner longuement l’intimité sanguinolente de la jeune fille afin de l’imprégner profondément avec son sperme.


L’oncle William bouscula l’esclave et prit sa place entre les cuisses écartées de Charlène. A son tour, il pénétra sa nièce et la ramona brutalement tel un animal en rut. Le vagin lubrifié par le sperme du précédent occupant facilita le coït et l’oncle William ne mit pas longtemps à venir. « Ah ! Tu me fais jouir comme ta mère ! » Et dans un râle de plaisir ignoble il relâcha plusieurs jets de son liquide séminal en elle.


« Tu es aussi belle que ta mère…mais contrairement à toi, Martha y prenait plus de plaisir… » Lui murmura-t-il ensuite à l’oreille. En entendant ses mots, Charlène sanglota de plus belle. Sa mère avait donc été victime, elle aussi, de cet oncle pervers.


Le calvaire était loin d’être achevé pour la jeune fille : un des esclaves avait fait entrer dans la grange un grand cheval noir. On détacha Charlène du lit puis on la força à se mettre à quatre pattes, le visage contre terre et les fesses levées. L’oncle William avait introduit quelques doigts dans le vagin endolori de sa nièce afin d’y récupérer un peu de sperme et à présent il lui en enduisait généreusement la rondelle. « Ah ! Maintenant, tu vas prendre cher catin ! » Dit-il fièrement.


La jeune fille comprit avec horreur ce qu’on allait lui faire subir. Alors, on approcha l’imposant sexe du pur-sang de l’anus de la jeune fille et on l’enfonça brusquement dans l’étroit orifice. Charlène sentit son anus tout entier se déchirer. Elle hurla mais aucun son ne put s’échapper du fond de sa gorge. Le contrôle de son corps lui échappait. La souffrance était intense et plus encore à chaque mouvement de va et vient. L’étalon continuait de labourer profondément son rectum quand, d’un coup, elle sentit le sexe puissant de l’équidé se raidir en elle puis un liquide chaud et visqueux se déverser à l’intérieur de ses entrailles.


Trop épuisée, Charlène ferma un instant les yeux. Lorsqu’elle les rouvrit, les trois esclaves et son oncle se tenaient debout autour d’elle, urinant abondamment sur son visage, sur sa bouche et sur tout son corps.


Enfin, l’accalmie vint. Charlène était abattue, meurtrie physiquement et brisée mentalement. Les larmes, la sueur, l’urine et le sang ruisselaient sur son visage pendant que du sperme humain et animal coulait hors de son vagin et de son anus dilaté. Elle resta immobile et sans réaction sur le sol de la grange. Elle s’interrogeait : Comment des êtres humains pouvaient il se livrer à autant de sadisme et de cruauté ? Comment son oncle avait-il put l’offrir en pâture à des inconnus ? Qu’avait-elle fait de mal pour mériter un tel acharnement ?


Tant de questions qui restèrent sans réponse pour la pauvre Charlène. Mais il demeurait une seule certitude : à partir de cette nuit-là, son oncle William la livra régulièrement à ses esclaves.


La veille de ses 20 ans, Charlène fugua de la propriété de son oncle. Trois jours après sa disparition, des ouvriers retrouvèrent son corps sans vie pendu par le cou à l’une des poutres de l’ancienne grange abandonnée…


Diffuse en direct !
Regarder son live