Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 39 020 fois
  • 61 J'aime
  • 0 Commentaire

Sympa maman

Chapitre 2

Avec plusieurs hommes

Playstation


L’épisode précédent se terminait ... l’arrivée de Phil (19 ans) mon

copain qui me ramenait le CD FIFA.



moi :

— Salut Phil, tu me ramènes le CD ?


Phil :

— Oui c’est FIFA, on va essayer.


On s’installe dans le salon, et on commence une partie (Juventus-Om).

Maman entre, et Phil la salue.


— Bonjour madame Maryse, vous allez bien ?


maman :

— Oui merci, Phil et toi ? Tes parents ?


Phil:

— Tout le monde va bien. Ils vous saluent d’ailleurs.


maman :

— Merci tu le feras pour nous aussi ?

Vous n’avez pas soif  ?


moi :

— Si maman, s’il reste des cocas c’est volontiers.


Elle nous ramène les boissons et les verres. Elle n’est vêtue que

d’un t-shirt long (mi-cuisses), elle n’a pas remis de culotte, ni de

soutien-gorge. Je mets le jeu sur ’pause’.

Maman nous sert sur la table basse du salon, ce qui l’oblige à se

baisser. Elle est face à nous, le t-shirt s’écarte du corps lorsqu’elle

se penche, Phil et moi avons une superbe vue sur les gros nichons de

maman. Le vêtement est ample, et complétement béant, ce qui nous permet

de distinguer également son barbu fourni. Phil me regarde, étonné et

ravi. Je lui fais un clin d’oeil complice.


maman :

— Bien, voilà, je vous laisse, je vais m’allonger un peu, je me sens

fatiguée.


Phil :

— Merci madame, à tout à l’heure.


On regarde tous les deux maman s’éloigner et monter l’escalier qui donne

accès aux chambres. Lorsqu’elle arrive en haut, le mouvement de son

corps dévoile ses fesses sous le t-shirt, qui ne cache rien, car trop

court.


Phil :

— Merde !!!! Ta mère est à poil sous son t-shirt.


moi :

— Ouais, tu as vu sa touffe ?


Phil :

— Incroyable, ma mère en a moins quand même.


moi :

— Tu la mates ?


Phil :

— Ouais, souvent, même quand elle fait l’amour avec mon père ; je me

branle.


moi :

— Allez on termine la partie et je te montre un truc.


Phil :

— D’accord.


On se fait donc quelques parties de FIFA et au bout d’environ 45

minutes, je stoppe le jeu.


moi :

— Viens, suis-moi Phil, on monte.


Phil ne pose pas de question et me suit à l’étage. j’entre dans la

chambre de ma mère qui dort, simplement couverte d’un drap.


Phil :

— Mais tu vas la réveiller !


moi :

— Pense-tu ! Elle prend des somnifères de temps en temps, comme

aujourd’hui par exemple.

— Je t’avais promis un truc, eh bien le voilà.


Je soulève lentement le drap et le fait descendre au bout du lit,

découvrant totalement maman. Elle est couchée sur le côté, son

T-shirt remonte... au-dessus des fesses, ce qui nous offre une vue superbe

de son cul. Des poils arrivent jusqu’à l’anus, elle est décidément

très fournie. Phil est bouche bée dans l’encadrement de la porte,

et reste figé.


moi :

— Aide-moi Phil on va lui enlever le t-shirt.


Phil :

— Mais t’es fou !! Si elle se réveille !!


moi :

— Je te dis qu’elle est sous somnifère, allez ! aide-moi.


Tandis que je la soulève, Phil, complétement fébrile lui ôte son

t-shirt par le haut du corps. Maman est maintenant complétement à poil

sur le lit. Je l’ai couchée sur le dos.


moi :

— Elle est pas belle comme ça ? Hein Phil ?


Phil :

— Heu.. oui...


moi :

— Quoi ? Vas-y, tu peux toucher sans crainte. Qu’est-ce qui te plaît ?

Ses nichons, sa touffe ?


Phil : (qui reprend un peu d’assurance)

— Bin... tout quoi ! Elle est bandante, ta mère.



Nous sommes tous deux, debout sur un côté du lit. Je tends les bras vers

le corps de maman et pose mes mains sur ses nichons. je les pelote en

passant la paume de ma main sur les têtons, ils se dressent.


moi :

— A toi Phil !


Excité, il fait de même et malaxe vigoureusement les nichons de maman.

Il avance le visage et se met à les têter, il tourne autour des

mamelons avec la langue. Je m’occupe pendant ce temps à écarter les

cuisses de maman afin qu’elle nous offre sa chatte.


Tout à coup j’entends comme un cri étouffé. je lève la tête. Maman

a saisi Phil par le cou et lui roule un patin. Les deux bouches sont

collées, je devine le jeu de langue à l’intérieur. Les deux amants

gémissent et se bouffent la bouche pendant un long moment. Le baiser

prend fin.


maman :

— Alors mes petits chéris, on a envie de calins ? Déshabillez-vous,

montrez-moi vos bites.


moi :

— Mais heu... je pensais.......


maman :

— Déshabillez-vous, on va s’amuser.



On se met tous les deux à poil.


maman :

— Allonge-toi mon petit Michel, maman va s’asseoir sur ta belle queue.



Je ne discute pas et m’allonge sur le dos, maman s’empale immédiatement

sur ma bite.Je l’embrasse pendant qu’elle se déhanche sur mon pénis.

Phil ne reste pas inactif, il caresse et lui écarte les fesses.

Il lui lèche l’anus.


maman :

— C’est bon Phil, ouiii bouffe-moi le cul.


Phil revient embrasser maman qui lui fourre sous mes yeux sa langue

dans la bouche. Puis il mange son clito.


Phil :

— Comme vous mouillez madame Maryse, j’en ai plein la bouche.


maman :

— Ohhhh ouiiii, la queue de Michel et ta langue c’est trop bon.


moi :

— Tu veux qu’il te prenne maman ?


maman :

— Je veux sa bite aussi. Prends-moi en levrette Phil, je vais sucer

Michel en même temps.


Phil :

— Ouiii madame Maryse montrez-moi votre cul.


Maman se met à quatre pattes. Phil la pénétre dans la chatte Elle prend

ma queue dans sa bouche. Phil et moi sommes agenouillés chacun d’un

côté de maman qui se fait prendre et suce. Elle me fait une pipe au

rythme des coups de bites de Phil. Je le regarde bourriquer ma mère

qu’il tient par les hanches. Les gros nénés de maman pendent sous elle,

telles des mammelles. Ils se balancent également en cadence.


maman : (laissant un instant ma bite)

— Hummmmm que c’est bon de sucer et de se faire prendre en même temps.

— Vous êtes merveilleux mes petits chéris.


Phil :

— J’ai envie de me faire sucer aussi madame Maryse.


maman :

— Viens donne ta queue à la maman de ton copain, je vais bien te sucer

mon petit Phil.


Je laisse ma place à regret et passe derrière maman, toujours en

levrette. Je lui lèche sa chatte trempée, j’ai plein de sa mouille sur

ma langue. J’écarte avec les pouces ses fesses, faisant apparaître son

petit trou et sa raie. Je passe ma langue d’abord à plat tout le long,

puis avec la pointe de la langue je m’enfonce dans le trou du cul de

maman. Je mouille bien avec de la salive et lubrifie son anus.


Phil :

— Ahhhhhhhhh j’en peux plus, je gicle  ! Je gicle !!

  Ouiiiii tiens salope !!!!!!!!!!!


Dans l’excitation Phil insulte maman maintenant. J’espère qu’elle ne

s’en offusquera pas. Phil décharge tout, je laisse mon lichage pour

regarder maman avaler ce foutre et nettoyer cette bite qu’elle a aimée

sucer. Le jus coule sur son menton, il a déchargé la dose ce salaud

de Phil. Il en avait plein les couilles.



Phil :

— P... quel pied !!! Qu’est-ce que j’ai joui !!!!


Je m’agenouille sur le lit face à elle, à côté de Phil. Elle prend

immédiatement ma bite en main et se la fourre dans la bouche. Elle me

taille une pipe sous le regard de Phil. Je suis moi aussi très excité

et éjacule rapidement. Ma mère se fait remplir une nouvelle fois la

bouche de foutre chaud.


moi :

— Ahhhhhhhh maman quelle suceuse !!!!!!

— Tiens, tiens tout, avale- moi.


Comme pour Phil elle me nettoie la bite et se délecte de jus.


maman :

— Vous avez bien joui mes chéris ?


Phil :

— Oh oui madame Maryse, vous êtes extra, quelle pipeuse !


moi :

— On a joui un peu vite maman, mais on est tellement excités, que c’est

parti tout seul.


Phil :

— Oh regardez, je débande même pas, tellement vous me faites de l’effet.


maman :

— Mais c’est vrai ça qu’il bande toujours ce petit coquin. Et puis....

assez de madame, je t’en prie Phil, je t’ai sucé à fond, on est intime

maintenant, mon petit.


Phil :

— Bon d’accord, alors ... branle-moi Maryse !


Phil lui a intimé de le branler, maman a l’air d’apprécier, elle lui

prend la bite en main et commence à l’astiquer. Nous sommes tous trois

couchés, maman entre nous. Elle prend également ma queue et nous

astique tous les deux. On rebande sec, immédiatement.



Phil :

— Empale-toi sur ton fils maintenant. Monte-lui dessus.


Maman sans dire mot, se place au dessus de ma bite, me faisant face.

Elle la dirige sur sa fente humide, et se laisse descendre lentement

dessus. Elle s’enfonce jusqu’aux couilles. Je ne vois plus ma bite dans

sa touffe. Je lui malaxe les seins.


Phil :

— Penche-toi en avant, fais-toi têter les seins, je vais t’enculer

salope !


maman :

— Il est merveilleux ton copain, mon chéri. Je vous adore.


Phil se place derrière maman, je la sens qui s’immobilise sur ma queue.

Il est en train de lui pénétrer le petit trou. Il s’agrippe à ses

hanches et donne un coup de rein. Ma mère pousse un cri de douleur, il

est entré en force. Il lui attrape d’une main les cheveux et commence ...

lui limer le cul.


Phil :

— Tiens , tiens, salope, toute ma queue dans ton cul, tu aimes ça hein ?

Salope !


maman :

— Ahhhhhhh oui, encore, je suis votre salope mes chéris. J’aime t’avoir

dans mon cul Phil.


moi :

— Oh maman que c’est bon, je sens sa bite qui coulisse dans ton cul,

nos bites se touchent en toi maman !


maman

— Ouiiiii je vais jouir, c’est bon vos queues ! J’en prends plein les

trous mes petis chéris.


Phil :

— Ta mère est extra, Michel ! Qu’elle est bonne !


On baise ainsi maman par les deux trous simultanément, nos bites vont et

viennent et elle arrive à l’orgasme.


Phil :

— Vas-y jouis chienne, gueule, je veux que tu cries de plaisir !


maman :

— Ouiiiiiiiiiii je viens ! Ahhhhhhhhhhhhhh ! je jouis !



Maman crie son plaisir ; je m’aggripe à ses seins pendant son

orgasme, je les serre

fortement, et sens que Phil aussi a accéler? le mouvement. On est près

nous aussi d’éjaculer. Maman se laisse tomber sur moi, et me met sa

langue dans la bouche en me roulant un patin. Elle a bien joui et se

détend maintenant en relâchant son étreinte sur mon cou.


maman :

— Vous m’avez bien fait jouir.

  Il est très bien ton copain, tu sais Michel.


Phil :

— Allez salope, mets-toi en levrette, pieds au sol et coudes sur le

  lit. Michel, approche, tu vas l’enculer toi aussi.


Maman se met en position. Phil décidémenent déchaîné... lui écarte les

fesses à deux mains, laissant apparaître la rondelle déjà dilatée par

sa propre bite tout à l’heure.


Phil :

— Voilà, elle est écartée et prête. Enfonce-lui ta queue dans le cul,

  Michel.


moi :

— Ohhh maman, tiens ! Je te rentre ma bite dans le cul.


maman :

— Ouiiiii vas-y mon chéri, encule maman, ouiiiii.


Phil attrape d’une main les cheveux de maman qu’il tire en arrière, de

l’autre il lui tient toujours une fesse écartée. je tiens maman par les

hanches et lui bourre le cul. Je regarde mon gland entrer et sortir de

sa rondelle, ça glisse maintenant tout seul. je suis en train de

sodomiser ma mère devant mon meilleur copain.


Phil :

— Alors salope ! Tu l’aimes la bite de ton fils dans ton cul ?


maman :

— Aïe ! mes cheveux, mon cul, vous me faites mal !


Phil :

— Approche la tête ici, chienne, suce ma bite en même temps !


Maman a la tête tournée légérement de côté et pompe Phil, j’accèlére

mon mouvement. Phil lui tire les cheveux à deux mains, et donne des

mouvements de bassin pour enfoncer sa bite dans cette bouche avide.

Phil a une bite plus grosse que la mienne, la bouche de maman est

complétement déformée. Elle gémit.


moi :

— Ohhhhh maman comme tu es bonne, tu es salope quand tu t’y mets.

  Je suis bien dans ton cul, je vais jouir.


maman : (interrompant sa pipe)

— Hummmmmmm ouiiiiiii donnez-moi votre foutre mes chéris. je veux vous

  boire.


Nous arrivons à l’orgasme en même temps, je sors ma queue de son cul,

Phil la fait coucher sur le dos et on vient jouir sur son visage et ses

seins. Maman ouvre grande la bouche, sort la langue et nous lui

jouissons nos premières giclées dessus, puis sur ses gros nénés. Elle

se les caresse et se lèche ensuite ses doigts plein de notre jus.


Phil :

— Lèche-nous nos bites, nettoie tout grosse salope !


maman :

— Donnez, donnez mes petits chéris, votre salope va bien tout vous lécher.


En passant la langue sur nos bites, elle nous caresse les couilles. Nous

avons maintenant les queues propres, pretes pour de nouvelles aventures.


moi :

— C’était extra maman, depuis le temps que je rêve de te sodomiser.


maman :

— C’était très bien mes chéris. Il t’a plu le cul de maman alors !


Phil :

— P... quelle salope madame Maryse. Quel pied avec vous !

  Excusez-moi si j’ai été grossier mais c’était trop bon.


maman :

— Ce n’est rien, il ne faut t’en faire pour ça, c’était très bien.


Phil :

— Ta mère est super mon Michel. J’éspère qu’on recommencera.


maman :

— Et la tienne mon petit Phil ? Tu fantasme sur elle aussi ?


Phil :

— Holà que oui ! Je me branle souvent en la matant.


maman :

— Pour le moment on se rhabille, papa va rentrer. Tu transmettras

  nos amitiés à tes parents, Phil. La prochaine fois, viens avec ta

  mère.


Phil :

— Ce sera fait, encore merci madame Maryse.


Nous nous vêtissons. Phil nous quitte. Maman va à la cuisine pour

préparer le repas du soir, papa ne va pas tarder. Je reprends une

partie de V-RALLYE (je choisis, Solberg comme pilote, la Subaru c’est un régal

à piloter) sur la playstation en attendant.


***********************************************************************


... Peut-être d’autres épisodes ? L’avis des lecteurs en décidera.



Eusèbe

(votre avis m’intéresse)


eusebraq@aol.com

Diffuse en direct !
Regarder son live